Le 15 mars, c’est la Sainte Islamophobie !

Le saviez-vous ?

Les Martiens sont très friands d’informations sur notre planète. D’ailleurs ils ont souscrit plusieurs abonnements au fil AFP : un pour leur Musée du surréalisme, un pour l’Office martien du tourisme, afin de préparer les visiteurs à marcher sur la tête, un pour le Syndicat des éthologues et psychiatres, dont plusieurs chercheurs travaillent sur l’élargissement du domaine des psychopathologies humaines…

Cette semaine, ils vont se régaler avec un titre :

« L’ONU fait du 15 mars la Journée de lutte contre l’islamophobie (20 Minutes) ».

Il va être difficile d’expliquer cette mesure aux Martiens, car ils souffrent de deux pathologies inconnues sous nos latitudes : la logique et le bon sens.

Les humains racontés à ma fille, dernier best-seller de Cassandre La Martienne

Extraits. Il y a 193 pays dans ce que les Humains appellent « l’Organisation des Nations Unies ». On ne sait pas si ce nom est à prendre au deuxième degré ou s’il est une énième manifestation de leur déni du réel, car ces nations se gouvernent selon des systèmes incompatibles et le désaccord est leur mode habituel de communication : les démocraties (pleines et imparfaites) sont en Europe de l’Ouest et dans les deux Amériques, à une exception près située au Moyen-Orient. Les régimes hybrides sont en Europe du centre et de l’est, ainsi qu’en Asie et Océanie. Les 44 pays d’Afrique subsaharienne devancent de peu les 20 dictatures d’Afrique du nord et du Moyen-Orient (à l’exception notée plus haut d’Israël) (Wikipédia). Ces types de gouvernements s’opposant sur tous les principes de base, leur union ne peut s’envisager que sur la base du plus petit commun dénominateur, lequel fluctue en fonction des sujets et des circonstances.

Dans 57 de ces 66 pays situés dans les deux catégories les plus mal classées en termes de démocratie, l’islam est religion majoritaire, voire exclusive. Aucun pays musulman ne figure parmi les démocraties. La loi des hommes de ces pays est un copié-collé de leur livre sacré, avec des sourates qui se suivent et se contredisent, d’où la nécessité d’ériger en principe de lecture que « le dernier qui a parlé a raison ».

Dans nombre de ces pays, les religions autres que l’islam sont interdites et quand elles ne le sont pas formellement, les croyants minoritaires subissent des persécutions souvent mortelles.

Des chiffres et des morts

En 2016, un site chrétien a compilé de nombreuses sources provenant des cinq continents, pour calculer le nombre de morts non musulmans dont le djihad s’est rendu responsable depuis l’époque de Mahomet (IsraelIslamEndTimes).

Le résultat mutualisé est 669 millions : 120 millions d’Africains, 59 millions de chrétiens en Asie mineure, 80 millions de chrétiens en Russie et dans les Balkans, 400 millions d’Hindous, 10 millions de bouddhistes.

Par manque de données disponibles, le nombre des musulmans tués par d’autres musulmans pour motifs religieux (chiites contre sunnites) ne sont comptés que depuis 1948.

En 68 ans, il y en avait eu 11 millions.

Une des sources pour comptabiliser les morts chrétiens est une association protestante : Open Doors. Depuis 1970, elle publie chaque année les statistiques des persécutions de chrétiens dans le monde. En 2021, 4 761 chrétiens ont été tués à cause de leur foi (OpendoorsUSA).

Dans un registre voisin, l’ONU avait publié l’année précédente le tarif officiel pour les esclaves non musulmanes vendues par l’État islamique :

— 150 € pour les fillettes de 1 à 9 ans,

— 110 € pour les filles entre 10 et 19 ans,

— 70 € pour les femmes de 20 à 29 ans,

— 50 € pour celles de 30 à 40 ans et 30 € par quarantenaire

(Independent).

L’ONU avait déjà voté, en 1986, une Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage. Pourtant, sur le modèle de son consensus contre l’islamophobie de 2022, il aurait été logique qu’elle célèbre une Journée Internationale de Soutien aux commerçants de chair humaine !

Le sage montre les crimes islamistes, l’ONU lutte contre l’islamophobie

L’initiative onusienne de la nouvelle Journée mondiale vient du Pakistan. Quelle coïncidence ! Ce pays est justement classé 8ème sur les 50 qui constituent le groupe des pays persécuteurs de chrétiens recensés par Open Doors. Sur les 50 nations listées, 33 sont des pays musulmans. Dans le top 15, ils sont 11.

Chez nous, les lobbies islamistes sont assez puissants pour faire de l’islamophobie une cause méritant la Une des médias. Pourtant les chiffres indiquent tout autre chose.

