Les désarrois de l’élève Europe

L’Europe regarde son nombril et ne voit rien venir

S’ils existent toujours en tant que tels au siècle prochain, les citoyens européens ne pourront pas reprocher à l’UE de n’avoir pas pris par les cornes les serpents qui sifflent sur sa tête et s’attaquent à la démocratie dans ses pays membres.

En témoigne sa campagne sur « La liberté c’est le hidjab », lancée à grands frais en novembre 2021 (FranceTV Info) et annulée aussitôt. Les citoyens de la majorité des pays membres ont, en effet, manifesté peu de goût à voir les rues de Paris et de Rome devenir aussi libres et joyeuses que celles de Téhéran ou de Kaboul…

Dans le même esprit inclusif et libertaire, un lexique de la Commission, a préconisé de bannir, dans la communication de l’Union, les mots « Mesdames », « Messieurs », « citoyens » et, bien sûr, « Noël », jugés susceptibles

de ne pas « garantir la diversité en termes d’origines raciales et ethniques, et d’autres aspects de la diversité, y compris la forme corporelle et l’âge (Front Populaire). »

Cette stratégie, qui tend vers le microscopique pour préciser le détail du comportement politiquement correct, ressemble comme deux gouttes d’eau à la définition de la névrose obsessionnelle.

« Le diagnostic du trouble de la personnalité obsessionnelle compulsive repose sur des symptômes caractéristiques, y compris la préoccupation pour les détails, les règles, les horaires, l’organisation, et les listes et un perfectionnisme qui interfère avec l’accomplissement de la tâche (Informations Médicales) »

L’obsession du sujet pour l’objet

La même obsession compulsive se manifeste dès qu’il s’agit de critiquer, dénigrer ou combattre tout ce qui a un rapport avec Israël.

En effet, les 27 pays membres de l’Union, dont le nôtre, s’enorgueillissent de services de renseignements performants, dotés des outils les plus sophistiqués, qui leur permettent de surveiller les pays ennemis (et amis !) et de déjouer des attentats : Si vis pacem, para bellum !

Les outils de surveillance sont variés et leur origine, comme leurs spécificités, sont généralement couvertes par le secret défense. Il en va de même pour les ventes d’armement que signe la France, troisième exportateur mondial du secteur :

« La France a exporté pour environ 28 milliards d’euros en 2021. Un montant jamais atteint par les industriels de l’armement français. Un succès acquis grâce aux quatre contrats Rafale (Grèce, Égypte, Croatie et Émirats Arabes Unis). (la Tribune) »

Il existe une seule exception au silence français légitimement appliqué, à la fois aux armes que nous vendons et aux munitions que nous importons depuis 2018, puisque nous avons cédé aux Émirats Arabes Unis notre Manurhin national (Europe1). Cette exception est européenne, mais largement endossée par notre pays. Elle se nomme Pegasus, mais elle n’est médiatisée que comme « Pegasus du groupe israélien NSO ».

En revanche, les NSO américains, émiratis, chinois ou finlandais ne sont jamais nommés et leurs produits restent toujours dans l’anonymat qui sied à la sécurité des nations.

L’UE souffre de la prostate

Le problème, pour l’UE, ce n’est pas que Pégasus soit utilisé de façon illégale par ses acheteurs, c’est que l’avance cyber technologique de l’État juif le rend incontournable dans le secteur de la sécurité.

Elle est là, la raison qui a poussé un groupe du Parlement européen à exiger une enquête sur l’utilisation présumée de Pegasus, au motif que l’avenir de l’Occident dépend de ce logiciel : « notre démocratie est en jeu ! (i24news) »

Pour son produit tête de gondole Pegasus, le groupe NSO n’a comme clients que des États, pas des particuliers et ce n’est évidemment pas le vendeur qui détermine les cibles, une fois que le produit est chez le client. Pourtant, l’UE ne cherche pas querelle aux utilisateurs, seulement au fabricant. Elle se conduit comme le ferait un tribunal focalisé sur les fabricants des couteaux de cuisine avec lesquels des victimes ont été poignardées, laissant les assassins continuer à vaquer à leurs occupations.

Cette attitude hypocrite est surtout cohérente avec la lâcheté des institutions européennes, qui font patte de velours avec Pékin, ses vols de propriété intellectuelle, son génocide des Ouighours et son virus, mais retrouvent leur virilité pour stigmatiser Tel Aviv, son casino, sa plage, et surtout Jérusalem, son Parlement, sa Cour suprême et sa défense de ses citoyens. LM♦

Liliane Messika, MABATIM.INFO

3 commentaires

  1. J’ai enfin compris pourquoi j’ai toujours eu ce sentiment que l’UE ça ne pisse pas loin. Merci à vous…

    J’aime

  2. Permettez-moi de recommander à nos amis la lecture édifiante sur l’attitude européenne de l’ouvrage de BAT YE’OR : « L’Europe et le spectre du califat » (Edition Les Provinciales) Bonne lecture André Mandel
    >

    J’aime

  3. L UE est une machine purement mercantile, elle n a aucune autre politique que le business et tout ce qui peut le favoriser quelqu en soit le prix.
    Dans ce cadre :1.5 milliards d ignares incapables de fabriquer une petite cuiller et assis sur un monceau d or seront toujours plus attrayants qu un minuscule pays juif qui invente, vends et réussit dans tous les domaines devenant ainsi un dangereux concurrent pour des économies plutôt a la peine comme peut l être au hasard, l economie française.
    Cqfd

    J’aime

Répondre à T.amouyal Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s