Ukraine : des migrants qui sont vraiment réfugiés

Qu’est-ce que ces migrants ont de différent des autres migrants ?

Les réfugiés ukrainiens d’aujourd’hui sont très différents des « migrants » auxquels la médiacratie occidentale et les idiots utiles de l’islamo-gauchisme nous ont habitués.

Ce sont des civils, ce sont des familles entières, ce sont beaucoup de femmes et d’enfants. Ce sont peu d’hommes en âge de se battre. Les images sont là pour en attester (Euronews, le Progrès, France24).

Les hommes en âge de se battre sont restés sur place et ont envoyé leurs familles à l’abri. Les « migrants » sur lesquels on a conditionné Margot à pleurer font le contraire.

L’autre différence avec les « migrants » habituels, c’est qu’ils fuient un pays en guerre, pas des républiques bananières quérulentes1.

Le trafic des migrants, un fonds de commerce juteux

Depuis quelques années, certaines officines grimées en ONG attirent les citoyens de régions pauvres pour lustrer l’ego de leurs dirigeants et remplir leurs escarcelles de cotisations.

Leur communication intensive a fait du mot « migrant » un synonyme hyperbolique de « réfugiés » : des réfugiés au carré, qui permettent de mesurer l’humanité du reste de l’humanité à l’accueil qu’elle leur réserve.

Pourtant, plus les images montraient que, dans leur grande majorité, il s’agissait d’hommes jeunes, qui venaient pour des raisons économiques ou idéologiques, plus les éléments de langage insistaient sur les « mineurs non accompagnés » (qui étaient parfois quadragénaires) et sur les risques que ces « familles » avaient courus pour venir s’échouer sur nos rives d’opulence.

Il est vrai que beaucoup de citoyens de nos ex-colonies cherchent à fuir la misère que sept décennies d’indépendance ont installée, engraissée et multipliée. Pour autant, ils ne sont pas en danger de mort dans leurs pays respectifs.

Notre accueil et notre discrimination positive à leur égard ne les empêchent pas de nous mépriser, de nous insulter, de nous menacer… et de chercher à transformer notre démocratie laïque en une dictature raciste et sexiste, semblable à celles qu’ils ont quittées.

Un réfugié, c’est quelqu’un qui veut rentrer chez lui

Les réfugiés d’Ukraine se différencient des précédents par un autre critère majeur : ils sont bienvenus dans les pays limitrophes du leur, notamment la Pologne (20Minutes) et la Hongrie, qui ont déjà, à de multiples reprises, subi les foudres européennes pour leur refus d’accepter sur leur sol les « migrants » du premier type, celui qui pratique une religion totalitaire et impérialiste.

Rien de tel vis-à-vis des populations civiles ukrainiennes, qui n’ont aucun objectif de transformation des pays où ils cherchent à se réfugier. Ce sont des catholiques pro-occidentaux ou des membres des minorités hongroises, bulgares et roumaines.

L’ONU craint que 5 millions d’entre eux se retrouvent sur les routes dans les prochains jours (ReliefWeb).

Mais les pays qui leur ouvrent les bras n’ont pas peur : ces gens sont là de passage, espérant que les conditions de leur retour dans leur patrie seront réunies le plus vite possible.

C’est tout le mal qu’on leur souhaite, avec l’espoir que la situation de ces réfugiés au sens propre du terme ouvrira les yeux de nos compatriotes sur l’escroquerie intellectuelle qu’ils ont subie depuis longtemps de la part des auto-proclamés arbitres du bien et du bon. LM

Liliane Messika, MABATIM.INFO


1 Quérulent : « se dit d’un sujet dont l’activité est orientée vers la réparation d’injustices et de dommages imaginaires » (Larousse).

4 commentaires

  1. Idem pour les « réfugiés professionnels » palestiniens qui bénéficient depuis bientôt 80 ans d’une entité propre à l’ONU. Aucun autre réfugié au monde n’a reçu autant de sollicitation de la part de l’UNRWA, et autant de mépris de la part des pays arabes voisins; Liban Syrie…… Ces Milliards de$ devraient être maintenant, tout de suite dirigés pour sauver les Ukrainiens

    J’aime

  2. Quel contraste avec les Maliens qui vivent à Montreuil et ailleurs. Pas un seul ne s’est décidé pour rejoindre son pays pour le défendre. Au contraire, les  » refugiés  » maliens continuent d’arriver.

    J’aime

Répondre à Maxime Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s