La France selon Zemmour-Zelig

Zemmour veut rendre à la France sa pureté catholique en la débarrassant des musulmans qui l’envahiraient dans le but planifié de l’occuper et de l’islamiser intégralement.

Il faut voir dans ce programme épurateur un hommage implicite à une épuration semblable, la Reconquista, qui fut menée en Espagne par Isabelle catholique et Ferdinand III.

Quand Éric Zemmour reprend à son compte, sans toutefois le mentionner, ce programme national-catholique d’épuration, il prouve qu’il ne tient pas rigueur à Isabelle la catholique d’avoir expulsé non seulement les musulmans, mais d’abord les Juifs d’Espagne, ses ancêtres, en 1492, et d’avoir persécuté sans pitié ceux des Juifs qui feignaient de se convertir au catholicisme tout en restant juifs en cachette.

C’est en tout cas grâce à cette Reconquista impitoyable qu’Eric Zemmour est né de parents juifs installés dans l’Algérie française.

Éric Zemmour n’en veut pas non plus aux antidreyfusards qui condamnèrent un capitaine juif français innocent, parce qu’ils agissaient, dit-il, dans l’intérêt de l’armée française. Un intérêt national que Zemmour, adepte fervent de la realpolitik et de la raison d’État qu’il place au-dessus des droits de l’homme et de toute considération morale ou juridique.

Éric Zemmour prend ainsi le contre-pied des Juifs qui, comme les parents d’Emmanuel Levinas, vinrent en France parce qu’elle était le pays qui s’était dressé pour innocenter un Juif.

À chacun sa France.

Mais Zemmour, pas rancunier pour deux sous, n’en veut pas non plus à l’État français de Vichy d’avoir abrogé le décret Crémieux, qui en 1870 avait attribué « la citoyenneté française aux Israélites indigènes » c’est-à-dire aux Juifs d’Algérie. Suite à l’abrogation de ce décret par le gouvernement de Vichy le 7 octobre 1940, les Israélites d’Algérie redevinrent des Juifs, et leur sort fut aggravé par l’application sur ce territoire de multiples d’interdictions imposées par la loi portant statut des Juifs du 3 octobre 1940.

Éric Zemmour a choisi de se définir dans la France d’aujourd’hui en tant que Français de confession israélite, et non comme un Français juif ou un Juif français, comme au bon vieux temps où le mot juif n’avait pas droit de cité dans la République française.

L’idée qu’un être humain puisse provenir de deux histoires et se reconnaître dans une double appartenance lui parait aussi contradictoire qu’un cercle carré. Pour lui, s’assimiler c’est « changer d’arbre généalogique »….

Pour le dire autrement, s’assimiler, selon lui, ce n’est pas assimiler la culture du pays d’accueil sans renier son passé : c’est être assimilé, comme un aliment qui a été ingéré. C’est faire un trou dans son passé et s’infliger une sorte de trépanation.

C’est qu’Éric Zemmour ne se noie pas dans les nuances et la complexité. Son discours est carrément carré.

Son choix de s’identifier en tant que « Français de confession israélite », l’oppose au choix du cardinal Lustiger, qui se revendiquait comme un Français juif et de confession catholique.

Pourquoi ?

Mais pourquoi le Français israélite Zemmour n’en veut-il pas à ceux qui ont persécuté les Juifs au nom de la pureté catholique de leur pays ?

Pourquoi les blanchit-il ?

Certains commentateurs ont allégué le syndrome de Stockholm, qui pousse les victimes à prendre le parti de leurs bourreaux pour s’imaginer être du côté du manche.

D’autres ont cherché la clé de cette abjection de sa judéité originelle dans l’aspiration à échapper à la dangereuse condition qui est celle des Juifs de la diaspora, en jouant la carte de l’auto dissolution par assimilation intégrale.

Ce fut déjà le pari de nombreux Juifs allemands avant 1933, qui se voulaient plus allemands que les Allemands de souche.

On trouve d’ailleurs une illustration de cette assimilation forcenée chez l’un des meilleurs spécialistes de l’âme juive, Woody Allen.

