San Remo 1920 : Le « deal du siècle » original

Conf San Remo.jpgSource : Yishai Fleisher,
Jewish News Syndicate
26/4/2020

Alors que nous célébrons l’indépendance d’Israël cette année, laissons de côté le récit inventé par l’ONU selon lequel Israël est né dans l’inévitabilité de deux États.

Il y a cent ans cette semaine, la Déclaration Balfour britannique – qui reconnaissait les droits des Juifs sur la terre d’Israël – est devenue une loi internationale.

Les Alliés, les pays qui ont vaincu l’Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale, se sont réunis à San Remo, en Italie, à la fin du mois d’avril 1920 pour découper le Moyen-Orient. Se basant sur le principe d’autodétermination de Woodrow Wilson, ils ont entrepris de créer de nouveaux pays potentiels par le biais d’un programme de mentorat appelé « mandats ». Les Arabes, désormais libérés des Turcs, obtiendraient la Syrie, le Liban et la Mésopotamie (Irak). Les Juifs obtiendraient la « Palestine » (la Palestine était une chose juive à l’époque).

Le langage de la déclaration Balfour de 1917 a été directement intégré dans les accords de San Remo : « [L]e Mandataire devrait être chargé de mettre en œuvre la déclaration faite à l’origine le 2 novembre 1917 par le gouvernement de Sa Majesté britannique, et adoptée par lesdites puissances, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ».

Cette décision a rapidement été ratifiée à l’unanimité par 56 États membres de la Société des Nations, puis intégrée à la Charte des Nations unies, ouvrant ainsi la voie au troisième Commonwealth juif, qui renaît sur son sol ancestral après 2000 ans.

Pourtant, cette occasion capitale, au cours de laquelle la communauté internationale a reconnu puis ratifié le droit inaliénable du peuple juif à la Terre d’Israël pour la première fois de l’histoire moderne, est souvent oubliée. Au lieu de cela, l’attention est détournée vers la diffusion radiophonique du vote de l’ONU pour la partition le 29 novembre 1947, où l’Assemblée générale de l’ONU a voté en faveur d’une résolution adoptant le plan de partition de la Palestine en États juifs et arabes du Comité spécial des Nations unies sur la Palestine (UNSCOP) et pour laquelle 33 États ont voté en faveur, 13 contre et 10 se sont abstenus.

Juridiquement parlant, les deux événements ne peuvent être mis sur le même plan. Les accords de San Remo étaient une loi contraignante, ratifiée par les États membres, qui est entrée rapidement en vigueur. Même les États-Unis, qui n’étaient pas membres de la Société des Nations, ont pris des mesures pour reconnaître les accords.

À l’inverse, le plan de partage de l’UNSCOP n’était qu’une résolution non contraignante, votée par l’Assemblée générale (et non par le Conseil de sécurité), qui n’avait aucun pouvoir, et qui a été immédiatement rejetée par les Arabes – en d’autres termes, tout l’exercice du vote sur le plan de partage était nul et non avenu.

Le récit de l’ensemble des Nations unies

Le vote de l’ONU sur la partition a la particularité d’être le précurseur immédiat de la déclaration d’indépendance d’Israël. Alors que David Ben-Gourion et l’Agence juive ont accepté le plan de partition – prêts à prendre ce qu’ils pouvaient obtenir pour le peuple juif au lendemain de l’Holocauste – d’autres sionistes ont rejeté le plan catégoriquement comme une abrogation des accords précédents. À l’époque, la résolution de l’ONU a joué un rôle déterminant, mais on est loin de la description du vote de partition de l’ONU comme le moment fondateur d’Israël en tant qu’État juif souverain.

Alors pourquoi la résolution vide de l’ONU sur la partition a-t-elle autant de poids par rapport à la véritable loi des accords de San Remo ? La réponse réside dans la question de savoir qui présente l’histoire – à quoi ils veulent que la politique israélienne ressemble et ce qu’ils veulent dire sur la légitimité d’Israël.

