Année Romain Gary et autres lectures

Romain GaryPar Roger Chemouni

Cinq ans après sa disparition, plusieurs ouvrages[1] évoquent le parcours et la destinée de Romain Gary, auteur hors normes qui restera une énigme littéraire et humaine par sa pluralité.Il eut presque autant de vies que celles attribuées au chat : enfant choyé, adolescent protégé, gaulliste convaincu, diplomate reconnu, mari heureux, écrivain comblé et personnalité louée. Cet écrivain qui fit un pied de nez au monde littéraire fut un des premiers à évoquer la Shoah dans ses livres. Son œuvre est multiple ; il choisit plusieurs pseudonymes dont celui d’Émile Ajar, ce qui agrandira son aura. Celui qui revendiquera sa sensibilité juive, la démontrera via son humour macabre déjà présent dans son premier écrit « Le vin des morts ». Il déclarera que « Le judaïsme n’est pHK49-Chemouni1livre-Gary2as une question de sang ». Ce caméléon rebelle, qui masqua son passé, était à la recherche de son identité, lui qui en avait une on ne peut plus riche. Il fut le symbole peut être d’une judéité en quête d’identité en donnant « une couleur à la mémoire » et en sacrifiant la sienne pour renaître encore et encore.

Retrouvez les articles de Roger Chemouni

HK49-Chemouni1livre-Gary3

Autres lectures…

Chemouni Rire le jour pleurer la nuit

*RIRE LE JOUR ET PLEURER LA NUIT de Katy Hazan, Calman-Lévy 2014
Le vécu des enfants juifs cachés dans la Creuse pendant la Seconde Guerre est évoqué au travers un journal d’époque qui met en lumière un pan de l’histoire de la Shoah en France.

d,M154104[1]*D de Robert Harris, Plon
L’outrecuidance d’adapter une des plus grands erreurs et scandale politico judiciaire français en polar pur et dur.

*JACOB, JACOB de Valérie Zénatti , Éditions de l’Olivier Août 2014
Conte biographie où il est question de déracinement au travers l’engagement d’un juif algérien dans les forces françaises.

* LE PERROQUET JUIF et autres contres judéo-espagnols de Aude Samama et François Azar, éditions Lior 2014.
Les auteurs ont recueilli, traduit des contes du temps jadis qui portent la mémoire des juifs séfarades et les ont rassemblé sous forme de bande dessinée avec des textes en bilingue.

Perroquet juif*BLOND CENDRE d’Éric Paradasi, Édition Jean-Claude Lattès 2014
Un livre poignant sur la transmission de la mémoire au travers une histoire d’amour entre une résistante et un coiffeur juif dans l’Italie occupée. RC♦

[1] Roger Chemouni« Romain Gary » de Kacew à Ajar1 de Philippe Brenot, « Le sens de ma vie » entretien avec Romain Gary, Gallimard 2014, « Le vin des morts » de Romain Gary, Gallimard 2014, « Jean Seberg » biographie Revue EUROPE Romain Gary

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s