Le personnage qui porte le nom de Zelig dans son film éponyme est un homme-caméléon, capable de prendre totalement l’apparence des individus avec lesquels il est en relation. En présence de gros, il devient gros ; à côté d’un noir, son teint se fonce ; parmi les médecins, il fait comme s’il avait travaillé à Vienne avec Freud, et ainsi de suite. Jusqu’à ce que le spectateur du film le retrouve dans le rôle d’un nazillon à l’époque de l’Allemagne hitlérienne.

Heureusement pour lui, Zemmour n’est pas un Allemand d’origine juive des années 30 et 40, et sa pathologie assimilationniste ne le métamorphose pas en nazi.

Mais cette pathologie aide à comprendre que notre Zelig-Zemmour reprenne à son compte le combat purificateur d’Isabelle la catholique, cette fois contre les musulmans ; qu’il justifie les Français antidreyfusards ; qu’il remercie l’État français de Vichy de n’avoir collaboré à la Shoah qu’en maintenant autant que possible les déportations de Juifs de France dans les limites de la préférence nationale pour les Juifs français ; et finalement qu’il conteste la nationalité française aux enfants juifs français assassinés en France et enterrés en Israël.

La raison en est que, selon ce Français de confession israélite, les Juifs de France ne peuvent simplement pas être Français et Juifs.

Et que réserve son programme d’assimilation intégrale – qu’il oppose au modèle d’intégration – à tous les Français non juifs dont les ascendants sont eux aussi venus d’ailleurs, chargés de leur histoire et de leur mémoire ?

Son modèle d’assimilation intégrale et exclusive leur propose d’effacer toutes les traces de leur passé, d’adopter les Gaulois pour seuls ascendants, et le catholicisme pour seule origine culturelle de leur identité française.

Voici par exemple ce qu’il propose explicitement aux musulmans vivant en France et qui voudraient y demeurer.

Zemmour ne leur demande pas de s’adapter à la France des Lumières, des droits de l’homme et de la République en se laïcisant et en se sécularisant.

Non ! Il leur tend une main hospitalière, sous la condition, précise-t-il, qu’ils « s’assimilent » intégralement et exclusivement à la France catholique en christianisant leur culture d’origine.

En conséquence de cet assimilationnisme intégral et exclusif, si Zelig-Zemmour devenait Président, et s’il tenait parole, les Juifs de France, y compris les non-croyants, redeviendraient des Israélites. Les musulmans de France devraient se christianiser. Et les Asiatiques de France devraient se blanchir se catholiciser.

Pour inaugurer son élection par un geste symbolique, il lui faudrait déchoir de la nationalité française place (en leur arrachant leurs décorations) et Joséphine Baker, qui chantait « j’ai deux amours, mon pays et Paris », et Charles Aznavour, qui, tout en chantant dans la langue de Molière, accepta d’être l’ambassadeur de l’Arménie à l’Unesco.

Cette cérémonie de purification nationale pourrait avoir pour cadre authentiquement national l’actuelle place de la Concorde, redevenue place Louis XV. AS

André Sénik, Institut d’Histoire Sociale

13 commentaires

  1. je me suis arreté a la deuieme ligne de ce texte emprunt de malhonneteté flagrante !
    Zemmour n est pas un inquisiteur qui pourchasse la sang impur , il propose a chaque arrivant de s assimiler et de vivre a la française , ce qui, devrait etre la norme non ?
    les ancetres de Mr Senik ont il reconstruit un shtetl dans le pas de calais ? mes ancetres ont il reconstitué le port d ‘oran en bretagne ?
    ces elucubrations ne sont pas serieuses , je reste interressé par toutes les discussions , meme les plus vives, mais les methode kgbiennes employées ici devraient avoir disparu avec le PCF dans une poubelle de l histoire

    J’aime

    • Je partage l’analyse du scripteur qui répond au nom t. amouyal. J’ai réagi à l’article scandaleux de vieux stalinien et je me demande si je ne vais pas me désinscrire. je suis pour la liberté d’expression, bien évidemment, mais j’en ai par dessus la tête de lire des monstruosités et contre-vérités historiques. Je vais réfléchir à me désabonner du site. La discussion n’est pas possible avec un communiste souffreteux.

      J’aime

      • MABATIM.INFO publie toutes sortes d’opinions qui incitent à la discussion via les commentaires. Ce texte d’André Senik a initialement été publié dans une revue philosophique, comme indiqué dans la signature, puis adressé à MABATIM.INFO qui a hésité à le publier. Les réactions que ce texte a suscitées devraient aller dans votre sens, mais si vous ne pouvez supporter des opinions contraires aux vôtres, nous serons désolés de vous voir vous désabonner.

