« Paix au Proche–Orient » : Pourquoi Oslo est toujours d’actualité

Yitzhak Rabin et Shimon Peres ont pu faire avancer les accords d’Oslo parce que les médias et les juristes ont soutenu leurs efforts pour diaboliser leurs opposants, en dépeignant les sionistes comme des « ennemis de la paix ».

Signature des accords d’Oslo – Septembre 1993

Shimon Peres, à gauche, serre la main du chef de l’OLP, Yasser Arafat, lors de la signature des accords d’Oslo à la Maison-Blanche en septembre 1993, sous le regard d’Yitzhak Rabin, deuxième à partir de la droite | Archives : Gideon Markowicz

Faisal Husseini, qui détenait le portefeuille de Jérusalem de l’Autorité palestinienne, a donné une interview peu avant sa mort, à l’été 2001, dans laquelle il exposait la fraude au cœur du processus d’Oslo. S’adressant au journal Al Araby, Husseini a déclaré que Yasser Arafat, ses adjoints et ses sbires n’ont jamais considéré le « processus de paix » comme un moyen de parvenir à la paix avec Israël. Oslo était pour eux un moyen de faire avancer leur objectif de détruire Israël, « du fleuve à la mer ».

Husseini a décrit le processus d’Oslo comme un « cheval de Troie ». Arafat et son peuple étaient l’armée hostile qui s’est infiltrée dans la ville « dans le ventre du cheval de bois ». Lorsqu’Arafat a rejeté le statut d’État palestinien et la paix lors du sommet de Camp David en juillet 2000 et qu’il a déclenché la guerre terroriste palestinienne deux mois plus tard, c’est comme si lui et ses hommes étaient sortis du cheval et avaient commencé le combat.

« C’est le début du vrai travail »,

a expliqué Husseini.

L’OLP a utilisé les sept années qui ont précédé la guerre terroriste palestinienne pour renforcer son pouvoir. Arafat a tenu des pourparlers de « paix » et Israël a payé le prix fort pour avoir le privilège de s’asseoir en face de lui et de ses apparatchiks. Israël leur a donné la bande de Gaza. Israël leur a donné les villes et villages palestiniens de Judée et de Samarie. Israël leur a donné des armes et des munitions. Israël leur a donné une légitimité internationale. Israël – et avec la permission d’Israël, les nations du monde – a donné aux terroristes de l’OLP des milliards de dollars chaque année. Israël a permis à l’UE et à la CIA d’armer et d’entraîner les légions terroristes d’Arafat.

Arafat a promis qu’en échange de tout cela, il combattrait la terreur et mettrait en place les institutions nécessaires au fonctionnement d’un État. Au lieu de cela, lui et ses sbires ont transformé les villes qu’Israël leur a données en bases terroristes. Ils ont utilisé les fonds pour financer des armées terroristes. Ils ont utilisé la légitimité internationale conférée par la reconnaissance d’Israël pour intensifier et étendre leur guerre politique contre le droit à l’existence d’Israël.

Le public israélien n’a pas eu besoin de l’interview d’Husseini pour savoir qu’Oslo était la plus grave erreur stratégique de l’histoire d’Israël. Le premier kamikaze palestinien s’est fait exploser à un arrêt de bus bondé sept mois après la poignée de main entre Yitzhak Rabin et Arafat à la Maison-Blanche, le 13 septembre 1993. Entre leur poignée de main et le début de la guerre d’Oslo en septembre 2000, le nombre d’Israéliens tués par des terroristes palestiniens a été deux fois supérieur au total des tués entre 1967 et 1993.

Malgré l’opposition du public, aujourd’hui, 28 ans après le lancement d’Oslo, nous vivons toujours le monde qu’Oslo a engendré. Les réalités stratégiques et politiques créées par le processus d’Oslo dominent toujours la vie du pays. L’Autorité palestinienne existe toujours. Elle finance et incite toujours à la terreur et mène sa guerre politique contre Israël. La « communauté internationale », obsédée par Oslo, exige toujours qu’Israël « fasse des concessions douloureuses pour la paix » et, avec la gauche israélienne, insiste sur le fait que la « solution à deux États » est la seule voie possible pour résoudre la guerre sans fin des Palestiniens pour l’anéantissement d’Israël.

