Comment BDS trompe ses sympathisants

Faux nez groucho-marx-309396_450.pngPar Alexandre Feigenbaum*

La Ligue arabe fut fondée en 1945. L’une de ses premières actions fut de décréter le boycott de tous les produits fabriqués ou vendus par des Juifs. Dès l’indépendance d’Israël, le boycott se déclina en trois types d’actions : (i) pas de commerce entre Israël et les nations arabes ; (ii) boycott des entreprises qui font des affaires avec Israël ; (iii) liste noire des entreprises qui font du commerce avec des entreprises qui font des affaires avec Israël.

BDS IntroCréé en 2005, BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) tente de séduire les défenseurs de droits humains en affichant trois grands objectifs pour la « justice ». Mais voilà, il existe plusieurs versions de ces trois objectifs. Oh bien sûr les différences de mots sont très ténues, mais le sens, lui, est très différent. Des versions « soft » des trois objectifs de BDS sont à l’intention d’occidentaux désirant s’informer. Mais sur la plupart des sites, on trouve, avec presque les mêmes mots, une version « hard », qui n’a pas grand chose à voir avec les droits humains et qui vise à la destruction d’Israël.

BDS Norvège
Copie d’écran de BDS Norvège, 4 octobre 2017

COPIE d’écran, BDS France face-aux-défenseurs, 3 octobre 2017

Version soft des 3 objectifs :

  • fin de l’occupation des territoires arabes occupés depuis 1967,
  • reconnaissance des droits des citoyens arabes palestiniens en Israël
  • et respect du droit des réfugiés à rentrer chez eux.

Nous verrons que cette version soft est en réalité
une arme de guerre contre Israël.

COPIE d’écran de BDS France qui-sommes-nous (4 octobre 2017)

Reprenons ces trois objectifs un à un et comparons les versions. On peut penser en effet que si BDS cache ses intentions, c’est qu’elles ne sont pas avouables.

1) METTRE FIN À L’OCCUPATION ET À LA COLONISATION DE TOUTES LES TERRES ARABES.

S’agit-il de « toutes les terres arabes » (BDS France qui-sommes-nous) ou uniquement de « terres palestiniennes occupées depuis 1967 » (BDS Norvège, BDS intro) ?

« Toutes les terres arabes » : cela inclut l’ensemble du territoire israélien, tel qu’il a été attribué à Israël par la Résolution 181 du 29 novembre 1947. L’expression « toutes les terres arabes » rejoint donc le but du djihad depuis 1947 : éradiquer Israël, dont l’existence n’est pas conforme au Coran.

« Toutes les terres arabes » veut donc dire qu’Israël n’a pas le droit d’exister, nulle part. En réalité il n’est pas question du droit des Arabes, mais du non-droit des Juifs.

L’expression « toutes les terres occupées en 1967 » semble plus nuancée. Elle suggère que le conflit serait purement territorial. Israël aurait le droit d’exister, mais dans d’autres frontières.

Mais en réalité, la très grande majorité des sites de BDS optent pour la version dure : « toutes les terres arabes ». La version « soft » n’est donc là que pour appâter et abuser les novices.

BDS France
BDS France copie d’écran Oct 2017

Les territoires occupés par Israël en 1967 étaient, en gros, la Judée et la Samarie (formant ce qu’on nomme aujourd’hui Cisjordanie), et la bande de Gaza. Ariel Sharon a évacué Gaza en août 2005, sans accord avec les Arabes. Quant à la Cisjordanie, à quatre reprises au moins les Israéliens étaient prêts à l’évacuer : en 1947, quand Ben Gourion accepta le plan de partage de l’ONU et que la Ligue Arabe le rejeta ; en 1994 quand Ytzhak Rabin signa avec Arafat les accords d’Oslo (qu’Arafat déclara être un simple accord tactique) ; en 2000, quand Ehud Barak accepta le plan Clinton et que Yasser Arafat le refusa ; en 2008, quand Ehud Olmert reprit l’essentiel du plan Clinton et que Mahmoud Abbas le refusa à nouveau[1]. Si les leaders arabes refusent un véritable accord, c’est parce qu’en réalité, ils espèrent beaucoup plus que ces territoires : ils veulent un état arabe à la place d’Israël, et non à côté. En tout cas, depuis que BDS existe, Israël a, par deux fois (Sharon et Olmert), fait des avancées pour l ‘évacuation de ces territoires. BDS s’inscrit dans la stratégie d’obtenir davantage.

BDS France
BDS France  » Qui sommes-nous » copie d’écran 4 Oct 2017

2) L’ÉGALITÉ DES DROITS DES CITOYENS ARABES PALESTINIENS.

