« Scorpius » : l’interception des menaces aériennes sans missiles

Scorpius

par Yoav Zeitun, Ynet
11/11/2021

Lors de l’exercice « Blue Flag », l’industrie aérienne israélienne a présenté un nouveau système d’interception de menaces aériennes. Ce système appelé « Scorpius » intercepte tout aéronef à l’aide de faisceaux électromagnétiques, en distinguant ce qui est hostile de ce qui est ami. Il est particulièrement efficace lors des attaques de Tsahal contre des missiles de défense aérienne stationnés en Syrie. Cette arme révolutionnaire est capable de détecter et frapper une variété de menaces aériennes, sur des distances allant de dizaines à des centaines de kilomètres.

À ce jour, un dispositif à faisceau électromagnétique était en mesure de perturber et même d’abattre tous les aéronefs se trouvant dans le champ du fonctionnement du faisceau, sans différencier les aéronefs amis et objectifs hostiles. Il pouvait toujours, dans le même espace aérien, perturber, sans discernement, des dispositifs civils « non impliquées » de guidage d’avions se trouvant au sol. Le nouveau système, en revanche, est capable de balayer un grand espace aérien et d’émettre un faisceau offensif concentré, qui « aveuglera » tout missile, drone, où avion de chasse ennemi, sans le confondre avec d’autres aéronefs dans la zone. Ce dispositif a été testé avec succès, lors d’un exercice, où participaient outre l’aviation israélienne, des forces aériennes de huit autres pays.

Dans le cadre du développement du système, l’Industrie aérospatiale israélienne a mis au point la technologie « multi-faisceaux » qui scrute « intelligemment » l’espace aérien et émet un faisceau d’attaque, uniquement vers de la cible identifiée comme ennemie. Le système « Scorpius » a fait ses preuves face à la défense antiaérienne, tels que le S-300 et S-400 de fabrication russe, déployés en Syrie. Grâce au système israélien, les performances opérationnelles des chasseurs de 5ᵉ génération, tels que l’avion furtif F35, ont été améliorées de façon spectaculaire.

L’industrie aérospatiale israélienne considère que le système « Scorpius » constitue « un bond en avant historique » dans le domaine de la guerre électronique. Aujourd’hui, seuls les Américains s’efforcent d’atteindre une telle capacité. Les Russes possèdent un système de guerre électronique, qui s’apparente à un puissant « canon » électronique qui projette une « charge électromagnétique » non ciblée et qui frappe indistinctement n’importe quel aéronef dans un large espace aérien. Le « canon » russe a été utilisé lors du dernier conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans la région du Haut Karabagh.

Le système israélien a récemment été vendu à trois clients étrangers et l’armée de l’air israélienne est désireuse d’en faire son arme standard, en raison de son efficacité opérationnelle élevée et, surtout, grâce à l’économie des munitions balistiques lors d’un conflit. Actuellement, des avions de chasse, dans le ciel du Moyen-Orient, agissent contre des cibles en Syrie, en livrant des véritables batailles aériennes, où d’innombrables missiles anti-aériens syriens sont employés sans succès. Par ailleurs, l’espace aérien de la région est utilisé par des dizaines d’avions civils qui, grâce au « Scorpius », ne sont pas exposés au danger d’une catastrophe.

Le système « Scorpius » sera utilisé dans plusieurs configurations différentes. Terrestre, maritime, aérienne, ainsi que pour les exercices et la formation. Il pourra fonctionner en mode automatique, sans solliciter d’intervention humaine, d’autant plus si c’est un pilote de chasse, dont la charge de travail requiert une attention soutenue à d’autres taches, lors d’une mission opérationnelle. Parallèlement, le système pourra également servir de support de détection aux dispositifs de défense, tels que Dôme de fer, Fronde de David1 ou Flèche2. Ce concept peut compléter la défense multicouche de l’Armée de l’Air, grâce à un balayage automatisé de zone d’action et une analyse efficace des trajectoires des missiles.

Dans la version aérienne, le système sera installé dans une nacelle similaire à un dispositif de missile air-air, sous l’aile d’un chasseur. L’angle de balayage et de détection sera de 60 degrés vers l’avant et 60 degrés vers l’arrière. La puissance de traitement et de calcul sophistiqués du système, seront capables d’identifier n’importe quelle cible et de perturber le système de navigation (GPS) d’un aéronef, d’un satellite ou d’une télécommande depuis le sol. « Scorpius » devrait être complété d’autres capacités d’interception, comme les faisceaux laser, qui sont plus efficaces pour des portées jusqu’à quelques kilomètres. EG

Édouard Gris, MABATIM.INFO
Traduction et adaptation


1 Intercepteur des roquettes de moyenne à longue portée ainsi que des missiles de croisière volant à une vitesse peu élevée et notamment ceux du Hezbollah

2 Intercepteur des missiles balistique de longue portée.

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s