Pendant des années, sous la direction de Shimon Peres, la gauche israélienne a rejeté l’opposition publique à sa politique radicale et ratée en lançant le cri de guerre « Quelle est l’alternative ? ». – comme si la seule option d’Israël était de capituler devant les terroristes palestiniens au nom de la « paix ».

Il y a un an, nous avons eu un aperçu de l’alternative : le plan de souveraineté, qui était soutenu par l’Amérique. Ce plan a montré qu’il existe une option pour gouverner la Judée et la Samarie et garantir les intérêts d’Israël et des Palestiniens, sans pour autant donner du pouvoir à une organisation terroriste.

En ce qui concerne la paix, les accords d’Abraham ont montré que la clé de la paix avec le monde arabe n’est pas de faire des courbettes aux terroristes palestiniens.

La clé de la paix est la puissance militaire, économique, diplomatique et sociale d’Israël. Les parties aux Accords d’Abraham ont fait la paix avec Israël parce que nous sommes puissants, parce qu’Israël défend obstinément ses droits et ses intérêts.

L’année dernière, l’aperçu de la véritable alternative à la capitulation semble être un rêve lointain aujourd’hui. Le gouvernement Lapid-Gantz-Bennett a repris les slogans fatigués et insipides d’Oslo et les présente comme des idées originales – comme si nous étions tous nés hier.

La « sécurité pour la prospérité », le plan de Lapid pour « stabiliser » la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, est une tentative de reconditionner l’exigence d’Oslo selon laquelle Israël doit donner aux Palestiniens tout ce qu’ils demandent dès le départ en échange de vagues promesses de modération palestinienne à un moment donné.

Dans le plan de Lapid, Israël laissera le Hamas reconstruire ses stocks de missiles et ses infrastructures terroristes en lui transférant des quantités astronomiques d’aide civile. Le Hamas répondra en suspendant temporairement ses attaques de missiles sur Israël.

La « communauté internationale » garantira que le Hamas n’utilisera pas l’aide humanitaire pour faire ce qu’il fait depuis qu’il a pris le contrôle de Gaza il y a 15 ans, même si « la communauté internationale » a soutenu passivement et activement le Hamas pendant 15 ans.

Les « habitants de Gaza » renverseront le Hamas s’il empêche la prospérité en utilisant « l’aide humanitaire » pour construire ses arsenaux terroristes, même si les Palestiniens de Gaza, de Judée et de Samarie soutiennent le Hamas et veulent des élections pour que le Hamas, qui détourne l’aide humanitaire depuis 15 ans, chasse le Fatah et l’OLP du pouvoir.

Bien que le président de l’AP et chef de l’OLP Mahmoud Abbas ne bénéficie d’aucun soutien public, il est le « partenaire légitime » d’Israël pour la paix. Il est notre partenaire pour combattre la terreur, même s’il incite à la terreur et la finance. Le gouvernement Lapid-Gantz-Bennett s’est engagé à étendre les pouvoirs d’Abbas pour donner du pouvoir aux « modérés ».

Selon Lapid, les forces de défense israéliennes (FDI) ne peuvent pas mener une guerre sans fin avec le Hamas. Mais là encore, les FDI sont si puissantes qu’il soutient qu’Israël peut se permettre de laisser le Hamas reconstruire son arsenal et ses infrastructures militaires.

Et si tout cela ne parvient pas à convaincre, Lapid sort l’artillerie lourde, la « légitimité internationale ». Israël ne peut pas vivre sans « légitimité internationale » et il n’en aura aucune s’il ne donne pas aux Palestiniens tout ce qu’ils demandent. De toute façon, tout cela a du sens, car la seule alternative est « la solution à deux États ».

Comment est-il possible, après tout ce que nous avons vécu, tout ce que nous avons appris et vu, que nous vivions encore dans la réalité d’Oslo ?

La réponse commence par le nom du processus de paix bidon : Oslo. C’était une production norvégienne, pas israélienne. En 1993, le gouvernement norvégien, hostile à Israël, a demandé à deux militants pacifistes israéliens qui travaillaient dans un groupe de réflexion lié au vice-ministre des Affaires étrangères de l’époque, Yossi Beilin, de venir à Oslo pour rencontrer des terroristes de haut rang de l’OLP. Ils ont accepté en dépit du fait que la loi israélienne interdisait alors tout contact entre les citoyens israéliens et les membres de l’OLP.

