Europe paie Iran pour se faire entuber : amour aveugle ou bêtise crasse ?

mouton.jpg

Par Liliane Messika

Il était une fois un loup et un agneau… Vous croyez connaître la fable ? Peut-être. Sauf que cet agneau, qui s’appelait Europe, était particulier : il souffrait de graves troubles cognitifs.

Répondant au nom d’Iran, le loup, alias Canis Lupus Mollah, ne faisait pas usage des mêmes euphémismes, litotes et paraphrases que les ovidés, aussi disait-il clairement que « troubles cognitifs » est un synonyme de « folie » et il ne cachait pas son mépris pour l’aveuglement volontaire de son futur casse-croûte.

Dans la famille Mouton, donnez-moi…
La femelle, brebis, doit être fécondée par le mâle, bélier, pour faire naître un agneau, qui deviendra grand si les loups ne le mangent pas et papa lui-même, s’il ne perd pas en route les attributs de sa masculinité.

C’est cet avatar qui avait transformé Europe en mouton qui ne deviendrait jamais bélier, au moment où, à la tête du troupeau de ses cousins transatlantiques Bisons, le mâle plantigrade Baloo venait de succéder à l’ambigu reptile Kaa.

Kaa avait anesthésié ses congénères pour les livrer à Iran sous le prétexte fallacieux d’établir sur la planète une paix juste et durable entre espèces jusqu’alors antagonistes : « Ayez confiansssssss, croyezzzzz’en mouah », leur avait-il chanté pendant dix ans, « nous avons trop agi en béliers, l’heure est venue de la doussssssseur et de l’apaizzzzzzzzzement ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, et la défaite prit la forme d’un accord nin-léo : verlan de « léonin », où le fort donna des sous au faible, en échange d’un bisou.

On appela ça JCPOA, Joint Comprehensive Plan of Action, un sigle purement décoratif signifiant en français « plan d’action global commun » et en pratique, strictement rien.

L’effort des forts à s’affaiblir fut salué par les hérauts de tous poils, plumes et claviers, dont la confrérie était connue sous l’acronyme des CHEFS (pour Courtisans Hypocrites Et Fidèlement Serviles).

Iran n’avait pas lu que le Coran, mais Andromaque également
« Est-il juste après tout qu’un conquérant s’abaisse / Sous la servile loi de tenir sa promesse ? »

La formule de Racine n’était pas tombée dans l’oreille d’un loup sourd. D’ailleurs Iran n’avait rien promis, sa part du plan d’action commun consistant en un seul bisou. Il lança donc ses plans de conquête via l’armement nucléaire et, avec les sous reçus en abondance, non seulement par Kaa d’Amérik, mais également par les moutons bêlants d’Europe, il finança à l’étranger les officines explosives des 3H : Hamas, Hezbollah & Houtis.

Les petites affaires d’Iran auraient pu continuer jusqu’à ce qu’il finalise son arsenal, si les Bisons n’avaient renâclé et avaient choisi à Kaa un successeur qui était son exact opposé : brutal où le présssédent était sirupeux, direct quand le ssserpent ssss’entortillait dans ses propres anneaux et décidé à user de ses crocs et de ses griffes contre les ennemis d’Amérik plutôt que contre sa propre race.

Le cave se rebiffe et fout des baffes
Baloo, le nouveau chef des Bisons d’Amérik, savait qu’il n’avait pas de temps à perdre. Plutôt que de se lancer dans les circonvolutions repentantes auxquelles son prédécesseur avait habitué la Cour des miracles qui vivait largement de ses subsides, il affirma qu’il ne distribuerait plus ceux-ci aveuglément, mais contre preuve de leur utilisation pacifique.

De quoi ? Non seulement on accepte son fric pour soulager sa conscience à lui, mais il voudrait en plus qu’on lui rende des comptes ? Le tollé fut général, dans ce qu’on appelait « les chancelleries », des boudoirs luxueux où les chefs de meute goûtaient des grands crus en se payant la tête de leurs sujets. Idem au sein de la confrérie des CHEFS, qui donnèrent des concerts de pipeaux menaçants à tous les coins de rue en espérant susciter une révolution.

À l’indignation des premiers et à la stupeur des seconds, Baloo ne décéda pas de honte devant la révélation de ses frasques sexuelles passées et il obtint de francs succès diplomatiques là où la molle bienpensante de son prédécesseur n’avait eu qu’effets délétères.

Baloo.jpg

Fidèle à ses menaces, Baloo circoncit le robinet à oboles
Les ex-bénéficiaires héréditaires, qui vivaient depuis 70 ans de cette manne sans lever le petit doigt pour assurer leur subsistance, se répandirent en invectives, ce qui n’eut aucun effet.

Ils se tournèrent vers leur allié naturel, Iran. Mais dans le même élan salutaire qui avait guidé son action vis-à-vis des ZÉRODITAIRES, Baloo venait justement de dénoncer l’accord nin-léo hâtivement bricolé par Kaa au bénéfice exclusif des Canis Lupus Mollahs.

L’accord JCPOA avait à peine commencé à porter de beaux fruits bien juteux dans l’escarcelle d’Iran que déjà il lui fallait y renoncer !

C’était sans compter avec l’instinct suicidaire qui poussait le mouton Europe à courtiser son prédateur naturel dans l’espoir qu’il la croquerait en dernier. Europe n’allait pas bien : les ovidés ne mangeaient pas à leur faim et les bergers, des apparatchiks dodus, leur imposaient de nourrir tous les plus affamés et aussi affamés qu’eux. Quand Kaa avait cessé de monter la garde devant le repère des Canis Lupus Mollahs, les herbivores à courte vue s’y étaient précipité, espérant que le commerce leur rapporterait des bénéfices suffisants pour les maintenir dans leur bergerie rembourrée.

