Les menaces que la communauté juive américaine refuse d’affronter

Source : Caroline Glick
IsraelHayom 2/4/2021

Après avoir été contraints par les restrictions Covid-19 à célébrer la Pâque seuls l’année dernière, comme leurs frères israéliens, les Juifs américains ont pu, dans l’ensemble, célébrer le seder de Pâque avec leurs amis et leurs familles cette année. Et comme en Israël, les familles juives américaines se sont réjouies d’être délivrées de la solitude lors de la fête juive de la délivrance.

Mais même la joie de Pâque n’a pu dissiper les deux gros nuages qui planent au-dessus de la plus grande diaspora juive.

La première menace est la haine croissante des Juifs

Les groupes juifs américains sont bons pour combattre le suprématisme blanc. Malheureusement, la menace extérieure la plus dangereuse pour la vie juive en Amérique ne vient pas des néo-nazis. Elle vient de leur propre camp.

Avec les hindous, les Américains juifs constituent le groupe religieux le plus éduqué d’Amérique. Les juifs américains ont longtemps supposé que la principale source d’antisémitisme en Amérique était le manque d’instruction et qu’à mesure que les niveaux d’instruction augmentaient, les niveaux d’antisémitisme diminuaient. Étant donné la prévalence de l’antisémitisme sur les campus universitaires, des chercheurs de l’université de l’Arkansas ont décidé de vérifier cette hypothèse.

Publiant leurs conclusions cette semaine dans le magazine Tablet, ils ont démontré à quel point cette hypothèse est devenue fausse. Contrairement à ce que les organisations juives ont longtemps affirmé, il s’avère que plus les Américains sont instruits, plus ils sont antisémites.

Les diplômés de l’enseignement supérieur sont cinq pour cent plus susceptibles d’appliquer des doubles standards antisémites aux Juifs que les Américains qui ne sont pas allés à l’université. Les titulaires de diplômes supérieurs ont utilisé des doubles standards à l’encontre des Juifs 15 % plus souvent que les personnes interrogées n’ayant pas fait d’études supérieures.

Les implications sont graves. Le monde universitaire, le terrain de prédilection des Juifs américains depuis un siècle et la clé de leur entrée dans l’élite américaine, est désormais un territoire hostile.

Ensuite, il y a les médias.

Au milieu du 20ᵉ siècle, les Juifs américains étaient les pionniers des médias de masse, des industries du divertissement et de la musique aux États-Unis. De plus en plus, cependant, ils sont aujourd’hui leur souffre-douleur.

Le mois dernier, dans le cadre de l’émission Saturday Night Live’s Weekend Update, un reportage sur l’effort israélien de vaccination contre le Covid-19 a été présenté. La chute était qu’Israël ne vaccinait que ses citoyens juifs. Ce mensonge n’est pas venu de nulle part. Il est né de la calomnie selon laquelle la seule démocratie libérale du Moyen-Orient est un État raciste. L’emploi de cette insulte par SNL était l’expression de son acceptation générale dans les cercles progressistes d’aujourd’hui.

Quelques jours plus tard, la série dramatique “Nurses” de NBC dépeignait les Juifs orthodoxes comme des racistes enragés. Faisant écho à la propagande nazie, une scène de la série montrait un patient juif orthodoxe et sa famille rejetant la recommandation de son médecin de lui faire une greffe d’organe parce que l’organe pourrait provenir d’un « non-Juif ».

Il est évident que les scénaristes, les producteurs et les réalisateurs de la série n’auraient pas intégré cet antisémitisme primaire dans leur scénario s’ils n’y croyaient pas ou s’ils craignaient de ne pas s’en sortir.

Et jusqu’à présent, ils s’en sont sortis.

Il y a une semaine et demie, l’animateur de CNN Don Lemon est apparu dans l’émission The View sur ABC pour discuter des remèdes au supposé « racisme structurel » de l’Amérique.

Lemon a déclaré qu’une première étape pour purger les Américains du racisme était de remplacer leurs photos de Jésus, qui le dépeignent comme « un hippie de Suède ou de Norvège », par de nouvelles qui montrent « à quoi ressemblait Jésus ».

Et à quoi Jésus ressemblait-il vraiment ?

« Soit à un Jésus noir, soit à un Jésus brun, car nous savons que Jésus ressemblait davantage à un musulman », a déclamé Lemon, en connaissance de cause.

Comme la blague antisémite de SNL, et le drame antisémite de “Nurse”, l’omission par Lemon de mentionner que Jésus était un juif de Bethléem n’est pas venue de nulle part. Elle est venue du leader de la Nation de l’Islam, Louis Farrakhan. Aujourd’hui, le prédicateur qui admire Hitler est considéré comme un leader religieux “authentique” par des millions de révolutionnaires. Sa célébrité fait de lui le plus puissant détracteur des Juifs de l’histoire américaine. La déclaration de Lemon fait écho à l’affirmation de Farrakhan selon laquelle les Juifs sont de « faux Juifs » et que les « vrais Juifs » sont des Noirs et des musulmans.

