Le Conseil de l’Europe s’agenouille devant l’Islam

Un document (dévoilé par Français de souche1) du 1ᵉʳ mars 2022 titre : « la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI)2 du conseil de l’Europe, a dressé un état des lieux et émis 60 recommandations pour lutter contre « le racisme antimusulman », cecià l’intention des 47 États membres du Conseil de l’Europe. »

Dans ce document, il est fait état de la nécessité « d’enseigner l’islam d’Europe », de « renforcer la participation politique des communautés musulmanes », de « satisfaire leurs exigences religieuses. » Ce texte a été élaboré avec la participation des Frères Musulmans.

Des musulmans ostracisés ?

En effet, selon des études3, il apparaît que les musulmans seraient discriminés et souffriraient de racisme :

« Nous appelons à ce que notre religion et l’exercice de son culte, soient considérés et traités avec les mêmes principes et règles qui régissent les religions et cultes historiquement installés en France »

a dénoncé dans un communiqué, Abdallah Zekri, délégué général du CFCM4 et président de l’Observatoire national de lutte contre l’islamophobie.

Commentaire : Les religions chrétienne et juive ne sont-elles pas victimes d’intolérance, de crimes et d’attentats ? Ou tout cela n’est-il qu’une vue de l’esprit ?

Ajoutons à ces plaintes :

« la réception de 70 courriers d’insultes ou de remarques reçus au CFCM, ou au domicile de certains de ses responsables sur l’année. En plein débat parlementaire sur le projet de loi contre ‘’le séparatisme’’ et les moyens de lutter contre l’islamisme radical, Abdallah Zekri dénonce plus généralement un climat ‘’malsain et indigne’’ et appelle chaque responsable religieux, ‘’quelle que soit sa religion, à dénoncer le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie’’. »

Remarque : Donc, islam, catholicisme et judaïsme même combat ?

Quand on observe le nombre d’actes antimusulmans, on se doit, certes, de les condamner, mais on se demande ce qu’il en est des actes antisémites, anti-chrétiens permanents et sans commune mesure avec de simples lettres d’insultes ! Faut-il rappeler les meurtres de Juifs, les agressions répétées contre eux les forçant à quitter les établissements de l’école républicaine, quand ce n’est pas la France ? Et que dire aussi du nombre d’églises incendiées, les objets du culte vandalisés, le père Hamel, assassiné au nom d’Allah ? Les policiers égorgés… et chaque jour, des gens agressés au couteau, voire décapités comme le professeur Samuel Paty, toujours aux cris d’Allah akbar… Les agressions contre l’islam sont sans commune mesure avec celles des musulmans contre les Juifs et les chrétiens.

Le rôle de cette victimisation :

Il est clair que des organisations musulmanes n’assument jamais leurs responsabilités dans les crimes, toujours plus nombreux, commis à l’encontre des Juifs et des Chrétiens, voire de ceux considérés comme des kouffars. Pour dédouaner l’islam, ils n’hésitent pas à faire porter la responsabilité de ces atrocités sur des « terroristes » qui n’auraient rien à voir avec cette religion. Ils savent qu’ils mentent mais l’art de la taqiya oblige. Ils sont, du reste, encouragés dans cette voie par les autorités judiciaires et la presse aux ordres, pour qui les assassins ne seraient que des malades mentaux ; l’exemple de l’assassinat abject de Sarah Halimi est, à cet égard, emblématique. Faut-il en conclure que cette religion produit un grand nombre de malades mentaux ?

En réalité, ces associations musulmanes, usant et profitant de nos lois démocratiques et de notre tolérance à sens unique, utilisent cette corde sensible et la retournent en leur faveur. De la même façon, les « Palestiniens » qui sont en guerre perpétuelle contre les Israéliens, revendiquent inlassablement leur statut de spoliés éternels, de victimes endémiques – leur fonds de commerce en somme, parce qu’ils refusent tout simplement d’accepter que cette terre qu’ils dominèrent sous l’Empire Ottoman, redevienne la patrie ancestrale des Juifs. C’est ainsi que la naqba est devenue la réplique musulmane de la Shoah. Ce serait ridicule si ce n’était pas tragique !

La victimisation : paravent d’un désir de conquête totalitaire.

