François Burgat ou la haine de la France

Devoir de réserve ?

Les fonctionnaires français sont soumis à un devoir de réserve, jusqu’à leur retraite. Après leur cessation d’activité, peuvent-ils faire état par exemple de leur titre de directeur émérite de recherche au CNRS pour dénigrer la France et prétendre justifier le bien fondé du terrorisme qui frappe ses citoyens ? La passivité de la France laisse perplexe.

François Burgat est un proche de Tariq Ramadan. Ce célèbre islamologue a longtemps dirigé l’Institut Français du Proche-Orient à Damas et à Beyrouth, il préside aujourd’hui le Conseil d’Administration du Centre Arabe d’Études Politiques de Paris (CAREP), lequel est financé par le Quatar. Il collabore au site Orient XXI, principalement actif contre Israël et le royaume du Maroc.

La thèse, à la fois surprenante et inquiétante, que défend François Burgat avec quelques autres intellectuels français dont Alain Gresh, Edwy Plenel, Dominique Vidal, Houria Bouteldja… est simple :

« il faut comprendre le terrorisme, c’est une contre violence. Le terrorisme répond à la domination qu’a fait subir l’occident aux arabo-musulmans ».

Une tribune publiée dans l’Obs : Guerres et terrorisme : sortir du déni exprime cette opinion. Faire la guerre au terrorisme engendre du terrorisme. Plus d’équité – car nous sommes injustes envers les musulmans – débouchera assurément sur moins de terrorisme prétendent-ils.

Le problème, c’est la France

Le problème du terrorisme n’est pas l’Islam, le problème c’est la France. Nous sommes responsables dit François Burgat lors d’une audition à la commission des lois de l’Assemblée Nationale le 12 janvier 2016.

La relation dominant-dominé est la cause du terrorisme, La colonisation des pays musulmans par l’occident est insupportable pour les musulmans, humiliés, torturés, caricaturés et dans cette relation mortifère, la responsabilité du plus fort est naturellement plus grande que la responsabilité du plus faible affirme François Burgat.

La colonisation arabo-musulmane.

François Burgat occulte complètement la colonisation arabo-musulmane puisque le postulat est que les musulmans sont toujours les victimes.

Et pourtant !

La conquête par l’islam, qu’ils ne veulent pas voir, a d’abord commencé vers le Moyen-Orient, l’Irak, l’Iran, la Syrie, l’Égypte, puis vers l’Afrique du Nord berbère et, de là, en Europe vers la péninsule ibérique et le sud de la France. Les armées mahométanes poursuivirent ensuite vers l’Asie centrale et les Indes, Java, Bornéo et vers l’Empire byzantin. La Méditerranée occidentale devint un « lac musulman ». Les raids musulmans terrorisaient les populations chrétiennes de tout le littoral. Rome et la Basilique Saint-Pierre ont été mis à sac. En Russie, la colonisation musulmane a continué vers le Caucase et l’Arménie puis vers la Grèce et, dans les Balkans, vers l’Albanie et la Bosnie.

En Europe centrale il ont pris pour cible la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Bohême et la Pologne et sont arrivés aux portes de Vienne.

Faire croire que cette colonisation n’a pas existé ou qu’elle s’est faite avec amour et sans violence est une manipulation de la vérité historique. Si la colonisation occidentale a été épouvantable, comment qualifier la colonisation arabo-musulmane ?

Aux Indes, eut lieu « le plus grand génocide de l’histoire », 80 millions de personnes ont péri, tuées par les conquérants musulmans. En Europe, les victimes se comptèrent en dizaines de millions. Le Maghreb berbère et les pays arabo-musulmans ne furent pas épargnés par cette soif de pouvoir.

L’Empire ottoman, le plus vaste ayant existé dans le monde, fut vaincu et démantelé après la première guerre mondiale, mais aujourd’hui Erdogan essaie de le faire renaitre de ses cendres.

