Qui a tué ?

Mossad-Keep-Calm.jpgQui a tué les musulmans des deux mosquées de Nouvelle-Zélande ? C’est le Mossad !

Qui a tué les musulmans ? C’est le Mossad !

Qui a tué ? Le Mossad ! Le Mossad !

Qui a ? Le Mossad !

Qui ? Mort aux Juifs !

Musulmans tués par des musulmans : hommes (et femmes) invisibles

90% des attentats dans le monde sont commis au nom d’Allah le miséricordieux. Les victimes ne sont pas toujours des mécréants, au contraire, car la Oumma est lieu de violences : guerres (offensives, civiles, religieuses…), attentats, dictatures…

La guerre Iran-Irak a fait a fait 800.000 morts en trente ans (1980-1988), la guerre civile en Algérie en revendique 150.000 en dix ans (1992-2002) et celle du Soudan, 2 millions en beaucoup plus longtemps (1983 à 2005). Que des musulmans tués par d’autres musulmans.

Les attentats perpétrés au nom d’Allah contre d’autres disciples du prophète ont fait plus de victimes que ceux qui ont visé des kouffars, des infidèles : chiites contre sunnites, factions contre factions, clans contre clans…

Septembre Noir, en Jordanie, a vu le royaume hachémite exterminer 70.000 miliciens palestiniens en 1970 et aujourd’hui, la Syrie con-ti-nue-le… com-bat : 3.900 Palestiniens (dont près de 500 femmes) tués, 1700 en train de pourrir en prison, où plus de 550 sont déjà morts sous la torture[1]

L’Intrafada, la guerre entre Hamas et Autorité Palestinienne a, elle aussi, à son actif plus de victimes que le conflit israélo-palestinien.

Mais quand ce sont des musulmans qui tuent des musulmans, les bonnes âmes européennes font comme les convives dans un restaurant où se déroule une scène de ménage : ils détournent les yeux et ne prennent pas parti.

Célafautojuifs, 3ème saison, épisode 2019

Il reste quand même un tout petit pourcentage d’attentats où les musulmans sont uniquement du côté des victimes, le top du top étant quand le tueur est un mâle blanc se réclamant de droite. Cela provoque l’extase des médias : ils peuvent employer le mot « terroriste » sans risquer le lynchage, car l’auteur de cette tuerie-là n’est pas « un -loup-solitaire-avec-des antécédents-psychiatriques », mais un vrai méchant qui n’a pas d’excuse, lui. Et le public est tout surpris d’une nouveauté à laquelle il n’aura jamais le temps de s’habituer : le Padamalgam automatique a été débranché. On l’attend, c’est normal, on connaît la musique, à force : explosion, sirènes des secours, puis la sempiternelle rime : Rien à voir avec l’islam / Attention pas d’amalgame / Tadadi dadi dadam / Tadadi dadi dadam !

Mais quand on a le bonheur infini de tomber sur un Anders Breivik en Norvège (2011) ou sur un Brenton Tarrant en Nouvelle-Zélande (2019), ce n’est plus de l’amalgame, c’est un soufflé de jouissance battue en neige. Si, parmi les lectures de l’assassin, on trouve un auteur juif, on tient l’incitateur et si on peut établir un lien avec Israël, on a le coupable… et un orgasme médiatique.

Justement, un imam accuse le Mossad

La manifestation, qui, le 23 mars 2019, a rassemblé un millier de personnes appelées par LAHR (Love Aotearoa, Hate Racism, Aimer Aoteraoa Haïr le Racisme) à Auckland, a été diffusée en direct sur la page Facebook d’une télévision locale. On y voit Joe Carolan, militant socialiste et cofondateur de LAHR, déclarer que « la guerre en Palestine est arrivée chez nous ». Étrange déclaration ? Non, fondée sur le fait que six des victimes de la fusillade de Christchurch étaient des réfugiés palestiniens … qui avaient fui l’une des deux dictatures palestiniennes (Hamas ou Autorité palestinienne), mais qui continuaient de bénéficier de ce statut héréditaire valorisant. On y entend aussi Ahmed Bhamji, l’imam fidjien de la mosquée Masjid e Umar (à Auckland), demander : « Pensez-vous que ce gars était seul… Je veux vous demander : où a-t-il obtenu son financement ? ». Et de répondre à sa propre question : « Je pense que c’est le Mossad qui est derrière tout ça ». Une voix, dans la foule, confirme : « C’est vrai ! Israël est derrière tout ça !  (Memri) » Pas étonnant que la vidéo soit aussitôt devenue virale.

