Le temps du déshonneur

france-triste« Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut
La malheureuse qui resta
Sur le pavé… 
»
Paul Éluard

N’est pas Georges Pompidou qui veut, lui qui, en septembre 1969, répondit par ces vers à la question d’un journaliste sur ce que l’on appela « l’affaire Gabrielle Russier »[1].

Pourtant, face au déchaînement aussi déplacé qu’inconvenant des racialistes et indigénistes prompts à s’emparer d’une tragédie survenue outre-Atlantique pour dénoncer de prétendues « violences policières » en France et faire un amalgame obscène entre cet événement et le décès d’un gardé à vue dont l’arrestation fut particulièrement difficile à cause de sa rebellion et dont la cause de la mort est l’objet d’une instruction et d’expertises judiciaires, il eût été de la décence la plus élémentaire de la part du Ministre de l’Intérieur de rappeler que la loi s’impose à tous au lieu d’oser un indigne « L’émotion dépasse les règles juridiques » et d’annoncer qu’ « il n’y aura pas de sanction et de procès-verbal » contre les participants à des manifestations pourtant interdites en raison des textes en vigueur sur l’état d’urgence sanitaire.

Tous ceux qui, depuis le 17 mars dernier, ont été verbalisés parce qu’ils n’avaient pas leur auto-attestation pour justifier du bien-fondé de leur sortie ou parce qu’ils étaient rassemblés à plus du nombre autorisé, comme tous ceux qui n’ont pas pu assister aux obsèques d’un être cher apprécieront la mansuétude aussi soudaine que sélective de M. Castaner – qui s’était félicité du nombre très conséquent de procès-verbaux dressés, y compris dans une église parisienne d’où était simplement diffusée une messe.

Le Ministre voit, dans ces manifestations contre les « violences policières » fantasmées par des individus qui ne veulent plus de la loi républicaine ni de ses représentants dans les territoires qu’ils ont conquis, un « combat contre le racisme ».

Mais lorsque des attentats commis par des islamistes ensanglantent notre sol, voit-on des manifestations pour dénoncer ce racisme ?

Lorsqu’une activiste ose un « Je suis Mohamed Merah », voit-on des manifestations pour dénoncer son racisme ? Est-elle poursuivie ?

Au ministre de l’Intérieur qui, au lieu de soutenir des Policiers et Gendarmes épuisés par la haine dont ils sont quotidiennement l’objet, par les violences qu’ils subissent à coup de jets de cocktails molotov, de mortiers d’artifices, de jets d’objets lourds depuis les toits, préfère se joindre au chœur de dénonciateurs patentés de ceux qui mettent en péril leurs vies pour assurer la sécurité de tous, une réponse s’impose, en forme de libre reprise :

Comprenne qui voudra,
Moi mon remords

Ce fut
La malheureuse Clarissa Jean-Philippe abattue par Amedy Coulibaly,
Sur le pavé de Montrouge

Ce furent
Les malheureux Jean-Baptiste et Jessica assassinés sous les yeux de leurs fils de 3 ans et demi

Ce fut
Le malheureux et héroïque Colonel Arnaud Beltrame
Égorgé, gisant dans une mare de sang

Ce furent
Les malheureux fonctionnaires de la Préfecture de Police
Tous les malheureux de Charlie Hebdo,
De l’Hyper Casher de Vincennes
Des terrasses de Paris et du Bataclan,
De La Promenade des Anglais un soir de Fête Nationale,

Ce fut
Le malheureux Père Hamel égorgé en pleine messe,

Ce fut
Le malheureux Mamadou Barry, un enseignant – chercheur tué un soir de juillet 2019 à Rouen par un supporter turc après avoir été traité de « sale noir »,

Ce fut
Le malheureux Ilan Halimi, enlevé, torturé pendant 40 jours,
Brûlé vif et laissé agonisant au bord d’une voie ferrée,

Ce furent
Les malheureux militaires de Toulouse et Montauban

Ce furent
Les quatre malheureux de Toulouse
Un rabbin,
Trois enfants, tués parce que Juifs,
L’un si petit qu’il avait sa tétine à la bouche,
Une petite fille qui fuyait, attrapée par sa blonde chevelure, une balle logée dans la tête à bout touchant,