Bien qu’ils ne représentent personne, Yair Hirschfeld et Ron Pundak sont heureux de s’exécuter et mènent les négociations comme s’ils étaient les représentants d’Israël. Lorsque les pourparlers ont atteint un certain point, ils en ont parlé à Beilin. Et celui-ci en a parlé à Peres.

Après qu’Arafat, (avec l’aide d’Israël) a sabordé les pourparlers de paix officiels que les représentants de Rabin tenaient à Washington, Peres en a parlé à Rabin. Qu’il ne veuille pas s’engager dans une bataille ouverte avec Peres qui pourrait potentiellement faire tomber son gouvernement, ou qu’il espère que quelque chose de positif pourrait sortir de cet exercice anti-démocratique, Rabin accepte de faire de l’accord d’Oslo une politique officielle.

Le public s’est opposé à Oslo dès le début. Pour faire approuver les accords d’Oslo par la Knesset, Rabin avait besoin du soutien des partis arabes antisionistes. Une fois que le parti ultra-orthodoxe Shas a quitté son gouvernement, Rabin a dû, pour survivre, inciter deux députés du parti d’extrême droite Tzomet à quitter leur parti et à abandonner leur idéologie. Il leur a acheté un ministère et un vice-ministère et a fait passer le deuxième accord d’Oslo à la Knesset avec une majorité d’une voix.

Rabin et Peres ont pu faire avancer Oslo parce que les médias et la communauté juridique ont soutenu leurs efforts pour diaboliser leurs opposants. Les sionistes sont devenus des « ennemis de la paix », des collaborateurs du Hamas et du Fatah. Rabin a inventé l’expression « assassins de la paix ». Les leaders de l’opposition qui prononçaient des discours déchirants contre Oslo, solidement documentés, étaient accusés d’« incitation ». Les victimes de la terreur palestinienne ont été surnommées « victimes de la paix ».

Lorsque Ariel Sharon est devenu Premier ministre au plus fort de la guerre de terreur palestinienne, il a choisi de mettre fin à la diabolisation dont il faisait l’objet de la part des médias en rejoignant la foule d’Oslo. Faisant valoir que les choses sont différentes depuis le bureau du Premier ministre, Sharon a adopté la politique de la gauche consistant à expulser en masse les citoyens israéliens, respectueux de la loi, de leurs maisons à Gaza. Il est vrai que Sharon a été réélu haut la main en 2003 en se présentant contre le programme d’expulsions de la gauche. Mais il s’en fichait. Il a expulsé 10 000 Israéliens de leurs foyers en 2005 et 18 mois plus tard, comme il l’avait annoncé, le Hamas a pris le contrôle de Gaza. Les médias se sont pâmés.

Benjamin Netanyahu a préféré ignorer Oslo dans l’espoir qu’il se flétrisse sur pied et disparaisse face au succès de l’alternative diplomatique qu’il a construite sur la base de la force d’Israël. Malgré le succès fou de ses efforts, Oslo a survécu au plan de souveraineté et aux accords d’Abraham, et bien sûr, au mandat de Netanyahou. Et maintenant, il revient en force.

Lors d’interviews accordées avant Kippour, le Premier ministre Naftali Bennett s’est fait l’écho de Sharon en déclarant qu’il avait laissé son idéologie et ses positions politiques derrière lui lorsqu’il est entré dans le bureau du Premier ministre. Mardi soir, l’acolyte de Bennett, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, a mis en garde contre la montée de « l’incitation et de l’extrémisme ».

Le gouvernement Lapid-Gantz-Bennett est en quelque sorte un gouvernement Rabin-Peres sous perfusion. Rabin a acheté ses renégats de droite avec un ministère et un vice-ministère. Bennett a pu extorquer un poste de premier ministre pendant deux ans et Gideon Sa’ar est devenu ministre de la Justice. Le gouvernement Rabin-Pérès avait besoin des partis arabes antisionistes pour faire passer les accords d’Oslo. Le gouvernement Lapid-Gantz-Bennett a besoin des partis arabes antisionistes pour tout. Et comme le gouvernement Rabin-Pérès, le gouvernement actuel doit sa survie au soutien mur à mur qu’il reçoit des médias et de la communauté juridique.

