Les musulmans laïcs sont les boucliers humains des islamistes

marche contre islamophobie 10-11-19.jpgLe 10 novembre 2019 une « marche contre l’islamophobie » a eu lieu à Paris. À l’origine c’était une initiative de Majid Messaoudene, présentée dans un appel publié par Libé le 1er novembre 2019. Autour de cet appel, s’est amalgamé tout ce que les organisations et les personnalités de la sphère islamo-gauchiste font de plus antirépublicain et antidémocrate.

Parmi elles, Monsieur Anasse Kazib, ci-devant délégué syndical SUD à la SNCF et chroniqueur à l’émission « Les Grandes Gueules », sur RMC.

Le 15 novembre, lendemain de ce défilé, au cours de l’émission en question, M. Kazib a tenté de justifier l’objet de sa manifestation par, notamment : « le racisme d’État et les projets de loi liberticides. » Cela arrange Monsieur Kazib de se croire victime des Français censés confondre islamisme et musulmans, mais il n’hésite pas, lui, à voir, dans quelques individus racistes, un racisme d’État imaginaire !

Répondant à une question d’Olivier Truchot, Monsieur Kazib rétropédale : « l’étoile jaune, c’était une connerie, je l’aurais pas fait. Allah hou Akhbar au-dessus du camion, moi je l’aurais pas fait, c’est une connerie. Parce que moi, je connais les cons et je sais que les cons, ils ciblent ça (RMC/BFM). »

Il admet, mais ne se désolidarise surtout pas et condamne encore moins. Ce qu’il regrette, c’est que cette maladresse ait pu discréditer un chouia une fine stratégie. Ce qu’il veut dire, c’est : l’étoile jaune, il faut la porter et Allah hou Akhabar, il faut le dire, parce que ça nous ramène des sympathisants, mais pas à cette occasion, pas quand c’est nous qui sommes aux manettes, parce que ça nuit à l’image de républicains modérés et respectables derrière laquelle nous nous dissimulons, pour l’instant, tant que nous ne sommes pas prêts pour l’assaut final.

Faut pas le dire, car les cons[1] vont nous voir tels que nous sommes véritablement. C’est là un emploi pertinent de la taqqyiah, le mensonge pour Allah. Avançons masqués sous le voile et, d’ailleurs, si on est repérés, on a qu’à dire, comme l’a fait Kazib, que ça fait partie des aléas d’une manifestation. Une gaffe, quoi : on se laisse emporter par la fièvre communautariste et les phénomènes de foule. Un détail de l’histoire de la manif’.

Mais au début de la manifestation, avant que ces incidents aient lieu, il avait déjà été interviewé par Révolution Permanente, excroissance médiatique du NPA, le nouveau parti anticapitaliste, plus si nouveau que ça ! Pourquoi cette manifestation était-elle importante à ses yeux ? Il avait alors développé la litanie habituelle à base de stigmatisation, islamophobie etc. « On fait front contre les attaques islamophobes, contre les licenciements… Moi j’suis à la SNCF et je vois de plus en plus, on sanctionne des personnes ou on licencie soit parce qu’elles n’ont pas serré la main (des femmes NDLR), ils ont fait la prière sur le lieu de travail ou autre pour des choses extraordinaires qui n’existaient pas avant (YouTube). »

La phrase a l’air confuse et incompréhensible, mais elle est claire, au contraire : il regrette l’époque où on ne sanctionnait pas un homme qui refusait de serrer la main d’une femme, qui ne faisait son travail que dans la mesure où il l’estimait compatible avec l’islam. Entretemps, il y a eu l’attentat à la Préfecture et l’aveuglement volontaire des autorités a fait place à une vigilance plus ou moins forcée.