Pour ceux qui souhaitent voir une « solution à deux États » mise en œuvre, l’idée qu’Israël a été créé par le vote de partition des Nations unies est un récit indispensable. La logique est claire : si l’ONU a donné naissance à Israël, et que cette naissance s’est faite dans le cadre de la partition, alors cette vision originale de deux États est la rubrique qui contrôle. Toute déviation de la partition/deux États est un acte d’impérialisme, de colonialisme et d’occupation – des mots que les gens de l’ONU utilisent régulièrement contre la présence d’Israël en Judée et en Samarie.

De plus, si l’ONU est le parent de l’État juif, alors en vertu du principe « Honore ton père et ta mère », Israël doit s’agenouiller devant les nombreuses résolutions et déclarations anti-Israël de l’ONU. Les admonitions de l’ONU selon lesquelles Israël n’est pas assez démocratique, qu’il a volé des terres, qu’il abuse des Palestiniens et surtout qu’il doit « rendre » des terres pour créer un autre État palestinien, doivent être entendues.

En bref, les promoteurs du récit de l’ONU soutiennent qu’Israël est né dans les couloirs de l’Assemblée générale et que la vision originale de la partition est sa seule voie légitime pour avancer. Il n’est donc pas surprenant que les partisans de deux États soient invariablement les mêmes que ceux de l’ONU.

Les libéraux de San Remo

Le récit de San Remo, cependant, est très différent. Pour ceux qui affirment que San Remo est la base juridique internationale de la création d’Israël, l’accord représente une reconnaissance sans réserve des droits historiques des Juifs sur la terre d’Israël et un objectif déclaré de reconstitution d’un Commonwealth juif.

Le texte du Mandat pour la Palestine (le document de 1922 qui met en pratique les résolutions de San Remo) est simple : « Attendu que le lien historique du peuple juif avec la Palestine et les raisons de la reconstitution de leur foyer national dans ce pays ont ainsi été reconnus ».

Lors de la conférence de San Remo, les délégués n’ont jamais envisagé de donner la « Palestine » aux Arabes – l’idée absurde de retirer la Judée aux Juifs et d’y créer un État arabe. Pour les délégués, donner la Syrie, le Liban et l’Irak aux Arabes et donner aux Juifs leur terre historique et biblique était assez équitable. Cela était conforme à la doctrine Wilsonienne d’« autodétermination » – les peuples indigènes obtiendraient leur indépendance des anciens empires et se gouverneraient eux-mêmes. En effet, personne n’était sur le point de reconnaître les conquêtes impérialistes islamiques du 7e siècle, ni la domination ottomane de 400 ans auxquelles les Alliés venaient de mettre fin.

Le texte du Mandat est clair sur la question de la division des terres : « Le Mandataire sera chargé de veiller à ce qu’aucun territoire palestinien [juif] ne soit cédé ou loué à un gouvernement d’une puissance étrangère, ni placé sous son contrôle de quelque manière que ce soit.

En effet, l’Israël originel, tel que reconnu par le droit international élaboré à San Remo, allait être un grand État juif, entouré d’États arabes nouvellement libérés et encore plus grands. Telle était la vision.

Et qu’en est-il de la démocratie ?

La question du vote démocratique dans les nouveaux États du Mandat n’a pas été clairement définie à San Remo. Cependant, les organisateurs de la conférence étaient bien conscients de ce qu’il faudrait pour équilibrer le pouvoir dans la région : L’État juif serait juif par charte et non par la règle de la majorité.

Le Mandat pour la Palestine stipule que « rien ne doit être fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non-juives existantes en Palestine », mais ne mentionne pas les droits nationaux, qui pourraient potentiellement défaire le caractère juif du pays lors d’une élection donnée. Il n’y avait aucune intention de soutenir une démocratie participative indéfendable et généralisée.

Mais les membres de l’ONU ne peuvent pas supporter l’idée que l’identité fondamentale d’Israël est juive, sans la nécessité d’une majorité juive. C’est pourquoi ils insistent toujours sur la stipulation artificielle « juif et démocratique » – de manière à mettre les deux valeurs sur un pied d’égalité. Dans cette ligne de pensée, Israël n’est pas un État juif, mais plutôt un État démocratique qui se trouve à abriter beaucoup de juifs.