L’imam a tout décrypté, bien plus vite que la police : le Mossad a téléguidé le tireur, les sionistes en Nouvelle-Zélande l’ont aidé à rester sur place et lui ont fourni les armes.

Il aurait tort de se priver, l’imam, car il tient un scoop : l’Australien auteur de l’attentat, qui, au cours de ses nombreux voyages, s’était rendu en Grèce et en Bulgarie fin 2018, avait aussi passé 9 jours en Israël en 2016. Si ce n’est pas une preuve, on ne voit pas ce qui en constituera une : ce n’est pas comme si Israël était une destination touristique qui recevait 4 millions de visiteurs par an (pour une population de 8 millions d’habitants). Pour info, en 2018, 61 % de ces touristes étaient chrétiens, 22 % étaient juifs, 12,1 % non-affiliés, 1,8 % musulmans, 0,6 % bouddhistes, 0,5 % hindous et 0,1 % Bahais. Il était quoi, déjà, Brenton Tarrant ? (Times of Israel)

On voit tout de suite l’intérêt pour le Mossad

L’armée israélienne est presque aussi contrainte à la retenue face aux terroristes de Gaza que la police française face aux émeutes de banlieue. Pour des raisons similaires.

Chez nous, une mort, fût-elle advenue dans un accident de la route provoqué par la folie du conducteur lui-même, est susceptible de mettre le pays à feu et à sang.

Les Israéliens font face à une gageure encore plus redoutable, car à Gaza, le martyre est un statut plus convoité que celui de neurochirurgien et les médias briguent le scoop, qui fera du martyr un nouveau messie et du journaliste lui-même un deuxième Enderlin.

À ceux qui accusent Tsahal d’usage disproportionné de la force, voire de massacre ou de génocide, on pourrait faire remarquer qu’une seule bombe lâchée par avion sur la Bande de Gaza résoudrait instantanément le problème des pilonnages quotidiens, des cerfs-volants enflammés et des attentats subis par Israël, sans lui coûter la moindre perte. Au lieu de quoi, ses soldats font tout pour épargner les civils que les djihadistes du Hamas utilisent comme boucliers humains. Mais faire cette remarque ne servirait à rien, car les antisionistes ne détestent pas Israël à cause de ce qu’il fait, ils utilisent ce que disent ou font les Juifs pour justifier leur haine a posteriori. Inutile, donc, de gâcher sa salive à introduire un peu de rationalité dans ce bouillonnement de mauvaise foi habillée de bonne conscience.

Donc le Mossad enverrait un Australien tuer des Néo-zélandais ?

Qu’est-ce que ça lui rapporte, au Mossad ? Qu’est-ce qu’ils lui ont fait, les musulmans néo-zélandais ? Pourquoi tuerait-il, en particulier, six Palestiniens qui ne lui posent plus la moindre menace, puisqu’ils ont quitté le champ de bataille ?

Vues de la fenêtre d’un antisioniste, ces questions n’ont aucun sens, car justement, l’antisioniste hait l’essence du sioniste, quoi qu’il fasse et quoi qu’il dise, aussi n’y a-t-il aucune logique dans les noirs desseins qu’il projette sur son bouc émissaire.

Toutefois, pour les observateurs nantis d’un cerveau, la question du motif se pose avec acuité.

De retour du Mozambique, où ils se sont portés au secours des civils victimes du cyclone Idai, les Israéliens ont-ils voulu faire du tourisme à Christchurch et, étant cruels par nature, en ont-ils profité pour armer un Australien de passage, afin qu’il tue des musulmans pacifiques ?

Le Mozambique, un des pays les plus pauvres au monde, a une population de 17 millions d’habitants, dont près de 350.000 se trouvent bloqués dans des zones inondées. Vraiment pas l’endroit où l’on a envie de faire du tourisme. L’ONG israélienne IsraAID[2] y a déployé une équipe de secouristes, pour distribuer des fournitures d’urgence, proposer un secours psychologique et rétablir l’accès à l’eau potable.

