Émeutes et manifestations de Portland à Jérusalem

left-wing-protest-obh-1024x570.jpgComme leurs homologues américaines, les manifestations israéliennes sont massivement et sympathiquement couvertes par les médias, et soutenues avec enthousiasme par les politiciens de gauche. Mais vont-elles continuer ou s’estomper une fois que les pubs et les clubs rouvriront ?

Par Caroline B. Glick
Source : Israel Hayom, 31/7/2020

Au cours des dernières années, le discours public aux États-Unis a connu de nouveaux bas. Ce mois-ci, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a qualifié les agents fédéraux de Portland, dans l’Oregon, de « stormtroopers », c’est-à-dire de « chemises brunes nazies ».

Dans un tweet du 18 juillet et dans des remarques ultérieures, Pelosi a accusé les forces fédérales déployées à Portland d’avoir « kidnappé des manifestants et causé de graves blessures en réponse à des graffitis ».

Les allégations de Pelosi provoqueraient un tremblement de terre politique – si elles étaient vraies. Mais elles ne le sont pas. Et le fait qu’elle ait calomnié des officiers fédéraux en tant que nazis est un témoignage profondément troublant de la position actuelle du Parti démocrate – dont elle est le principal élu – et de ses intentions.

Ces deux derniers mois, la ville progressiste de Portland, dans l’État progressiste de l’Oregon, a été le théâtre de chaos et d’émeutes. Les médias libéraux ont qualifié de manière trompeuse les émeutes de « manifestations pacifiques ».

Nuit après nuit, des centaines de « manifestants pacifiques » ont vandalisé et détruit des magasins et autres commerces, transformant le centre-ville de Portland en une zone de guerre. Au cours des cinq dernières semaines, le point focal de la violence a été le palais de justice fédéral.

Des « manifestants pacifiques » d’Antifa et d’autres groupes radicaux ont attaqué le tribunal fédéral de Portland avec des engins incendiaires, notamment des bombes artisanales et des feux d’artifice du commerce. Des officiers fédéraux chargés de garder le palais de justice ont été aveuglés au laser et attaqués avec des pierres, des boules de métal tirées de frondes, des briques et des planches, entre autres choses.

Les émeutiers sont soutenus dans leurs efforts par des fonctionnaires de la ville et de l’État ainsi que par des démocrates nationaux, qui ont fustigé les forces fédérales chargées de protéger le palais de justice en les qualifiant d' »occupants », de « Gestapo » et bien sûr de « chemises brunes ».

Quant à l’allégation d' »enlèvement » de manifestants pacifiques, le journaliste local Andy Ngo a expliqué cette semaine que la déclaration de Pelosi canalisait la propagande antifa.

Ngo a déclaré à Fox News : « C’est un point de discussion Antifa qui est répété par des médias sympathiques ».

Il a expliqué que les agents fédéraux chargés de protéger les biens fédéraux utilisent des agents en civil dans des véhicules banalisés pour appréhender pacifiquement les chefs de file de la violence. C’est une tactique de routine, entièrement légale, qui, selon Ngo, n’est critiquée que maintenant parce qu' »elle est assez efficace ».

A première vue, en tant que politiciens démocrates, Pelosi et ses collègues du Congrès et de l’Oregon, devraient soutenir les forces fédérales qui tentent de mettre fin aux émeutes. Après tout, comme New York, Chicago, Minneapolis et Los Angeles, Portland est une ville démocrate. Les entreprises qui sont détruites appartiennent à leurs électeurs.

Alors pourquoi Pelosi et ses collègues partisans et leurs adjoints médiatiques dépeignent-ils plutôt les émeutiers qui font du centre-ville de Portland une zone de guerre comme des « manifestants pacifiques » et calomnient les agents des forces de l’ordre qui défendent les biens fédéraux en les qualifiant de nazis ?

La réponse évidente est la politique. Les démocrates soutiennent les émeutiers parce que, selon eux, plus le chaos règne dans les rues des villes américaines, meilleures sont leurs chances de battre le président Donald Trump en novembre.