Si les musulmans se sentent tellement ostracisés, voire maltraités, pourquoi viennent-ils toujours de plus en plus nombreux en France et en Europe ? Pourquoi ne choisissent-ils pas des pays musulmans pour les accueillir ? La réponse est claire : ils savent qu’ils vont bénéficier des largesses des pays occidentaux : aides sociales, santé, démocratie, qu’ils ne connaissent pas dans leurs pays d’origine. De la même façon, on pourrait questionner les pays européens qui, sans demander leur avis aux peuples, imposent de façon suicidaire une culture, une langue et une religion, incompatibles avec celles des autochtones. Le nombre exponentiel de ces migrants exerce un déséquilibre au sein des populations de souche qui finissent par ressentir cet envahissement comme insupportable. Elles s’inquiètent, à juste titre, au nom du « vivre ensemble » de voir se multiplier les atteintes à la laïcité.

Soyons sans illusion ! Ce n’est pas par masochisme que les populations d’origine musulmane migrent dans les pays de la communauté européenne. L’incapacité de leurs pays d’origine d’apporter du travail et une vie décente à leurs peuples n’est un secret pour personne. L’Algérie, notamment, vit depuis soixante ans sur la rente de la colonisation, ce qui l’exonère de toute autocritique. Et la France (en particulier) se vautre dans une culpabilité masochiste qui la discrédite chaque jour un peu plus. Il faut dire que son Président y met du sien concernant la repentance !

« Dialogue des cultures »

Mais là n’est pas l’essentiel ! Il faut lire ou relire l’enquête menée par Bat Ye’or5 sur le projet ourdi depuis les années 1970 entre les pays musulmans et l’Europe, appelé « Dialogue des cultures. » Dans ses livres fondamentaux pour la compréhension de ce qu’il se passe aujourd’hui concernant l’immigration musulmane, nous apprenons l’existence d’un pacte signé entre les pays européens et les 57 pays islamiques, afin de permettre aux musulmans de s’établir en occident pour, à plus ou moins long terme, et sous couvert de dialogue (la Da’wa), permettre à l’islam de s’incruster au sein des sociétés d’accueil. On peut dire, à cet égard, qu’il s’agit d’un djihad camouflé. Une sorte de cheval de Troie au sein des sociétés occidentales.

Ainsi l’Europe, s’alliant avec le diable contre Israël (pour se venger de sa culpabilité concernant ce qu’elle avait infligé aux Juifs durant la seconde guerre mondiale) et contre la chrétienté déclinante en occident, pensait aussi s’assurer un approvisionnement en pétrole, sans oublier les ventes d’armes, notamment aux Palestiniens terroristes, sous couvert d’aide humanitaire.

Ce qui est passé quasiment inaperçu du grand public, durant des années, est en train d’exploser au grand jour, avec l’afflux constant d’immigrés d’origine musulmane. Les peuples européens sont sommés d’accueillir précisément une religion historiquement opposée au christianisme et au judaïsme. Grâce à ce nombre toujours croissant, les revendications au droit à la différence deviennent toujours plus pressantes.

Le Conseil de l’Europe6 contre la laïcité et la loi de 1905

Le texte dévoilé par « Français de souche » et repris par Breizh-info7, « la commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) » dresse un état des lieux et donne 60 recommandations pour lutter contre « le racisme antimusulman. » Il est destiné aux 47 États membres du conseil de l’Europe. On peut dire qu’avec ce document, nous entrons de plain-pied dans le wokisme, au nom de l’égalité inclusive, phase ultime de l’égalité.

Selon les recommandations de Héléna Dalli, d’origine maltaise (qui n’a jamais été élue), il faut supprimer les expressions pas assez inclusives ou offensantes et bannir les noms chrétiens comme Noël… Elle écrit en introduction de ce document :

« L’égalité et la non – discrimination sont des valeurs fondamentales de l’Union européenne. Elles s’appliquent directement à notre travail en tant qu’institution, tant dans nos politiques internes et externes que dans notre fonctionnement…

La commission européenne doit montrer l’exemple dans sa quête d’une union d’égalité. Pour y parvenir efficacement, nous devons fournir une communication inclusive à tout moment, garantissant ainsi que chacun est valorisé et reconnu dans tous nos supports, quel que soit son sexe, son origine raciale ou ethnique, sa religion ou ses convictions, son handicap, son âge ou son orientation sexuelle. C’est ce que signifie véritablement l’expression « Unis dans la diversité ». Les gens ont besoin de voir une version positive d’eux-mêmes dans notre communication… Nous devons évaluer de manière critique notre utilisation du langage et des éléments visuels en fonction de la diversité de la population… »