Comprenne qui voudra,

Moi mon remords
Ce furent toutes ces centaines de victimes d’un racisme qui n’est jamais dénoncé, comme si toutes les morts, tous les morts ne se valent pas lorsque l’on est tué pour ce que l’on est,

Comprenne qui voudra,
Moi mon remords
Ce fut la malheureuse Mireille Knoll,
Victime de son voisin musulman et d’un copain à lui,
Lacérée à coups de couteau dans son petit appartement
Puis brûlée,
Elle qui était une survivante de la Shoah,

Comprenne qui voudra,
Moi mon remords
Ce fut la malheureuse Sarah Halimi,
Sortie de son lit en pleine nuit
Massacrée chez elle,
Aux cris de « Allah Ouh Akbar »,
Et de « j’ai tué le sheitan » (le Diable, en arabe)
Défénestrée,
Dont le corps s’écrasa aux pieds des Policiers qui se trouvaient là depuis un long moment, sans qu’on sache pourquoi ils ne sont pas intervenus, quels ordres ils avaient reçu et de qui,
Dont l’assassin, Kobili Traoré, a indiqué qu’il savait qu’elle était juive, lui qui fréquentait une mosquée connue pour son islam radical ;
Dont l’assassin pourrait ne jamais être jugé par une Cour d’assises parce que, toxicomane avéré depuis de longues années, il aurait, selon l’arrêt de la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris, été victime d’une « bouffée délirante aiguë », conséquence, jugée exonératoire de toute responsabilité pénale, de la commission d’une infraction pénale ;

Pas de manifestations planétaires pour Sarah Halimi,

Juste quelques dizaines de personnes, juives pour la plupart, venues se recueillir sur les lieux de son martyre, et accueillies par des « On a nos kalachs » sans qu’aucune arrestation n’intervienne…

Vous avez dit « Lutte contre le racisme », Monsieur le Ministre… ? Ni la Police ni la Gendarmerie ne sont racistes. Il existe dans leurs rangs, comme dans toutes les catégories socio-professionnelles, toutes les administrations, tous les corps, des individus atteints du virus du racisme, de l’antisémistisme, de l’homophobie. Mais il n’est pas admissible de laisser dire que la Police ou la Gendarmerie seraient racistes, antisémites, homophobes : le « pas d’amalgame » qui nous est répété après chaque attentat, chaque exaction, trouve ici légitimement sa place.

En constatant que le Ministre de l’Intérieur ne poursuit pas les auteurs de telles accusations tout en saisissant le Parquet de Paris pour des propos, tenus sur des messageries privées, relevant davantage de la bêtise que de la haine, on ne peut s’empêcher de songer à un « deux poids deux mesures » aux conséquences désastreuses.

On ne peut pas non plus oublier la légèreté avec laquelle les mêmes qui s’indignent aujourd’hui de ces propos parce qu’ils sont imputés à des Policiers et Gendarmes et exigent des sanctions immédiates en violation de la présomption d’innocence, ont accueilli le tristement célèbre « Mur des cons » qui trônait dans les locaux du Syndicat de la Magistrature. « Une blague de potaches », « un défouloir », avaient-ils proclamé, tout en clouant au pilori et en obtenant que soit sanctionné par son employeur le journaliste qui avait osé diffuser l’information.

Il est de la dernière des abjections de traiter des Policiers ou des Gendarmes de « vendus », « nègres de maison », « arabes de service » parce que, musulmans ou Noirs, ils ont choisi de servir la France : c’est pourtant ce qui s’est passé à plusieurs reprises ces derniers jours, ici, en France, à Paris, et sans que s’ébranlent des cortèges de manifestants pour protester contre cette assignation identitaire et raciale décidée au prétexte de la « lutte contre le racisme ».

C’est à ces reculades successives devant des revendications qui n’ont rien ni d’innocent ni de légitime que l’on mesure l’état de déliquescence d’une société et les périls qui menacent la démocratie.

Après les Accords de Munich, Sir Winston Churchill avait prédit : « Vous avez choisi le déshonneur pour éviter la guerre. Vous aurez le déshonneur et la guerre ». Choisir le déshonneur n’est jamais une option de gouvernant, choisir la capitulation face à des forces ouvertement sécessionnistes ne peut conduire qu’à des conséquences tragiques pour la République.

