Israël : Comment tuer une démocratie

La démocratie israélienne ne tient qu’à un fil. C’est la leçon que l’on peut tirer de la déposition faite lundi par Shlomo Filber, témoin de l’accusation et ancien directeur général du ministère des communications, lors du procès pour corruption de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu. Filber a révélé que Netanyahou n’est pas seul sur le banc des accusés. La démocratie israélienne est également en procès.

Benjamin Netanyahu est jugé pour corruption et abus de confiance. Ses coaccusés sont deux magnats des médias : Arnon Moses, propriétaire et éditeur du Yediot Aharonot, et Shaul Alovich, ancien propriétaire et éditeur du site web Walla News (et de la société de télécommunications Bezeq). Les « crimes » dont ils sont accusés sont tous liés à leur désir de donner une voix – ou d’envisager de donner une voix – à des positions et des informations ignorées et réduites au silence par les médias de l’establishment.

Filber explique :

« Les médias ont un parti pris de gauche. La raison pour laquelle Netanyahou a pris le portefeuille de la communication [en plus du poste de premier ministre] était de varier les opinions, afin que les électeurs de droite aient des organes de presse qui expriment leur point de vue. »

Filber a ajouté :

« Le désir de Netanyahou de résoudre la distorsion sur le marché des médias brûlait en lui. C’était plus important pour lui sur le plan idéologique que de diriger le pays. Il croyait que le parti pris de gauche dans les médias empêchait la droite politique de véritablement gouverner. »

La déclaration de Filber est intervenue après des mois de témoignages de près de vingt témoins de l’accusation, dont lui-même. Un par un, ils ont réduit à néant le dossier de l’accusation contre Netanyahou. Après des années d’une enquête agressive, en 2018, l’accusation n’avait rien d’autre que quelques cigares d’un riche ami de Netanyahou avec lesquels l’inculper. Plutôt que d’en rester là, les procureurs ont décidé de réinventer la loi sur la corruption dans le but d’inculper le Premier ministre en exercice. Netanyahu n’avait reçu aucune récompense monétaire de qui que ce soit. Ils ont donc décidé qu’à leurs fins, ils définiraient la couverture médiatique positive comme une forme de corruption, et accuseraient ensuite Netanyahu d’avoir reçu un pot-de-vin sous la forme d’une couverture positive de Walla News d’Alovich en échange de faveurs réglementaires à Bezeq, propriété d’Alovich. Et ils ont inculpé Alovich d’avoir soudoyé Netanyahu avec une couverture positive.

Le seul problème était qu’avant même qu’ils ne déposent leurs accusations, il avait déjà été amplement démontré que, comme c’est le cas dans tous les autres médias de l’establishment en Israël, Netanyahu recevait une couverture hostile de Walla News.

Les procureurs ont donc à nouveau modifié la loi. Ils ont déterminé qu’un média qui fournit une « réactivité inhabituelle » à un politicien, corrompt ce politicien, (du moins si son nom est Benjamin Netanyahu).

La première douzaine de témoins amenés devant le tribunal était censée témoigner que Netanyahu a reçu une réponse inhabituelle à ses demandes de la part de Walla. En fait, ils ont tous témoigné que la seule chose inhabituelle dans le traitement de Netanyahou par Walla, à la fois en termes absolus et en comparaison avec d’autres politiciens, était… son manque de réactivité. Les rédacteurs de Walla ont ignoré plus de la moitié des demandes de son bureau. L’autre moitié était constituée de communications de routine, principalement des communiqués de presse que tous les autres médias couvraient également.

Ces derniers mois, le procès s’est orienté vers l’examen des faveurs que Netanyahou aurait accordées à Bezeq d’Alovich. Et là aussi, les témoins de l’accusation ont tous attesté que Netanyahou n’avait joué aucun rôle dans le processus de réglementation.

Le dossier de l’accusation étant maintenant en ruines, il ne nous reste plus que l’argument principal, à savoir que c’est un crime de couvrir équitablement Netanyahou. Alovich voulait donner une couverture équitable à Netanyahu. Et Moses était prêt à considérer l’option. Ils ont donc tous deux été inculpés.

Et cela nous amène à l’état dévasté de la démocratie israélienne.

Netanyahou a été diabolisé comme aucun autre politicien dans les 74 ans d’histoire d’Israël. Et au cours des trente dernières années, aucun politicien ne s’est rapproché de Netanyahou en termes de soutien public.

L’inculpation de Netanyahou est une tentative de l’accusation de détruire la liberté de la presse et, à travers elle, la démocratie en Israël. Il est choquant de constater que la chasse aux sorcières autoritaire de l’accusation bénéficie d’un soutien quasi total de la part des médias de l’establishment, dont Netanyahou voulait tant briser le monopole de l’information.

