Yom Yeroushalayim : « Jérusalem appartient à ceux qui l’aiment »

Depuis bientôt trente ans que j’ai le privilège de vivre à Jérusalem, ville où se sont rencontrés mes grands-parents et où est née ma mère, je participe chaque année au traditionnel défilé des drapeaux du Yom Yeroushalayim, célébrant la réunification de la ville en 1967. Pourtant je n’ai jamais ressenti aussi fortement que cette année la joie particulière à cette fête, joie incomparable qu’on n’éprouve jamais aussi pleinement qu’en ce jour particulier.

Impressions recueillies Yom Yeroushalayim 5782

Cela faisait déjà plus d’une semaine que les médias israéliens annonçaient que la Journée de Jérusalem se déroulerait dans une ambiance tendue, en raison des menaces du Hamas et des autres ennemis d’Israël, qui ne voulaient pas que le drapeau juif soit brandi dans les rues de la Ville sainte réunifiée… Avec leur mauvais esprit typique, mélange de catastrophisme et de défaitisme, ils avaient presque réussi à nous faire oublier que ce jour est avant tout un jour de fête.

Mais le peuple d’Israël est plus intelligent que ses médias et surtout, plus confiant et plus au fait des choses essentielles. La foule qui défilait aujourd’hui dans les rues de la Nouvelle ville et de la Vieille ville était nombreuse – hommes, femmes et enfants, jeunes et vieillards (comme dans la prophétie d’Ézéchiel), Juifs religieux en majorité, kippot srougot1 prédominantes, mais aussi quelques Juifs orthodoxes ou laïcs, tous conscients de l’importance de cet anniversaire et de la Sainteté de ce jour à nul autre pareil.

Comme chaque année, c’était les jeunes des Yeshivot sionistes qui constituaient l’immense majorité de cette foule bigarrée et joyeuse, défilant sous des banderoles au nom de leurs écoles et entonnant en boucle des vieux refrains israéliens et des chansons modernes, toutes à la gloire de Jérusalem.

« Le peuple éternel n’a pas peur d’une longue route »,

reprenaient-ils en chœur et ce refrain était comme un hymne à la gloire de ce jour.

« C’est comme un rite de passage » me fit remarquer mon ami Michel Koginsky. Oui, il y avait bien de cela… Car ces jeunes sont élevés dans l’amour de Sion et de Jérusalem, de la Torah, de la terre d’Israël et du peuple Juif. Il fallait voir avec quel entrain ils reprenaient les couples des Psaumes mis en musique et sautillaient sur place, embrassant les soldats et les garde-frontières qui les observaient eux aussi avec des yeux pleins de sympathie.

Jérusalem appartient à ceux qui l'aiment. Impressions recueillies le Yom Yeroushalayim

En les regardant, je sentais moi aussi mon cœur se gonfler d’amour pour notre peuple, si vieux et si jeune à la fois, si endurci par les souffrances et pourtant si plein de sentiments purs et de naïveté, cette « temimout » dont nos Sages disent qu’elle est un des traits caractéristiques du peuple juif… Je pensais aussi à la description prophétique de Jérusalem faite par Théodore Herzl, notre nouveau Moïse, que quelques esprits chagrins ou mal informés s’obstinent encore aujourd’hui à décrire comme un Juif assimilé. Quand j’ai été au musée du Mont Herzl, il y a une semaine, pour voir le manuscrit de son roman Altneuland exposé au public, à l’occasion des 120 ans de sa parution, j’ai été un peu déçu par les quelques pages jaunies exposées dans une vitrine.

Mais le plus bel hommage que le peuple ancien et nouveau rend au « Visionnaire de l’État » n’est pas sur le Mont qui porte son nom : il est dans les rues et les places de notre pays ancien-nouveau, cet Altneuland qui est si différent et pourtant si proche de la description qu’il en a faite dans son roman. Qu’il est beau, ce peuple à nul autre pareil ! Qu’elles sont gracieuses ces jeunes filles des oulpanot et qu’ils sont vaillants, ces jeunes élèves de yeshivot qui regardaient avec envie leurs aînés d’à peine quelques mois, portant fièrement l’uniforme des gardes-frontières ! Si Yom Yeroushalayim s’est déroulé dans le calme et dans l’allégresse, c’est bien sûr grâce à la vigilance de nos policiers et de nos soldats, mais aussi à celle du « Gardien d’Israël, qui ne veille ni ne sommeille ».

