Quand Daniel Barenboïm joue faux

Par Liliane Messika*

fausses-notes.jpg

Le 15 janvier prochain, Daniel Barenboïm jouera de la baguette à Toulouse et le 19 à Paris. Les billets sont déjà en vente, un succès assuré pour ce chef d’orchestre qui a plusieurs cordes à son arc. En effet, outre son talent comme pianiste, l’artiste déploie du génie en marketing : il assure sa promotion sur sa propre chaîne sur Youtube.

Né en Argentine de parents juifs russes qui ont émigré en Israël quand il avait dix ans, Daniel Barenboïm est porteur de deux passeports de pays qui existent, l’un israélien, l’autre argentin et d’un troisième provenant d’un pays qui n’existe pas, la Palestine.

Dis-moi quel est ton passeport, je te dirai si j’aime ta musique
Musicalement, Daniel Barenboïm a été un pianiste prodige, puis il a choisi de devenir chef d’orchestre. Pendant ses quinze ans à la tête de l’Orchestre de Paris (1975-1989), il a été régulièrement descendu en flèche par les critiques du Monde.

Sauf lorsqu’il a choisi de jouer le compositeur fétiche des nazis au pays des survivants de la Shoah, évidemment.

Et puis il a créé le Divan Orchestra, un orchestre où il rassemble des musiciens palestiniens et israéliens pour promouvoir la paix. Quelques puristes estiment que son initiative serait plus crédible s’il ne manifestait pas une certaine préférence, voire une préférence certaine pour les colombes du Hamas contre les bébés faucons qui les agressent.

L’attitude négative du quotidien de référence français a changé du tout au tout. Depuis qu’il a compris les arcanes des nationalités barenboïennes, il encense l’homme aux trois passeports. Posséder des papiers d’identité israéliens constitue un atout inestimable pour délégitimer son pays, surtout lorsque le passeport auquel on tient le plus est celui de son ennemi mortel.

Sonne faux.jpgEinstein disait que pour défiler au pas au son d’une musique militaire, il n’était pas besoin d’un cerveau, une moelle épinière suffisait. Barenboïm apporte régulièrement la preuve qu’il en va de même pour faire jouir les antisémites au son d’une musique militante.

Des Juifs meurent, jouissons, jouissons !
Bien qu’il en soit peu fait état dans nos médias, les attaques contre les civils israéliens continuent d’être nombreuses. Quand elles se produisent chez nous, la religion de la victime tend à se faire aussi discrète que celle de l’assassin, pardon, du sujet aux bouffées délirantes.

Les antisémites ne s’y trompent pas, qui ont en lisant entre les lignes de leur quotidien vespéral, de nombreuses occasions d’éjaculer

La « diplomatie internationale » a réussi à empêcher les Israéliens de se défendre, mais ils ont transformé cette contrainte en avantage et essayé de prévenir pour éviter d’avoir à guérir. Après avoir construit une barrière de sécurité, oups, un mur de l’apartheid, ils ont installé des portiques de sécurité pour détecter les métaux à l’entrée du Mont du Temple, oups, de l’esplanade des mosquées.

Les salauds ! Ils ont copié ce qui existe à La Mecque ! Mais en Arabie saoudite, c’est pleinement justifié puisque cela protège les pèlerins musulmans.

A Jérusalem, c’est une brimade, une stigmatisation, une provocation : cela empêche les djihadistes de tuer des Juifs. Dé-gueu-lasse.

Ni une ni deux, les manifestations se sont multipliées dans les « rues arabes », surtout celles qui se trouvent dans des capitales occidentales.

Cela a convaincu la ci-dessus mentionnée « diplomatie » de faire démanteler ces provocations d’urgence.

*** Lire les articles de Liliane Messika ***

Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu hais
Souvent, lorsqu’on lit les dépêches des agences de presse anglo-saxonnes, on apprend qu’Israël a lancé des représailles contre les installations terroristes d’où partent les missiles en direction de son territoire.

