Rapport de la Commission d’Enquête Sarah Halimi : « outrage aux Juifs de France et tache indélébile sur la Justice »

L’Affaire Sarah Halimi est bien une Affaire juive

« Enterrement de première classe. Mort clinique de la justice française », avaient titré Édith Ochs ou Gilles-William Goldnadel. Outrage fait aux Juifs de France mais encore à l’humanité entière. Mort d’une Justice déshonorée. L’Affaire Sarah Halimi est bien une Affaire juive. Et seulement une Affaire juive. Encombrante dans la France du XXIᵉ siècle. C’est ce que vient nous dire le Rapport rendu par la Rapporteur Florence Morlighem après les auditions de la Commission d’Enquête parlementaire consacrée au sujet.

Pour ceux, nombreux, qui ignorent l’Affaire Sarah Halimi, faute de relais médiatique. Pour tous, la seule diffusion des auditions successives faites devant la Commission d’enquête parlementaire suffirait à l’explosion de la Vérité.

Des dépositions révélatrices de moult dysfonctionnements

Ces dépositions prêtées sous serment ont toutes l’avantage de l’honnêteté, parfois accouchée au forceps par les questions sans complaisance aucune de membres courageux de ladite Commission.

On ne sait si les plus révoltantes seront celles qui suintaient la lâcheté ou celles, suffisantes et arrogantes, de ces juges outrées qu’on osât les interroger et même douter, de ce procureur osant expliquer à l’Assemblée la différence entre violence et Barbarie, de ce représentant du CRIF avouant en préambule qu’il n’avait pas écouté les dépositions précédentes, par souci d’objectivité prétendit-il, lui qui au lendemain même de l’assassinat barbare, courut dire à la Presse que d’intention antisémite il n’y avait point, de cet autre officiel ramant pour justifier le délai extravagant pour que fût consenti, tel une obole destinée à faire taire les sceptiques, la circonstance antisémite.

Commission d’enquête sur l’affaire Sarah Halimi :

« Quand on est magistrat, on n’agit pas en fonction de ses affects. L’acte de barbarie, c’est autre chose que l’extrême violence »

François Molins (@francois_molins) répond à Meyer Habib (@Meyer_Habib) pic.twitter.com/beGat0VHb0

— i24NEWS Français (@i24NEWS_FR) December 8, 2021 :

Nous passerons sur les ubuesques dysfonctionnements avérés par lesdites auditions, de la bande de pieds nickelés prestement accourus du commissariat et ayant assisté jusqu’à son dénouement à la tragédie alors même qu’ils avaient en main la clé permettant de pénétrer les lieux et d’empêcher le cauchemar aux explications de nos juges fatiguées de notre ignorance collective et de ce toupet qui prétendait cependant leur demander des comptes, jusqu’aux extraordinaires révélations qui constituaient autant de fautes, qu’il s’agît de dépositions contradictoires, de cette prétendue séquestration qui n’en était guère, d’oublis fâcheux d’investigations sur la mosquée Omar ou sur le seul portable de l’assassin sous prétexte qu’il ne figurait pas dans les pièces sous scellés, de la décision de ne confier l’Affaire au PNAT, mais encore de cet empressement à ne pas recevoir et auditionner dans le cadre de l’Instruction les témoins. Les témoins qui tous alentour furent réveillés par les cris de détresse d’une malheureuse, des cris que nos escadrons policiers, eux, n’entendirent pas.

Commission Sarah Halimi : On ne sait plus lequel aura été le plus couard et lequel le plus servile

Chaque jour a apporté son lot de révélations, pour certains comme avortées à l’insu de leur plein gré : était-ce le serment prêté. La symbolique du lieu. Un zeste de conscience.

Peu à peu, des obstacles à l’éclosion de la vérité. Venus des Députés LREM

Pourtant la relative sérénité qui avait gagné les combattants commença à se déliter : le visage de leurs collègues-membres, ceux affiliés à LREM, se fermaient et voilà que le Député Habib, Président de la Commission, se voyait même accusé par un courrier officiel d’avoir rendu publics des éléments X ou Y, accusation grossière pour qui s’en était référé aux statuts de ce type de Commission. Voilà encore que des réticences se faisaient jour, un media accusant Meyer Habib d’avoir pour ainsi dire instruit à charge, plusieurs membres LREM ne trouvant pas nécessaire d’aller sur les lieux du drame vérifier certaines assertions, puisqu’aucune reconstitution en l’Affaire ne fut consentie, préjudiciable qu’elle eût pu être à la santé mentale de notre Traoré, lequel, rappelons-le, ne souffre ni ne souffrit d’aucune pathologie, et que la décision empêcha de prouver la préméditation et la requalification en assassinat.

Le Rapport pas honnête de Florence Morliguem

La raison aurait voulu que le Rapport attendu ne puisse qu’être conforme aux auditions. Rédigé par la Rapporteur LREM Florence Morlighem, ledit rapport dit en somme de Circuler et que L’Affaire est close, aucun dysfonctionnement majeur n’ayant été relevé au fil des auditions, et incite, pour améliorer la marche de la justice, à réfléchir à une amélioration de la doctrine dans les rangs de la police – nous en avions parlé ici puisque fut évoquée la doctrine israélienne qui permet dans des affaires de ce type d’agir avant que vînt l’ordre attendu – et qui mentionne la surcharge de travail de nos juges.