Les démocrates disposent d’un certain nombre de ressources qui font défaut aux républicains et les émeutes les mettent tous à contribution. Ils ont des militants progressistes fanatiques qui sont en colère parce que Bernie Sanders n’est pas le candidat, mais qui sont prêts à brûler l’Amérique.

Ils bénéficient du soutien des médias, de NBC au New York Times, en passant par Facebook et Twitter.

Les démocrates disposent de fonds illimités pour maintenir la violence et le chaos indéfiniment. Cette semaine, Alexander Soros, le fils de George Soros, a annoncé que la fondation familiale a alloué un quart de milliard de dollars supplémentaire à Black Lives Matter. Et les Soros ne sont pas seuls.

Comme l’ont montré les quatre dernières années du mythe Trump-Russie et les poursuites et enquêtes sans fondement juridique et politisées, les démocrates contrôlent une grande partie de ce qu’on appelle l’État profond qui contrôle les leviers de la bureaucratie permanente.

Le récit de la collusion entre l’Union européenne et la Russie s’est largement effondré sous le poids des preuves et de l’absurde processus de mise en accusation au cours des derniers mois. Et avec son déclin, les démocrates ont commencé à se tourner vers une nouvelle cause.

Ils l’ont trouvée avec la pandémie de coronavirus. D’un seul coup, le virus en provenance de Chine a balayé l’économie à forte croissance de Trump, avec un taux de chômage record dans tous les groupes ethniques et raciaux.

Avec la fermeture brutale des écoles et la perte brutale d’emplois, l’Amérique optimiste de 2019 est devenue l’Amérique déstabilisée, pauvre, frustrée et insécurisée de 2020.

Pourtant, malgré les meilleurs efforts des commentateurs, le soutien à Trump ne s’effondrait pas, du moins pas assez pour assurer une victoire électorale à Joe Biden. Et les Américains commençaient à trouver un moyen de s’en sortir, comme l’indiquaient les indices boursiers à la hausse.

Mais ensuite, les émeutes ont éclaté. La cause immédiate des émeutes et des protestations a été l’assassinat de George Floyd par la police. Mais leur contexte était la pandémie et les élections de novembre. Les émeutes ont donné aux démocrates un moyen de galvaniser leur base progressiste radicale (dans la rue, au Congrès et dans les médias) autour de leurs questions favorites : la politique raciale et identitaire.

Pour les démocrates, le meilleur aspect des émeutes est que, contrairement à la pandémie, pour les manifestants et leurs médias, il est facile de faire valoir que c’est la faute de Trump.

Trump est aux commandes et l’Amérique brûle. C’est la faute de Trump. Trump est responsable et il y a du racisme en Amérique. C’est la faute de Trump.

Si Trump réprime les émeutes, il se rendra coupable de brutalité policière (avec les « chemises brunes ») – ce qui prouve le bien-fondé de l’affaire. S’il ne parvient pas à réprimer les émeutes, il est un crétin inefficace. Et donc, avec un gouffre financier sans fond, les émeutes continueront, au moins tant que les démocrates estimeront qu’ils en tirent profit, et qu’ils n’auront pas trouvé autre chose à faire.

Et en Israël ? Les manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui se déroulent depuis des semaines devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, avec des protestations par satellite à Tel-Aviv, remplissent une fonction similaire. Comme leurs homologues américaines, les manifestations israéliennes sont couvertes massivement et avec sympathie par les médias, et soutenues avec enthousiasme par les politiciens des partis de gauche. Comme leurs homologues américaines, elles sont perturbatrices et incroyablement bruyantes.

Les manifestants israéliens ne sont pas aussi violents que leurs homologues américains, mais leurs messages de haine envers Nétanyahou sont violents et il y a eu quelques incidents graves, qui semblent se multiplier, depuis une semaine environ. Il est certain que le nombre de menaces de mort contre Nétanyahou et sa famille, publiées par les gauchistes sur les médias sociaux a fortement augmenté au cours des dernières semaines.

