La mauvaise foi, ses croyants et ses athées…

Par Liliane Messika*

Nous vivons une drôle d’époque 

  • Pinocchio mensonge2Avant même son entrée en fonction, le président zimbabwéen Mugabe a été démis de son élection comme ambassadeur de bonne volonté de l’OMS, alors qu’il était parfaitement qualifié, en tant que responsable de l’effondrement sans précédent du système de santé et, corollairement, d’une baisse spectaculaire d’espérance de vie dans le pays qu’il administre depuis 1987 (Joyeux trentième anniversai-aire, Robeeeeert !)
  • L’UNESCO a échappé de justesse (au troisième tour) à une présidence qatarie.
  • L’Arabie saoudite, où les femmes n’ont pas le droit de sortir sans un mâle, fait partie de la commission des droits de la femme de l’ONU,
  • Comme la Libye de celle des droits de l’homme…
  • Et Sylvain Cypel, antisioniste militant pur, on ne sait pas, mais dur, absolument, a commis avec des camarades de son lobby antijuif (Leila Shahid, Amnon Kapeliouk, Daniel Lindenberg, Michel Warchawski, Etienne Balibar, Rony Brauman pour ne citer qu’eux) des ouvrages de propagande intitulés, l’un, Antisémitisme, l’intolérable chantage, et un autre, Le traitement par les médias français du conflit israélo-palestinien.

Dans le premier, il colle à la théorie d’un autre « penseur » objectif, Pascal Boniface, selon laquelle « on ne peut pas critiquer Israël sans se faire traiter d’antisémite ». Boniface sait de quoi il parle : il gagne des fortunes en conférençant dans tout le Moyen-Orient sur les méfaits de l’État sioniste en particulier et des Juifs en général.

Quant au second, qui serait mieux que placé que lui pour juger avec impartialité du traitement de ce conflit dans les médias français ?

En effet, contributeur vedette du Monde et de France Inter, deux médias notoirement pro-sionistes, Cypel a donné à l’un de ses récents articles (29 avril 2017) le titre : Pour étouffer la Palestine, la duplicité de l’Union Européenne n’est surpassée que par la mauvaise volonté israélienne.

Pas une virgule susceptible d’être taxée d’impartialité
On peut, on doit, être d’accord sur les termes « duplicité de l’UE », bien que partager le moindre point de convergence avec un tel individu soit très mauvais pour la santé. Heureusement, l’accord n’est que de façade, car on peut, on doit, s’indigner de voir l’Union Européenne passer d’une assistance financière passive à une participation active aux provocations palestiniennes illégales, violant par là-même les lois nationales israéliennes, les lois internationales et les Accords d’Oslo qu’elle est censée aider à mettre en œuvre.

Mais ce n’est pas ce contre quoi s’élève Monsieur Cypel. A vrai dire, on ne voit pas bien ce qu’il reproche à l’UE, dont le soutien à la Palestine est unilatéral et sans contrôle, justement proportionnel à son opposition, officielle et officieuse à l’État juif.

Citation :
« L’UE dépense 310 millions d’euros par an au soutien à la Palestine : 45% vont au versement des salaires des dirigeants de l’AP et des fonctionnaires, 45% aux services publics (adduction d’eau, écoles, hôpitaux, etc.), et 10% aux projets non publics (essentiellement culturels et humanitaires). De plus l’UE verse 110 millions de dollars annuels à l’(…)UNRWA. Au total, avec les contributions individuelles des divers pays européens (…), la contribution de l’UE avoisine le milliard d’euros annuel.[1] »

Petite précision : dans le salaire des fonctionnaires, sont inclus 300 millions d’euros (qui représentent environ 10% du budget global[2]), pour financer les salaires des terroristes morts dans des attentats suicides ou en prison avec du sang sur les mains.

Bon, c’est un détail, on ne va pas reprocher à un esprit inconditionnel, euh je veux dire, inconditionnellement éthéré comme Monsieur Cypel de ne l’avoir pas remarqué. Et puis quoi, un fonctionnaire, c’est un fonctionnaire : il ne détaille pas ce qui va aux profs et ce qui va aux gardes du corps du président-légitimement-élu-pour-4-ans-il-y-a-12-ans.

Alors, de quoi il s’agite ?
Lui, on sait : Israël est responsable de tous les maux de la planète et probablement de ceux dont souffrent les galaxies voisines, mais pourquoi mentionne-t-il l’UE dans le titre de son article à charge contre l’État hébreu ?