La collusion entre l’accusation et les médias a été pleinement exposée lundi. Pour contraindre Filber à témoigner contre Netanyahou, l’accusation a ordonné à la police de l’espionner. Ils ont mis le téléphone portable de Filber sur écoute, ont téléchargé toutes ses informations personnelles et les ont apparemment utilisées pour menacer Filber de l’inculper pour un comportement illégal non divulgué s’il refusait de dénoncer son patron et mentor.

Lundi, l’avocat de la défense de Netanyahu, Amit Haddad, a présenté des transcriptions de conversations que Filber a eues avec les journalistes Amit Segal et Raviv Drucker. L’aspect le plus étonnant de ces conversations est leur caractère banal. Deux journalistes ont parlé à un fonctionnaire de l’actualité. Ils ont fait leur travail. Il a fait le sien. Personne n’a commis de crime. Et pourtant, les conversations ont été interceptées et transcrites comme si elles décrivaient un trafic de drogue.

Filber a dit à Segal que les enquêtes de police sur Netanyahou se retourneraient contre l’accusation de l’État parce que Netanyahou n’a commis aucun crime. Il a expliqué à Drucker qu’en tant que directeur général du ministère des Communications, il n’avait aucune autorité sur les procédures réglementaires régissant Bezeq.

Dans un environnement médiatique libre, plutôt que dans un environnement où les médias ont fusionné avec l’establishment politique, la révélation de Haddad aurait poussé les rédacteurs en chef et les journalistes à ériger des barricades autour du ministère public et à demander la tête des responsables. En fait, les révélations de Haddad ont été largement ignorées.

Pendant trente ans, les médias de l’establishment ont mené une guerre à mort contre Netanyahou, l’homme politique le plus populaire d’Israël, et son homme d’État le plus visionnaire. Comme l’a dit Haaretz cette semaine,

« Netanyahou est l’homme le plus dangereux de l’histoire du pays ».

En ce qui concerne les rédacteurs et les écrivains, les producteurs de nouvelles et les présentateurs d’Israël, en inventant une loi pour interdire une couverture positive de Netanyahu, le ministère public les aidait dans leurs efforts pour saper et finalement détruire la démocratie en ne donnant pas au public une voix dans le discours national.

Netanyahou est l’ennemi parce qu’il comprend que le public est censé être responsable de qui dirige Israël – et non la classe dirigeante non élue composée de bureaucrates et de leurs médias alignés. Netanyahou, Alovich et Mozes sont en procès parce que les criminaliser criminalise la démocratie. Et donc les médias encouragent les procureurs.

Israël n’est pas le seul pays dont le système démocratique de gouvernement est en danger. Et ce n’est pas le seul endroit où la crise de la démocratie se manifeste par la fusion des médias avec l’establishment au pouvoir. L’Amérique est en train de s’effilocher sous nos yeux avec un traitement différencié accordé aux membres de la classe dirigeante et à leurs ennemis.

[…]1

Nous sommes dirigés par un premier ministre qui bénéficie d’un soutien médiatique plus important que n’importe quel premier ministre dans l’histoire d’Israël, et d’un soutien public proche de zéro. Le Premier ministre Naftali Bennett s’est emparé du poste de Premier ministre en manipulant le système politique d’une manière que personne n’avait imaginée. Il s’est présenté comme un parti idéologique à la droite du Likoud. Puis il a empêché Netanyahou de former un gouvernement de droite.

Insistant sur le fait que de nouvelles élections seraient la ruine du pays, Bennett a trahi ses électeurs et a formé un gouvernement post-sioniste avec la gauche et avec le parti des Frères musulmans. Il s’accroche aujourd’hui au pouvoir avec une coalition minoritaire qui ne peut pas adopter de lois fondamentales. La faction de Bennett, composée de 7 membres, est en lambeaux. Deux l’ont abandonnée pour l’opposition dirigée par Netanyahou. Un autre se dirige vers la sortie et deux autres attendent une offre – n’importe quelle offre – pour partir.

Alors qu’il préside à la ruine, Bennett légitime son maintien au pouvoir en répétant son affirmation que les élections seraient la mort d’Israël et en insistant sur le fait qu’une « majorité silencieuse » le soutient.

La semaine dernière, Bennett a envoyé une lettre ouverte à cette « majorité silencieuse », implorant ses prétendus partisans de descendre dans la rue pour manifester en son nom, de peur que le public ne croie que Netanyahou a le soutien de plus d’Israéliens que lui et ses partenaires de coalition.

L’ironie de l’appel de Bennett est écœurante. Les manifestations ne sont pas le moyen pour les citoyens de faire entendre leur voix. Et Bennett le sait. C’est pourquoi il bloque les élections depuis plus d’un an.

Avec le soutien haletant des médias, qui cachent la vérité du procès de Netanyahou, et qui cachent la profondeur de la perfidie de Bennett, ce dernier se tient devant les caméras à chaque occasion pour diaboliser Netanyahou comme étant mauvais et ses partisans comme étant des fanatiques fous.

