Les drones israéliens ont la cote

par Seth Frantzman, National Interest and Middle East Forum
24/12/2020

Le StarLiner, le nouveau grand drone israélien à moyenne altitude et longue endurance (MALE), a été sélectionné par Transports Canada pour des missions de protection de l’environnement arctique et de surveillance aérienne.

Dans les premières années d’Israël, le pays a marqué ses étapes de défense par l’achat d’armes aux pays occidentaux. Des armes de Tchécoslovaquie sont arrivées en Israël alors que l’État était en train de naître en 1948 et les marchands d’armes français ont contribué à sécuriser Israël dans les années 1950. Aujourd’hui, la situation est inversée et la technologie de défense israélienne joue un rôle majeur dans toute l’Europe, aux États-Unis et au Canada, où les innovations uniques d’Israël, de la défense aérienne aux capacités de ciblage de précision, à la surveillance et aux améliorations sur le champ de bataille numérique, sont nécessaires aux armées de haute technologie.

Cette révolution a mis des décennies à se concrétiser et Israël est confronté à une concurrence difficile de la part des grands géants occidentaux de la défense. Dans certains cas, des entreprises israéliennes se sont associées à ces sociétés, comme Rafael Advanced Defense Systems qui travaille avec Raytheon. Dans d’autres cas, les systèmes de défense israéliens, tels que la famille de missiles Spike, sont devenus si omniprésents qu’ils ont une version européenne. Israël est en concurrence au plus haut niveau pour les contrats, du programme polonais de destroyers de chars à l’armée espagnole à la recherche de nouvelles radios définies par logiciel.

Le 21 décembre, la société israélienne Elbit Systems a déclaré que son nouveau drone StarLiner serait sélectionné par Transports Canada pour des missions de protection de l’environnement maritime dans l’Arctique et pour effectuer une surveillance aérienne. Le StarLiner est unique en ce sens qu’il est conçu pour voler dans l’espace aérien civil. Les drones étaient autrefois considérés comme la chasse gardée des militaires et ils ont suscité la controverse car les États-Unis les utilisaient pour des missions armées dans des endroits comme le Pakistan. Cependant, les gros drones d’aujourd’hui, comme le StarLiner qui provient de la ligne Hermes 900 d’Elbit, peuvent être utilisés pour une pléthore de missions. Ils peuvent aider à la recherche et au sauvetage et aussi cartographier des activités comme la déforestation. Le ciel est la limite en termes de potentiel des drones. Il n’y a aucune raison pour qu’ils ne puissent pas un jour jouer un rôle clé dans la lutte contre les incendies, en utilisant les dernières innovations en matière d’intelligence artificielle pour planifier et exécuter leurs missions. Les patrouilles arctiques semblent idéales pour ces systèmes sans pilote.

Le Canada aime le drone israélien. Le ministre des transports Marc Garneau déclare que le Canada s’est engagé à protéger les espèces menacées et que l’avion piloté à distance aidera à la surveillance dans les zones rurales éloignées. Les conditions météorologiques défavorables font que les pilotes humains ne peuvent pas voler souvent. Les drones peuvent faire le travail.

Les drones israéliens ont également été utilisés par l’Allemagne dans des contrats de location. Les drones israéliens ont également été utilisés par d’autres pays en Afrique. En mai, des rapports ont indiqué qu’Israel Aerospace Industries louerait ses drones Heron à la Grèce pour des missions maritimes. Cela est nécessaire car il n’y a pas beaucoup de gros drones de surveillance qui effectuent des missions maritimes depuis l’Europe. Un drone Global Hawk utilisé par l’OTAN a été basé pour la première fois à Sigonella en Sicile en décembre 2019, illustrant la lenteur avec laquelle les pays de l’OTAN et les pays européens ont adopté des systèmes avancés comme la version RQ-4D du Global Hawk.

Alors que l’Espagne acquiert les radios logicielles[1] E-LynX d’Elbit, le pays se tourne également vers les technologies de communication Netline d’Israël pour un brouilleur d’engins explosifs improvisés. Netline fabrique des systèmes de guerre électronique haut de gamme. La société a déclaré le 21 décembre qu’elle avait achevé une procédure d’acceptation des brouilleurs d’IED pour le ministère espagnol de la défense. Le système s’appelle C-Guard RJ et est destiné aux véhicules.