Bien sûr, nous allons très vite constater que tout cet attirail verbeux est mis au service de la seule religion musulmane. Suivent un certain nombre de rappels démentis par l’Histoire :

— « Le judaïsme, le christianisme et l’islam se sont influencés mutuellement et ont influencé pendant des siècles la civilisation européenne… Il faut rappeler la contribution positive apportée par l’islam au développement des sociétés européennes dont elle est partie intégrante. »

Il s’agit donc de réécrire l’histoire en montrant que les trois civilisations monothéistes ont toujours vécu ensemble et de ce fait ont construit ensemble l’Europe. Ainsi sont effacés les différences et les conflits qui ont opposé ces religions et ces civilisations. Et bien sûr, aucune allusion n’est faite au statut de dhimmis imposé aux Juifs et aux Chrétiens au cours des guerres de conquête musulmanes.

— « Nécessité pour les États membres de favoriser l’intégration des nouveaux membres de leurs sociétés dans un processus fonctionnant à double sens et d’assurer l’inclusion de leurs populations issues de la diversité et établies de longue date afin de contribuer à la prévention de réactions racistes, discriminatoires ou xénophobes… en réponse au climat crée par la lutte contre le terrorisme ou l’extrémisme religieux, ou tout en relevant les défis d’une migration croissante… »

Donc il revient aux seules populations de souche de s’adapter à cette immigration croissante. Ce n’est pas aux arrivants de s’intégrer (et encore moins de s’assimiler). L’afflux constant de migrants est présenté comme une fatalité, sans que le politique en soit responsable. Mais il est un droit absolu. Quant au fonctionnement à double sens, il est une vue de l’esprit puisque le pays d’accueil, seul soupçonné de racisme et de xénophobie, est sommé de s’adapter aux entrants, au nom du nouvel évangile : égalité et tolérance.

— « Les atteintes à caractère genré auxquelles sont confrontées des femmes musulmanes, notamment lorsqu’elles montrent publiquement leur foi… »

L’égalitarisme, nouvel habillage de la loi de 1905 sur la laïcité, qui établissait que le religieux doit se cantonner à la sphère privée, rappelle que le suprématisme de l’égalité l’emporte sur la loi. La visibilité de la foi, devrait désormais s’imposer selon le bon vouloir d’une religion qui s’épanouit (entre autres) dans le costume féminin : burqa, voile, abaya, hijab, niqab… Il est demandé aux Français de souche de se féliciter d’une telle diversité vestimentaire, même quand elle est imposée par les hommes, au nom d’une discrimination appelée pudeur des femmes. (Soit dit en passant, femmes européennes prenez-en de la graine !) Et comme le dit avec bon sens une des recommandations de l’ECRI : « La diversité des confessions est un atout au sein d’une société pluraliste, et le principe de la société multiconfessionnelle et interculturelle ; elle va de pair avec la volonté des religions de coexister au sein des sociétés dont elles font partie. »

En effet, il faut être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas admettre combien cette diversité nous enrichit, voire nous incite à « désirer » une religion qui enferme les femmes et les soumet aux hommes.

— La fabrique de l’égalité, réécriture de l’histoire
« Les sociétés européennes se composent d’un riche tissu culturel sur lequel repose divers éléments ethniques, religieux, historiques et philosophiques et dont les musulmans font partie intégrante, au sein desquelles ils sont respectés et auxquelles ils contribuèrent depuis des siècles. »

Il est à déplorer que les choses se soient gâtées depuis les années 2000 car il a fallu « conceptualiser les nouveaux défis à relever dans la prévention et la lutte contre le racisme et la discrimination envers les musulmans. Ce besoin s’est accru après les attentats terroristes commis par Al-Qaïda, le 11 septembre 2001, l’augmentation récente de l’arrivée de migrants, y compris de migrants musulmans, en Europe, et la montée des partis et mouvements populistes, xénophobes et ultranationalistes… »

On commence par le mythe de l’entente cordiale entre les trois religions. Une fresque d’un bonheur sans accroc au cours des siècles, avec le tour de force de ne jamais mentionner les invasions musulmanes : en Espagne (pendant huit siècles), en France, en Europe centrale, et les guerres que ces invasions ont coûtées, sans oublier « les barbaresques » écumant les mers afin de piller les navires et de remplir les marchés aux esclaves. On transforme les invasions musulmanes en chance pour la France (et pour l’Europe). Ne soyons pas rancuniers ! L’éblouissement devant ce qu’ils nous ont apporté suffit à nous combler. Nous leur sommes redevables ! Et ils méritent de ce fait de s’installer chez nous ! Quant aux attentats terroristes, ils n’ont rien à voir avec l’islam, nous le répétons.

