Quand des Arabes osent dire ce qu’ils voient

cohn bendit juifs allemands.jpgPar Liliane Messika

Condition nécessaire : réfugié palestinien ; condition suffisante : victime des Juifs
En 1968, les bébés révolutionnaires que nous étions chantaient « Nous sommes tous des Juifs allemands ». Cinquante ans plus tard, les Palestiniens sont devenus, aux yeux des bébés révolutionnaires d’aujourd’hui, tous âges et tous statuts confondus, les nouveaux Juifs. Mais quand on ne peut pas accuser les Juifs de leur nuire, le monde entier détourne les yeux de leurs malheurs.

Khaled Abu Toameh existe, sinon on aurait aimé l’inventer
Journaliste, né de père arabe israélien et de mère palestinienne, KAT écrit dans le Jerusalem Post et pour les dépêches du Gatestone Institute. Cela suffirait à le déconsidérer aux yeux des bien-pensants propalestiniens (excusez le pléonasme), sauf qu’avec son CV, c’est difficile, car il a un pedigree impressionnant.

Quelques extraits recopiés sur Wikipedia :

Depuis1989, Abu Toameh est producteur et consultant pour NBC News. Il a aussi réalisé plusieurs documentaires sur les Palestiniens pour la BBC, Channel 4 et des télévisions australiennes, danoises et suédoises.

Il a enseigné à l’École de journalisme et de communication de masse de l’Université du Minnesota, en Angleterre à la School of Oriental and African Studies et au Royal Institute of International Affairs.

Il a été invité à parler à la Chambre des communes du Royaume-Uni.

Il a donné une conférence à l’Association canadienne des journalistes de Vancouver et il a parlé dans des campus universitaires américains et canadiens sur la situation en Judée Samarie et dans la Bande de Gaza.

En Australie, il a été invité au « Sydney Institute »pour parler des difficultés de la construction d’un État palestinien, puis au Centre des droits de l’homme pour parler des atteintes aux libertés dans les territoires de l’Autorité palestinienne.

En 2011, Abu Toameh a remporté le prix du Hudson Institute pour le courage en journalisme. Ce courage et sa connaissance de la politique du monde arabe ont aussi été loués par Salim Mansur, chroniqueur au Toronto Sun (Canada).

En 2013 il a reçu le prix « Emet »du Comité pour l’exactitude des reportages sur le Moyen-Orient.

En 2014 il a reçu le « Daniel Pearl Award ».

Khaled_Abu_Toameh.jpg
Khaled Abu Toameh

Bien entendu, ce n’est pas ce cursus-là qui intéresse ou influence l’auto-proclamée intelligentsia. Non. Mais un type qui a les parents qu’il a et qui a grandi à Baqa al-Gharbiyye, est difficile à traiter de sioniste menteur (re-pardon pour le pléonasme) et à déconsidérer d’une quenelle désinvolte.

C’est l’histoire d’un mec qui parle les deux langues du double langage
Du coup, Abu Toameh peut traduire. Ainsi, quand il s’indigne que Mahmoud Abbas (président à vie de l’Autorité palestinienne) ait dépensé 50 millions de dollars de la charité mondiale pour s’acheter un avion, cela fait désordre. D’autant plus que le lien auquel il se réfère renvoie… sur la version en arabe du site libanais al-akhbar.com, lequel explique que « la version anglaise n’existe que pour les archives ». Tiens, tiens…

Mais justement, c’est un arabophone qui nous le signale et il y a de belles photos de l’avion et de son propriétaire.

« L’argent dépensé par Abbas pour cet avion aurait pu sauver la vie de milliers de Palestiniens en Syrie et dans la bande de Gaza. Abbas n’y a même pas pensé. Il estime que les besoins de son peuple sont de la responsabilité de la planète » explique le reporter arabophone sur Gatestone.

Pas étonnant qu’il reçoive des menaces, à reporter ainsi à rebrousse-poil de la doxa !

Re-en Wikipedia dans le texte :

Abu Toameh dit qu’il est harcelé par des condamnations, et qu’il est souvent menacé. Mais il remarque que les menaces proviennent davantage de l’extérieur du Moyen-Orient et que ceux qui le menacent recourent à l’intimidation sans mettre en doute ni critiquer ses reportages.

