Sabra et Chatila 1982-2022 – Quarantième anniversaire d’un mensonge métaphysique (I)

Le quarantième anniversaire des massacres de Sabra et Chatila est l’occasion pour plusieurs médias de faire revivre le mensonge de la « culpabilité juive » dans ce massacre de Palestiniens musulmans par des Phalangistes chrétiens. Ajoutons que les récentes « révélations » de médias israéliens concernant la connaissance qu’Israël a pu avoir des événements en temps réel ne modifie pas fondamentalement la vérité énoncée par Ariel Sharon à l’époque :

« Des goyim ont tué d’autres goyim, et ce sont les Juifs qu’on accuse… »

Si j’ai choisi Sabra et Chatila comme exemple emblématique des « mythes de l’antisionisme », dans le cours donné sur Akadem et publié depuis en livre, c’est précisément parce que

cet événement « est intégralement noué à la question juive, en tant qu’elle est le lieu auquel sont nouées l’angoisse du Bien et l’angoisse du Mal », comme l’explique Eric Marty. « Sabra et Chatila en ce sens est un événement métaphysique, auquel le scénario du bouc émissaire confère une sorte d’universalisme spectaculaire qui ne peut que fasciner la planète ».

Rappelons brièvement les faits : entre le 16 et le 18 septembre 1982, des centaines de réfugiés palestiniens étaient massacrés par des milices chrétiennes phalangistes dans la banlieue de Beyrouth, sur l’instigation du chef des services secrets libanais, Élie Hobeika. Paul Giniewski, auteur de plusieurs ouvrages sur l’antisionisme, note à ce sujet qu’aucun des grands thèmes de la démonisation d’Israël n’a occupé l’avant-scène avec une permanence sans faille, autant que le massacre de Sabra et Chatila et le rôle prêté à Ariel Sharon, alors ministre de la Défense.

On mesure à quel point le thème de Sabra et Chatila est demeuré vivace, dans la propagande palestinienne et dans ses relais occidentaux, à l’aune des innombrables textes, films, reportages et œuvres d’art qui lui sont consacrés jusqu’à ce jour. Citons à titre d’exemple, un remake du Guernica de Picasso, intitulé sobrement « Le massacre de Sabra et Chatila », exposé au Tate Modern de Londres. La véritable logorrhée verbale, médiatique, artistique et intellectuelle, autour du massacre de Sabra et Chatila et de la prétendue responsabilité israélienne prouve, si besoin était, la véracité du constat fait par l’écrivain Paul Giniewski :

« Quatre des plus grands journaux américains y avaient consacré davantage d’espace qu’aux dix plus grands massacres qui avaient marqué la décennie 1972-1982, et qui comprenaient celui de l’Ouganda sous Idi Amine, les 20 000 civils massacrés à Hama en Syrie, la boucherie de 2,5 millions de Cambodgiens par leurs compatriotes. Trois ans après les faits, un autre massacre eut lieu dans les mêmes camps, alors sous contrôle des Libanais chiites, faisant plus de 500 morts ».

Et Giniewski de poursuivre :

« Les mêmes quatre quotidiens américains y consacrèrent dix fois moins d’espace qu’au Sabra et Chatila « enjuivé ». En 1982, ce vrai, cet unique Sabra et Chatila digne de mobiliser la conscience universelle avait produit 10 000 mots sur 7 pages dans le même numéro de l’un des grands quotidiens : davantage que l’espace mérité par le débarquement allié en Normandie pendant la Deuxième Guerre mondiale ».

Autre exemple de cette disproportion et de cette logorrhée médiatique : le fameux texte de l’écrivain Jean Genet, « Quatre heures à Chatila », auquel il doit une partie non négligeable de sa célébrité. Ce texte a donné lieu à d’innombrables commentaires, mises en scène, et jusqu’à un récent spectacle de danse. L’écrivain français au passé trouble, (qui se présentait lui-même par les mots « Jean Genet, voleur » à ses compagnons de cellule, pendant la Deuxième guerre mondiale), n’a jamais été autant apprécié et célébré que lorsqu’il a écrit ce texte et qu’il est devenu ainsi le « porte-parole » des Palestiniens, auxquels il a consacré de nombreux autres textes. Lisons à ce sujet l’analyse éclairante d’Éric Marty, dans son livre Bref séjour à Jérusalem :

« Sabra et Chatila n’est jamais apparu comme un événement au sens purement historique du terme – tel Austerlitz qui n’efface pas Wagram et qui n’est pas éclipsé par Waterloo –, il est apparu comme un surévènement, en tant qu’il rend inaudible le nom de tous les autres, en tant que les trois jours qu’il dura effacent les sept ou huit ans de guerre civile et de massacre qui le précédèrent et les huit ans de tueries qui suivirent ; il est apparu comme événement en tant qu’il est devenu l’unique événement par lequel l’on se remémore un très long épisode historique ».