Cependant, comme la démographie associée à la démocratie pourrait signifier la fin du caractère juif de l’État, leur seule solution viable est de se retirer des populations arabes et de redécouper (« gerrymander »)[1] les territoires en zones de plus en plus petites jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’Arabes, seule une démocratie juive parfaite sur une toute petite parcelle de terre subsistant.

En effet, les auteurs de San Remo avaient prévu la folie d’une telle approche.

Le récit arabe sans le Djihad

Les tendances antisionistes parmi les Arabes étaient fortes dans les années 1920, mais n’étaient pas omniprésentes. À l’époque, il existait également une ligne de pensée chez certains dirigeants arabes qui considéraient le processus d’autodétermination du Moyen-Orient comme une aubaine pour tous les peuples indigènes de la région – tous les enfants d’Abraham.

Deux semaines avant la conférence de paix de Paris de 1919, prélude aux accords de San Remo, le leader sioniste Haïm Weizmann a rencontré l’émir Feisal, fils du Sharif de La Mecque, et a mis sur papier un accord dans lequel les Arabes accepteraient les principes de la déclaration de Balfour :

« Son Altesse Royale l’Émir Feisal, représentant et agissant au nom du Royaume arabe du Hedjaz, et le Dr Haïm Weizmann, représentant et agissant au nom de l’Organisation sioniste, conscients de la parenté raciale et des liens anciens existant entre les Arabes et le peuple juif, et réalisant que le moyen le plus sûr de réaliser la consommation de leurs aspirations naturelles est de collaborer le plus étroitement possible… »

Quelques semaines plus tard, Feisal a écrit une lettre au futur juge de la Cour suprême des États-Unis, Felix Frankfurter, un sioniste : « Les Arabes, en particulier les plus instruits d’entre nous, regardent le mouvement sioniste avec la plus profonde sympathie. Notre députation ici à Paris connaît parfaitement les propositions soumises hier par l’Organisation sioniste à la Conférence de paix, et nous les considérons comme modérées et correctes ».

Depuis lors, beaucoup a été fait pour saper la bonne volonté entre Arabes et Juifs telle qu’elle s’exprime dans le dialogue Feisal-Weizman. Mais dans les cendres se cachent quelques charbons ardents de cette pensée chez les Arabes d’aujourd’hui. Ces penseurs arabes, qui vivent généralement dans la crainte des djihadistes, pensent que les Arabes ont leurs 22 États sur leurs terres tribales, et les Juifs leur seul État sur leurs terres tribales, et que l’acceptation mutuelle de ces faits évitera des guerres inutiles et apportera la coopération régionale, puis la prospérité.

Mais le récit de la partition de l’ONU nie que les Arabes puissent accepter un Israël souverain en Judée et en Samarie ou que la coopération régionale puisse se faire sans autre partition. Au lieu de cela, les types de l’ONU promulguent la croyance qu’il n’y a pas de possibilité de paix sans partition. Sans le dire, ils affirment la position djihadiste selon laquelle les Arabes ne pourraient jamais vraiment accepter un État juif en leur sein et que de vastes zones de la terre d’Israël doivent être judenreinisées si l’on veut avoir une chance de paix.

Pourtant, après le désengagement de Gaza en 2005, les Israéliens ont vu clairement que la reddition de la terre ne fait qu’entraîner plus de violence et plus d’exigences. Un Israël plus petit n’est rien d’autre qu’une cible plus faible.

Palestine arabe 1.0

Il y a encore une autre raison fondamentale pour laquelle les narrateurs de l’ONU souhaitent enterrer l’histoire de San Remo : ils ne veulent pas que nous nous souvenions qu’une Palestine arabe a été créée dans les années 20, qui aurait dû satisfaire les demandes arabes et faire disparaître le conflit israélo-palestinien avant qu’il ne commence.

Au cours des trois années qui se sont écoulées entre San Remo et la ratification des accords par la Ligue en 1923, les Britanniques ont utilisé une faille juridique pour retirer 77 % du mandat pour une Palestine juive et le donner aux dirigeants du clan hachémite. Ce fut la création de la Transjordanie, qui fut plus tard rebaptisée Royaume de Jordanie.

