Flux continus de migrants : quelques repères

migrations.jpgDe la migration en général

Les migrations se font en fonction de facteurs qui poussent et de facteurs qui attirent. Ce qui incite aujourd’hui les migrants à vouloir quitter leurs pays d’origine, c’est la guerre, la faim voire la famine, l’intolérance (politique, religieuse…), le manque d’emplois, le chômage, le manque d’opportunités ou d’éducation, une catastrophe naturelle, des troubles civils, des persécutions… Ce qui incite les migrants vers une destination, c’est l’espérance d’avoir la liberté (religieuse, politique…), de bénéficier d’un environnement favorable en termes d’opportunités de travail, de niveau de vie (logement, alimentation…), de services sociaux (hôpitaux, écoles, etc.)… de rejoindre sa famille…

Notre époque développe une mythologie positive de la mobilité. L’homme migre depuis toujours et Homo Sapiens devrait son succès, d’après certains paléontologues, à sa capacité à migrer. Cependant l’Histoire, c’est-à-dire la mémoire écrite que les anciens nous ont laissée, est très souvent négative vis-à-vis des migrations : les peuples de la mer (pendant 200 ans de -1200 à -1000 av. J.-C.) ont été pratiquement toujours violents, les goths, Ostrogoths, Wisigoths et autres vandales aussi, les Huns, les conquistadors n’étaient pas des enfants de chœur… sans parler de la conquête du pays de Canaan qui a vu les habitants de nombreuses villes conquises être tous (hommes, femmes, enfants) passés au fil de l’épée.

De la migration en France

Dans le dernier tiers du vingtième siècle en France, on a connu pour des raisons économiques, l’émigration voulue. Ainsi ce sont des Algériens, Marocains et Tunisiens, Ivoiriens, Sénégalais, qui par exemple ont construit nos autoroutes sous le soleil, la neige et le froid. En fait en fonction des pays et des époques, les migrants sont plus ou moins souhaités et donc plus ou moins bien accueillis. Les États-Unis, le Canada… grandes terres de migrations, sont aujourd’hui très regardants. Le Japon historiquement hyper fermé, entre-ouvre depuis peu des possibilités du fait de son déficit démographique. L’Allemagne souhaite ouvertement accueillir des migrants, alors que d’autres pays européens (Hongrie, Pologne, Italie…) ne le souhaitent pas et que plusieurs pays importants (USA, Chine, Russie, Japon…) n’ont pas signé le Pacte de Marrakech.

La France accueille 300.000 migrants par an, mais voit aussi 200.000 Français migrer ce qui permet aux politiques de minimiser les chiffres et de nous parler que du solde migratoire de 100.000 personnes par an (cf. Flux migratoires en France mesurés par l’Insee). À ce rythme, en deux générations, la France accueille 18 millions d’étrangers, de quoi significativement transformer le pays, sa culture, ses mœurs… ; d’autant plus que l’intégration ne se fait plus bien et même qu’elle n’est plus un idéal. Le communautarisme voulu qui s’installe, amène son lot de caractéristiques, par exemple, l’excision n’était pas un sujet concernant les Françaises, il va le devenir, le problème touche déjà 0,5 % des femmes en France (soit ~130.000 femmes).

En France, à l’échelle d’un millénaire, nous sommes probablement tous issus de l’immigration, mais jusqu’à récemment, l’assimilation aidant, tous faisaient, comme dans la chanson, d’excellents Français. La donne aujourd’hui est différente, l’assimilation est souvent rejetée et certains gardent de génération en génération leur nationalité d’origine. Le sujet étant gênant pour les politiques, il n’y a pas de suivi statistique de la multiplication des binationaux en France ni pratiquement aucune restriction à l’accès à des postes stratégiques.

Que faire face aux migrations

Les âmes généreuses occidentales veulent accueillir toute la misère du monde, vaste programme, on estime qu’actuellement le monde compte 258 millions de migrants internationaux. Beaucoup de capitaines d’industrie et de politiques voient d’un bon œil l’arrivée d’une main-d’œuvre généralement peu qualifiée qui manque. Le Français qui part est du type BAC +2 ou plus, il a coûté à l’État (gratuité de la formation, de la santé…), mais l’économie française peine à créer assez d’emplois qualifiés, alors que l’émigré qui arrive en France du type BAC −2 ou moins, n’a rien coûté, et on a des emplois à lui offrir, de plus il permet de tirer les salaires vers le bas.

Aujourd’hui, les migrants sont pacifiques, historiquement cela n’a pas toujours été le cas. Dans son roman « Le Camp des Saints », Jean Raspail imagine une situation qui ressemble en partie à celle que nous vivons, mais qui se termine en violence. On n’est pas, semble-t-il, dans ce cas, mais rien ne dit que les communautés qui se créent en Europe ne chercheront pas demain à imposer violemment leur point de vue. Une hypothèse évoquée par Gérard Collomb lorsqu’il a quitté ses fonctions de ministre de l’Intérieur en octobre 2018.

Indépendamment des extrémistes, qui veulent ouvrir grand ou fermer totalement nos frontières, il y a les tenants de la théorie de la mayonnaise qui n’ont rien contre les migrations, mais pensent que c’est un problème de dosage, qu’il faut, comme quand on monte une mayonnaise, contrôler le flux de migrants, comme le filet d’huile pour que la mayonnaise ne tourne pas.

Michel BruleyPour terminer avec humour le sketch de Fernand Raynaud consacré à ce sujet : le pain des Français. MB

Michel Bruley, MABATIM.INFO

Un commentaire

  1. La mayonnaise ne prend plus ,elle a tourné .aujourd hui ,c est la semoule de couscous impossible a quantifier.
    L immigration est choisie ,rien ne sert de tourner en rond sur le sujet .Il est trop tard .

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s