        J’aime

        • Oh là ! Oh là ! « Si vous ne supportez pas des opinions contraires aux vôtres » Que se passe t-il ? ce n’est pas un opinion qu’ a énoncé André Sénik mais des contre-vérités, des amalgames qui ont été dénoncés par d’autres abonnés. Les amalgames de Sénik est la signature des communistes; avec mes livres et les films que j’ai réalisé, j’ai passé mon temps à me heurter à leur réécriture de l’histoire. Alors, basta !

          J’aime

      • Mr Delpard , je pense que nous somme d accord au sujet des fossiles staliniens dont malheureusement Mr Senik semble etre un eminent representant , il n empeche que c est a l honneur de Mabatim de publier des textes divers , cela nous permet a tous de decouvrir les axes de pensée de nos amis comme de ceux qui sont eloignés de nous :
        La gauche stalino islamique reve de clouer d
        Le bec de tous ! Ne soyons surtout pas sur cette ligne

        J’aime

  2. L’évocation de la Reconquista ne me semble pas la meilleure entrée pour cette analyse. Pas plus que ne serait de faire de Zemmour battant la campagne un nouveau Roland à Roncevaux.
    La suite de l’analyse se présente comme implacable. Il serait souhaitable que le principal intéressé, Zemmour, la lise. Non pour en faire ses choux gras, mais pour y effeuiller les faussetés d’une pensée prise au gel d’un verbe hâtif. Ce qu’il semble d’ailleurs avoir reconnu dans son échange avec Samuel Sandler (BFM. TV). Et depuis sérieusement amendé dans son petit film de candidature en butte à tous les coups-fourrés des bien- pensants. Il faut du courage pour se désigner comme bouc émissaire.
    Reste l’impasse sur le soc même du labour de Zemmour, qui me semble assez loin de Zelig le caméléon, à savoir la nécessité de se battre contre un islamisme assurément conquérant et meurtrier.
    Voir Boualem Sansal sur la question, interviewé par Devecchio (Figaro 12/11/21) : Face au terrorisme islamiste, «frapper vite et fort, c’est cela que morts et vivants réclament»
    Marc Nacht

    J’aime

  3. Voilà bien le DRAME Français et mondial des juifs qui ne veulent pas comprendre la Diaspora et le nationalisme hébreu (Lire Yoram Hazony):
    On ne peut manger à deux râteliers et ne devoir jamais gratitude qu’à un seul , selon son humeur du moment.
    Le juif juif et non pas Communiste Franc-Macon ou Deutsch-National ..(!)..sont en plein délire:
    On ne peut «  »prendre Parti » » sans rompre ses multi-appartenances:
    Un citoyen US comme le Neveu de Rommel par exemple, encore allemand récemment immigré, DUT BIEN CHOISIR ENTRE LA SS ET LA KRIEGSMARINE …….et son entrée dans la US NAVY (qui préféra quand même le faire se battre sur une « Unité » du Pacifique contre les Japonais….)
    Nous, par contre, considérons les juifs, «  »entiers ou partiels » » SIC.. qui (150.000…!.Bryan Riggs: Hitlers Jüdischen Soldaten) endossèrent l’uniforme de la Wehrmacht, Luftwaffe et Kriegsmarine, grâce à leurs Aryers Ausweise plus ou moins aléatoires….; comme de simples ordures, in fine…
    Les juifs en masse ne savent toujours pas prendre parti pour eux-mêmes…. et espèrent plus de Mourir pour leurs Vaterlände illusoires et promis par des hypocrites qui les trompent depuis deux cents vingt ans (1791)
    Un Juif juif ne peut vivre depuis mai 1948, en fait,… que comme un « Israélien Résident Étranger, temporaire ou définitif, selon la situation du pays choisi, dans le pays qui veut bien être allié ou au moins ami poli de son Pays.

