Conférence pour la Paix et la Solidarité le 17 septembre 2019

Conf Paix Solidarité 17-9-19.jpgCette conférence a été organisée au palais Brongniard, d’une part par le président de l’Islam de France Ghaleb Ben Cheikh, et d’autre part par la ligue Islamique Mondiale, dont le secrétaire général Mohamed Al Issa, fut ministre de la justice saoudienne, et qui a financé la rencontre.

Ghaleb Ben Cheikh, que nous connaissons, est incontestablement, et depuis des années, un fervent partisan de l’Islam des lumières, et en qualité de citoyen français, un laïc affirmé.

Au nom de l’amitié entre les trois religions, cette conférence fut placée sous le signe de la Fraternité Abrahamique, de l’entente mutuelle et du vivre ensemble dans la paix et la solidarité.

Cette initiative novatrice, destinée à réconcilier l’Islam avec un environnement suspicieux, constitue à première vue une initiative à laquelle nous ne pouvons qu’adhérer, sous peine de passer pour des sectaires, conservateurs et racistes.

Le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, a saisi cette opportunité, a fait une intervention très remarquée et a signé un mémorandum placé sous le signe de la liberté de conscience, la liberté de religion, l’égalité entre tous, et condamnant sans appel le terrorisme et le salafisme.

La grande salle du Palais Brongniard contenant plus de 400 personnes était quasiment pleine. L’assemblée était jeune, composée d’hommes et de femmes en majorité musulmans, une minorité d’entre elles étant voilées.

Cette manifestation à caractère indiscutablement humaniste, a constitué une opération de séduction des musulmans de France en direction de son environnement, et il est permis de se demander quelles en étaient les raisons profondes, réelles ou apparentes.

Ligue Islamique Mondiale.jpg
Coorganisateur de la conférence

Sans entrer dans une analyse très détaillée, il est clair qu’une part sûrement importante de nos concitoyens musulmans commencent à aimer la France où ils sont nés, sa démocratie, sa liberté de penser, sa laïcité, et le droit de pratiquer la religion de leur choix, dans l’espace privé, et dans le respect de nos traditions, de notre histoire, et d’une certaine identité hexagonale.

 

Pour cela il fallait réconcilier les Français avec l’Islam, le vrai, qui n’a rien à voir avec l’Islamisme, le terrorisme, et le Salafisme, qu’ils combattent comme nous et avec nous, en pleine solidarité.

En somme : « nous sommes comme vous, avec vous, et nous revendiquons d’être reconnus comme tels, et non pas assimilés à ceux qui prônent une mainmise de l’Islam sur la société française. »

Cette manifestation, la première du genre, pourrait constituer le premier acte d’un long processus ; l’absence remarquée du CFCM, la présence de la ligue Islamique mondiale qui a longtemps soutenu le Salafisme, et qui inspire une certaine méfiance, et une intervention ambiguë de Tarek Obrou imam de Bordeaux, font qu’il y a lieu de se maintenir sur une certaine réserve et attentisme. Haïm Korsia, toujours ouvert à tous les espoirs, sans réellement cautionner, part du principe qu’on ne refuse pas une main tendue.

Cette absence de consensus, et à plusieurs niveaux, prend sa source dans l’interprétation du changement de stratégie de communication de la fondation de l’Islam de France et de la ligue Islamique mondiale, à savoir tendre la main aux autres religions, et surtout à l’instar des juifs, considérer que la loi et les usages du pays d’accueil doivent être adoptées prioritairement par l’ensemble des musulmans, sous peine d’être stigmatisés, rejetés, voire combattus. Ceci dans le but de s’intégrer en douceur, sans perdre leur identité, soit plus cyniquement pour permettre à l’Islam de pénétrer voire d’imbiber les sociétés française et européennes sans bruit, sans exiger des cantines hallal, des piscines séparées, des prières de rues ou des burkinis sur les plages, mais en vue d’imposer la pensée islamique, à partir de prises de pouvoir à tous les niveaux de la société, et en particulier grâce à une démographie galopante, ce qui reste à prouver !

Aujourd’hui nous sommes placés devant ces alternatives particulièrement troublantes.

Pour ma part je ne vois qu’une solution, être parfaitement conscient, vigilant, critique et sur l’expectative, mais « suivre le menteur jusqu’à la porte de son père », dans l’espoir, qui sait, qu’il dit la vérité, ou qu’il tombera lui-même dans le piège si confortable de notre pensée démocratique et laïque. ML

Marc LumbrosoMarc Lumbroso, MABATIM.INFO
Président d’Honneur du B’nai B’rith de France

Voir aussi :
https://paix-et-solidarite.org/

Un commentaire

  1. Bonjour Marc,
    Cet article qui commence sur un espoir d’ouverture évolue peu à peu vers une sensation de manipulation insidieuse. Il démontre que la situation est complexe et nous prévient de ne pas suivre le « menteur », de rester vigilant.
    Il y a en Islam des hommes et femmes ouverts et respectueux de la laïcité, mais il y a aussi chez beaucoup d’autres une volonté de domination.
    Il faut absolument lire Bat Ye’or.
    Merci Marc. Amitiés.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s