Les protestations en Israël servent les mêmes objectifs pour leurs organisateurs israéliens que les protestations américaines pour les leurs. Les manifestations à Jérusalem et à Tel-Aviv sont menées pour inciter à la haine de Nétanyahou, en tant qu’ennemi du peuple, et pour donner l’impression que le pays échappe à tout contrôle.

Tout comme Pelosi et ses collègues diabolisent les agents des forces de l’ordre qui tentent de rétablir l’ordre et la sécurité dans des endroits comme Portland, Seattle et Chicago, les médias et les opposants de Netanyahou à la Knesset condamnent la police pour toute tentative d’arrestation des manifestants. Si les officiers fédéraux sont des « chemises brunes », la police à l’extérieur de la résidence du Premier ministre est la « force de protection personnelle de la famille Netanyahu ».

Il existe des différences marquées entre les États-Unis et la gauche israélienne, qui mettent moins l’accent sur les objectifs des manifestations que sur la menace qu’elles représentent pour la stabilité à long terme des deux sociétés. La principale différence est la nature idéologique des deux gauches.

La gauche américaine a un penchant idéologique/religieux. Le progressisme, le credo de la gauche américaine est un hybride entre le communisme politique plutôt qu’économique et le messianisme totalitaire. Il est anti-américain et antisémite. Et bien que sa popularité ait augmenté, elle ne bénéficie pas du soutien d’une majorité d’Américains.

En Israël, en revanche, la gauche est post-religieuse et idéologiquement en faillite. Ses deux dieux – la paix et la renonciation – se sont effondrés il y a respectivement 20 et 15 ans. L’échec du sommet de paix de Camp David en juillet 2000 et le début de la guerre de terreur palestinienne en septembre 2000 ont tué la religion de la paix. Le dieu du « retrait unilatéral » de la gauche a été brisé lorsque, quelques mois après qu’Israël a expulsé ses citoyens de Gaza et remis la bande de Gaza à l’OLP en août 2005, le Hamas a pris le pouvoir et s’est lancé dans une guerre contre Israël qui n’est toujours pas terminée.

Bien que dépourvue d’un message idéologique à vendre au public, la gauche israélienne dispose d’un pouvoir considérable. Son contrôle sur l’État profond d’Israël – y compris l’ensemble du système juridique – est bien plus exhaustif que le contrôle de la gauche américaine sur ses appareils d’État.

La gauche israélienne contrôle la plupart des organes de presse, les universités et les institutions culturelles. Elle bénéficie d’un financement illimité de la part de gouvernements étrangers et de fondations privées en Europe et aux États-Unis.

Et la gauche israélienne a des manifestants qui sont prêts à semer la pagaille pour promouvoir la haine de Nétanyahou.

Comme leurs homologues américaines, les manifestations de Jérusalem et de Tel-Aviv se déroulent dans le contexte de la pandémie. Les manifestants ont fait un tour de piste sur la détresse économique que la pandémie a induite. Ils profitent également de la fermeture de la sphère publique.

Avec la fermeture des bars et des boîtes de nuit – et le blocage de tous les voyages à l’étranger jusqu’à nouvel ordre – les jeunes qui cherchent un moyen de se réunir n’ont qu’une seule option. Les manifestations anti-Netanyahu sont les seules fêtes dans le pays.

Quel que soit le vainqueur en novembre, il est difficile de voir comment la situation aux États-Unis se stabilisera et comment l’ordre sera rétabli. La montée des politiciens progressistes aux dépens des démocrates modérés indique que la radicalisation de la gauche américaine n’est pas un feu de paille. Un cycle électoral ne réparera pas ce qui a été brisé progressivement au cours des cinq dernières décennies.

En Israël, en l’absence d’une gauche idéologique, le danger principal et le plus tangible posé par les manifestations est que l’un des manifestants incités tente de tuer Nétanyahou et sa famille. Les menaces d’assassinat du Premier ministre, de sa femme et de ses enfants ont proliféré sur les médias sociaux, alors que les manifestations massivement et sympathiquement couvertes sont devenues plus explosives.