Comme je l’écrivais l’an dernier, pendant les jours éprouvants de mai 2021, pour savoir à qui appartient Jérusalem, la ville que le monde entier, de Macron au Hamas – nous dispute, il suffit d’appliquer le jugement de Salomon, le « plus Sage des hommes » :

Qui, des deux « mères », veut le bien de son enfant ? Qui, de tous les peuples, a su réunifier la Ville sainte et en faire une capitale de paix et non de guerre ? Qui parle de Jérusalem comme ville de paix, et non comme un slogan guerrier pour inciter à la haine et à la violence ?

Jérusalem appartient au peuple qui a su en faire une ville moderne, un « corps gigantesque qui vit et respire » selon les mots de notre dernier prophète, Zeev Binyamin Herzl.

Oui, Jérusalem nous appartient, parce que nous seuls savons l’aimer et la faire prospérer.

Yom Yeroushalayim Saméah ! PL

Pierre Lurçat, Vu de Jérusalem


Photos : P. Lurçat

1 NDLR : Srougot=crochetées (Wikipédia)

6 commentaires

  1. C’est émouvant Pierre – merci. Je me rappelle de ma grand-mère qui parlait du départ de son père du Maroc, pour aller mourir à Jérusalem. Il avait quitté sa belle demeure protégée par les soldats du roi, puisqu’il était son bijoutier. Il était arrivé à Jérusalem accompagné de ses fils et de ses brus. Il ne mourut point… au contraire il s’était senti en pleine forme assez de toute façon pour dilapider toutes ses épargnes. Entre-temps des petites-filles et petits-fils naquirent à ses fils à Jérusalem sous mandat britannique – elles reçurent un passeport anglais. J’ai eu des tantes anglaises nées en Palestine….L’une d’elles était venue à Jérusalem il y a quelques années, pour une dernière visite avant de nous quitter à jamais.
    Si je t’oublie, Jérusalem, que ma main droite se dessèche ! Que ma langue s’attache à mon palais !

    Aimé par 1 personne

      • Il faut Flatter donc FLATTER pour avoir un remerciement! (Pimprenelle!) Mais je ne veux aucun Merci; mais une réponse à un Problème moral grave…Pas pour une In-/-Existence ? de Dieu! Mais contre l’abus qui en est fait VAINEMENT par les survivants éhontés!
        Merci Pierre!

        J’aime

  2. Excellente décision d’imposer nos drapeaux chez nous!!!! Israël le seul peuple à s’être restreint deux millénaires durant, à SON territoire « décidé » et non-impérial. Mais «  » c’est bien sûr grâce à la vigilance de nos policiers et de nos soldats, mais aussi à celle du « Gardien d’Israël, qui ne veille ni ne sommeille ». » » Là, cher Pierre Lurçat, tu pousse le bouchon loin. Car dans toutes les allégresses je ne peux pas, moi, ne pas me rappeler que notre « Sentinelle » s’est endormie 12 ans, et plus en ce qui concerne non pas les joyeux vivants, mais ceux qui comptent et ne comptent plus. Les millions de morts des Pogroms aux fusillades et chambres à gaz. Une faute de Mission pareille mérite le « Peloton ».

    J’aime

    • Cher Jacques
      La question du « Hester Panim » est trop délicate pour être abordée au détour d’un article…
      Je comprends votre réaction et partage votre interrogation.
      Kol touv

      J’aime

      • Cher ami,
        je ne Dispute pas le hester Panim mais l’usage que l’on en fait chez les « Vivants éhontés ». CE « Problème inquiète les Croyants médusés, mais pas les Athées comme moi….ainsi que Henri Atlan les définit! CEs Vrais Monothéistes qui « n’affectent aucun Attribut à Dieu » et j’ajouterais: qui ne SE réjouissent pas de leur qualité de Vivants-survivants pour s’approprier cette « priorité » divine…

        J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s