En même temps, les radios E-LynX d’Elbit sont également rachetées par la Suisse dans le cadre d’un contrat de 338 millions de dollars. Ce rachat a commencé l’année dernière. Après trois ans d’évaluation technique et de terrain approfondie, la société a déclaré en décembre qu’elle avait remporté le marché. Dans toute l’Europe, la même technologie radio est utilisée pour moderniser les radios de l’armée. Les communications de l’armée sont, d’une certaine manière, à la traîne par rapport aux civils, qui se baladent avec des smartphones, car les systèmes doivent être robustes et sécurisés. Des années d’essais et la lenteur des achats font que de nombreuses armées n’ont pas été en mesure de suivre le rythme du monde civil, avec ses nouveaux drones et gadgets. Les groupes terroristes tels qu’ISIS ont pu utiliser les technologies modernes sur le champ de bataille. Aujourd’hui, avec ce type d’innovations israéliennes remplissant les créneaux dont les militaires ont besoin, la bataille pour maintenir les armées aussi modernes que possible avance.

La société israélienne Elbit a également déclaré en décembre qu’elle fournissait au ministère néerlandais de la défense des systèmes de vision nocturne XACT nv32 micro. Les Néerlandais ont également augmenté une commande pour plus de systèmes « soldat numérique » qui comprennent des radios et des technologies de commandement et de contrôle. Le concept est que les soldats doivent être davantage connectés aux réseaux et au commandement et recevoir les derniers renseignements. Ces capacités de réseau sont des technologies qu’Israël a développées au cours de la dernière décennie et qui ont été de plus en plus déployées avec les unités de première ligne. Le plan pluriannuel « Momentum » d’Israël prévoit d’accroître ce type de technologies numériques sur le champ de bataille afin de rendre les combats plus meurtriers, plus précis et plus rapides, en transmettant plus rapidement les renseignements aux unités de première ligne.

L’empreinte d’Israël s’étend dans tous les pays occidentaux. Il s’agit également d’accords visant à moderniser l’armée de l’air roumaine pour qu’elle puisse utiliser la technologie unique Smart Shooter contre les drones, et le MS-Tech israélien obtient de nouveaux brevets pour ses applications de données importantes pour la sécurité intérieure aux États-Unis.

L’empreinte d’Israël apparaît à plusieurs niveaux dans ce domaine technologique. Israël fabrique des systèmes plus petits, légers et précis qui peuvent souvent se brancher sur ce dont les militaires occidentaux ont besoin, comblant ainsi une lacune. Il peut s’agir de systèmes de défense des véhicules ou des nouveaux mâts uniques qu’Israël a contribué à concevoir pour les sous-marins. Il s’agit souvent d’électro-optique et de concepts d’architecture ouverte qui permettent une sorte de plug-and-play pour insérer la technologie israélienne sur de grandes plateformes. Israël excelle également dans le domaine des drones, des missiles et des technologies de ciblage, ainsi que dans l’utilisation de l’intelligence artificielle et des algorithmes pour faciliter la surveillance. Israël l’a appris à la dure, en ayant besoin de trouver des terroristes et de réduire les dommages collatéraux dans la guerre et de défendre les villes contre les menaces de missiles. Cela a maintenant des ramifications mondiales, non seulement pour la technologie de défense, mais aussi pour des applications uniques telles que la surveillance des espèces menacées. SF♦

Seth Frantzman est chargé de recherche au Forum du Moyen-Orient et correspondant principal pour le Moyen-Orient au Jerusalem Post.

Adaptation : mabatim.info avec l’aide de www. DeepL.com/

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Radio_logicielle

2 commentaires

  1. Très bon article mais pourriez-vous enlever l’accent circonflexe sur le o de cote? Il ne s’agit pas d’une pente ou d’une zone de terre bordant la mer mais de la valeur des drones.
    Bonne année 2021, amicalement 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s