Humanisme dévoyé en auto-antisémitisme

L’espèce humaine dans sa diversité

Il en est des hommes comme des sociétés qu’ils forment et vice-versa. Ainsi, une SARL, société à responsabilité limitée, est une « personne morale » aux yeux de l’administration. Morale mais pas responsable, une famille cousine des Responsables-mais-pas-coupables.

Aux yeux de toute personne douée de bon sens, certaines associations qui se disent « humanistes », sont en fait amorales, voire immorales, quand leur « objet social » est la déshumanisation d’une catégorie de leurs semblables, dénaturés en boucs émissaires.

Le bouc émissaire par excellence, celui qui vient à l’esprit dès qu’on en prononce le nom, celui que Le Figaro prend comme exemple dans sa rubrique « langue française », lorsqu’il détaille l’animal sacrificiel, c’est le juif :

« l’histoire donnera pour sa part, nombre d’exemples annuels et séculaires du bouc émissaire. On se souviendra notamment de l’épisode de l’accusation d’empoisonnement des puits contre les Juifs ou de l’affaire Dreyfus.1 »

À force de recevoir un traitement qui le distingue du reste de l’humanité, le peuple juif a enfanté des courants souvent inédits et parfois contradictoires. C’est ainsi que l’État juif est celui qui compte le plus d’ONG au prorata du nombre d’habitants et, à l’inverse, c’est l’un des rares chez qui la haine de soi s’est institutionnalisée au point de constituer plusieurs associations auto-immunes.

L’une d’entre elle, microscopique, mais néanmoins emblématique, est nommée mensongèrement « Union juive française pour la paix », UJFP pour ses quelques intimes. Mensongèrement, parce que cette association milite pour la disparition de l’État juif, ce qui ne correspond à la définition d’aucune recherche de paix.

Pierre Stambul, caricature de juif, à vous rendre antisémite

On lit des interviews de Pierre Stambul sur un certain nombre de sites dédiés à l’antisionisme, à la béatification des Palestiniens ès-qualité, à la délégitimation de l’Histoire, à la sanctification de l’islam et à l’érection de l’islamophobie sur le podium des crimes contre l’humanité (et contre les créatures habitant les galaxies environnantes).

À quel titre, ces interviews et cette complaisance ? Une raison et une seule justifie l’intérêt porté à cet inintéressant tartineur de pâté d’alouette (un cheval de mensonges et d’inventions, une alouette de date historique…) Quelle raison ? Il l’avoue lui-même en toute ingénuité : il est un juif antisémite, pardon un juif anti-État-juif. En tant que tel, il est porte-parole et ex-Président de l’Union de quelques juifs français pour une paix très singulière.

« Ce que nous avons ‘’en plus’’ à l’UJFP, c’est l’impact : dès que sont apparues les banderoles ‘’Juifs et Arabes ensemble contre l’occupation’’ ou même, comme à Paris, ‘’Israéliens contre l’Apartheid’’, il y a eu une grande émotion, un soulagement (‘’tous les Juifs ne sont pas comme le Crif’’).2 »

Dans la même veine, il explique son ralliement à l’antisémitisme nouvelle norme, alias antisionisme, au moyen d’inventions qui lui obtiendraient un succès mérité comme humoriste. Hélas, c’est de l’humour involontaire :

« Le sionisme est au départ une théorie de la séparation et, de ce fait, il est complice de l’antisémitisme, puisqu’il veut séparer les Juifs du reste de l’Humanité. C’est aussi un roman national meurtrier (la fable de l’exil et du retour), un colonialisme de remplacement, un nationalisme qui a inventé le peuple, la langue et la terre et aujourd’hui une idéologie suprématiste qui a arrimé l’État d’Israël et ses soutiens à l’impérialisme.3 »

Le sionisme, ou droit du peuple juif à disposer de lui-même, veut séparer les Juifs du reste de l’humanité, explique-t-il. Soit. Mais c’est une ambition qu’il ne dénie ni aux Libanais (le Liban est une création des Français en 1946), ni à la Syrie ou à la Jordanie (création des Britanniques la même année), encore moins à l’Égypte (devenue indépendante en 1922).

