Et Jabotinsky ne vint pas à Tunis

Ces pages sur le sionisme tunisien sont écrites à la mémoire Victor Haïm Benillouche Ravid qui vient de nous quitter. Il avait fait son Aliah en 1957 à 17 ans, avec son groupe de l’Hanoar Hatsioni en direction du Kibboutz Kfar Darom, près d’Ashdod. Puis il s’installera à Bat Yam, avec son épouse Judith, fille du journaliste Félix Allouche.

« Les enfants des familles de la bourgeoisie tunisoise fréquentaient des écoles protestantes. L’école ouverte à Tunis par l’Alliance israélite universelle en 1878 permit aux familles juives de toutes les classes sociales d’y envoyer leurs enfants. Tout en faisant une place à l’histoire juive et à l’enseignement de l’hébreu, celle-ci dispensait les programmes des écoles françaises. Dès lors s’amorça une évolution de la population juive qui devait s’amplifier sous le Protectorat français institué le 12 mai 1881 par le traité du Bardo. Les liens entretenus par la communauté juive de Tunisie avec celle de Palestine ne se démentirent jamais. L’émergence du mouvement sioniste en Europe inspira la formation de plusieurs organismes sionistes : Agoudat Sion, Yoshevet Sion, Terahem Sion qui, en 1920, s’unifièrent en une Fédération sioniste officielle. Des cours d’hébreu moderne sont dispensés, et un grand intérêt est manifesté pour les problèmes sociaux, économiques et politiques vécus par la communauté juive de Palestine. Dès 1929 est créé en Tunisie le mouvement pionnier Hashomer Hatsaïr, suivi, en 1933 du mouvement révisionniste Betar qui sera appelé à devenir la base de l’impulsion sioniste future en Tunisie. Désormais, l’émancipation passe aussi par le sionisme, défendu par des journaux comme La Voix juive et la Gazette d’Israël. Dès 1945 des jeunes émigrent pour aller grossir les effectifs des pionniers d’Israël. Après l’Indépendance de l’État d’Israël, l’émigration devient massive : quelque 25.000 juifs partiront pour Israël entre 1948 et 1955, surtout les éléments traditionalistes de la population juive tunisienne. Les plus occidentalisés des classes aisées se dirigeront vers la France »1.

Haïm Ravid (né Victor Benillouche)

Le 9 janvier 1911, fut créée à Tunis l’Association sioniste tunisienne qui fut la première association sioniste d’Afrique du Nord. Au lendemain de la Première Guerre mondiale on comptait déjà en Tunisie dix-sept associations sionistes réparties dans onze villes. Ce déploiement montre que le sionisme s’était bien implanté parmi la population juive et sous des formes diverses illustrées par les profils de ses militants, dont voici quelques-uns.

Le rabbin Moshé Khalfon Hacohen 1877-1950

Il est un des rabbins les plus importants de Djerba et du sud de la Tunisie. Dans une brochure intitulée Guéoulat Moshé ou La délivrance de Moïse, il prend position en faveur du mouvement sioniste dans les termes d’un engagement religieux orienté vers le futur. Le rabbin propose d’édifier les fondements de l’État juif et présente un programme d’action détaillé couvrant les divers aspects de la construction du pays.

Joseph Brami 1888-1924

Joseph Brami

Né en 1888 dans le quartier de la Hara à Tunis, il étudie à la yeshiva du rabbin Shlomo Dana et à l’école de l’Alliance israélite universelle (AIU). Il devient correspondant du journal sioniste Hatzfira dans lequel il rédige des rapports sur la vie juive, les activités sionistes et les progrès de l’apprentissage de l’hébreu en Tunisie.

Aux côtés d’Alfred Valensi et de Jacob Boccara, Joseph Brami est l’un des fondateurs en 1911 de la première organisation sioniste légale à Tunis, Agoudat Tsion, qu’il représente au douzième Congrès sioniste en 1921. Rédacteur en chef d’un journal sioniste publié en judéo-arabe à partir de 1913, Kola Tsion (La Voix de Sion), il reproche aux écoles de l’AIU de ne pas enseigner suffisamment l’hébreu. Secrétaire du grand-rabbin de Tunisie Moshé Sitruk en 1922, il décède le 26 septembre 1924 à l’âge de 36 ans.

