Poutre raciste, Tlaib nous met la paille dans l’œil

La petite chaperonne rouge vif

L’exception française n’est pas une exception, hélas : les Américains ont leur Bouteldja. Elle s’appelle Rashida Tlaib, elle est élue démocrate, se présente comme palestino-américaine et elle est aussi inique et vénéneuse que notre unique Bouteldjeuse.

Rashida Tlaib, démocrate de l’extrême, ne cesse de rappeler qu’elle a une mère-grand qui vit en Cisjordanie. En août 2019, elle avait envisagé de venir lui porter un petit pot de lait et de miel dans son domicile mitoyen du pays du lait et du miel, mais elle s’est ravisée quand les Israéliens lui ont donné l’autorisation, pour « raisons humanitaires » d’atterrir à l’aéroport Ben Gourion.

Dans un premier temps, l’accès lui avait été refusé, car la raison de son voyage était la destruction de l’État juif et son remplacement par une dictature palestinienne. Ils n’ont aucune suite dans les idées, ces Juifs ! Dame Tlaib si. Ayant dû promettre de ne pas se livrer à des activités anti-israéliennes pendant son séjour, elle a renoncé à celui-ci, puisqu’il avait perdu tout intérêt. Tant pis pour sa Mère-grand.

Depuis, le grand méchant Covid a sévi

La Tlaib, chaperonnée par Amnesty International, a ré-attaqué contre l’État juif, l’accusant cette fois-ci d’apartheid au motif qu’il vaccinait sa population, mais pas les Palestiniens voisins. Les Palestiniens n’avaient rien demandé, puisqu’ils géraient leur propre système de santé. Ils avaient annoncé, en décembre 2020, qu’ils avaient commandé 4 millions de doses du vaccin Sputnik à la Russie :

« Nous nous débrouillons tout seuls pour obtenir le vaccin auprès d’un certain nombre de fournisseurs. Nous ne sommes pas un département du ministère israélien de la santé. Nous avons notre propre gouvernement et notre propre ministère de la santé et ils font d’énormes efforts pour obtenir le vaccin (JPost). »

Le 19 janvier 2021, ils ont d’ailleurs annoncé attendre la première livraison trois jours plus tard (Reuters).

Est-ce une raison pour cesser de médire ? Non, bien sûr. Tlaib a donc continué. Elle a accusé Israël d’être raciste et de ne pas se soucier de ses voisins (World Israel News).

Estime-t-elle que les États-Unis devraient fournir des vaccins au Mexique et au Canada, qui ne leur ont rien demandé ? Non. Et alors ? Et alors, quand les vaccins russes ne sont pas arrivés, parce qu’ils avaient du retard, l’Autorité palestinienne, relayée par l’inénarrable Tlaib, a accusé les Juifs. Ça a dû mettre Poutine en colère, qu’on le croie à la botte des quelques résidus des purges de Staline, qui survivent en cachant leur kippa sous une chapka !

Israël vaccine tous les Israéliens, juifs, arabes et autres

Lorsque l’État juif a vacciné son millionième patient, le premier ministre est venu se faire photographier à ses côtés, tout comme notre Chirac se faisait tirer le portrait à côté des vaches enrubannées au Salon de l’agriculture. Manque de chance, il s’est ensuite avéré que le patient n°1 000 000, Muhammad Abd al-Wahhab, âgé de 66 ans, était un repris de justice, qui avait été condamné pour double homicide.

La presse israélienne s’en est donné à cœur joie, en ironisant sur le joli couple formé par le premier ministre juif et le double meurtrier arabe. Oups, non, renseignement pris, ce n’était pas un criminel, juste un voleur, qui avait purgé 14 ans pour vol à main armée et trafic d’armes et qui était sorti de prison en 1999. Le France Info israélien, qui s’appelle Kan, a immédiatement publié un démenti et rectifié ses informations erronées.

Pour le touriste français, expliquons le processus : il s’agit d’une coutume exotique, qui enjoint de respecter l’engagement, pris par tous les médias, de diffuser des informations factuelles et vérifiées. Quand il s’avère qu’une erreur a été commise, la loi (et la morale) obligent le contrevenant à réparer sa faute, surtout si elle a porté préjudice à quelqu’un (en l’occurrence, al-Wahhab, pas Netanyahou).

