My name is Bond, JANE Bond

Morena-Baccarin-as-James-Bond-007.jpgQuand on n’a rien à dire, ne surtout pas se taire

Pendant la trêve des confiseurs, les médias cherchent désespérément des angles originaux pour accommoder leurs vieux restes de marronniers[1] : foie gras (comment le préparer, comment le digérer, comment le remplacer par du soja…), cadeaux de Noël (bavoir à barbe pour amateurs de lavabos impeccables, collection de pâtes en porcelaine pour allergiques au gluten, quéquette en origami pour les futures transgenres de 6 à 9 mois), on en passe et des plus exotiques.

Cette année, Le Figaro en a dégotté une bien épicée, arrosée à la gomina, pas à l’amour du métier et encore moins à l’humour : « Pour Dominic West, il est temps qu’un James Bond transgenre succède à Daniel Craig. »

La proposition de l’acteur britannique ne brille pas par son originalité : lui-même joue essentiellement dans des films made in USA et puis on a déjà vu un Docteur Knock noir et une Carmen qui tue Don José… Il n’y a donc pas de quoi fouetter un chat quand il trouve qu’un « James Bond transgenre pourrait être cool ».

Il fut un temps où le cinéma, surnommé « le septième art », habitait le rayon culture plutôt qu’agriculture. Art ? C’est cool, ça ? Dominic West cultive la culture en-dessous de la ceinture.

Parler pour faire parler de soi

La suggestion de West n’est pas un gag second degré, c’est un hameçon (avec cédille) à buzz.

Attention : il y a buzz et buzz. Ceux qui vous garantiront le succès sur Twitter sont tous politiquement corrects, avec l’estampille « anticonformiste » délivrée par l’AAAAA, l’Association Amicale des Amateurs d’Andouilles Authentiques, et leurs thèmes vont de « mon nouveau régime végan » à « si vous n’êtes pas transgenre à 50 ans, vous avez raté votre vie ».

La proposition du garde de la Reine Amidala[2] a tout pour énerver les militants LGBT : de quoi se mêle cet hétéro ?

En effet, les lobbies communautaristes de tout poil exigent l’exclusivité de leurs particularismes : les hétéros n’ont pas à parler d’homosexualité ou les blancs de racisme, sujet réservé aux « racisés ». Le racisme anti-blanc n’existe pas, c’est officiel et « vu à la télé ». Quand il s’exhibe trop effrontément, il est suivi par son ombre, le onzième commandement : « jamais ne considèreras le racisme anti-blanc comme un racisme, toujours le respecteras comme une conquête droitsdelhommiste. »

Le nuancier de la palette antiraciste se décline dans un camaïeu de mauvaises fois[3] : proposer un hétéro pour jouer le rôle d’un homo est insultant. Mais douter de la pertinence d’un homo pour le rôle d’un hétéro est homophobe, accusation aussi grave que « pédophile multirécidiviste ». A noter que les multirécidivistes autres que pédophiles sont des victimes du sssyssstème, empêchés par icelui de devenir des citoyens exemplaires.

Pour le résumer, ou bien on dit du bien des minorités, ou bien on fait le jeu de l’extrême-droite. Capito ?

Choisir c’est sélectionner et la sélection, c’est PIR que tout

Quelques pisse-vinaigres feraient certainement remarquer à Monsieur West que le James Bond porté à l’écran est un personnage de roman inventé par feu Ian Fleming, lequel imaginait son héros sous les traits de David Niven ou de Cary Grant.

James Bond, agent de Sa Majesté la Reine est, en version originale, « debonair », avec un seul N et sans E, car ce mot, en anglais, signifie « raffiné » et non « bienveillant » comme en français.

Un agent secret musclé et raffiné devrait être joué par un acteur musclé et raffiné, non ? Non. Le rôle devrait être confié à une personne, quels que soient son aspect et son style, appartenant à la minorité que l’on souhaite favoriser, en l’occurrence un transgenre de quelque physique qu’il ou elle soit.

Cela voudrait dire que les citoyens ne sont plus égaux devant la loi, mais traités différemment selon leur particularisme ethnique, religieux ou sexuel ? Cette exigence de la doxa antiraciste constitue précisément la définition du racisme : bienvenue dans le troisième millénaire !

Tout est politique. Y compris le 7ème art. Seule la politique ne fait pas de politique

Le cinéma n’est plus là pour raconter des histoires, ou alors des drames politiques dont la morale colle à l’idéologie bisounourso-droitdelhommiste.

Faire jouer Docteur Knock par un Black, ça c’est osé, on applaudit ! Donner à un (une ?) transgenre le rôle de James Bond itou.

Pourquoi ne pas élargir la gamme des paradoxes et des choix 100% idéologiques, donc 100% illogiques, afin de prouver que 100+100=1 ? N’est-il pas raciste de faire représenter Marcel Cerdan par un acteur blanc et baraqué, ce qui stigmatise d’office tous les hémiplégiques noirs, qui auraient bien plus besoin du rôle ?

Ne serait-il pas tout à l’honneur de notre devise égalitaire que le remake des Choristes soit joué uniquement par des seniors muets ?

Enfin, lançons sur Change.org une pétition pour exiger que tous les rôles de Lolita et autres femmes-enfants soient désormais réservés à des sexagénaires se prénommant Cécile ! CA

Cécile Attal, mabatim.info

[1] Un marronnier est, pour les médias, une corvée récurrente qu’il faut traiter chaque année, bien que tout ait déjà été dit sur le sujet : Noël, Fête des mères, croisement des juillettistes et des aoûtiens…
stylo-plume attal[2] Star Wars 1er épisode : La menace fantôme.
[3] Pluriel, pas faute d’orthographe.

3 commentaires

  1. Amusant. Mais ca ne fait que souligner le manque de reflexion qui habite les courants d’opinion. Ce n’est ni nouveau ni dramatique tant que des gens clairvoyants peuvent chasser fantasmes et illusions.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s