Mais pour la société israélienne dans son ensemble, tant que Nétanyahou et sa famille sont en sécurité, les protestations ne devraient pas avoir beaucoup d’impact. L’opinion publique, tant à droite qu’à gauche, est plus modérée qu’il y a 25 ans. La résistance de Nétanyahou, malgré la campagne de destruction de la gauche qui dure depuis 25 ans, est la preuve des limites du pouvoir de la gauche.

De nombreux commentateurs conservateurs, du côté droit du fossé politique infranchissable de l’Amérique, pensent que le public américain répondra par les urnes à la violence dans leurs rues en réélisant Trump. L’auteur Victor Davis Hanson a écrit cette semaine à propos de la prochaine « contre-révolution ».

Dans le cas d’Israël, les élections et les contre-révolutions, bien qu’elles soient nécessaires pour mettre en place les réformes requises pour contenir l’État profond et restaurer l’ordre démocratique d’Israël, ne seront probablement pas nécessaires pour mettre fin aux manifestations. Combien de personnes choisiront de rester dehors en criant, une fois que les pubs rouvriront ? CG

caroline glick-350x250Caroline Glick

Traduit par la rédaction avec l’aide de http://www.DeepL.com/Translator

6 commentaires

  1. Quel tissu de mensonges concernant Israel.
    Ce n est pas la gauche qui manifeste mais tout le monde de gaiche a droite jeunes et vieux . De nombreuses personnes ayant vote Lukud se retrouvent a Balfour pour manifester contre le pouvoir qui ne fait rien pour les non salaries ou les etudiants ou les infirmieres ou les handicappes etc etc.
    Les manifestations sont plutot bon enfant et autorisees.
    Elles sont bien loin de la violence des Gilets Jaunes…
    Je n ai pas encore entendu parler de voiture brulee…
    C eet se foutre du monde de dire qu une fois le ciel ouvert les manifs vont s arreter.
    Dire que la presse est au pouvoir de la gauche c est aussi se voiler les ueux devavt l accord entre Bibi et Moses du quotidien yidiot ahahonor et Walla.
    Portez vous bien…

    J'aime

    • autre remarque: la journaliste qui ecrit cet article travaille dans le journal quoridien gratuit Israel Ayom qui est le journal de Bibi…

      Je vous suggere … d’apprendre l’Hebreu et de lire/ecouter ce qu’il se passe ou bien d’utiliser Google Translate plutot que de faire confiance aveuglement dans la presse Francophone qui est a majorite pro Bibi et sortir de Fox News..

      J'aime

      • Cher Philippe,
        Vous ne pouvez pas ignorer les mobiles des gens qui manifestent. Il y a ceux qui ont perdu leur emploi, qui ne peuvent pas ouvrir leur commerce et qui manifestent, tout à fait légitimement. Alors expliquez aux lecteurs de mabatim, dont certains sont parfaitement hébréophones, ce que viennent faire les manifestants avec drapeau noir, avec des tee shirts « Crime minister », et qui remettent sur le tapis la démission de Netanyaou alors que la cour suprême a tranché qu’il était légitime à son poste, même inculpé. Je crois que c’est ces gens que Caroline Glick pointe du doigt. Que cherchent ils ? Le chaos en plus de la crise économique et de la crise sanitaire ?
        L’article original est en anglais, et ce n’est pas argumenter que de disqualifier l’auteur d’écrire dans Israel Hayom. Il faudrait qu’elle écrive où? dans Haaretz ?
        תהיה בריא
        Dov F

        J'aime

        • shalom Dov,

          Chacun ses symboles…
          En France, vous avez des manifestants qui cassent tout au nom de la « Revolution Francaise » et ca avait l’air d’etre accepte aussi par les autorites…
          C’est seulement par des manifestations souvent tres violentes que le Gvt Francais a cede.
          La Bastille est rentree dans l’ADN de tout bon gaulois…qui aurait bien voulu s’attaquer a l’Elysee.

          En Israel, il y a le drapeau noir. Pourquoi pas ?
          Il y avait aussi avant les ‘femmes/meres en noires’ qui manifestaient pour la sortie de leurs enfants/maris du Liban.