Ce sont les deux minutes de haine orwellienne de Bennett. Et si elles continuent, et si les médias continuent à y participer, avec le procès de Netanyahou, elles seront la mort de la démocratie israélienne. CG

Caroline Glick, carolineglick.com


Adaptation avec l’aide de DeepL.com

1 Partie non traduite consacrée à une comparaison avec les États Unis

4 commentaires

  1. Cet article est comme toujours un superbe exemple d’une mauvaise foi.
    Je ne sais pas qui est pire: C.Glick ou B.Netanyahou
    Rien que le titre…
    « Comment tuer une democratie »
    Apres 4 elections en deux ans, un budget bloque, des fonctions gouvernementales bloquees, il etait temps que la democratie se remette en place plutot que de continuer avec un gouvernement Netanyahou qui fonctionnait sans avoir eu l’approbation du public.
    C’est vrai que l’on aurait pu continuer de la meme maniere que nos voisins Palestiniens et cela aurait vraiment ete la fin de la democratie.
    La democratie Israelienne lui permettait et lui permet d’etre au pouvoir ou de se representer, sauf d’etre Ministre…
    Ce sont des babioles les quelques cigares que recevait Netanyahou chaque mois. C’est vrai que 10-20K $ par mois de caisses de cigares et champagne, c’est vraiment rien du tout. On va quand meme pas s’abaisser a une telle remarque.
    Ceci dit, le depute du Likud, Miky Eytan, avait de son temps refuse un stylo plume d’une delegation Suisse sous pretexte qu’il valait plus que la somme qu’il etait suppose recevoir en cadeaux.
    B. Netanyahou est bien sur au-dessus de ces sombres considerations pour cette journaliste.
    Au fait, Olmert est rentre en prison pour quelques 10sK de $.
    C’est vrai que la magistrature s’est bien plantee et aurait pu faire un travail plus professionel de maniere a avoir un dossier en beton face a une equipe d’avocats embauches a prix d’or par le heros de Mme Glick.
    Si ce n’est pas le dossier 3000-4000, ce sera peut-etre tout simplement le fait d’accepter des dons d’hommes d’affaires qui le fera tomber.
    Concernant Bennett, comme beaucoup de personnes vivant en Israel, un peu de tous les bords, je dois dire que c’est un succes d’etre a la tete d’un gouvernement qui travaille et fonctionne et un soulagement de ne plus entendre les delires de Yahir Netanyahou…
    Je dois dire qu’il y a quelque chose de superbe du point de vue democratie d’avoir dans un gouvernement des elus de differents bords qui se reunissent autour de la meme table.
    Israel n’est pas seulement la start-up nation concernant la technologie, mais il y a ici clairement innovation concernant ce gouvernement.

    J’aime

    • On peut tout à fait légitimement apprécier le gvt actuel, mais à une seule condition : faire abstraction de l’écart immense qu’il y a entre les résultats de l’élection et la composition du gvt, et considérer que les souhaits exprimés par le peuple dans les urnes sont secondaires par rapport aux bienfaits qu’il tirera d’un gvt en décalage

      J’aime

  2. Bonjour Caroline,
    Netanyahu n’est pas infaillible puisqu’il a permis à l’abcès suppurant du Hamas de prospérer et a en quelque sorte, abandonné à leur sort les habitants du sud d’Israël. Honnêtement cette attitude nonchalante lui a coûté très cher, puisqu’il a perdu de facto les voix du sud qui se sentaient laissés pour compte.
    En ce qui concerne les médias, il ne fait aucun doute qu’ils ne favorisent pas la droite, les religieux, les sionistes… Bennet est le grand gagnant, jouant les cartes de la droite pour détourner les voix destinées à Netanyahu en sa faveur. Le reste la démocratie l’a parfaitement accompli. N’oubliez pas que Netanyahu a été le premier à laisser échapper le démon de la bouteille en proposant à Mansour Abbas de joindre sa coalition…
    Erreur sur erreur, aujourd’hui le pays fait face à un soulèvement arabe en son sein, à un usage de la démocratie pour mieux vaincre le petit état juif. Et bon sang, pourquoi Netanyahu oscille vers la gauche, en essayant d’imiter les occidentaux. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être une démocratie à la lettre… à moins que les israéliens acceptent un état binational, ou alors disparaisse complètement en qualité d’état juif. Dans ce cas, pourquoi avoir créé un état juif de prime-abord ? Pour le voir se dissoudre grâce à la diligence de la gauche, au démantèlement du judaïsme – le mariage pour tous, l’homosexualité, etc… Qu’en est-il du judaïsme ? Il se terre à Bnei Brak, à Mea Shaarim ?
    Allons, Caroline, vous êtes une femme intelligente et je vous suis et souvent traduit vos textes parus sur FrontPage Magazine… Il faut comprendre que tout ce qui convient aux démocraties occidentales, ne doit pas forcément nous convenir. En fin de compte, tout régime employé à la lettre est en fait une tyrannie.
    Bonne fin de semaine, Thérèse

    J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s