Le combat contre le racisme ne saurait être instrumentalisé à des fins qui sont en réalité intrinsèquement racistes. En témoignent les injures proférées contre des Policiers et des Gendarmes, mais également des slogans lus sur des pancartes brandies à Paris le mardi 9 juin 2020, dans la manifestation illégale mais tenue sans procès-verbaux ni sanctions en vertu de la décision du Ministre de l’Intérieur : « Les Policiers ont tué George Flyod ont été formés en Israël » (Sic). Avec ces mots, tout est dit de la finalité de ce rassemblement contre « le racisme » qui glorifie l’antisémitisme. A ces racialistes obsédés par la haine la plus vieille du monde, celle qui a fait couler le plus de sang au cours de toute l’Histoire humaine, il n ‘est sans doute pas inutile de rappeler les mots de Martin Luther King : « Quand les gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs […] Antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi » (in Lettre à un ami anti-sioniste). Mais peut-être oseraient-ils traiter celui qui fut le champion de la lutte pour l’égalité des droits civiques des Noirs aux U.S.A. des mêmes qualificatifs que ceux qu’ils ont employés pour nos Policiers et Gendarmes, coupables, à leurs yeux, d’avoir choisi la légalité républicaine et le service de la Nation, mais qui sont, pour nous, les témoins et les garants de la lutte contre toutes les discriminations. DK

justiceDanielle Khayat, MABATIM.INFO
Magistrat en retraite

[1] Du nom de cette jeune enseignante de lycée qui, ayant eu, en 1968 à Marseille, une liaison avec un de ses élèves âgé de 17 ans, fut poursuivie pour détournement de mineur – la majorité était fixée, à l’époque, à 21 ans. Sa condamnation ayant fait l’objet d’un appel a minima par le Parquet qui l’estimait insuffisante, Gabrielle Russier se suicida durant l’été 1969.

4 commentaires

  1. On marche sur la tête, c’est l’expression qui vient quand après ces violences de rue, on voit le manque de courage des médias et des politiques …. Et bien, cela fait du bien de lire quelqu’un qui a les pieds sur terre, et l’art de bien l’exprimer…
    Merci Madame….

    J'aime

  2. Non seulement le gvt capitule , traumatisé par les crises ,Covid après GJ , mais tte la classe politique et le gros des médias.
    Combien de protestations à t’on lu ou entendu ?
    Quel est ce courant qui entraîne les Français de plus en plus profondément , les uns vers la violence et la folie, les autres vers l’acceptation voire la soumission ?
    Cela fait déjà un long moment que l’on constate la mauvaise santé de la France. La maladie est bien présente.
    Le remède non.

    J'aime

  3. Beau travail ce récapitulatif mettant en évidence qu’en France (comme ailleurs sûrement) l’antisémitisme continue à ronger les cœurs, tenus par cette écœurante maladie – Tant que la honte (et non la culpabilité) les hantera, cela ne cessera jamais.
    Cette haine mènera le monde à sa perte, et fait comme dans les guerres des victimes collatérales. Ici les Forces de l’Ordre, dont on pourrait se demander le rapport – Pourtant tout se tient et arrive de cette pathologie honteuse et mortifère.

    Nous avons tant cessé de dénoncer avec nos mots et sans violence… Mais seule la violence fait réfléchir suffisamment pour cesser de harceler un bouc émissaire, ou même de véritables ennemis non recommandables Nous n’y cèderons que pour une auto-défense existentielle grave et avérée.

    En attendant j’avais écrit ce petit texte, pour exprimer mon dégoût et montrer notre lucidité.

    HAINE !

    Il semblerait que la vie que l’on mène
    Paraisse à tous, une existence reine,
    Alors, que nos cœurs saignent des tabous,
    L’on perçoit toujours le bruit de la haine,
    Qui n’a jamais cessé d’être à la traîne,
    Pour venir nous écorcher tout d’un coup…
    De viles meurtrissures ne touchant que nous !
    Entendre dire que c’est seulement des fous,
    Ignorer l’ancestrale bête inhumaine,
    Celle qui a mis tout un peuple à genoux.
    Fermer les yeux et accepter le goût
    Écœurant de la plus vieille des rengaines.

    Signé par mon pseudo Evelyne*

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s