          « Crime minister » – Bien evidemment ce n’est pas ‘crime’ dans le sens francais- En France, les crimes sont jugés par la cour d’assises. c’est dans le sens Anglophone :
          « an action or omission that constitutes an offense that may be prosecuted by the state and is punishable by law. » C’est exactement la situation. Nous avons un ministre qui est en proces pour plusieurs dossiers de corruption, et ce proces est tenu par l’Etat.

          Une fois de plus, les manifestations sont legitimes et ne sont pas hors la loi meme si le Gvt et la Police font tout pour les arreter.

          Chaquie pays a sa maniere de manifester.
          En Israel, les personnes occupent quantites de ponts et des intersections dans tout le pays le samedi soir, sans pour autant gener le traffic. C’est seulement un concert de klaxons generes par les conducteurs montrant leur soutien.
          L’autre jour, j’etais au pied du Golan, pres du Lac de Tiberiade, il y a le ‘pont Eric » completement isole sur une petite route de campagne, et meme la il y avait une dizaine de manifestants.

          « manifestations incroyablement bruyantes »… non, les habitants du quartier Rehavia pres de Balfour n’ont pas pu le prouver et les juges ont donne la permission de continuer a manifester.

          L’auteur de cet article fait partie de la nouvelle droite avec tout ce que cela veut dire, et une fois de plus Israel Hayom est la feuille de chou de Bibi que les gens recoivent gratuitement tous les jours.

          C’est delirer que de dire a propos de la gauche:
          Son contrôle sur l’État profond d’Israël – y compris l’ensemble du système juridique.
          C’est plutot l’inverse. Je l’ai ecrit aussi ici il y a quelques mois: le gouvernement Israelien est completement verole.

          Terminer son article avec l’ouverture des pubs comme moyen de stopper les manifestants fait preuve d’un sens du denigrement, aveuglete… et ne tient pas en compte les souffrances de trop de gens qui sont la, car trop c’est trop.

          Je vous invite a suivre et aider ce que fait le « mouvement pour la qualite du gouvernement » qui est en grande partie actif dans les manifestations et travaille face a la Cour Supreme pour que Israel ait encore quelques restes de democratie.

          https://www.mqg.org.il/en/
          Vous verrez en reference aussi bien President Rivelin que Aaron Barak

          J'aime

  2. Merci Caroline pour ce magnifique billet qui devrait être lu dans toutes les écoles de journalisme qui forment plutôt des torchonistes, chargés de la désinformation, de la bêtise et de la lutte contre l’esprit critique.
    Vous avez développé de façon parfaite, toutes les folies engendrées par ces « manifestants pacifiques » qui pillent, saccagent et détruisent tout ce qui se trouve sur leur passage, souvent, face à une police impuissante en raison d’ordres donnés par des gouverneurs fascistes « Démocrates ».
    Parmi les récentes « anomalies mentales » permettez-moi de signaler les dernières démences passées sous silence par nos médias, tous aux ordres du Micron qui font sa promotion quoi qu’il dise et quoi qu’il fasse.
    Kamala Harris la sympathique colistière de Biden le sénile, a demandé à Twitter de fermer le compte de TRUMP, tandis que Soros vient de la féliciter pour son élection.
    La section de l’Oregon du CAIR (Council on American-Islamic Relations) a tweeté son soutien aux émeutes de Portland, pendant que l’AIPAC est aux abonnés absents.
    CAIR est une organisation liée aux Frères Musulmans et au Hamas, et John Kerry a tout fait pour qu’elle ne fasse pas partie de la liste des organisations terroristes, et ce, avec l’aide de l’Administration Obama et même du Département d’Etat.
    Encore merci pour votre magnifique commentaire, j’attends le prochain avec impatience….

    J'aime

  3. Ce serait étonnant que les électeurs américains élisent ceux qui on détruit leur ville.
    Mais allez savoir où la folie se cache ?
    En ce qui concerne Israël j’espère le retour d’Ayelet Shaked comme ministre de la justice pour nettoyer le marécage juridique actuel.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s