Il fut même un temps où le public anglophone avait accès à certaines précisions, comme le fait que Tsahal parachutait des tracts demandant en arabe aux civils gazaouis de s’éloigner des bases de lancement et des silos à munition.

Lorsqu’on lit la presse française, on apprend avec horreur qu’Israël lance des offensives gratuites contre les malheureux Palestiniens et qu’elle vise exprès les dirigeants d’une organisation caritative : le Hamas.

C’est ballot, Barenboïm doit lire la presse française : le jour de son 70ème anniversaire, il était sur scène, à Berlin. Interrogé à l’entracte sur la situation au Moyen-Orient, cet activiste de la paix avait compati avec le Hamas, déclarant que « Gaza était une prison ». Quant aux missiles qui tombaient sur Tel Aviv, il n’avait rien entendu. C’est dommage d’être si mal entendant quand on est musicien !

Gaza est une prison comme l’Italie
Elles ont toutes les deux des kilomètres de côtes et des frontières terrestres beaucoup plus réduites. Gaza a une frontière avec un pays ami, l’Égypte, une large bande côtière sur la Méditerranée et des points de passage sur la frontière avec l’ennemi qu’elle a juré de détruire : « Le mouvement du Hamas mènera intifada sur intifada jusqu’à la libération de la Palestine – toute la Palestine – selon la volonté d’Allah », déclarent ses représentants, notamment son leader, Ismail Haniyeh, à toute occasion.

Toute la Palestine, c’est-à-dire Israël et les Territoires qu’il a conquis en se défendant contre l’Égypte et la Jordanie en 1967.
Mais pas la Jordanie, qui représente 75% de la surface que l’ancêtre de l’ONU, la SDN, avait destiné à devenir le Foyer national juif. Celui-là, le Hamas ne le revendique pas.

Barenboïm est né en 1942. Pas à Paris, heureusement pour lui, mais à Buenos Aires. A Paris, en 1942, on déportait les enfants juifs. Les Barenboïms de l’époque compatissaient avec les pauvres nazis privés de RTT pour convoyer les juifs vers les camps de la mort.

fausse-noteLe Barenboïm d’aujourd’hui a beaucoup d’amis et pas seulement sur Facebook : des manifestations sont régulièrement organisées dans le monde entier pour protester contre le droit d’Israël à se défendre.

Légitime défense oui, mais pas pour les Juifs !
Plus question, là, de défiler avec des pancartes prétendant que l’État juif n’obéit pas aux Résolutions de l’ONU. En effet, l’ONU considère comme légitime et naturel de se défendre quand on est attaqué : « Aucune disposition de la présente Charte ne porte atteinte au droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un Membre des Nations unies est l’objet d’une agression armée », stipule l’article 51 de sa Charte.

En ces temps moroses où les seuls qui ont du fric sont les Juifs (au point qu’il suffit de s’appeler Halimi ou Pinto pour se faire assassiner ou rançonner), cela fait du bien d’aller se défouler en criant « Mort aux Juifs ».

S’identifier aux Gazaouis place de la Bastille, cela ne porte pas à conséquence. Et partager la chaleureuse fraternité de la haine, cela fait du bien et aide à oublier le chômage.

Sur place, hurler « Vive le Hamas ! » est plus difficile, quand vos gamins vont en classe dans une école qui sert aussi de base de lancement de missiles et que les « militants » empêchent les gosses de sortir en espérant de nombreux martyrs lors des tirs de représailles.

Logo Liliane MessikaBah, il restera toujours la musique : quand les Juifs se font tuer, bien des bien-pensants français entonnent l’Hymne à la joie. LM

* Liliane Messika est écrivain (http://www.lili-ecritures.com/)

Publicités

3 commentaires

  1. L’on peut-être un grand musicien, être adulé mondialement, il n’en reste pas moins que de se désolidariser de ses racines offrent à son égocentrisme la gloire de visibilité constante, et pour lui malgré ses positions iniques, cela n’a pas de sentiments ni de prix…………mais nous en avons une certaine liste, et ce n’est pas celle de « SCHINDLER »!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s