Pendant de nombreuses années, les partisans des Nations unies nous ont dit qu’il n’y avait pas de paix au Moyen-Orient parce qu’il n’y avait pas de Palestine arabe. Ils veulent que nous détournions les yeux du fait que le Royaume de Jordanie, créé sur la terre destinée à l’origine à l’État juif, est en fait une Palestine arabe – mais qui refuse d’absorber les Palestiniens.

Par conséquent, pour le camp propalestinien, l’histoire doit commencer en 1947, où un État juif était prévu pour la partition au moment où l’ONU lui a donné naissance. Personne n’a besoin de savoir qu’une Palestine arabe a été créée 20 ans auparavant.

Le deal du siècle

Nous sommes à l’ère du « marché du siècle » de l’administration Trump – la souveraineté israélienne sur les communautés juives de Judée et de Samarie devant devenir une réalité. Et pourtant, pour certains, l’objectif d’un État arabe palestinien sur la terre juive persiste.

Il nous incombe maintenant de nous souvenir de l’accord original du siècle – les accords de San Remo, signés il y a exactement 100 ans – qui reconnaissait et confirmait les droits nationaux historiques des Juifs sur la terre d’Israël, et divisait équitablement le Moyen-Orient en un État juif fort entouré d’États arabes forts. Dans cette affaire du siècle, Israël était censé être grand, défendable – et juif par charte et non par majorité – et il y avait de nombreux Arabes prêts à l’accepter et à le respecter.

Alors que nous célébrons l’indépendance d’Israël cette année, laissons de côté le récit inventé par les Nations unies selon lequel Israël est né dans l’inévitable existence de deux États. Il y a cent ans, les auteurs de San Remo ont établi des principes de bon sens qui, une fois mis en œuvre, peuvent encore devenir la véritable affaire du siècle. YF

YISHAI FLEISHERYishai Fleisher
Porte-parole international de la communauté juive d’Hébron et commentateur radiophonique israélien.

Adaptation mabatim.info, avec l’aide de www.DeepL.com/Translator

[1] Le gerrymandering (prononcé [dʒeʁimandœʁiŋ] en français nord-américain) ou découpage électoral partisan est un terme politique nord-américain pour désigner le découpage des circonscriptions électorales ayant pour objectif de donner l’avantage à un parti, un candidat, ou un groupe donné (Wikipédia).

6 commentaires

  1. Il faut pousser a l absurde la doxa arabe soutenue par les idiots inutiles de la gauche israelienne : je m explique : si les palestiniens ont les droits exclusifs sur la judee samarie et qu il est admis que les juifs doivent evacuer cette region , je propose tout simplement que l etat d Israel s aligne sur cette logique et expulse l integralité des citoyens arabes , ce qui en effet aboutirai vraiment a 2 etats pour 2 peuples …… dommage que la droite israelienne n ai pas le culot de formuler cette proposition , qui dans son absurdité permet de demontrer l inanité des revendications arabes sur yesha .

    J'aime

  2. Tout cela est excellent mais que fait ISRAEL aujourd’hui ?? il partage le pouvoir avec les arabes qui veulent détruire l’ ETAT NATION du Peuple Juif !! A la KNESSET ils ont déjà une quinzaine de députés qui ne veulent pas entendre parler d’ UN ETAT JUIF !! Or il était écrit dans la Charte que les non -juifs auraient les mêmes avantages sauf le DROIT de VOTE NATIONAL !!!
    Un jour leur majorité le permettra de virer tous les juifs !!!
    Dans quel ETAT arabe avez vous vu un Parti JUIF ????
    Il y aurait du ménage à faire avant qu’il ne soit trop tard !! mais je crois que les juifs manquent de courage . Même un député qui espionne pour le HEZBOLLAH est bien venu à la KNESSET , ce n’est pas peu dire !!!

    J'aime

  3. Intéressant article mais traduction automatique atroce et souvent comique, qui fait perdre beaucoup de l’intérêt de la lecture.
    Deux exemples parmi beaucoup d’autres :
    « la plupart des gens »
    « malgré le fait qu’elle ait été créé »….

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s