Pour l’antisioniste français adepte des inventions de Tlaib, Bouteldja et les membres de leur secte, insistons sur le fait que ce millionième vacciné n’était pas le premier Arabe israélien à subir la piqûre. L’objectif du pays est que tous les citoyens sans exception soient immunisés. Oui, même ceux qui subissent l’apartheid mental des antisémites français. Et pour ajouter l’éloge à l’approbation, rappelons-leur aussi que 20 % de la population israélienne est arabe, alors qu’eux-mêmes n’envisagent un État palestinien que Judenrein.

Au Liban l’apartheid contre les Palestiniens est réel, mais il laisse indifférent

Sur les 450 000 réfugiés palestiniens qui vivent au Liban (chiffre de 2019), la moitié est entassée dans 12 camps insalubres. Ils n’ont pas le droit de posséder des biens immobiliers et, depuis 2005, « seulement » 20 professions de haut niveau leur sont interdites (contre 70 auparavant). Cinq ans après ce changement, toutefois, ils n’avaient bénéficié que de 261 des presque 147 000 permis de travail délivrés à des non Libanais. Beaucoup ne faisaient pas la demande, car les charges salariales étaient lourdes et sans contrepartie. En effet, le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU, s’était ému de ce que les Palestiniens (à qui une autre agence, l’UNRWA, est entièrement dédiée) n’avaient qu’un accès très réduit à la Sécurité sociale libanaise (ONU HCR).

En 2011, puis en 2018, deux enfants de 3 ans sont morts à la porte d’hôpitaux libanais qui leur refusaient l’entrée, au motif que leurs parents n’avaient pas de quoi payer les frais d’hospitalisation non couverts par l’assurance (Gatestone Institute).

Un homme d’affaires palestinien, Ziad Aref, a estimé autour de 56 % le taux de chômage des réfugiés palestiniens au Liban. Il a accusé

« les dirigeants palestiniens, coupables à ses yeux d’indifférence envers la détresse des travailleurs et entrepreneurs palestiniens de la région », alors que dans le même temps, « plus de 100 000 Palestiniens de Cisjordanie sont titulaires d’un permis de travail en Israël. Le 15 juillet 2019, selon une estimation du ministère israélien de la Défense, plus de 80 000 travailleurs palestiniens sont entrés en Israël (Gatestone Institute). »

Les réfugiés palestiniens au Liban n’ont pas droit au vaccin anti-Covid

Le Liban ne met pas tous ses vaccins dans le même panier : il a passé commande de 4,7 millions de doses à trois laboratoires pharmaceutiques pour ses 6 millions de citoyens (Naharnet, Liban).

Et le million de réfugiés ? Bah, l’UNRWA prendra en charge les Palestiniens et le HCR les autres, sûrement. Sauf que l’UNRWA et le HCR renvoient la balle à l’OMS et, en bout de course, espèrent que si ce n’est lui, ce sera donc l’État libanais qui chargera. Mais l’État libanais, lui, n’a strictement rien à faire des Palestiniens (Algemeiner).

Pendant que les responsables des Palestiniens se repassent la patate chaude, les affaires des antisionistes continuent. 4000 Palestiniens du Liban sont infectés, 145 sont déjà morts et d’innombrables autres meurent d’autres maladies, de malnutrition et de mauvais traitements dans le silence général. BDS, le mouvement soi-disant dévoué à leur cause, n’a pour vocation que le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël. Il ne rate pas une occasion d’inventer une occasion de le vilipender. En revanche, ses statuts ne prévoient pas qu’il dépense les généreuses subventions dont il est abreuvé pour améliorer le sort de réfugiés, où que ce soit d’autre sur la planète.

En France, c’est la « planification de la campagne », en Israël, c’est un « apartheid »

Notre média gouvernemental s’est scandalisé qu’en Israël, les terroristes prisonniers soient vaccinés après les autres prisonniers et que la vaccination dans les prisons commence par le personnel. C’est dégueulasse ! C’est comme si en France, on vaccinait les gardiens avant les prisonniers ! Ah, en France, on n’en est encore qu’aux EHPAD, où l’on vaccine le personnel, puis les nonagénaires, puis les octogénaires… Quant aux prisonniers, on verra une fois le reste de la population vaccinée, vers 2034. Rien à voir, donc, entre les deux.