— « L’islam et les communautés musulmanes n’en sont pas moins une composante de l’histoire européenne »

Le martèlement d’un mensonge finit toujours par porter ses fruits !

En fait, les recommandations de l’ECRI n’ont qu’une raison d’être : inventer l’image reconstruite d’un islam qui aurait contribué à construire l’Europe, qui ferait donc partie intégrante de cette construction embellie, pour faire avaler cette couleuvre au peuple. En faisant des musulmans des persécutés, on les dédouane de tous les actes terroristes qu’ils commettent sur notre sol depuis des années, de même qu’on repeint en rose une histoire de conquêtes et de barbarie, évoquées, au cours des siècles passés, par les peintres, les écrivains et les musiciens.

Cette prétendue persécution est un mensonge politique, produit par le Conseil de l’Europe. Il vise à imposer l’islam – religion totalitaire –, et à pénaliser tout propos, toute critique envers cette religion, au nom de l’égalité, au nom de la lutte contre les discriminations, au nom de l’inclusion. (Inclusion que rejette précisément l’islam !) Ce texte de l’ECRI est proprement orwellien !

Il est également demandé de restreindre les fermetures ou menaces de fermetures qui « risquent de restreindre indûment la liberté d’associations des communautés musulmanes et leur capacité de participation civique. »

On peut lire en filigrane l’étape suivante qui permettra aux musulmans de créer des listes confessionnelles pour des élections municipales, par exemple. Il faut :

« … encourager les décideurs politiques à garantir l’égalité, à valoriser la diversité, à soutenir les interactions positives et la citoyenneté active et à participer à l’élaboration de leurs politiques. Cela se fait déjà en Belgique !

— à ce qu’ils puissent exercer sans discrimination leur droit à la liberté de religion. » On peut lire : à construire des mosquées toujours plus nombreuses et à afficher, sans restriction, les signes ostentatoires de leur religion.

— Établir des règles à l’intention des sociétés de l’internet, y compris les réseaux sociaux, afin de détecter les discours de haine en ligne visant les musulmans… à diffuser des récits équilibrés sur les musulmans et l’islam sur les plateformes appartenant aux réseaux sociaux.

En clair cela signifie : imposer la censure !

— développer les initiatives, dans le domaine de l’éducation, qui pourraient contribuer à diffuser des récits équilibrés sur les musulmans et l’islam sur les plateformes appartenant aux réseaux sociaux.

— Supprime les obstacles juridiques ou administratifs discriminatoires à la construction de lieux de culte adaptés aux pratiques de l’islam et de ses rites funéraires.

— Veiller à ce que les tenues religieuses musulmanes ne servent pas de prétexte à un traitement différencié injustifié, surtout s’agissant des femmes musulmanes.

— « Assurer au niveau local, régional et national la formation continue des personnes appartenant aux forces de l’ordre, des procureurs, des juges et autres acteurs de la justice à la lutte contre le racisme antimusulman et à sa prévention, y compris la reconnaissance et l’enregistrement des crimes de haine à caractère antimusulman, sous une forme reconnue comme bonne pratique par les organismes européens et autres organisations internationales. »

Quand on voit la façon dont sont traités les crimes et délits venant des musulmans, on se dit qu’on est sur la bonne voie ! La complaisance des juges à l’égard des crimes et délits, en augmentation constante, est parfaitement lisible. Les délinquants le savent pertinemment !

— Promouvoir l’enseignement de la diversité des modes de vie musulmans et de l’histoire musulmane… » Ne pas passer à côté des belles choses…

Conclusion

À cette lecture, nous avons compris le message : mort de la loi sur la laïcité de 1905. Reconnaissance du communautarisme, toujours en faveur de l’islam.

