Souvenir de Vilnius

ColetteBerrebi-VilniusPar Colette Berrebi

La Lituanie, est indépendante depuis 1920.

Je vais vous raconter Vilnius, la première ville que nous avons visitée au cours de ce beau voyage * dans les capitales Baltes avec la Coopération Féminine. Depuis 2009, Vilnius est classée Ville Culturelle de l’Europe. Vilnius ou l’ancienne « Jérusalem du nord ». Vilnius abritait avant-guerre une communauté juive active et rayonnante. Le visiteur en retrouve difficilement les souvenirs en arpentant aujourd’hui le centre de la capitale lituanienne. A la recherche de ce que fut Vilnius juif, on trouve surtout, aujourd’hui un grand vide : il reste une synagogue, deux petits musées fermés tous les deux, et beaucoup de plaques vissées sur les murs des maisons, en hébreu et lituanien. Mais difficile de se représenter ce que fut la capitale de Lituanie, avant-guerre, au moment où la moitié de la population était juive, au point que la ville était baptisée la « Jérusalem Nord ». On s’accroche à quelques signes minuscules. Ce qui est aujourd’hui l’ambassade d’Autriche était une maison de prière, plus loin une pancarte signale qu’ici se trouvait la grande synagogue construite en 1573, si riche paraît-il que les chanceliers étaient en or. Elle fut détruite par les allemands.

De nombreux Lituaniens se sont institués guide de Vilnius juif, alors qu’affluent les touristes étrangers, descendants de juifs lituaniens, venus chercher ici les traces de ce passé. Devant ce qui fut le théâtre juif, un couple d’allure aisée se fait ainsi expliquer en hébreu l’histoire de ce bâtiment. Durant la guerre, ce théâtre s’est trouvé dans le ghetto. On a continué à y jouer. Le répertoire était fonction « des acteurs qui étaient là » c’est-à-dire qui n’avaient pas étaient assassinés. Le guide montre quelques programmes d’époque qu’il tient soigneusement rangés dans un classeur ; Son hébreu est hésitant, le couple écoute, silencieux et affligé.

Avant-guerre, la communauté juive de Lituanie a compté plus de 250.000 juifs dont 100.000 pour la seule ville de Vilnius. La ville rayonnait au sein du monde juif grâce à ses yeshivas et ses bibliothèques. Six quotidiens en yiddish y étaient publiés. Aujourd’hui les juifs de Lituanie ne sont plus que 5.000, dont un millier à Vilnius. Le siège de la communauté est un immense bâtiment qui fut un jour un lycée juif. Les couloirs sont déserts. Tout ce qui est neuf y porte la marque d’un don d’une fondation américaine ou israélienne. Le président de la Communauté est un ancien juriste de plus de 80 ans. Enfoncé dans son fauteuil, derrière un bureau encombré de livres, il hésite un peu avant de répondre à la question de savoir s’il existe un avenir pour les juifs en Lituanie : « c’est dur à dire…je veux croire que oui. »

vilnius-lituanieTout l’ancien yiddishland est ainsi peuplé de fantômes, s’y rendre c’est comme visiter un continent disparu. On cherche les restes de la présence juive. Après bien des efforts, on finit par trouver des cimetières abandonnés, des synagogues transformées en cinéma ou d’anciennes yeshivas devenues de foyers d’étudiants.

Visite du musée national de Gaon qui rassemble des documents sur la vie de la communauté juive. Et le mémorial qui rend hommage aux morts tués par les nazis.

En 1941 au moins 3.000 morts le jour de kippour.

Vilnius est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO ; Vilnius est fascinante par son mélange entre passé et modernité. J’ai vu plus d’églises que de gens dans les rues à Vilnius.

Colette BerrebiQuelques chiffres pour finir (*): le salaire  est dix fois inférieur à celui de la France. La retraite moyenne est de 200 euros par mois. Il n’y a pas de chômage. C’est normal, puisque les gens ne sont pas assistés. Pas de divorce !! Et oui !! Médecine : de bas niveau on passe de classe sans problème. Pas d’humanitaire : si une personne tombe, personne ne la ramasse !! CB♦

(*) : Voyage et données 2010

Publicités

Un commentaire

  1. Je me souviens d’un dicton lorsqu’il y avait besoin de lever des doutes sur tout sujet, religieux ou non : « il faut demander l’avis du Gaon de Vilna ! » En yiddish : « Men mist freigen dem Vilner Rebbe ! »
    Et puis, dans des anecdotes juives, les protagonistes étaient souvent de Vilna !

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s