Mais la Nouvelle-Zélande est à 10.000 kilomètres du Mozambique, dans la direction opposée à Israël et les équipes d’IsraAID sont toujours sur place. Mauvaise pioche !

Dans les faits, les Juifs aident les victimes…

Comme au Mozambique, les Juifs néozélandais se sentent concernés par le malheur des autres. La communauté juive de Nouvelle-Zélande, qui avait décidé, après l’attentat du 15 mars, de fermer ses synagogues pour la première fois de son histoire, en signe de deuil et de solidarité avec la communauté musulmane, s’est également organisée pour aider financièrement les victimes à travers l’American Jewish Committee (le Comité juif américain) et le New Zealand Jewish Council (Conseil juif de Nouvelle-Zélande).

« En tant que juifs, qu’êtres humains, nous ne pouvons que réagir avec compassion envers les familles des victimes, pour tous les membres de la communauté musulmane de Nouvelle-Zélande blessés au lendemain de cette attaque terroriste innommable (Times of Israel) », a déclaré le directeur de l’AJC, David Harris. Le montant des dons (qui n’a pas été précisé) sera versé aux victimes et à la communauté musulmane via un intermédiaire que le Jewish Council est en train de chercher.

… Mais c’est pour mieux les tuer, mon enfant !

Les antisiomites[3] ont deux excellentes raisons d’en vouloir aux Juifs de cette attitude pseudo-chrétienne d’aide à leurs prochains : soit les Juifs exhibent leur fric par arrogance, soit ils n’ont pas précisé le montant de leurs dons parce que celui-ci est ridicule, ce qui est normal, puisqu’ils sont ontologiquement radins.

Parmi les observateurs que nous évoquions plus haut, les réactions ont de quoi rendre plus optimiste quant à l’avenir de l’humanité.

David Toube, un des directeurs de Quilliam, a twitté, le 26 mars 2019 : « Ce sont les théories du complot sur les invasions musulmanes et le grand remplacement qui ont motivé le terroriste de Christchurch. Ce sont des théories du complot selon lesquelles les Juifs sont à l’origine d’un si grand remplacement qui ont motivé le terroriste de la Synagogue de l’Arbre de vie (à Pittsburgh, NDLR). Le complotisme n’est pas une plaisanterie[4] ».

Juliet Moses, porte-parole du Conseil Juif de Nouvelle-Zélande, de son côté, a renchéri : « Apparemment, il n’est pas évident pour tout le monde qu’on ne combat pas les théories racistes, haineuses et complotistes en colportant d’autres théories racistes, haineuses et complotistes. C’est tout simplement inexcusable.[5] »

Logo Liliane Messika

On est bien d’accord avec eux. Chic : c’est la preuve qu’on a un cerveau. (CQFD). LM♦

Liliane Messika, mabatim.info

[1] Actionapl.org cité dans Gatestone Institute.
[2] En 2018, les équipes d’intervention d’urgence d’IsraAID ont apporté une aide à 26.300 personnes à travers le monde, en réponse à neuf catastrophes naturelles survenues dans sept pays.
[3] Contraction de « antisémite » et « antisioniste » © Alain Legaret.
[4] Quilliam est un think tank britannique qui concentre son action sur le « contre-extrémisme », spécifiquement l’islamisme qui est, selon ses membres, la cause du terrorisme islamiste. Son nom est un hommage à Abdullah Quilliam, le fondateur de la première mosquée d’Angleterre.
[5] @JulietMosesNZ

Publicités

5 commentaires

  1. Le mauvais temps , tout le monde sait que c est le mossad , mais le rechauffement climatique c est aussi le maussade 🇮🇱Ces juifs sont trop forts

    J'aime

  2. C’est une fake news… votre chiffre de 90% est faux ! C’est plutôt 98 ou 99% des attentats du monde qui sont commis au nom d’Allah.
    Je suis sûr que vous avez été manipulé par le Mossad (comme la météo qui l’est aussi aujourd’hui) 😉
    Ami-calmement

    J'aime

  3. il y a trop de bonnes séries sur Netflix, du coup les anti-tous n’arrivent plus au discernement!!!!! ah ce Mossad, on a envie d’écrire des trhillers chaque jour!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s