Le billet d’Eva : « Les tablettes de Babylone »

Ancient-tabletsPar Eva Naccache

Admirons la perfection tatillonne des archives administratives qui enregistrent, datent, conservent les documents, de tout temps !!!!

Des transactions concernant :

  • la location d’un champ, ou
  • la location d’une maison que le locataire s’engage à entretenir et à rendre en bon état ;
  • l’achat d’orge et même
  • – l’enregistrement d’une vente d’esclave femelle pour trois pièces d’argent

ont été enregistrées, datées, et surtout conservées.

Sous le titre « les rivières de Babylone », ces documents sont exposés au musée biblique de Jérusalem depuis le 1er Février. Il s’agit de cent dix tablettes d’argile, dont certaines ont été cuites. Elles sont rédigées en cunéiforme (l’écriture doit son nom à ses lettres en forme de clous.) et proviennent des archives administratives de Babylone (Irak.)

**Retrouvez les billets d’Eva Naccache**

Datées de 572 à 452 avant Ère Contemporaine, elles ont 2500 ans. Elles nous révèlent la véracité de l’exil des judéens, leur présence à Babylone, leur mode de vie.

La plus ancienne a été rédigée quinze ans après la destruction du Premier Temple de Jérusalem par Nabuchodonosor II, et l’exil des juifs à Babylone. La plus récente a été enregistrée 60 ans après le retour à Sion, (autorisé par Cyrus en 538 avant E C.). Une des tablettes comporte même des éléments en hébreu archaïque.

Les documents portent des noms juifs : David, Sekiel, Netanyahu, donne des noms de villages comme Guedalyn, Zadik, et Al Yahudu, nom babylonien de Jérusalem. On peut en déduire des regroupements communautaires. Les textes nous permettent un aperçu historique et technique de la vie des juifs de l’époque

Exposition « les rivières de Babylone »

Ces cent dix tablettes sont prêtées par le collectionneur David Sofer. Le Professeur Horowitz qui les étudie depuis deux ans a déclaré à Haaretz : « ce sont les plus importantes archives de l’histoire des juifs dans l’Antiquité depuis la découverte des manuscrits de la Mer morte.»

En plus des indications précieuses sur le mode de vie des exilés à Babylone, nous découvrons les échanges sociaux.., une adaptation à la manière de se conduire en Iraq sous Nabuchodonosor II.

Les exilés qui n’ont pas réintégré Sion en 538 ; ceux qui sont restés en Iraq depuis cette époque sont les ancêtres de ceux qui ont fait leur alya en 1948.Eva Naccache

Mais surtout, ces tablettes qui sont des documents historiques incontestables, n’ayant pas de liens avec une religion, confirment la réalité et la fiabilité de la Bible. EN♦

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s