📗Présentation des conclusions de mon rapport suite commission d’enquête affaire dite Sarah Halimi adopté hier. « Les éclaircissements apportés démontrent que les règles de notre état de droit et les règles suivies par les forces de sécurité ont été respectées » #Justice #Police pic.twitter.com/hsXRBddpuT
— Florence Morlighem (@FMorlighem) January 7, 2022

Soumis selon la réglementation à un vote, le Rapport fut validé à 7 voix contre 2, celles de François Pupponi et de Meyer Habib.

CRIF, CONSISTOIRE, OJE, LDJ, OJF, UEJF, et les autres

Où sont nos Institutionnels, tous fraîchement élus ou réélus, tout occupés à ne point déplaire au Palais mais qui, pour d’aucuns, hier, se fendirent d’un tweet indigné devant la satisfaction présidentielle de voir libérer Ramy Shaath, coordinateur en Égypte du mouvement BDS et activiste anti-israélien. Ah mais bien sûr : bravant la pluie et la froidure, ils ont rejoint Anne Hidalgo et je ne sais quel ministre pour se joindre aux larmes de mise en ce 7 et triste anniversaire de l’Attentat de l’HyperCacher.

Trouveront-ils, aussitôt rentrés aux abris, le temps de se réunir peut-être pour s’exprimer devant l’outrage de trop fait aux Juifs de France et le diront-ils enfin, aujourd’hui, qu’ils ne veulent plus l’entendre, cette fadaise selon laquelle la France sans ses Juifs ne serait plus la France.

Juifs de France en partance

Chacun sait qu’aujourd’hui, de Juifs heureux en France, il n’y en a plus guère et que surfant entre Alya stricto sensu, Alya intérieure et Alya Boeing1, il y en aura bientôt de moins en moins : la chose se fait de manière intime. Sobre. Progressive. Souvent douloureuse mais cette douleur ne se verbalise plus : nous quittons peu à peu cette France que nous ne reconnaissons plus. Qui fait ses choix. Dictés par des calculs électoraux. Par la frilosité. Par la lâcheté. Cette France qui se prostitue en condoléances pour mieux mettre dès le lendemain et toute vergogne bue son nom au bas du parchemin onusien condamnant une énième fois l’État hébreu, lequel ne cesse de nous exhorter à rentrer. Nous qui nous pensions il y a peu encore chez nous.

Quel énième et retentissant camouflet que l’Affaire Sarah Halimi pour nous Juifs de France. Peut-être l’ultime tant il est insupportable.

Quelle gifle, quel divorce que de projeter recourir à la CEDH ou à la justice israélienne parce que notre Patrie n’aura pas su nous rendre justice, après qu’elle n’a pas su prévenir les massacres des nôtres sous le seul prétexte de leur judéité.

Ainsi l’Histoire se répète ad nauseam pour ces Juifs que la France dit aimer et nous n’allons pas dresser une fois de plus la liste des morts parce que Juifs. Parce que trop Juifs. Porteurs de Kippa. Encore une fois tués au mauvais timing. Celui qui risquerait d’entacher une Présidentielle. Et il faudrait 5 ans plus tard courir le risque d’entacher à nouveau celle en cours.

Les âmes intègres n’y verront aucun esprit susceptible d’être soupçonné de quelque complotisme : Si Sarah Halimi n’avait pas été juive, sa défenestration par un délinquant islamisé aurait été très encombrante. Mais que la victime fût juive de surcroît était de facto insupportable et risquait d’assombrir une campagne qui s’annonçait incolore inodore, ne portant pas encore l’estampille zemmourienne.

Une justice pour les Juifs et une pour le Comité Adama

L’Affaire était là : une femme juive jetée par la fenêtre au son de sourates et imprécations à Allah, en plein Paris, en 2017 et devant moult témoins. Un assemblage de lâches et apeurés dans la brigade envoyée. Une juge dont nous savons a minima qu’elle n’était pas philosémite.

Tout cela fait désordre. Tout va très vite. Une chape de plomb recouvrira la chose. Nos policiers sont sauvés grâce à une abracadabrantesque thèse. Nos juges ne recevront nul avocat. Les journalistes et les esprits curieux sont sommés de circuler.

En février 2020, un marseillais sous cocaïne a écopé de 2 ans de prison pour avoir jeté son chien par la fenêtre, et il y a deux jours, dans l’Affaire Chahinez, brûlée vive par son petit ami pour avoir voulu vivre comme une française, 6 policiers viennent d’être convoqués en Conseil de discipline pour fautes diverses. Pour manquements. Et pour Sarah Halimi, il ne se sera rien passé.

L’affaire Sarah Halimi a sonné le glas de la confiance que les Juifs de France s’obstinèrent à garder

Juifs de France, nous pouvons aujourd’hui faire définitivement notre deuil d’une protection française de nos dirigeants via leur police et leur justice. La méthode du Comité Traoré a mieux fonctionné que le respect juif de la Loi et des Institutions, lequel est constitutif de la conscience juive.

Ainsi, l’affaire Sarah Halimi a sonné le glas de la confiance que tous nous nous efforçâmes de garder après les exécutions répétitives d’Ilan, Myriam, Sébastien, Arié, Jonathan, Gabriel, Philippe, Yohan, Yoav, François-Michel, Mireille.

Clap de fin. Quoi qu’on dise. SC

Sarah Cattan, Tribune Juive


1 Un pied ici, l’autre là-bas ; Partir tout en restant. Un choix mûrement réfléchi par ces médecins, avocats, experts-comptables, entrepreneurs, qui se sont infligé ce mode de vie pour les mêmes raisons.

Un commentaire

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s