Dans le corps de l’article, on voit bien que l’Union européenne fait ce qu’elle peut et que ses représentants ne sont pas à critiquer puisque, eux-mêmes, en privé et sous couvert d’anonymat, critiquent Israël à tire marigot (non ce n’est pas un lapsus clavieri, c’est un jeu de maux[3]). Les mauvaises langues sont déliées et abondantes, mais anonymes. « Et qu’adviendrait-il s’il disait publiquement ce qu’il pense ? ‘Je serais viré dans l’instant’ ».

C’est vrai, ça, on ne compte plus les fonctionnaires de l’Union Européenne qui ont été virés d’Israël ! Combien ? Euh, zéro pour l’instant, mais ça ne veut pas dire que d’ici un millénaire ou deux, si Israël n’a pas été rayé de la carte, cela ne se produira pas !

neutreL’UE n’a pas démérité : elle se déjuge et se parjure comme il faut. Applaudissons-la !
Les pourfendeurs de l’État juif quoi qu’il fasse n’étant pas très rigoureux avec les lettres, essayons les chiffres. L’Administration israélienne a recensé 6 500 Palestiniens vivant dans 1 220 maisons illégalement bâties en Judée et Samarie, alias Cisjordanie. Il s’agit de préfabriqués dont l’enchevêtrement finit par bloquer le passage entre Jérusalem et Maaleh Adumim, rendant la route vulnérable aux attaques éventuelles et permettant aux habitants de se brancher illégalement sur les poteaux électriques et les feux tricolores et de siphonner les conduites d’eau israéliennes.

Que fait la France dans un cas pareil ? Elle juge, condamne et exproprie. C’est ce qu’a fait Israël, sauf qu’il a condamné, condamné, condamné, condamné, condamné, condamné, condamné, et finalement démoli les constructions.

Sauf que celles-ci avaient été financées largement par l’UE !

Que fait le trafiquant quand il est pris la main dans le sac ? Il nie, appelle un avocat et essaie de trouver des circonstances atténuantes. Ce n’est pas du tout ce qu’a fait l’UE. Avec la complicité de la Belgique, de la France, de l’Italie, de l’Espagne, de la Suède, du Luxembourg, de l’Irlande et du Danemark, qui l’ont co-signée, elle a envoyé une lettre à Israël demandant à être remboursée des constructions illégales qu’elle avait financées et qu’Israël, appliquant le droit international, a détruites.

Plus un mensonge est gros, mieux il passe (Goebbels, mais pas que lui)
« La pratique de mesures coercitives comme les démolitions et les confiscations de biens humanitaires, dont des infrastructures scolaires, et l’obstruction à l’acheminement d’assistance humanitaire sont contraires aux engagements [d’Israël] du point de vue du droit international […] et causent des souffrances aux Palestiniens ordinaires », dit cette missive qui a été rendue publique avant même d’être envoyée à son destinataire.

Israël a répondu qu’il ne s’agissait pas d’une aide humanitaire, d’« activités de développement menées sans coordination et illégalement dans le but de renforcer les revendications palestiniennes dans les zones où elles se trouvent. »

Deux poids, sans mesure
Il y a des pêcheurs (à la ligne) qui s’indignent quand le poisson ne se laisse pas attraper facilement : « il se défend, le salaud ! » entend-on parfois du côté des cannes à pêche.

C’est ce qu’on a dû entendre du côté des pécheurs (contre le droit et la morale) de l’UE quand ils ont lu la réponse : « ils se défendent, ces salauds de Juifs, on ne peut plus les pogromer comme avant, Damned ! »

Ça rappelle le PC chinois de Mao, qui faisait payer à la famille du condamné à mort la balle qui le tuerait…

Sauf que, si les temps changent, l’observation d’Einstein demeure d’actualité : « il y a deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine. Encore que pour l’univers, la preuve reste à faire. » Ce n’est pas plutôt la mauvaise foi ? Bah, tout est relatif… LM♦

Logo Liliane Messika[1] « Pour étouffer la Palestine, la duplicité de l’Union Européenne n’est surpassée que par la mauvaise volonté israélienne »
[2] Petite question, l’argent de l’Union européenne si largement octroyé, d’où c’est-y qu’il vient ? Ah, mais c’est bien sûr ! De nos poches, via nos impôts, où avait-on la tête ?
[3] Là aussi !

* Liliane Messika est écrivain (http://www.lili-ecritures.com/)

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s