En 1947, deux partitions furent décidées par l’ONU : celle de la Palestine, dont la Grande-Bretagne était mandataire, en un État juif et un État arabe (refusé par ces derniers) et celle de l’Inde entre un État hindouiste (l’Inde) et un État musulman (le Pakistan).

Cette région du monde est toujours agitée de conflits et de terrorisme, mais M. Stambul ne voit probablement pas d’intérêt à y promouvoir la paix. Seul l’intéresse le Moyen-Orient, ou plutôt, au Moyen-Orient, les 20 000 km2 qu’il dénie au peuple juif. Il n’a aucun état d’âme vis-à-vis de l’indépendance du Koweït, intervenue en 1961, de celle de Bahreïn, officialisée en 1970, ou des Émirats Arabes Unis et du Qatar, promulguées en 1971.

Pour l’an-historique Stambul, ces peuples-là ne posent pas problème et même si rien ne les distingue de leurs voisins (langue, religion, culture…), il serait criminel de leur dénier le statut de peuple. Comme il est criminel de le dénier aux Palestiniens qui le revendiquent depuis 1967. En revanche, le peuple juif, le seul qui ait conservé son unité par-delà les exils et les persécutions depuis 3000 ans, celui-là ne mérite, à ses yeux, que les qualificatifs de ‘nationaliste, messianique et colonial’.

Jules est Hercule, Cyprien musicien, moi chuis somnambule et Stambul n’est rien

[…] Lire la suite sur Menora.info

Liliane Messika


1 https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/expressions-francaises/2017/11/14/37003-20171114ARTFIG00005-mais-d-o-vient-le-bouc-emissaire.php

2 https://www.unioncommunistelibertaire.org/? Pierre-Stambul-UJFP-Notre-audience-s-accroit

3 https://www.fnlp.fr/2020/11/16/en-direct-avec-pierre-stambul/

Un commentaire

  1. Je partage intégralement l’esprit et le ton de cet article mais je me demande s’il faut parler de l’UJFP et par là lui donner corps. Car l’UJFP n’est rien ou presque. Cet appendice du NPA revendique environ 270 adhérents en se revendiquant : organisation juive ouverte aux non juifs. Ainsi, dans une de ses sections sur 7 adhérents, il n’y a qu’un seul juif, c’est dans son rapport d’activités 2019. En dehors de Pierre Stambul, une dizaine de personnes s’expriment pour l’UJFP, son co-président (André Rosevegue) membre de la section Aquitaine se présente sous 5 identités différentes.
    L’UJFP est proche de l’Association France-Palestine Solidarité au point de partager avec elle son siège social.
    Dans un communiqué (du 5/5/2021, retiré depuis), l’UJFP présentait les camps nazis comme de simples camps de travail pour Juifs. Il est dénoncé dans « la Presse Nouvelle ».
    L’UJFP est subventionnée par l’Etat. Causeur l’a dénoncé le 7 février 2018 : « L’attribution à l’Union juive française pour la paix (UJFP) de plusieurs dizaines de milliers d’euros d’aides publiques en provenance du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), placé sous la tutelle du Premier ministre, relève-t-elle du registre pénal ? Les éléments que nous avons en notre possession sur cette affaire établissent, certes, qu’une organisation politique ayant pignon sur rue a sciemment dupé l’État pour financer sa propagande. »
    L’UJFP est une organisation antisémite qui prône l’illégitimité de l’Etat d’Israël et sa disparition en se prétendant juive. Ceux qui s’expriment en son nom ne sont pas sans rappeler ceux qui dénonçaient les Juifs sous l’inquisition ou sous Staline.
    Merci Liliane, mais quand on évoque l’UJFP, je vois rouge.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s