La genèse du Dernier des Justes

ANDRÉ SCHWARZ-BART, « UN «PORTEUR DU TEMPS »

Vendredi 7 Avril 2017 – 14 heures
Salle 235C

29 rue d’Ulm
75005 Paris
Contact: claire.riffard@cnrs.fr

Par Francine Kaufmann

Le Dernier des Justes premier roman d’André Schwarz-Bart (1928-2006) paru au Seuil en 1959 eut un impact considérable dès avant l’attribution du prix Goncourt qui le consacra. C’est que, en français en tout cas, à une époque ou le silence pesait encore sur la Shoah, le roman constituait une des premières sagas identitaires (Francine Kaufmann) aboutissant à elle, une saga identitaire qui en inspirera d’autres, dont Le Devoir de violence du Malien Yambo Ouologuem.

C’est à la genèse de ce roman conçu tôt dans Les années cinquante, mûri et travaillé pendant huit ans et résultat de cinq versions aux approches et tons différents, du Lyrique à l’ironie en passant par la distance narrative ou celle des contes, que sera consacrée La communication du 7 avril. Fondée sur sa thèse universitaire et trente ans de recherche, l’étude de Francine Kaufmann s’appuie sur l’analyse de brouillons et de notes confiés par l’auteur puis consultés après sa mort dans sa maison de Goyave (Guadeloupe). En complément, sont aussi convoqués pour tenter de comprendre le processus de création de l’œuvre, les échanges avec l’auteur (correspondance, notes prises lors de rencontres et d’entretiens téléphoniques) ainsi que Les interviews et les dossiers .littéraires contenus dans l’imposante presse à l’époque de la publication du Dernier des Justes.

***

Cette séance de séminaire inaugure un cycle qui se poursuivra dès l’an prochain par d’autres séances et constitue la première manifestation d’un nouveau groupe de travail consacré, au sein de l’équipe « Manuscrit francophone » de l IT EM, à l’œuvre d’André et de Simone Schwarz-Bart et aux questions génétiques et thématiques qu’elle soulève.

***

Francine Kaufmann est professeure des universités, retraitée de Bar-Ilan (Ramat-Gan, Israël) où elle a enseigné de 197 4 à 2011 et dirigé à deux reprises le département de traduction, d’interprétation et de traductologie. Elle est l’auteur d’un livre sur André Schwarz-Bart : Pour relire « Le dernier des Justes»réflexions sur la Shoah publié à la Librairie des Méridiens-Klincksieck (Paris, 1986). Elle contribue depuis plusieurs années à réunir et classer les manuscrits, tapuscrits et documents des œuvres juive et antillaise des Schwarz-Bart. Elle est aussi traductrice de poésie et a été réalisatrice de télévision et de radio.

Publicités