C’est là le cœur du problème. Si Oslo a survécu en dépit du fait qu’il a été une catastrophe pour Israël à tous les niveaux pendant 28 ans, c’est parce que la classe dirigeante permanente d’Israël le soutient.

Dans les premières années d’Oslo, j’ai été témoin du processus qui a amené les dirigeants diplomatiques et militaires d’Israël, ainsi que la haute fonction publique, à mettre la réalité de côté et à embrasser l’illusion de paix d’Oslo. Pendant l’apogée d’Oslo, de 1994 à 1996, en tant que capitaine de l’armée israélienne au ministère de la défense, j’ai été un membre essentiel de l’équipe de négociation d’Israël. J’ai assisté aux sessions de négociation au Caire, à Taba et à Eilat.

La fraude était déjà évidente à l’époque. Toutes les deux semaines, je rédigeais et diffusais des rapports détaillés expliquant comment les responsables palestiniens quittaient chaque semaine les salles de négociation et ordonnaient à leur peuple de violer chaque promesse et engagement qu’ils venaient de prendre dans ces salles. J’ai documenté la fraude, le mensonge d’Oslo. Et j’ai vu comment, l’un après l’autre, les commandants et les hauts fonctionnaires qui comprenaient le danger et connaissaient la vérité ont adopté le « nouveau récit » tout en ignorant les faits dans la plupart des cas.

Nous ne pourrons pas enterrer Oslo dans les urnes – bien que gagner des élections soit une condition préalable pour l’enterrer. Oslo ne sera définitivement enterré que lorsque nous contraindrons la classe dirigeante permanente d’Israël à l’abandonner en faveur du sionisme – et de la vérité.

Caroline B. Glick, IsraelHaYom

Traduction avec l’aide de www. DeepL.com/Translator

3 commentaires

  1. Bibi a eu 12 ans pour stopper les accords d oslo mais en fait il les a utilises et ils continuent a etre utilises pour neutraliser quantite d attentats grace aux rencontres avec l autorite palestinienne.
    A propos les accords Abraham avec les Emirats ont ete signes apres que Bibi ait donne son accord pour que les USA leur vendent des avions de chasse…

    J'aime

  2. NB: la présence des imbéciles savants élus par un système électoraliste pervers et mensonger depuis 1791 a amené Israël au fond du trou dont je doute qu’il ne s’en sorte jamais que par la guerre de toutes façons! Civile de surcroit, et que Les Traitres seront alors fusillés par la foule…..!
    La situation est plus que grave et personne PERSONNE ne songe à changer du tout au tout le système de gestion de la Nation….Plus cette aboulie durera et plus l’issue sera sanglante et létale…
    Ce qu je dis depuis 50 ans..j’dis rien!

    J'aime

  3. Josef Goebbels a dit et écrit « Jud bleibt Jud « …Évidemment, il le disait Pour le Pire, Ce qu’il considérait comme tel….mais les Arabes pensent de même…. et les juifs exécutent leur devoir de Rester Juif de la pire façon aussi.!
    Ghettoïques volontaires, (ils n’y furent jamais ENFERMÉS…ceci arriva seulement avec les Nazis ,,,) ils se soumirent et « S’adaptèrent »… de la plus masochique et torve façon…mettant toute Action et Espoir dans un futur Eschatologique Délirant mais « En attendant », pour leur mentalité servile , heureusement DILATOIRE….
    Pour tout esprit non-messianique ni marxiste, il fut CLAIR depuis Pinsker et Jabotinsky, que les « solutions finales juives socialistes » étaient des suicide « décents » seulement….Perez- Menton Mou suintant la trahison intrinsèque d’une Pensée réduite au Commerce et Rabin, excellent tacticien militaire mais Passif et idéologique, ne pouvaient réussir dans leur entreprise naïve et pleutre. (On peut avoir des instants de courage…physique, mais être pleutre politique et social) A propos de l’illusion lyrique des Affaires qui appellent la paix; croire plutôt en Burke qu’en Montesquieu!:
    Edmund Burke offered the following critique of the doux commerce idea: that it is not commerce that civilizes humans, it is that humans are civilized through culture, which enables them to engage in commerce.[1]
    70 ans de sottise israéliennes doivent être payés!

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s