Les facteurs moraux dans la politique étrangère d’Israël

La conférence organisée mardi 7 juin par le JPPI (Jewish People Policy Institute)1think tank basé à Jérusalem – abordait un sujet important : celui des facteurs moraux dans la politique étrangère de l’État d’Israël. L’intitulé exact de la conférence était « L’Ukraine comme fable : les facteurs moraux dans la politique étrangère d’Israël », mais les exemples abordés par les différents intervenants dépassaient le seul cadre de la guerre en Ukraine. Parmi ceux-ci, la « guest star » était Tamir Pardo, ancien patron du Mossad entre 2011 et 2015.

Ce colloque passionnant permit ainsi au grand public de découvrir le visage et les opinions de l’ancien patron du Mossad. Dans son intervention, après avoir souligné la complexité du sujet, il n’hésita pas à porter un regard parfois très critique sur la politique étrangère israélienne, sur des dossiers aussi sensibles que le Hamas, les relations avec la Turquie ou le génocide arménien (imagine-t-on une telle liberté de ton de la part d’un ancien responsable des services secrets français ?)

Évoquant la décision dramatique de libérer 1000 terroristes – dont de nombreux assassins condamnés – contre le soldat israélien Gilad Shalit, décision dont les conséquences furent catastrophiques, prise pendant son mandat et vraisemblablement contre son avis, Pardo s’est interrogé :

« Pourquoi la suprématie accordée dans l’affaire Shalit aux valeurs ‘’morales’’ (d’une morale par ailleurs très discutable), par rapport aux intérêts politiques et stratégiques, ne se retrouve pas dans d’autres dossiers, comme celui du génocide arménien ? »

L’État d’Israël face au génocide arménien

Sur ce sujet important, et rarement évoqué en Israël2, Pardo a rappelé qu’Israël persiste jusqu’à ce jour dans son refus de reconnaître le génocide arménien, en arguant de la préséance donnée aux relations avec la Turquie, alors que celle-ci ne se prive pas de soutenir ouvertement les ennemis les plus radicaux de l’État juif et d’abriter sur son territoire le Hamas et ses mouvements affiliés, comme cela était apparu notamment lors de l’affaire du Marmara.

Abordant la guerre en Ukraine, Pardo a là aussi critiqué la politique « réaliste » de l’État hébreu, rappelant qu’Israël n’avait rejoint les condamnations internationales de l’agression russe qu’à la suite de pressions américaines, et que l’État juif s’abstenait néanmoins de participer aux sanctions internationales contre la Russie de Poutine, à l’exception des seules sanctions bancaires. En présentant le colloque, la directrice générale de l’Agence juive Amira Aharonowitz avait rappelé qu’Israël s’était posé la question de savoir si son aide humanitaire devait concerner uniquement les Juifs, ou l’ensemble des réfugiés.

Dans son intervention, Tamir Pardo mentionna également ce dilemme (classique dans l’histoire juive) et conclut qu’une morale qui ne concernait que les Juifs n’était pas une morale authentique. En écoutant l’ex-patron du Mossad parler des « facteurs moraux de la politique étrangère israélienne », je me suis fait la réflexion qu’Israël avait encore du chemin à faire pour trouver la voie étroite entre une « Realpolitik » qui ferait fi de toute considération morale, d’une part, et une politique motivée par de pures considérations morales angéliques, qui ferait fi des réalités, d’autre part. L’expérience de 70 années d’existence étatique montre que l’État juif a souvent oscillé entre ces deux extrêmes, et qu’il a donné parfois dans un excès d’angélisme et de moralisme et parfois dans un excès de Realpolitik.

La politique étrangère d’Israël, avec ses réussites et ses échecs, est encore un domaine en friche. J’ajoute qu’à de nombreux égards, Israël se comporte sur la scène internationale comme un petit pays, sans avoir conscience de son statut de puissance régionale et de représentant du peuple juif.

À l’inverse de la France, cet ex-grand pays en pleine décadence qui demeure enfermé dans ses rêves de grandeur, Israël n’a pas encore pris la pleine mesure de sa stature véritable. PL

Pierre Lurçat, MABATIM.INFO


NB : J’ai abordé le même thème lors d’un colloque organisé il y a deux ans par la Loge Robert Gamzon du Bnai-Brith à Jérusalem

1 « אוקראינה כמשל : שיקולים מוסריים במדיניות חוץ של ישראל », Jewish People Policy Institute, 7.6.22.

2 Le 30 avril 2003, l’université hébraïque de Jérusalem a organisé une soirée de commémoration du génocide arménien, en présence du Patriarche arménien de Jérusalem et du conseil honoraire d’Arménie à Jérusalem. Le principal orateur de la soirée était le professeur Yair Auron, auteur de deux livres sur les relations entre Israël et l’Arménie, intitulés de manière éloquente « La banalité de l’indifférence : le sionisme et le génocide arménien » et « La banalité de la négation : Israël et le génocide arménien ».

2 commentaires

  1. Oui tant qu’Israel ne pourra ni produire ni financer sa defense, tant que sa sécurité dépendra d’un autre  »grand frere », et jusqu ‘ a present ca été les USA, oui Israel sera un «  »petit pays » qui ne pourra se conduire comme un  »grand », c est a dire entierement souverain. Il est etonnant qu un ancien chef du Mossad ne puisse comprendre une chose aussi evidente.

    J’aime

  2. La politique juive d’Israel est tj inepte et sa realpolitik est niaise et frappée du Déni comme tj chez ces négociants en toutes choses…
    On ne « megotte pas sur l’essentiel….: un Genocide…!On peut EN MEME TEMPS , AIDER LES AZERIS SI LE JEU EN VAUT LA CHANDELLE…Il règne en Judée-Samarie une mentalité de Ghetto (pre comme post nazi) Des SCHNORRER du Politique.

    J’aime

Répondre à Jacques Borek Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s