Alfred Valensi

Alfred Valensi

Né le 25 janvier 1878 à Tunis, il est autrichien car son père est un haut fonctionnaire du consulat d’Autriche Hongrie à Tunis. Il est sioniste de gauche, membre du parti prolétaire sioniste Poalé Tsion (Les ouvriers de Sion). Il part étudier le droit à Montpellier. C’est en France qu’il commence à fréquenter les milieux sionistes et notamment Max Nordau. Il rentre à Tunis en 1905. Avocat et journaliste, il est un des fondateurs du mouvement Agoudat Tsion, le premier mouvement sioniste tunisien. Il publie en juin 1906 dans la Revue politique et parlementaire de Paris un long essai intitulé « Le sionisme » qui sera distribué à Tunis sous forme d’extraits.

Convocation

En 1920, il participe à la fondation de la Histadrout tunisienne, avec Joseph Brami. Il en est le premier président de 1920 à 1925. Il est considéré comme l’un des principaux contributeurs du sionisme en Tunisie. Il s’installe à Paris en 1926 et devient un proche de Vladimir Jabotinsky et du mouvement sioniste révisionniste. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est incarcéré par la police de Vichy et envoyé en déportation à Auschwitz où il meurt en juillet 1944 à l’âge de 66 ans.

Le rabbin Jacob Boccara 1843-1941

Le rabbin Jacob Boccara

Il avait embrassé avec enthousiasme la cause sioniste. Premier représentant tunisien au 10ᵉ congrès sioniste à Bâle de 1911, il s’opposa aux délégués qui voulaient faire du Yiddish la langue nationale juive et plaida pour l’hébreu, langue dans laquelle il prononça son discours.

Extrait de l’article « À la grande synagogue de Tunis » :

« M. Nathan Halpern délégué du Keren Hayessod a prononcé samedi dernier, à la Grande Synagogue, devant un auditoire nombreux, sous la présidence et en présence de M. Moché Sitruk, Grand Rabbin de Tunisie, un beau discours sur la renaissance juive en Palestine.… Ensuite, un des vétérans du Sionisme tunisien le vénérable Rabbi Jacob Boccara, improvisa, avec beaucoup d’esprit et d’à-propos, un remarquable discours. Les prophéties s’accomplissent sous nos yeux et nous serions aveugles pour ne pas nous en rendre compte ! … La Palestine, aspiration de notre peuple, le pays de nos prophètes, notre mère chérie, la Terre d’Israël nous offre ses seins gonflés de lait délicieux, son sol béni où coule le miel, et nous manquerions de bras, et nous manquerions d’argent ou de volonté, pour ne pas nous désaltérer en suçant son sein fécond, pour ne pas nous reposer de la galouth amère sous l’épais feuillage de ses nouvelles forêts ! … Nous manquerions d’argent ? À quoi donc sert-Il l’argent sinon à réaliser son idéal ? Donnons donc ! Tout ce que nous pourrons. Et qu’Erets-Israël accueille rapidement, librement, ses enfants fidèles qui accourent à elle, avec, au cœur, l’ardente nostalgie qui les brûle depuis des siècles ! Des chants sionistes mirent fin à cette belle réunion »2.

Obsèques du rabbin Jacob Boccara

Les obsèques grandioses du rabbin Jacob Boccara en janvier 1941 devant la Grande synagogue de Tunis, semblent sonner le glas de la belle communauté juive de Tunis.

Jabotinsky ne vint pas à Tunis

Jabotinsky et sa famille

Né le 18 octobre 1880 à Odessa, Il rejoint le mouvement sioniste peu après le pogrom de Kichinev en 1903. Après des études de droit en Italie et en Suisse, il devient journaliste sous le nom de plume d’Altalena, De ses études en Italie, Jabotinsky gardera une forte admiration pour le nationalisme italien du Risorgimento (unité italienne) et admire Giuseppe Garibaldi, Il crée en 1925 le Parti révisionniste, principal parti de la droite nationaliste sioniste qui est lié à une organisation de jeunesse, le Betar (acronyme hébreu de l’expression « Ligue de Joseph Trumpeldor ») pour qui la formation de la jeunesse juive doit être axée sur trois principes : formations culturelle, sportive et professionnelle.

La réussite du Betar qui est le premier mouvement sioniste tunisien incite Jabotinsky à organiser à Tunis le congrès mondial du Betar de 1932. Jabotinsky est un brillant orateur et sa participation au congrès de mars 1932 est saluée par la presse juive locale. Mais sa venue est empêchée par les nationalistes tunisiens. C’est ce que relate David Cohen Dans son livre3 :

Les nationalistes tunisiens, groupés autour du Destour, suivirent avec intérêt, vers la fin des années 1920, les événements de Palestine. Le Lissan Ach Chaab (Le Porte – parole du peuple) fut un des premiers journaux nationalistes tunisiens à dénoncer les activités sionistes en Tunisie, en particulier lors de la mission de Fanny Weill dans le pays, vers la fin de 1929. Les nationalistes tunisiens ayant empêché les émissaires sionistes de s’exprimer, les Juifs protestèrent au nom de la liberté d’expression. Serge Moatti, qui n’était pas sioniste, écrivait dans Tunis socialiste :

« II serait tout de même extraordinaire que, cédant à la pression d’une partie de l’opinion, la liberté de parole fût supprimée en Tunisie par le gouvernement ».

