« Carte blanche » à la Cinémathèque de Jérusalem et à la Spielberg Jewish Film Archive

ouvriers-juifs-palestineDu 4 au 24 janvier 2017

Fondation Jérôme Seydoux, Avenue des Gobelins à Paris

Cela fait partie de la grande histoire du cinéma mondial
A NE PAS MANQUER, plus qu’une petite semaine

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé offre une carte blanche à la Cinémathèque de Jérusalem et à la Spielberg Jewish Film Archive. L’occasion pour les spectateurs franciliens d’avoir accès à un échantillon unique au monde de films muets – documentaires et fictions – tirés des archives cinématographiques israéliennes.

Les films présentés, tournés entre 1911 et 1935, sont l’œuvre de réalisateurs et de producteurs juifs qui ont expérimenté le cinéma dans la Palestine de l’empire Ottoman, puis dans la Palestine du Mandat britannique. Les œuvres qu’ils ont produites à cette époque ont subi l’influence des courants artistiques de leur temps. Très inspirés du cinéma révolutionnaire russe, ils ont souvent été conçus comme des outils pouvant aider à la construction d’une identité nationale.

oddedhanoded1_110
« Oded the wanderer » à partir du 17/1

La Cinémathèque de Jérusalem (Israël Film Archive) abrite plus de 32000 films et documents audiovisuels – beaucoup sont des copies uniques – qui représentent la mémoire collective israélienne. De son côté, La  » Spielberg Film Archive  » de l’Université Hébraïque de Jérusalem est la plus grande des collections de films documentaires juifs dans le monde (plus de 18000 titres). Créées en 1972, ses archives sont gérées en collaboration avec la direction des « Archives sionistes centrales » et regroupent beaucoup de films tournés antérieurement à la création de l’état d’Israël en 1948.

Leur programme nous offre un témoignage éloquent sur le talents et les centres d’intérêt des créateurs juifs qui se sont imaginés un destin dans la Palestine de l’époque.

Tous les films sont accompagnés au piano par les élèves de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Tarif préférentiel à 4€ pour les détenteurs de la carte Les Amis du mahJ, sur présentation de la carte et pendant toute la durée du cycle.

Pour réserver vos billets, c’est ici

UN PEU D’HISTOIRE….

A la fin du XIXème siècle et jusqu’en 1917, le Moyen Orient était sous domination turque. La Palestine était alors une province de l’empire Ottoman et ne comptait que quelques milliers de juifs regroupés principalement à Jérusalem, Hébron, Safed et Tibériade. Après 1917, l’empire Ottoman s’effondre (il sera officiellement dissous en 1923) et l’armée britannique occupe une grande partie du Moyen Orient dont la Palestine (nom international alors de la Terre d’Israël).

lifeofthejews191300124500still001_1101
« The Life of the jews in Palestine » – 1913 (1h)

Les principales vagues de l’émigration juive en Palestine. Période Ottomane
1881-1882 Les premières vagues d’émigration juive en Palestine ottomane proviennent de Russie, de Roumanie et du Yémen. Il s’agit de quelques milliers de personnes fuyant des persécutions.

1890-1891 Une seconde vague plus importante d’immigrants juifs arrive en 1890-1891 en provenance de Russie. Eux aussi fuient les persécutions.

Les principales vagues de l’émigration juive en Palestine. Période Britannique
1917  La Turquie alliée aux Allemands est un des perdants de la première guerre mondiale. L’armée britannique occupe le Moyen Orient dont la Palestine.

1917. Le 2 novembre, le ministre britannique des Affaires étrangères, lord Arthur James Balfour, adresse à lord Rothschild, président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne, une lettre dans laquelle il promet la création d’un foyer national juif en Palestine. Il s’agit du premier fondement juridique de l’émigration juive en Palestine.

1920. La Grande Bretagne est mandatée par la Société des Nations pour gouverner la Palestine.

1924-1932. Plusieurs vagues migratoires juives arrivent en Palestine.

1930-1931. Pour répondre à l’opposition des Arabes palestiniens quant à l’établissement d’un « foyer national juif », la Grande Bretagne publie un Livre Blanc qui limite pour la première fois l’immigration juive en Palestine.

shivatzion491_1101
« Shivat Zion » – 1921 (1h10)

1933–1934. L’immigration juive se poursuit, mais devient clandestine. Elle s’accroit avec les premières persécutions de juifs en Allemagne, en Autriche et en Tchécoslovaquie.

1936-1939. Les tensions entre juif et arabes vont croissant. En 1939, la Grande Bretagne publie un nouveau Livre Blanc qui limite plus sévèrement encore l’immigration juive en Palestine.

1946. A la fin de la seconde guerre mondiale, les rescapés juifs des camps nazis tentent par tous les moyens d’entrer en Palestine. La Grande Bretagne maintient sa politique restrictive vis-à-vis de cette immigration. En représailles, le mouvement juif Irgoun fait sauter l’aile droite de l’Hôtel King David à Jérusalem (qui abritait l’état-major du Mandat britannique).

1947. La Palestine mandataire est le terrain d’un conflit de plus en plus violent entre Arabes et Juifs palestiniens dont les revendications nationalistes respectives ne peuvent être conciliées par les Britanniques. En conséquence, ces derniers remettent la question de la Palestine et leur mandat à l’ONU en février 1947. L’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies vote alors le partage de la Palestine et la création d’un État juif.

image0051948. David Ben-Gourion prononce la Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël. L’Égypte, la Transjordanie, le Liban, la Syrie et l’Irak entrent en guerre. Le 15 mai, la Grande Bretagne met fin au Mandat qui lui avait été confié sur la Palestine. LR♦

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s