La cérémonie des Grammy Awards du mois dernier a montré clairement que l’antisémitisme de salon n’est pas un obstacle à l’entrée dans les hautes sphères de la culture des célébrités américaines. Il peut même être un atout. La militante noire Tamika Mallory, qui a qualifié Farrakhan de “GOAT” (c’est-à-dire le plus grand de tous les temps), a prononcé un discours sur la justice raciale. Et la chanteuse Dua Lipa, qui a attaqué les Israéliens en les qualifiant de « faux juifs » et a affirmé que le Hamas était une invention israélienne, s’est produite lors de l’événement.

Ensuite, il y a le parti démocrate – le foyer politique de 65-75 % des Juifs américains. Ce n’est pas simplement que des politiciens antisémites comme Rashida Tlaib, Betty McCollum et Ilhan Omar ont maintenant le vent en poupe, ou que des politiciens pro-israéliens comme Elliot Engel et Dan Lipinski ont été évincés du pouvoir.

Il ne s’agit même pas simplement du fait que des politiciens de haut rang comme le gouverneur de New York Andrew Cuomo et le maire de la ville de New York Bill Deblasio utilisent l’antisémitisme pour rallier leurs partisans ou que le président Joe Biden a nommé des personnes ouvertement hostiles à Israël et des militants du BDS à des postes élevés de son administration.

La semaine dernière, Biden a organisé un seder de Pessah à la Maison-Blanche qui a effacé les Juifs et Dieu de l’histoire de leur délivrance d’Égypte. La Maison-Blanche a invité le rabbin progressiste et anti-israélien Sharon Brous à officier lors de cet événement qui a réécrit et dé-judaïsé tous les aspects de la fête de la liberté juive.

De manière désastreuse, ces assauts contre tous les aspects de la vie et de l’identité juives par la gauche woke se produisent alors que de nombreux Juifs américains abandonnent leur judaïsme parce qu’ils voient peu de raisons de rester activement juifs. Plus de 70 % des Juifs non orthodoxes qui se marient épousent des non-Juifs. Plus surprenant encore, seule la moitié des Juifs américains non orthodoxes en âge de se marier (25-54 ans) sont mariés. Parmi ceux qui sont mariés, seuls 15 % élèvent des enfants en tant que Juifs. Les femmes juives non orthodoxes ont les taux de fécondité les plus bas des États-Unis.

Compte tenu de ces données, il est logique que 65-75 % des Juifs américains restent dans un foyer politique et idéologique hostile aux Juifs. C’est une question de priorités. Cela explique également pourquoi une grande partie de la réponse communautaire à la montée de l’antisémitisme et de l’assimilation a été inefficace, voire contre-productive.

Prenez la Ligue anti-diffamation, par exemple. Avec un budget annuel d’environ 100 millions de dollars, l’ADL est censée être la première ligne de défense de la communauté contre l’antisémitisme. Mais avec une direction composée de fantassins dévoués à la révolution progressiste, qui plutôt que de combattre les réseaux de télévision qui propagent des théories de conspiration et des calomnies antisémites, ou les chemises brunes du BDS sur les campus qui terrorisent les étudiants juifs, l’ADL a consacré ses ressources à la lutte contre la « suprématie blanche ». Bien sûr, comme l’ont montré les fusillades dans les synagogues de Pittsburgh et de San Diego, les suprémacistes blancs constituent une menace. Mais contrairement aux progressistes qui détestent les juifs, les suprémacistes blancs n’ont pas d’emprise sur les médias, la politique, le monde universitaire ou la culture populaire.

L’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste pose problème

En janvier, un groupe de puissants groupes juifs de gauche ayant des liens étroits avec l’administration Biden, dont J Street, Americans for Peace Now et le New Israel Fund, a commencé à faire pression sur l’administration pour annuler la décision de l’administration Trump d’adopter la définition de l’antisémitisme produite par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste. La définition de l’IHRA affirme que le rejet du droit à l’existence d’Israël et l’application d’un double standard pour le juger sont des formes d’antisémitisme.

Ces définitions font de l’IHRA un problème pour les antisémites progressistes qui rejettent régulièrement le droit à l’existence d’Israël et appliquent un double standard pour le délégitimer.

Le mois dernier, un consortium d’activistes juifs d’extrême gauche a produit une nouvelle définition de l’antisémitisme qui soutient spécifiquement que le rejet du droit d’Israël à exister n’est pas une forme d’antisémitisme. En d’autres termes, plutôt que de combattre l’antisémitisme progressiste, les puissants groupes juifs progressistes et les principaux activistes permettent activement les agressions antisémites contre leurs compatriotes juifs par leurs collègues progressistes.