    J’aime

  4. Interprétations imaginaires, decontextualisation des déclarations, procès d’intention…
    On connaît trop bien les méthodes des falsificateurs…

    J’aime

  5. André Sénik est devenu « André sénile » Le fond de communisme qui surnage en lui brouille sa compréhension. Le décret Crémieux fut une catastrophe et fut le premier déclic qui fut le démarrage du conflit entre les indépendantistes et l’Etat français. En laissant les algériens – les kabyles en réalité sur le bord de la route, Crémieux franc-maçon et socialiste a engendré de l’amertume chez cette population qui était demanderesse de la nationalité française. Il faut que André Sénik arrête de lire les vieux n° de l’Humanité. Le reste de l’article est affligeant. Même chez les commentateurs la retraite est un bienfait.

    J’aime

  6. JE REPRODUIS ICI UN TEXTE PUBLIE SUR UN AUTRE SITE EN REPONSE A MONSIEUR SENIK.
    JE N’EN SUIS DONC PAS L’AUTEUR.
    MAIS JE CROIS QUE CA VAUT LE COUP DE LIRE CE TEXTE.
    Je suis surpris de voir qu’André Senik adopte la technique de l’amalgame pour marquer sa violente opposition aux idées politiques d’Eric Zemmour.
    Senik, ancien professeur de philosophie, auteur d’un remarquable essai critique sur Karl Marx (1), plein d’exigence et de rigueur analytique, abandonne néanmoins cette fois ces bonnes habitudes pour se jeter à plat ventre dans une confuse diatribe contre le courageux journaliste et polémiste (2). Senik remet en question les opinions bien connues, lancées sans langue de bois, d’Éric Zemmour sur des sujets comme la liberté, la France, sa perte d’identité, l’islamisme, l’immigration, l’assimilation, le catholicisme, le grand remplacement, etc.
    Mais cette fois, Senik s’avance avec une facilité déconcertante dans la méthode de la reductio ad hitlerum, usant et abusant de la conjecture et du langage subliminal. Rien ne manque à sa harangue. Zemmour serait, nous dit-il, un «épurateur impitoyable », un agent du « national-catholique d’épuration » et un «nostalgique de la France d’avant ». Senik invente que « S’assimiler [selon Zemmour] c’est faire un trou dans son passé » et « s’infliger une sorte de trépanation » (comme celles du Dr. Mengele ?). Et, enfin, Zemmour serait une espèce d’exterminateur de Juifs. Voici la phrase atroce de Senik: « Si les Juifs sont assimilés au sens que Zemmour donne à ce terme, le peuple juif n’existerait plus. »
    Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.
    Contenu promu
    Mgid
    Mgid
    Comment perdre du poids 28 kg en quelques mois ?
    Clairebody
    Ce nouveau masque fait fureur aux États-Unis
    Masques KF94
    À Asnieres-sur-Seine, une famille investit $250 et devient millionnaire
    Bitcoin Lifestyle
    Le sexe dure plus de 3 heures sans Viagra. Notez la recette !
    Bluestone
    Dans son article, André Senik martèle quatre fois le mot «épuration». Il reproche au polémiste sa « pathologie assimilationniste ». Tout cela est excessif et motivé par une haine sans fard.
    Tout en essayant de nous faire croire qu’il manie « les nuances et la complexité », André Senik fait dire à Zemmour ce qu’il n’a jamais dit et prend comme des faits des phrases inexistantes.
    Tente-t-il de s’inscrire dans la course aux fadaises prononcées, il y a quelques semaines, par BHL et par le grand rabbin de France, Haïm Korsia, qui affirmait – en clivant encore plus la communauté juive de France– que Zemmour était « antisémite certainement, raciste évidemment » ? Prenant comme un signal ces fariboles, les « bien-pensants » et les progressistes se liguent et essaient de faire boule de neige contre le pre-candidat conservateur, la révélation politique de l’année. Ils ne font pas cela sans réinstaller, aux yeux de tous, une machine staliniste de désinformation et de liquidation « des ennemis ».
    D’une certaine façon, Senik devient le défenseur, par contrecoup, de causes rétrogrades. Par exemple, il déplore, dans sa diatribe, la chute du « dernier royaume musulman d’Espagne », et fulmine contre l’admirable action d’Etat d’Isabelle la Catholique.
    Il nous dépeint un Zemmour qui n’existe que dans sa tête. Il le présente comme un « impitoyable épurateur », comme un être obsédé par une seule chose : une supposée « pureté catholique », pour laquelle il expulserait « les musulmans » et « les Juifs de France ».