Cette analyse d’Éric Marty décrit très précisément le processus par lequel Sabra et Chatila, en tant qu’élément du mythe plus large du « génocide du peuple palestinien » – devient un événement mythique, qui efface toute la réalité historique de la guerre civile au Liban et de ses innombrables crimes, commis par des factions tellement diverses et variées, qu’il est difficile de s’y retrouver… Mais dans la version mythifiée, tout devient très simple :

il ne reste plus qu’un seul crime, celui des Juifs. « Des goyim ont tué d’autres goyim, et ce sont les Juifs qu’on accuse » – la fameuse expression d’Ariel Sharon – lui-même transformé en accusé principal – dit très bien, de manière lapidaire, ce que Marty analyse sous un angle littéraire.

La lecture par Éric Marty du récit de Sabra et Chatila fait par Jean Genet lui permet d’établir une distinction – essentielle pour notre compréhension du discours et des mythes antisionistes – entre le fait et l’événement :

« Grâce à Genet, nous avons compris… ce qu’était un événement, nous avons compris qu’un événement était tout le contraire d’un fait, nous avons compris que pour qu’un événement soit, il suppose de porter en lui une dimension métaphysique – il doit, comme phénomène, toucher à l’essence de ce qu’il représente ».

« Tout le contraire d’un fait » – cette définition de l’événement s’applique parfaitement au récit médiatique du conflit israélo-arabe, dans lequel les faits sont constamment déformés, mutilés, obscurcis ou escamotés. Mais il ne s’agit pas tant d’une volonté délibérée de tromper (qui existe parfois), que d’une conséquence presque inévitable de la posture médiatique. En effet, comme l’écrit Marty à un autre endroit,

« la déformation, la désinformation sont pratiquement totales, aussi naturelles aux médias… que le fait de respirer ».

Si les médias, selon Éric Marty, « mentent comme ils respirent » à propos d’Israël, ce n’est pas, bien entendu, parce que les journalistes seraient des menteurs invétérés, mais plus prosaïquement, parce qu’ils ne se préoccupent guère des faits. Ils cherchent – ou plutôt ils créent – des événements, c’est-à-dire des faits qui rentrent dans leur grille de lecture. Tout fait qui n’entre pas dans leur grille de lecture, qui ne lui correspond pas, ou qui la contredit, est évacué, éliminé, ou encore transformé et travesti pour lui correspondre. PL

(à suivre…)

Pierre Lurçat, Vu de Jérusalem

(Extrait de mon livre Les mythes fondateurs de l’antisionisme contemporain, éd. L’éléphant 2022)

2 commentaires

  1. Dans cette histoire ce que je retiendrai et que je n’oublierai jamais, que je ne pardonnerai jamais, c’est le rôle que joua Julien DRAY, dans la diffusion et le propagation d’une nouvelle qui avait transformé notre Armée en Waffen SS. Combien d’entre nous furent trompés , par cet appel dans Le Monde, avant de pouvoir accéder à la vérité. Tout cela orchestré par Tonton et ces juifs de cour, les Dray, Brauman, Gluksmann, et autres consorts.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Pierre – Sabra et Schatila est un point noir dans notre histoire. J’admets en effet que ce massacre ait été grossièrement amplifié à cause de la présence de juifs en parallèle au Liban. Le comble est que nos médias israéliens, n’en épargnent aucun détail et même parfois contribuent dans le dénigrement d’Ariel Sharon.
    Mais nous revenons ici à cette promesse faite à D. aux pieds du mont Sinaï : d’être la nation phare entre les nations – ce qui veut dire en termes simples, de ne pas ressembler aux autres nations – de ne pas les imiter. Sharon aurait mieux fait d’écouter sa conscience, au lieu d’employer sa logique. S’il était intervenu, le massacre aurait été évité et les juifs israéliens se seraient comportés comme la nation phare que le créateur, voulait qu’ils soient.
    Shana tova

    J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s