Quant à la crise de l’assimilation, plutôt que de donner aux Juifs américains une raison de vivre pleinement leur vie juive, les puissantes institutions juives nient l’existence d’un problème. Cette semaine, des chercheurs de Brandeis ont publié une nouvelle enquête sur la population juive américaine qui a déterminé que la population juive en Amérique est en croissance, et non en décroissance. Selon l’étude, il y a 7,6 millions de Juifs en Amérique. Ce chiffre constitue un écart frappant par rapport à l’étude réalisée en 2019 par le démographe Sergio Della Pergola, qui concluait que la communauté s’était réduite à 5,7 millions.

Les chercheurs de Brandeis ont “découvert” 1,9 million de Juifs supplémentaires en comptant les Américains qui se décrivent comme des « Juifs sans religion » et des Juifs « partiels ». Ils ont également inclus 1,2 million d’enfants qui ont grandi dans des foyers où au moins un parent juif a été « élevé en tant que juif, de quelque manière que ce soit », ce qui, comme le note l’écrivain juif américain Jonathan Tobin, est une « condition si vaguement définie qu’elle n’a aucun sens ».

Tobin note qu’en élargissant le nombre de Juifs pour inclure ceux qui n’ont qu’une relation très atténuée avec le judaïsme, l’étude de Brandeis fournit aux organisations juives une justification pour consacrer une plus grande partie des ressources communautaires (qui diminuent rapidement) à des personnes ayant peu d’attachement ou d’intérêt pour le judaïsme, et ce aux dépens des Juifs américains engagés dans une vie juive.

Un nombre croissant de Juifs américains engagés se retrouvent déjà en porte-à-faux avec leur communauté. Au cours des cinq dernières années, les histoires abondent de membres de congrégations réformées et conservatrices qui ont été ostracisés ou forcés de quitter leur communauté en raison de leurs convictions politiques conservatrices. Les plus fréquemment touchés ont été des Juifs qui soutenaient ouvertement le président Trump de l’époque.

La lutte contre les tendances à l’assimilation a également obligé de nombreux juifs à franchir le pas. L’historien juif américain Jack Wertheimer a rapporté que les rabbins réformés et conservateurs qui refusent de célébrer des mariages mixtes ont été sanctionnés et même renvoyés de leur chaire. Il a également noté que les rabbins réformés qui encourageaient simplement les membres de leur synagogue à sortir avec d’autres Juifs ont subi des répercussions négatives de la part de leurs fidèles. Les couples mariés, a-t-il indiqué, attendent de plus en plus de leurs rabbins qu’ils célèbrent les fêtes juives et chrétiennes pour que leurs conjoints non juifs se sentent les bienvenus.

Les organisations juives qui cherchent à agir au nom des intérêts communautaires en luttant contre l’antisémitisme progressif sont également attaquées. L’exemple le plus frappant est sans doute la décision du Conseil des relations de la communauté juive de Boston (JCRC) d’examiner une pétition de groupes progressistes visant à expulser de ses rangs la Zionist Organization of America (ZOA), une organisation conservatrice.

Les groupes progressistes ont demandé l’expulsion de ZOA parce que son président, Mort Klein, s’est exprimé publiquement contre l’antisémitisme virulent de Black Lives Matter. Les progressistes se sont également opposés au soutien de Klein à Trump.

Si le JCRC a reconnu à juste titre que « l’expulsion [de la ZOA] en ce moment ne servirait pas ses intérêts ni ceux de la communauté juive plus large de Boston », il n’a pas remis en question la légitimité de la pétition visant à expulser la ZOA.

L’ancien ambassadeur américain en Israël, Dan Shapiro, a récemment qualifié de « racistes » et de « bigots » les Juifs qui se sont opposés à la nomination par Biden d’Américains d’origine arabe ayant des antécédents notoires d’hostilité envers Israël et de soutien au terrorisme palestinien. Shapiro a affirmé que leur identité arabe leur donne un laissez-passer pour plaider en faveur de la destruction d’Israël.

Le bon côté de ce sombre tableau est qu’entre 25 et 40 % des Juifs américains restent profondément attachés à leur judaïsme et à la préservation, la défense et la transmission de leur identité à la génération suivante. Ce groupe comprend à la fois des Juifs orthodoxes, des Juifs sionistes de différents niveaux d’observance religieuse et des Juifs politiquement conservateurs. Alors que l’establishment juif américain progressiste s’efforce de tendre la main aux juifs assimilés et d’apaiser ceux qui détestent les juifs progressistes, Israël peut et doit soutenir cette minorité engagée. Une telle aide augmentera sans aucun doute leur nombre et leur donnera les moyens de se défendre et de défendre leurs droits en tant que Juifs.

Cette aide garantira que les Juifs américains continueront à se joindre à leurs homologues israéliens pour chanter « L’année prochaine à Jérusalem » pour les générations à venir – et beaucoup le feront à Jérusalem avec leurs petits-enfants. CG

Caroline Glick, MABATIM.INFO

(Traduction et adaptation avec l’aide de www. DeepL.com/Translator)

2 commentaires

  1. Avec 75%des voix ( juives)…Hussein Obama peut continuer son 3 ème mandat en accélérant la disparition d une communauté florissante en son temps ,en la rendant plus antisioniste et moins Juive .

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s