Idiots utiles de l’islamisme

Les intellectuels français qui soutiennent ces thèses semblent revenus aux années 60, quand la Conférence Tricontinentale de la Havane préconisait les actions suivantes :

  • Appliquer les mesures en vue de rendre effective la lutte armée contre la « violence impérialiste ».
  • Promouvoir et coordonner la solidarité effective des mouvements de libération nationale.
  • Apporter une aide morale, politique et militaire à ces mouvements, notamment à ceux qui luttent les armes à la main contre le colonialisme et l’impérialisme.
  • Organiser une campagne constante contre la politique croissante d’agression impérialiste dans le monde.

Ces « penseurs » ont facilement fait table rase de l’histoire. Les islamistes se sont empressés d’éliminer ceux qui les avaient aidés à parvenir au pouvoir, en Algérie et en Iran par exemple. Pourtant, François Burgat voit du bon dans les actions des Frères Musulmans et de Daesh :

« Nous devons voir les ressources positives de Daesh »

dit-il dans son audition à l’Assemblée Nationale. C’est exactement ce que prétendaient beaucoup de dirigeants européens à propos du nazisme, avec le résultat que l’on connaît.

On n’a pas le droit de refuser aux musulmans, solidaires de leurs frères en Orient, de les venger en France prétend encore François Burgat qui s’est longuement étendu sur l’attentat qui a décimé Charlie Hebdo. S’il n’y avait pas de motifs à la violence comme le sont les caricatures, les Rafales, les F16, les drones et l’État d’Israël, il n’y aurait pas de bombes ni de Kalachnikov dans les rues de Paris. Et pourtant les attentats du drugstore Publicis en 1974, de la rue des Rosiers et du pub St-Germain en 1982, du RER St-Michel en 1995 et ceux du GIA et bien d’autres trop longs à énumérer sont bien antérieurs aux caricatures et aux mesures antiterroristes.

Le gouvernement français a joué, en France, assène-t-il, la communauté juive contre la communauté musulmane en laissant faire les massacres de Gaza en 2006. Il ne mentionne pas les centaines de roquettes visant les civils d’Israël et incrimine la communauté juive de France. Ces propos justifient-ils aussi les assassinats de Mohamed Merah et les meurtres de Sarah et Ilan Halimi, Mireille Knoll et les autres ?

Un adepte du tweet

La simplification extrême du tweet permet à François Burgat d’exposer ses thèses : le terrorisme est causé par les bombes françaises contre Daesh, Boko Haram et Al Qaida. Il le dit sur Tweeter sans débat et sans contradictions.

On pourrait imaginer que François Burgat respecte les Arabes Il n’en n’est rien Il leur réserve, hormis aux puissants, ironie et dédain.

Sur Tweeter Burgat partage un pamphlet contre Boualem Sansal et Kamel Daoud qui se battent contre l’islamisme et qu’il déteste, et les nomme : « les écrivains algériens disciples de BHL.. » Quant à l’imam Chalgoumi, il s’en moque en le traitant d’analphabète. Il est vrai que Chalgoumi n’est pas né en France. Burgat si. Ce grand intellectuel écrit ; « Solidarité avec les enfants d’Albertville, victime des dérives… » Lorsqu’on se moque des autres, il vaut mieux être irréprochable et marquer d’un « s » le pluriel.

Et que penser d’un chercheur français qui apporte son soutien à ceux, fussent-ils des enfants musulmans, qui ont insulté la mémoire de Samuel Paty et approuvé sa décapitation ? Pour lui, ce sont eux les victimes.

Les Frères Musulmans

Mohamed Louizi décrit ainsi François Burgat :

« Je ne connais pas un « frère » qui a tant fait pour les Frères musulmans, à l’échelle nationale, comme à l’échelle internationale, comme François Burgat.… Telle une caution « académique » consentante, François Burgat se plaît ostensiblement au service assurément conscient de l’islamisme, celui des Frères musulmans, depuis l’amphithéâtre, en passant par les jurys de soutenance de thèses, par les plateaux télé, jusqu’au prétoire du tribunal, s’il le faut. Caution universitaire ? Communiquant zélé ? Fidèle compagnon de route ? Blanchisseur du djihadisme ? Tout cela à la fois ? Une chose est certaine : de tous les compagnons des Frères musulmans, le meilleur est François Burgat. ».