France 24 médit, la main dans la main et la langue dans la bouche du directeur de Human Right Watch, une ONG dont le fondateur a démissionné quand sa créature a troqué la défense des droits de l’homme contre une attaque des droits d’Israël. Son directeur actuel pour « Israël et la Palestine », Omar Shakir, a estimé que

« rien ne peut justifier la réalité d’aujourd’hui dans certaines parties de Cisjordanie où les gens d’un côté de la rue reçoivent des vaccins et pas ceux de l’autre côté, selon qu’ils sont Juifs ou Palestiniens. Tout le monde, sur le même territoire, devrait avoir un accès équitable au vaccin, quelle que soit son origine ethnique (France24). »

Si c’était ce qui se passait, il aurait raison. Mais là, il s’agit de citoyenneté : les Palestiniens dépendent de leur ministère de la Santé et les Israéliens du leur. En revanche, sur le traitement des Palestiniens du Liban, Omar Shakir n’a rien à dire. France 24 non plus.

En Syrie, apartheid et guerre civile au programme. Pas à la TV française !

En Syrie, le droit du sol ne s’applique pas : les enfants de réfugiés palestiniens naissent palestiniens, pas syriens et comme ces réfugiés-là sont différents de tous les autres réfugiés du monde, ils naissent RÉFUGIÉS palestiniens, et leurs enfants après eux.

L’ONG britannique AGPS (Action Group for Palestinians of Syria), a livré ses dernières statistiques en janvier 2021 : en dix ans, la guerre civile a fait 4048 victimes palestiniennes, dont 484 de sexe féminin, 333 disparus et 1797 détenus au secret dans les prisons du régime, dont 620, au moins, ont été torturés. Leurs conditions de vie se sont tellement détériorées que AGPS parle de travail forcé des femmes et des enfants, de mendicité, de fouille des poubelles pour trouver de la nourriture, de dizaines d’amputés…

60 % de leurs protégés sont toujours déplacés : 270 000 en Syrie même. Plus de 150 000 ont fui la Syrie : 125 000 pour l’Europe, le reste pour la Jordanie, le Liban, l’Égypte, la Turquie et la Grèce (AGPS). Dans de nombreux points de chute, ils sont détroussés ou arrêtés, voire les deux successivement.

Leurs appels au secours ne sont entendus ni des dirigeants palestiniens, que ce soit dans la Palestine 1, alias Cisjordanie ou dans la Palestine 2, alias Gaza, ni des autres ONG que AGPS, qui sont occupées à vilipender Israël. Elles ne peuvent pas tout faire !

Quant au vaccin anti-Covid pour les réfugiés palestiniens de Syrie, il n’en est question nulle part.

Pas même dans la complainte en apartheid de BDS.

Bien que ces vaches d’Israéliens, Bien que ces vaches d’Israéliens
Aident les pov’ Palestiniens, Aident les pov’ Palestiniens
C’est pas tous les jours qu’on les vaccine, chloroquine, chloroquine
C’est pas tous les jours qu’on les vaccine

Car même avec des bons de l’UNRWA, Car même avec des bons de l’UNRWA
Faire les cent pas le long des oueds, Faire les cent pas le long des oueds
C’est fatigant pour les Ahmed, Apartheid, apartheid,
C’est fatigant pour les Ahmed

Non seulement ils ont un Président, Non seulement ils ont un Président
Qui a été élu pour 4 ans, Qui a été élu pour 4 ans
Seize ans après il a toujours le rôle, Pas drôle, pas drôle,
Seize ans après il a toujours le rôle

Pauvres Goliath abandonnés, Pauvres Goliath abandonnés,
Tant que c’est pas la faute aux Juifs, Tant que c’est pas la faute aux Juifs,
Et menacés de la Covid, pas David, pas David,
Et menacés de la Covid… LM♦

Liliane Messika, MABATIM.INFO

3 commentaires

  1. Quelques fois nos dirigeants indiquent la sortie à nos ennemis, mais ce n’est que quelques fois. Quand le minus micron a produit son caca nerveux à Jérusalem, on a pas su lui rappeler que tout ce qui se trouve sur le sol Israélien, appartient à Israël. A une autre époque, il s’agissait du voleur, pas de Bagdad, mais de l’argent des cons tribuables français.

    J'aime

  2. Il faut dire et redire a quel point la politique française et ses organes d information/propagande comme France24 et autre RFI plus particulierement destinés a porter la  » voix de la France  » a l etranger ( donc en fait chez les clients islamiiques )• sont etroitement cornaqués par les fonctionnaires eurabiens du quai d orsay , alors que le controle ideologique des medias nationaux semble legerement se relacher sous la pression de quelques citoyens prets a souligner les mensonges incessants et la haine antisioniste .

    J'aime

Répondre à Hervé Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s