En mars 1932, le leader sioniste de tendance révisionniste Wladimir Zeev Jabotinsky avait projeté de venir participer aux travaux du Congrès du Betar, le mouvement de jeunesse des sionistes révisionnistes, qui devait se tenir à Tunis. Chedly Khairallah déclencha une campagne de presse dans la Voix du Tunisien et fut à l’origine des manifestations antisionistes qui amenèrent en définitive la Résidence générale à demander à Jabotinsky de renoncer à son projet.

Jabotinsky ne vint pas à Tunis.

Chedly Khairallah, fidèle à son habitude d’essayer d’apaiser les esprits après la tempête, lança un appel aux sionistes pour qu’ils se rallient au nationaliste tunisien. Félix Allouche repoussa cette offre, déclarant qu’il n’accepterait jamais de vivre en Tunisie musulmane dans laquelle il appréhendait d’être un citoyen de seconde zone…

« Trop tard Chedly Khairallah, trop tard ! Vos accents de sincérité ne trompent plus personne […] nous ne pouvons pas croire en votre sincérité parce qu’en l’espace de quelques jours vous avez réussi à creuser entre Musulmans et Juifs de ce pays le fossé que vous cherchiez selon vous à éviter4.

Après cette série d’incidents entre Juifs et Arabes qui marqua l’année 1932, le calme revint, le Destour fut dissous et, en 1934, apparut le néo-Destour, pour qui les affaires de Palestine passèrent au second plan.

Félix Allouche

Félix Allouche 1901 – 1978 né à Sfax en Tunisie. Grand journaliste et sioniste de la première heure, éditeur de la ‘Dépêche Sfaxienne’. En 1924 il fonde le journal le Réveil juif. Il est un des fondateurs de La vie Juive. Résistant pendant la seconde guerre mondiale, il fut correspondant pour des journaux en Europe et en Amérique.

Décembre 1937 : Sara I à Tunis

En 1931, lors de la conférence de Danzig, le Betar décida de former ses membres aux métiers de la mer et fonde à Civitavecchia en Italie, la Betar Naval Academy. Zeev Jabotinsky s’adresse à un ami, Henry Krichner, pour lui demander de financer l’achat d’un bateau-école qui est baptisé Sara I. Le bateau Sara I engage une croisière dont la dernière escale à Tunis fin décembre 1937 se déroule dans une ambiance houleuse. Le consul d’Italie à Tunis rapporte avec enthousiasme les retombées positives liées à l’arrivée du bateau auprès de la communauté juive tunisienne qui était tout à fait hostile à l’Italie fasciste. L’Avenir social, le quotidien du parti communiste tunisien (dont la majorité des membres sont juifs), parle du Sara I, comme du « bateau-école au service du fascisme ». La présence du bateau dans le port de Tunis donne lieu à des manifestations de la communauté arabe organisées par les destouriens. Le 1ᵉʳ janvier 1938, la conférence que devait donner le capitaine du bateau école Sarah I, est annulée, tout comme la projection du film La Terre promise.

Dans la seconde moitié des années 1930 se multiplient les comités d’aide aux Palestiniens, les journées de jeûne et de prière « en faveur de la Palestine », l’appel au boycott des entreprises juives, la publication d’articles hostiles. Mais l’action sioniste n’est pas entravée pour autant comme le montrent la presse sioniste, très vive, et l’action des mouvements de jeunesse sionistes. AN

Albert Naccache, Temps et Contretemps


1 De Carthage à Jérusalem : la communauté juive de Tunis Par Robert Attal et Claude Sitbon

2 Le Réveil Juif, 26 mars 1926

3 Les nationalistes nord-africains face au Sionisme 1929-1939

4 cf. Le Réveil juif du 17 juin 1932

2 commentaires

  1. mon article porte sur des faits peu connus de l’histoire du sionisme en Tunisie et n’est nullement l’expression d’une opinion personnelle. Votre remarque est hors sujet. Une clique est un « Groupe de personnes peu estimables » Votre opinion n’est pas étayée. .

    J’aime

  2. Êtes vous certains que les cliques de Weizmann à Ben Gurion et les Communistes Juifs staliniens … ne poussèrent pas les pales de l’aube de la roue de l’Histoire? En l’occurrence..?

    J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s