    Et ce n’est pas tout. Senik croit savoir que « le Président Zemmour pourrait déchoir de la nationalité française, en grande pompe et en leur arrachant leurs décorations, à Joséphine Baker, qui chantait ‘j’ai deux amours, mon pays et Paris’, et à Charles Aznavour ». On frôle la paranoïa.
    Etrange manière de débattre : appelant à la dramatisation, ou plus exactement à un catastrophisme digne de réalisateurs de fictions comme Mimi Leder et Matt Reeves.
    Non, cher André Senik, pour s’engager contre les idées d’Éric Zemmour, il faut respecter au moins une règle d’or: citer méticuleusement ses textes et déclarations. Vous ne le faites pas. Vous vous contentez d’interpréter et de simplifier cette pensée, afin de pouvoir tirer les conclusions les plus aberrantes.
    Senik demande : «pourquoi le ‘Français israélite’ Zemmour n’en veut-il pas à ceux qui ont persécuté les Juifs au nom de la pureté catholique de leur pays ? ». Où est le paragraphe ou la déclaration exprimant cette position?
    La préoccupation d’André Senik semble tourner autour de la vieille question de l’assimilation et de ses effets sur les Français de confession juive et, à présent, sur les musulmans. Il prétend que Zemmour exige, aux uns et aux autres, l’assimilation « intégralement et exclusivement à la France catholique ».
    Rien de tel. Zemmour n’a jamais mené bataille contre les « Français juifs » ni les « Juifs de France ». Au contraire, il combat la brutale remontée de l’antisémitisme, d’origine islamiste, et ses sanglants effets en France et en Europe. Zemmour, ne sort pas de la doctrine française traditionnelle et des principes du constituant Clermont-Tonnerre de soumettre la loi juive au Code Civil (et pas à la France catholique) et il dit que cette doctrine devrait être appliquée également vis-à-vis des musulmans: « Il faut refuser tout aux Juifs comme nation et accorder tout aux Juifs comme individus ; il faut qu’ils ne fassent dans l’Etat ni un corps politique ni un ordre ; il faut qu’ils soient individuellement citoyens. »
    Senik semble incommodé par ce vieux principe français. Aussi par les exigences du Premier Consul Bonaparte au Sanhédrin, en 1807, et par les modifications aux dogmes de l’islam –sur l’égalité homme-femme et la laïcité–, exigées par le ministre de l’Intérieur Chevènement en 1997. Idem sur la caractérisation de la France du général de Gaulle : « Un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »
    En prétendant polémiquer avec Zemmour, Senik détourne, en réalité, les propos de Clermont-Tonnerre, en disant : « Zemmour ne leur demande pas [aux musulmans vivant en France ] de s’adapter à la France des Lumières, à la France des droits de l’homme, à la France de la République et de la modernité, en laïcisant et en sécularisant leur appartenance religieuse. Il leur tend généreusement une main hospitalière, sous la condition, précise-t-il, qu’ils ‘s’assimilent’ intégralement et exclusivement à la France catholique, en ‘christianisant’, c’est le mot qu’il a choisi, leur mode d’appartenance à leur religion. »
    Et de conclure : « En application de cette définition de la France éternelle, les Juifs de France pratiquants redeviendraient des israélites. Les Juifs de France non croyants ne seraient plus des Juifs. Les musulmans de France devraient se christianiser. Quant aux Asiatiques de France, ils devraient au minimum se blanchir et se convertir à une religion chrétienne. » Ainsi, Senik, par un insolent tour de passe-passe, transforme l’assimilation en conversion religieuse, en un procès de «christianisation» massive. Or, cela n’est aucunement la vision d’Eric Zemmour. Mais faire croire que cela est un fait avéré –comme font ceux qui l’accusent de « réhabiliter Pétain », par exemple-, fait partie de la stratégie des petits et grands coups bas que l’islamo-gauchisme pratique pour tenter de démolir ses adversaires sans discuter le fond des choses.
    Je déplore de voir André Senik, admirable analyste et fin observateur, se laisser entraîner par les fureurs des contempteurs d’Eric Zemmour. De sa part, j’espérais pouvoir une nouvelle fois voir sa puissante capacité de recul se mettre en œuvre et reconnaitre à Zemmour une sincérité et un courage dont les hommes politiques actuels nous ont privés depuis trop longtemps.

    J’aime

Répondre à Chemla Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s