Autre exemple cité par Ian Hamel de Global Watch Analysis :

« L’ancien chercheur (François Burgat) accuse le « système » français de « préparer le prochain Mickaël Harpon », du nom du tueur de la préfecture de police de Paris. Si l’on suit le raisonnement du président du CAREP – qui qualifie les quatre meurtres de policiers d’« événement » – en criminalisant les musulmans, la France cherche à pousser à bout certaines personnes fragiles car discriminées à commettre l’irréparable. En clair, c’est la France qui fabrique volontairement de la radicalisation ! Finalement, selon Burgat, les terroristes les plus sanguinaires ne seraient que d’innocentes victimes de l’égoïsme et de l’iniquité de l’Occident. »

La France nourrit des vipères en son sein

L’apologie du terrorisme n’est pas la liberté d’expression. En défendant le PIR et les associations islamiques radicales (que l’État veut interdire), qui sont en lien avec le terrorisme comme le CCIF, Baraka City, les Loups gris ou le collectif Cheikh Yassine, les François Burgat et leurs amis méprisent la France.

Ils sont peu nombreux mais honorés grâce à leurs titres et à leurs soutiens dans la presse et les réseaux sociaux. Ils font beaucoup de bruit. Ils font partie de l’extrême droite comme de l’extrême gauche.

Ils accusent la France d’être la cause du terrorisme qui frappe ses citoyens, cette France qui leur verse un salaire, ou une retraite confortable. Cette France qui malheureusement nourrit des vipères en son sein.

Compagnons de route de l’islamisme, François Burgat et ses amis veulent imposer aux nations occidentales le djihad et la dhimmitude, l’asservissement aux « damnés de la terre » que sont, d’après Franz Fanon, les islamistes anciennement colonisés KF♦

Klod Frydman, MABATIM.INFO

4 commentaires

  1. On ne le répétera jamais assez : la victimisation est l’arme préférée des pervers pour confusionner les foules ignorantes (car abruties de propagande par la médiacrassie française), dès lors incapables de distinguer agresseurs et victimes.
    Car inverser les valeurs (ciel ! un gros mot) est une des manipulations préférées des pervers pour confusionner, i.e. empêcher de penser.

    PS : à quand une nouvelle épuration, comme après la guerre, pour punir les kollabos ?

    J'aime

    • Kollabos, le mot est lâché, c’est bien cela qu’il s’agit. Une épuration serait bien nécessaire mais je crains que la mentalité de dhimmi de nombreux responsables la rende impossible.
      Les plaidoiries des avocats des victimes des attentats de 2015 ont été sensationnelles. Nous saurons bientôt s’ils ont prêché dans le désert ou s’il y a une réaction de la justice.

      J'aime

  2. En tant qu’ambassadeur de France en Israël, il était fidèle à la position officielle et c’est le plus navrant. Un des chauffeurs de son ambassade trafiquait des armes avec les Palestiniens.
    Merci Klod.

    J'aime

    • Merci pour ton appréciation. Je crois que tu fais une confusion concernant l’ambassadeur de France en Israël avec Christophe Bigot qui était resté 4 ans. Je l’ai rencontré plusieurs fois et je le trouvais sympathique. De retour au ministère il a été nommé à l’ONU où il s’est montré le pire des anti israéliens. Je crois qu’il est aujourd’hui conseiller de Macron pour le Proche Orient, ce qui n’augure rien de bon.
      L’histoire du chauffeur de l’ambassade c’est sous Maisonnave. On n’a jamais entendu parler de sanctions.
      Merci à toi Jean-Jacques.

      Aimé par 1 personne

Répondre à dov kravi דוב קרבי Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s