« Négations »

negation-nonPar Danielle Khayat*

Le négationnisme est un crime à la mode : négation de la présence juive en Afrique du Nord bien avant la naissance de l’Islam et ses sanglantes conquêtes, négation de la Shoah, négation de l’existence du peuple juif, négation de possibilité de vivre dans leurs terres ancestrales pour tous ceux qui ne sont pas musulmans (Juifs comme Chrétiens, Zoroastriens comme Yézidis, etc.), négation de l’Histoire quand elle contredit la vision islamique que certains ont décidé d’imposer. Le pire est que, dans un nombre croissant de cas, ceux-là mêmes qui sont menacés dans leur passé et donc dans leur avenir – et tout simplement leur existence – approuvent cette entreprise de destruction massive, et font preuve ainsi d’une lâcheté qui les discrédite encore plus aux yeux de ceux qui entendent les faire disparaître.

Tel est malheureusement le cas d’un nombre croissant de pays occidentaux, dont le nôtre. Le dernier vote de la France à l’UNESCO, le 13 octobre dernier, à propos de Jérusalem en atteste : ancienne « fille aînée de l’Église », la France s’est en effet abstenue quand la résolution niant tout lien entre Jérusalem et les Juifs – et donc les Chrétiens – a été à nouveau soumise au vote de cette institution qui s’est définitivement déshonorée – un organisme se revendiquant de la défense de la culture ne pouvant nier l’Histoire sans commettre le crime de trahison de sa mission.

L’énormité même de cette contre-vérité historique, doctement affirmée dans une enceinte internationale officiellement vouée à la culture et indépendante de considérations politiques, devrait provoquer un éclat de rire digne de Rabelais.

Malheureusement, pour qui n’oublie pas le passé, la situation – pour grotesque qu’elle soit – est tragique, et rappelle une sinistre époque, pas très ancienne, où les propos aberrants de stupidité n’ont été que la première étape d’un périple monstrueux.

… la suppression de l’enseignement du latin
et du grec n’est-elle
rien d’autre que la
préfiguration de l’effacement programmé

de la connaissance des civilisations
pré-islamiques… ?

Réveillez-vous Sir Winston Churchill : de nouveau, on se figure qu’on évitera la guerre en sacrifiant son honneur. Mais cette fois la guerre est déjà là, et l’honneur est une vertu disqualifiée au nom d’un prétendu « multiculturalisme » qui n’est que l’expression politiquement correcte de la négation par l’Occident de ses valeurs culturelles et de son histoire.

Titus Menorah 7 branches et trompettes ag« Malheur aux vaincus » (« Vae victis ») raconte l’Histoire romaine quand elle relate la prise du Capitole par les Gaulois. Mais qui connaît encore Rome ou la Grèce ? Ont-elles seulement existé ces civilisations antérieures à l’Islam ? Après la destruction des ruines de Palmyre, et l’islamisation des lieux saints du Judaïsme et de la Chrétienté, faudra-t-il assister à l’arasement du Parthénon, du théâtre de Delphes, du Colisée, du forum et de … l’Arc de triomphe de Titus sur lequel est immortalisée la prise de Jérusalem avec les chefs juifs enchaînés et les trésors du Temple d’Hérode (notamment l’Arche et la Ménorah d’or) après son pillage ?

Peut-être, au fond, la suppression de l’enseignement du latin et du grec n’est-elle rien d’autre que la préfiguration de l’effacement programmé de la connaissance des civilisations pré-islamiques, et donc de leurs vestiges tant littéraires qu’archéologiques.

justiceLe poète[1] a raison qui affirme que c’est « un temps déraisonnable que celui où l’on [prend] les loups pour des chiens ». Oui, vraiment, « est-ce ainsi que les hommes vivent ? »… DK♦

[1] Louis Aragon

* Ancien magistrat

Publicités

Un commentaire

  1. Bel article.

    Mais il faut briser le plafond de verre qui empêche d’appeler Impérialisme islamique et Eurabia, ce qui ne serait que …..
    « la vision islamique que certains ont décidé d’imposer ».
    Rendons hommage à une des pionnières qui mena ce combat: la journaliste judéo-égyptienne Bat Ye’Or;

    ci-après, une vidéo très émouvante dans laquelle, symboliquement, elle passe le flambeau à Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine et Pierre Cassen de Riposte Laïque

    N’oublions pas également la journaliste italienne, la regrettée Oriana Fallacci.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s