Cela paraît frappé de bon sens. Mais regardons de plus près. En réalité, la formulation est trompeuse : la notion de « citoyens arabo-palestiniens » n’existe pas. Il y a d’un côté des citoyens Israéliens arabes et, d’autre part, des Arabes palestiniens, résidents de territoires administrés par l’Autorité palestinienne (citoyens du futur état palestinien prévu par les résolutions onusiennes et les accords d’Oslo).

S’il s’agit des Israéliens arabes, ils disposent déjà des mêmes droits que les autres israéliens. Ils ont accès aux prestations sociales, à l’éducation, exactement comme les Israéliens juifs.

Agrandir
BDS copie d’écran 3 Oct 2017

Des Arabes israéliens sont juges à la Cour Suprême d’Israël, l’une des plus hautes fonctions en Israël. D’autres sont avocats, ambassadeurs, chefs d’entreprise … Il y a UNE principale différence : les Arabes font leur service militaire seulement s’ils le veulent bien.

S’il s’agit des Arabes palestiniens, il est normal qu’ils n’aient pas les droits des Israéliens puisque justement, ils ne sont pas israéliens et ne se considèrent pas comme tels. Ils revendiquent d’ailleurs la création de l’état de Palestine arabe, distinct d’Israël.

Cette seconde revendication de BDS est donc purement démagogique. Sur son site, BDS parle d’apartheid que les Israéliens imposeraient aux Arabes, mais ce n’est que de la propagande. C’est une insulte aux vraies victimes de l’apartheid en Afrique du Sud.

3) LE DROIT AU RETOUR DES RÉFUGIÉS PALESTINIENS.

En 1948, 700.000 Arabes ont quitté le territoire israélien, à l’appel des états arabes qui annonçaient qu’ils allaient effacer Israël de la carte. Dans la même période, plus de 900.000 Juifs ont été contraints au départ des pays arabes. L’ONU ne s’est préoccupée que d’aider les réfugiés arabes.

La Résolution 194 de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, citée par BDS, propose une solution globale du conflit. L’article 11 demande que tous les réfugiés qui veulent « rentrer chez eux et vivre en paix avec leurs voisins puissent le faire dans les meilleurs délais ». La résolution insiste sur la paix. Or BDS veut imposer le retour des réfugiés sans négociation de paix. Signalons d’ailleurs que les états arabes avaient voté CONTRE l’adoption de la résolution 194.

En 2017, avec les descendants, avec l’afflux de personnes des régions alentour qui ont cherché à bénéficier de l’aide onusienne, 5 millions de personnes se disent réfugiés palestiniens. BDS demande que toutes ces personnes s’installent en Israël, alors que la population israélienne est de 7 millions de personnes (dont d’ailleurs 20 % d’Arabes israéliens). C’est comme si la France accueillait 45 millions de réfugiés : ce serait la fin de la France. Là il n’y a pas de version « soft » :

Par sa première et sa troisième revendication, BDS réclame donc la fin d’Israël, en dépit de la déclaration 181 des Nations Unies.

Partout dans le monde, un réfugié est une personne qui a dû quitter son pays. Ses enfants nés après l’exode n’ont pas le statut de réfugiés. Ils ne bénéficient pas de l’aide des Nations Unies. Donc personne ne naît réfugié. Personne, sauf … les Palestiniens.

En effet pour les Arabes palestiniens et seulement pour eux, le titre de réfugié est héréditaire. Leurs enfants et leurs petits enfants naissent et naîtront « réfugiés » jusqu’à la fin des temps. Ils auront éternellement droit aux prestations onusiennes. C’est pour cela que l’essentiel de l’aide internationale aux réfugiés est versée aux Arabes palestiniens.

On croit donc à tort que l’objectif de BDS c’est qu’Israël évacue la Judée (littéralement « pays des Juifs » renommé Cisjordanie) qui est sous son autorité depuis 1967. Derrière le double-discours de BDS, il s’agit de diffuser une propagande anti-israélienne, contraire aux faits. Il s’agit en réalité de détruire. Il s’agit en réalité de djihad.

Alexandre FeigenbaumOn le voit, derrière des formulations apparemment généreuses, se cachent des intentions guerrières. Ceux qui se laissent entraîner vers BDS savent-ils qu’ils roulent en réalité pour le djihad ? AF♦

[1] Le refus de la paix par les Palestiniens
Abbas admet avoir rejeté l’accord de paix proposé par Olmert en 2008
* Directeur de recherche

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s