Les cons osent tout*, Libé aussi

Par Liliane Messika

Le 11 avril 2018, Libération nous a offert une tribune, véritable chef d’œuvre qui aurait eu sa place dans les Chroniques martiennes de Ray Bradbury, si ces dernières ne s’étaient pas revendiquées de la science-fiction.

La tribune de Libé relève de la fiction, mais pas de la science.

La francophonie au Moyen-Orient vue par un aveugle
Le non voyant en question s’appelle Pascal Gollnisch, pas « Monsieur » mais « Monseigneur ». Il est directeur général de l’Œuvre d’Orient, une association catholique française dédiée à l’aide aux chrétiens d’Orient.

Monseigneur Pascal a un frère ainé qui se prénomme Bruno.

De là à imaginer qu’ils partagent aussi une aversion pour les Juifs, il y a un pas que nous nous garderons bien de franchir.

Dans une tribune intitulée « La francophonie au Moyen-Orient : un enjeu de civilisation », Gollnisch cadet parle des 400 000 élèves chrétiens et musulmans qui, de « l’Égypte à la Turquie, en passant bien sûr par le Liban » suivent une scolarité en français.

Ne reprochons pas au prélat de ne compter que ses ouailles. Mais on peut accuser le quotidien bobolandais de publicité mensongère : « la francophonie au Moyen-Orient », c’est aussi le million d’Israéliens qui s’expriment dans la langue de Voltaire.

1 million.jpg
1 million de francophones en Israël !

C’est ballot, ni l’auteur de la tribune, ni son éditeur ne savent compter ! Ou alors, ils pensent peut-être que la francophonie israélienne est localisée sur Mars ?

Langue de bois symphonique en noir et blanc
« Le français n’est pas langue du passé ou du colonialisme, elle est celle d’un universalisme qui n’est pas une mondialisation anglo-saxonne, nivelante, arrogante, dominatrice et ignorant les génies des peuples. », écrit Gollnisch et publie Libé.

C’est pas beau, ça ? Le français n’est pas la langue du colonialisme.

Yaka demander aux Marocains, aux Algériens, aux Tunisiens ou aux Françafricains ce qu’ils en pensent…

L’universalisme, c’est beau, la mondialisation, c’est moche, pour ne pas dire mal. Et justement, quelle coïncidence, le français est universaliste et l’anglais est arrogant et dominateur (peut-être même, sûr de lui ?).

Quant au génie des peuples, il est sûr que le français ne l’oublie pas. Entre le verlan et l’arabe, on peut se faire comprendre dans toutes les banlieues de l’Hexagone sans connaître un seul mot du Larousse ou du Robert.

Oeuvre Orient.jpg

Aux armes, francophones ! Formez vos bataillons anti-anglo-saxons !
« Laisser dans cette région s’instaurer le seul face-à-face entre l’arabe et l’anglais revient à l’enfermer dans un rapport de force au service des intérêts financiers. »

Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Un duo qui exclurait le français asservirait la région aux intérêts financiers ? C’est quoi les intérêts financiers ? Financier, en français, c’est un gros mot, un synonyme de profiteur, exploiteur, usurpateur, accapareur ou les quatre à la fois.

Allons, ne nous voilons pas la face (la FACE, on a dit ! Personne n’a mentionné la burqa…) et cessons de nous prétendre mal comprenants. La finance, c’est les Juifs !

Parlant de Pierre Moscovici au congrès du Parti de Gauche à Bordeaux, en mars 2013, Mélenchon disait : « C’est le comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français… qui pense dans la langue de la finance internationale. »

Depuis le temps qu’on le dit, Front National-Mélenchon, même combat, c’est pas le frère Gollnisch qui nous contredira !

Être sourd et aveugle n’empêche pas d’être mal intentionné
Gollnisch cadet commet la même erreur que les journalistes et les lecteurs de Libé : il voit dans feu les printemps arabes un « mouvement de fond vers la citoyenneté et les droits de l’homme pour tous ».

Et pourquoi, alors, ont-ils tous évolué vers l’islamisme sanglant et la tyrannie ?

Un observateur sans a priori pourrait imaginer que leur seul point commun, à savoir la religion, y est pour quelque chose. Mais pour cela, il faudrait qu’il ne soit pas, en plus de la surdité et de l’aveuglement, paralysé par ses préjugés.

Ce n’est pas le cas de l’auteur et de l’éditeur de cette tribune, qui estiment les aspirations démocratiques non pas confisquées par des dictateurs appuyés sur le Coran, mais « déviés et récupérés par des intérêts internationaux et financiers liés à la culture anglo-saxonne. »

Quand les faits contredisent l’idéologie, supprimez les faits !
Ainsi, au Maroc, en Algérie, en Égypte, quand des élections ont fini par se tenir et ont accouché de majorités islamistes, c’était à cause des financiers anglo-saxons !

En Syrie, le dictateur el-Assad s’est défendu et continue de se défendre comme un beau diable. Cela ne devrait pas le rendre sympathique au prélat.

Mais ses ennemis, ces « rebelles » que les rédactions françaises affectionnent sont ni plus ni moins que des islamo-fascistes violents. Encore un coup de la finance internationale cosmopolite ?

A la fin du XIXe siècle, La Croix se vantait d’être le journal catho le plus antisémite de France. Les Gollnisch ne sont pas du genre à faire du passé table rase…LM♦

18 avril 2018
PS : 70ème anniversaire de l’indépendance d’Israël (et toc !) Sur la plage de Tel Aviv, les annonces pour les célébrations sont en 1) hébreu, 2) français et 3) anglais.

Logo Liliane Messika*« Les cons osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Michel Audiard, Les Tontons flingueurs – 1963

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s