Indécences Médiatiques

debat3Par Michel Smadja

Le week end dernier était arrêté un des massacreurs de la funeste soirée du 13 novembre 2015.

Cet évènement est étonnant sur deux points :

  • Le temps qui a été nécessaire pour le retrouver (plus de quatre mois). Avant l’attentat lui-même, les médias ont expliqué que la détection de probables terroristes était défaillante du fait de la mauvaise coordination des polices et des dysfonctionnements du système Schengen.Après les attentats cet argument ne tient plus. La mobilisation policière est totale et pourtant il a fallu plus de quatre mois pour arriver à ce résultat. Sauf erreur de ma part, ni TF1 ni France 2 n’ont souligné ce fait.

    Pour reprendre la fameuse expression de Mao-Tsé-Toung, ces assassins sont « comme des poissons dans l’eau». Une conseillère bruxelloise expliquait d’ailleurs, l’air gêné, « que l’image du tueur (en fait, elle n’utilisait pas ce mot mais son nom propre[1]) était plutôt bonne dans son quartier et expliquait la durée trop longue de son insaisissabilité ».

  • la présentation de cet évènement était particulièrement obscène. Le visage de l’assassin en gros plan est resté affiché sur l’écran pendant de longs moments. On est loin de « l’effacement du nom d’Amaleck». Je me souviens de l’indignation du Président SANDLER face au ministre HAMON, fustigeant l’attitude intolérable des médias qui évoquent plus facilement l’assassin de Toulouse que ses victimes.

En fait les médias ont souvent une attitude trouble qui semble indiquer une fascination vis-à-vis de l’Islamisme et, également, de toute revendication palestinienne qui est, en réalité, une forme masquée de cet irrédentisme. J’ai déjà cité Henry Laurens sur France-Culture.

*** Articles de Michel Smadja ***

Charles Enderlin journaliste normal ?
Times of Israël a bien voulu me publier pour un article montrant toute la malfaisance d’un Charles Enderlin vis-à-vis d’Israël et ce qui, probablement, l’a beaucoup aidé dans sa réussite professionnelle.

« Enderlin journaliste normal », par Michel Smadja (Times of Israël)

Il y a vraiment un problème avec les médias.

NB : Évidemment, il s’agit d’un présumé ou probable coupable.

Michel Smadja[1] Constamment les journalistes en parlaient en utilisant la formule prénom-nom ce qui reste respectueux alors que s’il est vraiment nécessaire de citer le nom de l’assassin, il vaut mieux citer son nom de famille sans autre terme d’accompagnement, pour bien marquer le mépris qu’il devrait susciter. MS♦

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s