Ne pas serrer la main des collègues, Monsieur Kazib, ça c’est des conneries qu’il n’aurait pas fallu faire, ou plutôt, pas fallu dire ? Non. Comme pour l’étoile jaune, comme pour Allah hou Akhbar, ce ne sont pas des conneries, ce ne sont pas des gaffes, ce sont des aveux. Des aveux de ce que VOUS et vos alliés, dont Monsieur Corbière, nous réservez à l’avenir, tout en le présentant comme « une manifestation de paix et de fraternité (YouTube) ». Oui, parce que la formule « de paix et de tolérance » est tombée dans l’obsolescence avec les attentats successifs.

À propos de formule, il est bon d’en rappeler une, extraite du discours de Jacques Chirac, le 16 juillet 1995, lors de la commémoration de la Rafle du Vel d’hiv :

« Quand souffle l’esprit de haine, avivé ici par les intégrismes, alimenté là par la peur et l’exclusion. Quand à nos portes ici même, certains groupuscules, certaines publications, certains enseignements, certains partis politiques se révèlent porteurs, de manière plus ou moins ouverte, d’une idéologie raciste et antisémite, alors cet esprit de vigilance qui vous anime, qui nous anime, doit se manifester avec plus de force que jamais. En la matière, rien n’est insignifiant, rien n’est banal, rien n’est dissociable. Les crimes racistes, la défense de thèses révisionnistes, les provocations en tout genre, les petites phrases, les bons mots, puisent aux mêmes sources (Wikisource). »

Qui était visé à cette époque ? Le FN ! Si l’on sonde aujourd’hui les Français pour savoir qui sont les racistes antisémites, ils répondront que ce n’est pas le FN qui a tué le père Hamel, ce n’est pas le FN qui a attaqué les Français réunis pour le feu d’artifice du 14 juillet à Nice. Ce n’est pas le FN qui attire les pompiers et les policiers dans des guets apens pour les brûler vifs. Ce n’est pas le FN qui a tué quatre collègues à la préfecture de police de Paris. Ce sont les communautaristes, les islamistes, les salafistes. Pas les musulmans et encore moins « tous les musulmans ».

Comme me l’a expliqué mon amie Malika, ce sont des panislamistes, comme Marwan Muhammad Mohammed : des gens qui considèrent qu’il n’existe qu’un bloc indivisible, du musulman de culture au salafiste, un bloc qu’il faut opposer à la laïcité, à la République. C’est la normalisation de l’orthodoxie. C’est ça le communautarisme, le suprémacisme. Pour ces gens, le seul critère qui compte c’est la religion. Ils cautionnent le fondamentalisme religieux et refusent toute réforme de l’islam. En un mot, ce sont des talibans. C’est bien là le vrai problème : les musulmans républicains sont les boucliers humains des islamistes.

En prétendant lutter pour « le vivre ensemble », ces extrémistes nous poussent vers l’affrontement, le face-à-face de l’islam contre la république, la seconde étant toujours présentée comme l’agresseur du premier, malgré les menaces, les Allah hou Akhbar, les étoiles jaunes et les attentats.

À quelques jours du quatrième anniversaire des attentats de novembre 2015, perpétrés au nom d’Allah hou Akhbar, ces plaintes en discrimination et en racisme d’État sont la marque du cynisme absolu.

En démissionnant, l’ancien ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait averti : « Aujourd’hui on vit côte à côte. Je crains que demain on vive face-à-face (CNews). »

Aujourd’hui est le lendemain d’hier. Les loups hou, hououou, les loups ne sont pas encore rentrés dans Paris, mais ils sont à nos portes. À nous de les arrêter ! MAINTENANT. SB♦

SkrobackiSerge Skrobacki, MABATIM.INFO

[1] Les cons, alias nous tous, les défenseurs de la république, bourgeois, capitalistes, non musulmans et musulmans modérés amalgamés.

Un commentaire

  1. En ce qui me concerne ,le coran n est pas un livre de la religion de paix et d amour ,il est le bréviaire de la haine qui permet de massacrer des centaines de millions de gens sur toute la planète !
    Il n y a rien à attendre des musulmans « républicains « et ceux qui passent a la tele pour endormir les telespectateurs !

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s