Ce texte répond aux exigences de l’OCI et de l’ISESCO8. Sous le terme d’égalité nous devons comprendre que celle-ci implique, en considérant les demandes qui sont faites aux pays d’accueil, que cet égalitarisme soit le marchepied pour l’étape suivante :

— d’abord la cohabitation de deux religions, deux cultures, puis l’islamisation du pays d’accueil à plus ou moins long terme. En effet, comme l’écrit Bat Ye’or dans son livre : « Eurabia, l’axe euro-arabe9 »,

« Le 1ᵉʳ février 2002, Cheikh Abd al-Rahman al-Sudayyis, imam de la mosquée al-Haraam de la Mecque, déclara à ses fidèles :
« … la civilisation la plus noble de toute l’humanité est notre civilisation islamique. Aujourd’hui, la civilisation occidentale n’est rien de plus que le produit de sa rencontre avec la civilisation islamique en Andalousie et ailleurs ». Eurabia est immergée dans la conception islamique de l’histoire et de la culture. »

On ne peut être plus clair ! Nous arrivons donc au moment crucial où il faut se poser la question :
voulons-nous que notre pays et l’Europe soient islamisés ?

Le texte que nous venons de commenter, dans ses lignes essentielles, nous exhorte tout simplement à accréditer le mensonge d’une soi-disant fraternité entre la civilisation chrétienne et l’islam, mais omet la condition de dhimmis des populations envahies par les musulmans. Il est clair qu’à travers ces « propositions », la population française non musulmane est traitée en dhimmi sur sa propre terre, puisqu’elle paiera, sur tous les plans, son allégeance à l’islam.

— Le conseil de l’Europe, sans demander leur avis aux peuples, utilise la pensée woke, sur l’intersectionnalité, la non – discrimination, l’égalité, (cette égalité dont Tocqueville pressentait qu’elle ne pouvait conduire qu’au despotisme) et qui sert ici une idéologie religieuse qui se nourrit de cette idéologie égalitariste. Les Français de souche, quant à eux, doivent être rééduqués !

C’est donc par l’aveuglement de nos dirigeants européens, mais aussi par leurs compromissions de longue date avec les pays musulmans, que le gouvernement français œuvre à la mise en place d’une histoire revisitée – dans les manuels scolaires10 – au profit de l’islam, afin de contraindre la population de souche à accepter une religion concurrente et conquérante. Le musulman est traité en persécuté, tandis que les Français de souche, victimes d’attentats bien réels, sont accusés d’islamophobie. Cette inversion insupportable vise à étouffer la voix du peuple et à le faire plier aux injonctions européennes, fidèlement suivies par le gouvernement français.

La culture, la civilisation françaises, les religions chrétienne et juive, mais aussi les athées, sont sommés de s’effacer, de se dissoudre pour enfin se convertir à un islam, qui ne reconnaît aucun pays d’accueil dans sa différence, mais seulement la Oumma, communauté des croyants, qui doit étendre son aile de vérité révélée sur le monde entier. ET♦

Évelyne Tschirhart, MABATIM.INFO


1 Et repris dans Breihz info du 25/02/2022.

2 L’ECRI est une instance du Conseil de l’Europe chargée de combattre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance dans la grande Europe […] Chaque

3 Les actes antimusulmans en forte hausse en 2020 en France (Jeanne Bulant avec AFP)

4 CFCM : Conseil français du culte musulman, dissout le 19/12/2021

5 Bat Ye’or : Eurabia, l’axe euro-arabe (Jean-Cyrille Godefroy 2006) ; L’Europe et le spectre du califat : éditions les Provinciales 2010

6 Le conseil de l’Europe : principale organisation de défense des droits de l’homme du continent. Il comprend 47 États membres dont l’ensemble des membres de l’Union européenne. Tous les États membres du Conseil de l’Europe ont signé la convention européenne des droits de l’homme., un traité visant à protéger les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit ; la cour européenne des droits de l’homme contrôle la mise en œuvre de la Convention dans les États membres

7 Le Conseil de l’Europe propose d’enseigner l’histoire de « l’islam d’Europe », de renforcer la participation politique des communautés musulmanes, de satisfaire leurs exigences religieuses… (breizh-info.com)

8 OCI : organisation de la coopération islamique. ISESCO : branche culturelle de l’OCI

9 Page 290 du livre « Eurabia, l’axe euro-arabe »

10 Voir aussi les dernières expositions organisées partout en France et en particulier à L’institut du Monde arabe : « Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire ».2021/2022

5 commentaires

  1. Je n ai aucun doute sur la complaisance des patrons de l UE envers les islamistes, je regrette malgré tout que nous soyons obligés de reprendre des infos de breizh qui est un site antisemite, j y vois une preuve supplémentaire de l effondrement français et du contrôle de l information qui nous rapproche chaque jour du système russe tant honni par la bienpensance.

    J’aime

Répondre à T.Amouyal Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s