ALILA d’Amos Gitai (Israël 2002) rétrospective

Alila

par Roger Chemouni

ALILA  de Amos Gitai est une œuvre ambitieuse et réussie dans son traitement, bien qu’adaptée d’un roman (« Returnin lost loves » de Yeshoshura Kenaz ») .

Le film raconte la vie de locataires vivant aux alentours du Tel Aviv d’aujourd’hui. il y a le vieux Schwartz qui vit avec une jeune philippine, son aide ménagère, Aviram  qui ne sort jamais sans son chien , Gabi qui attend son amant pour des ébats bruyants qui indisposent l’entourage, Erza divorcé de Mali, amie de Gabi dont elle ne partage pas sa vision de l’amour et qui a refait sa vie. Il y a aussi cette voisine qui crie son désespoir et qui est plus écoutée dans ses fonctions de policier que comme voisine exubérante. Tout se monde se côtoie sans se parler, sauf pour s’engueuler. Amos Gitai parle à nouveau d’incommunicabilité, d’intégration, de partage de territoire et de la reconnaissance de l’autre dans cette chronique de la vie ordinaire.

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s