L’économie encore plus efficace que les crocs
Depuis la Tanière Blanche, Baloo usait de ses armes économiques pour isoler Iran : « Le régime iranien est confronté à un choix. Soit il change son attitude menaçante et déstabilisatrice, et il pourra retourner dans le giron de l’économie mondiale, soit il continue sur la route de l’isolement économique. Et il expliqua à Europe, qu’il avait sauvée lors de toutes ses guerres précédentes, qu’entre boire l’or noir et se conduire dignement, il fallait choisir.

Nonobstant cette menace, Europe envoya 18 millions de sous au Loup pour qu’il puisse survivre sans même avoir à donner un seul bisou en échange. « La coopération s’est développée dans de nombreux secteurs depuis que les relations entre Europe et Iran ont été relancées à la suite de l’accord global. Nous sommes déterminés à la poursuivre et ce nouvel ensemble de mesures approfondira les relations économiques et sectorielles dans des domaines qui profitent directement à nos citoyens », déclara Langue-de-Bois, la chargée de communication d’Europe, présentant son derrière en offrande à Iran, qui en a des plus appétissants à la maison.

Entre morale et cupidité, Europe n’a pas hésité : « À la soupe ! »
« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » disait Churchill, né chez les moutons, mais éduqué chez les lions, qui avait sauvé l’honneur d’Europe avant qu’Amérik la sauve tout court lors des deux guerres précédentes.

L’oubli de son passé, voire le déni de son existence même était, depuis lors, le sport préféré d’Europe. Autant dire que s’il y avait des leçons à en tirer, les moutons les poussaient vite vite dans le gouffre sans fond de leur avidité.

Histoire de montrer à quel point Europe prenait les autres animaux pour plus bêtes qu’elle, elle prétendit que « cette aide de 18 millions d’euros … comprendra une assistance technique pour relever les défis liés à l’environnement à hauteur de 8 millions d’euros – et une aide pour prévenir et réduire les problèmes engendrés par l’usage des drogues estimée à 2 millions d’euros. »

Iran était prolixe en menaces nucléaires contre des moutons moyen-orientaux. Ceux-ci, à force de se nourrir de cactus, avaient muté en une nouvelle sous-espèce, les Duracuires. Leur ennemi n’avait strictement rien à faire de l’environnement et salivait à l’idée de 8 millions de bombes supplémentaires.

Europe pour Iran : amour aveugle ? Non bêtise crasse !
Visé directement par le programme nucléaire qu’Europe voulait aider Iran à acquérir, le Premier ministre des Duracuires a évidemment trouvé l’initiative néfaste. « Je pense que la décision prise hier par Europe de donner 18 millions d’euros à Iran est une grave erreur », a-t-il déclaré. « C’est comme une pilule empoisonnée pour le peuple iranien et pour les efforts visant à freiner l’agression iranienne dans la région et au-delà. »

Outre-Atlantik, Baloo a nommé Brian Hook à la tête du nouveau groupe d’action chargé de coordonner et d’appliquer la politique accord nucléaire. Brian s’est, lui aussi, fendu d’une explication de texte, pensant peut-être qu’Europe agissait par bêtise et non par avidité : « L’aide étrangère des contribuables européens perpétue la capacité du régime à négliger les besoins de ses citoyens et à étouffer les changements politiques significatifs. Le peuple iranien subit des pressions économiques très réelles causées par la corruption, la mauvaise gestion et l’investissement profond de son gouvernement dans des conflits étrangers. (…) Plus d’argent dans les mains des ayatollahs signifie plus d’argent pour mener des attentats dans les pays européens. »

Sous les Mollah, les Canis Lupus Vulgum
Le commun des mortels dans la meute d’Iran n’approuve pas l’attitude de matamore de son leader. Le vulgum pecus préfère garder ses sous plutôt que les envoyer aux 3H qui font sauter des gens qu’ils ne connaissent pas et dont ils se fichent. Leur ambition n’est pas de devenir une puissance nucléaire. Ils préféreraient être moins impuissants face à l’arbitraire auquel ils sont soumis depuis qu’en 1979, un excité exilé à Nauphle-la-grande-Tanière est revenu chez eux.

Avant l’ère Baloo, ils avaient essayé de renverser leurs tyrans, mais Kaa était venu au secours des Mollah. Ils espèrent que l’Amérik qu’ils sont officiellement obligés de haïr bruyamment fera cette fois-ci le bon choix.

Logo Liliane Messika

Les malheureux Européens aussi, dont les dirigeants vident les poches pour remplir de munitions les armes qu’Iran dirigera bientôt contre eux ! LM♦

26 août 2018

Publicités

5 commentaires


  1. https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsChere Liliane
    Comme toujours vos articles sont un regal , et cette foi la fable
    d’Iran Europe et Baloo remporte le pompon !
    Mais ce passage ou Pompidou accepte de transmettre aux pays arabes une liste de societes sans Juifs est il vrai , ou simple racontar ?
    Apres l’epoque Vichy , qui rapelle la notre par certains cotes, peut on encore s’etonner ?

    J'aime

  2. Si La Fontaine pouvait être des nôtres, aujourd’hui il verrait que ses fables n’ont pris aucune ride!!!!! les siècles se succèdent, les tyrans sont toujours aux premières loges, le peuple pâtit de leurs égos, bientôt tous se révolteront, rien n’est jamais acquis, et la révolution gronde!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s