On lui pardonne, il est palestinien, il ne peut pas savoir que ces intimidations résument, en France, le « débat d’idées » !

50m$.jpg
L’avion personnel de Mahmous Abbas

La guerre civile en Syrie intéresse peu les pro-palestiniens français
Pourtant, c’est dans ce pays qu’on trouvait beaucoup de camps de réfugiés palestiniens. Mais depuis le début de la guerre civile, près de 150000 ont fui, majoritairement vers l’Europe et le Liban, ainsi que vers la Jordanie (dont la quasi-totalité de la population est issue de la Palestine mandataire) et en nombres moindres, mais importants quand même, vers l’Égypte et la Turquie.

Dans nos médias et nos ONG palestinolâtres, il faut vraiment chercher les petits caractères pour avoir des informations sur eux.

Cela dit, ne limitons pas les Palestiniens aux porteurs du passeport « réfugié de l’UNRWA ». Nombreux sont ceux, syriens depuis toujours, qui ont également cherché une survie dans la fuite. Parmi ceux-là, il y a un garçon particulièrement intéressant, nommé Aboud Dandachi, qui habite maintenant Istanbul. Ce musulman sunnite, ingénieur en informatique, presque quarantenaire, avoue qu’il ne s’intéressait pas à la politique avant qu’Assad n’utilise des armes chimiques contre les manifestants et que l’État Islamique envahisse Raqqah.

La guerre ouvre les yeux et les yeux ouverts facilitent la réflexion
C’est ainsi qu’Aboud Dandachi a constaté qu’on lui avait raconté des craques depuis l’enfance : élevé dans l’antisémitisme traditionnel des pays musulmans, il a eu la surprise de constater de visu, à l’âge adulte, que seuls les Israéliens aidaient les Syriens blessés.

« Quand je vois que le Hezbollah et les Iraniens viennent me tuer et que je suis obligé de fuir ma maison, chassé par des Syriens, et que les Israéliens et les Juifs aident les Syriens, alors ma vision du monde change » a-t-il expliqué à I24 News (voir ici).

Aboud Dandashi
Aboud Dandashi

S’il avait été pris en main par les palestinolâtres français, il n’aurait pas eu cette conception iconoclaste. Malheureusement, on l’a laissé réfléchir tout seul. Damned !

Sa réflexion l’a amené à créer un site Internet pour y recenser tous les récits des Syriens aidés par Israël. M’enfin, de quoi jme mêle ?

« Tous les jours, il y a de nouvelles histoires d’Israéliens qui aident les Syriens. Nous, les Syriens, nous ne pouvons pas rendre aux Juifs ce qu’ils nous ont donné, alors nous pouvons au moins les remercier ! »

Logo Liliane MessikaRemercier Israël ? Il est fou ?
Non, il est juste pragmatique. On lui répète que le Juif est l’ennemi, mais c’est l’ennemi qui le sauve. Alors au lieu de décider que ses préjugés démontrent la fausseté des faits, il pense que les faits démontrent l’inanité de ses préjugés. C’est fort, non ?

Il ne risque pas de se voir un jour attribuer le Prix Nobel de la paix, lui ! LM♦

Publicités

3 commentaires

  1. il y a un début à tout et aujourd’hui nous n’avons aucune excuse pour ignorer Internet ! ni Facebook qui permet à chacun de diffuser sur son réseau … Il suffit de commencer ! et un jour – pas si lointain -vous verrez l’information revenir vers vous après avoir fait le tour du monde. Et on peut ainsi de suite relancer la balle ! Entretemps, d’autres médias auront peut-être même pris le relai. Il nous reste à remercier Liliane Messika pour cette belle étude qui a su montrer le mérite des gens éduqués quels qu’ils soient, qui savent reconnaitre où sont les torts mais également manifester leur gratitude !

    J'aime

  2. Bien tourné, même très bien, ça nous fait plaisir et nous rassure, nous, c’est important, comme les autres témoignages similaires, mais l’essentiel est ailleurs : atteindre les citoyens lambda abreuvés de la propagande anti-israelienne bruyante sur certains campus, de celle du boycott et des journalistes complaisants…
    Y a-t-il une réflexion en cours sur comment diffuser largement ce genre d’information pour atteindre un nombre significatif de nos concitoyens ?

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s