Le ministère de l’Intérieur a diffusé les statistiques des actes antireligieux, racistes et xénophobes. 1 380 faits entre janvier et octobre 2021 (Sud-ouest). L’antisémitisme a baissé de 15 % : 523 faits en 2021 contre 687 en 2019. À l’inverse, une hausse de 32 % des actes antimusulmans a été constatée : 171 en 2021 contre 129 en 2019 et 100 en 2018.

523 faits contre un groupe comptant moins d’un demi-million de personnes, cela fait un acte antisémite toutes les 956 personnes. 171 contre une population dont le nombre varie de 6 à 12 millions, selon qu’on s’adresse aux organisateurs ou à la police, cela représente 1 fait islamophobe toutes les 35 088 personnes dans le premier cas, 1 fait toutes les 76 176 personnes dans le second.

Le risque d’une agression antireligieuse en France est 36,7 fois plus élevé pour un juif que pour un musulman sur la base de 6 millions d’adeptes et 73,4 fois plus élevé sur la base de 12 millions.

Et que croyez-vous qu’il arriva ? C’est contre l’islamophobie que tout le monde s’insurgea.

Les « symétrologues » rappellent que la Bible aussi contient de la violence

Symétrologues, c’est ainsi qu’on nomme ceux qui jugent que tout est égal à tout et qu’on doit le même traitement aux victimes et aux bourreaux. Donc pour chaque minute consacrée aux juifs, une minute doit être accordée à Mélenchon et pour chaque froncement de sourcils dédié aux crimes commis au nom de l’islam, le même doit être adressé à ceux commis au nom du judaïsme. Il n’y a pas de crime commis au nom du judaïsme ? Alors interdisons de mentionner les revendications religieuses des auteurs de crimes commis au nom de l’islam.

C’est pourquoi les symétrologues martèlent que la Bible est aussi violente que le Coran (l’Express). Même si c’était vrai, les peuples de ce Livre ont été capables de contextualiser leur texte sacré : ils ne brûlent plus les sorcières et ne pendent plus les chiens. Aujourd’hui, les gens qui sont tués pour des raisons religieuses ne le sont jamais parce que la Bible l’ordonne. Dans leur immense majorité, ce n’est pas non plus parce qu’ils sont juifs ou chrétiens, mais parce qu’ils NE SONT PAS musulmans.

Le Coran est censé avoir été dicté directement de la bouche d’Allah à l’oreille d’un petit berger illettré. Il est réputé incréé, indiscutable et interdit de contextualisation.

Résultat :

— les islamistes tuent plus de gens en UN AN que l’Inquisition en 350 ans (3 à 5000 personnes – Wikipédia) ;

— Ils tuent plus de gens CHAQUE JOUR que le Ku Klux Klan au cours des 50 dernières années (1357 victimes – Answers) ;

— Ils ont tué plus de bouddhistes en Thaïlande depuis le 11 septembre que le même Ku Klux Klan en un siècle (entre 1865 et 1965, environ 5000 personnes, pas toutes noires – Wikipédia) ;

— Le 11 septembre a tué plus de civils que les 36 ans de guerre en Irlande du Nord (3181 personnes – Cain).

Le 15 mars prochain, dites « bonne fête ! » à toutes les petites Islamophobie

Les Martiens n’en reviennent pas : alors que l’islam est responsable d’une majorité de tous les morts à motif religieux, y compris dans ses propres rangs, c’est lui que les Terriens cherchent à protéger et non ses victimes !

Pour ajouter l’insulte à l’injure et surtout le ridicule à l’humour, la Résolution

« déplore vivement tous les actes de violence à l’encontre des personnes sur la base de leur religion ou de leurs convictions et les actes dirigés contre leurs lieux de culte, ainsi que toutes les attaques contre et dans les lieux, sites et sanctuaires religieux, qui sont une violation du droit international ».

Les islamistes tuent tous les infidèles sans discrimination.

Ceux qu’on accuse d’« islamophobie » n’agissent pas, ils craignent. Ils craignent une idéologie guerrière dont les victimes se comptent par centaines de millions. La définition onusienne met le doigt sur le B-A-bât qui blesserait si on le regardait en face. Elle pave la voie au délit de blasphème qui devrait, logiquement, être la prochaine étape des Nations unies dans la soumission, à Allah ou à ses disciples violents.

On suggère aux dirigeants martiens, et surtout à leurs offices du tourisme, de remplacer le « Guide de la planète bleue » qu’ils utilisaient jusqu’à présent par le roman de George Orwell 1984, en novlangue dans le texte : « la guerre, c’est la paix ; la liberté, c’est l’esclavage ; l’ignorance c’est la force. » Et les bourreaux, c’est des victimes à défendre. LM

Liliane Messika, MABATIM.INFO

Publicité

2 commentaires

Répondre à דוב קרבי dov kravi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s