« 2084 » : Lanceur d’alerte

2084 lanceur-dalerte.jpg« 2084 » : Grand Prix 2015 du roman de l’Académie Française. L’histoire que narre Boualem Sansal, sous-titrée « la fin du monde », se passe en Abistan, un immense empire. Il n’y a qu’une croyance, qu’un livre, qu’une langue, pas de passé, pas d’avenir. La soumission est la règle intangible. « Yölah est grand, Abi est son fidèle Délégué ».

Dans ce roman, le totalitarisme de « 1984 » qu’Orwell a écrit en 1949 après Hitler et pendant Staline, est transposé dans un empire imaginaire (imaginaire ?), incontestablement islamiste. La région d’Abistan où se déroule le récit pourrait se situer en Algérie, au Moyen-Orient, et aussi pourquoi pas en France ?

Comment est arrivé l’Abistan ? On n’en sait rien et on ne peut le savoir puisque le passé n’existe pas. La mémoire de Grande Guerre Sainte et de tout ce qui l’a précédée a été effacée. Se souvenir, c’est transgresser. Et celui qui transgresse disparaît.

Réminiscence. Dans les archives du Grand Orient de France figure une lettre envoyée de Beyrouth, datée de l’an 1896. Cette lettre terrible et fataliste informait de l’impossibilité dans laquelle se trouvait la loge de se réunir. Les membres, surtout les Arméniens, étaient soit arrêtés soit disparaissaient sans retour. Elle disait le désespoir des familles et laissait entendre que l’auteur du courrier pourrait être le prochain disparu.

C’était déjà un avant-goût d’Abistan. Mais comment ces temps ont-ils pu s’installer ? Boualem Sansal ne le dit pas. Parler du passé en Abistan est un blasphème. Et blasphémer c’est … disparaître ? Mourir ?

Transgressons. La troisième guerre israélo-arabe se termine en moins d’une semaine par la défaite militaire écrasante des armées égyptienne, syrienne et jordanienne. Cette humiliation musulmane fut suivie par l’incendie de la mosquée Al-Aqsa par un chrétien australien. Les dégâts furent réparés et les mesures de sécurité prises. A la suite de ces évènements, en 1969, un groupe de pays arabes fonde, à Rabat, l’OCI, Office de la Conférence Islamique qui devint en 2011 l’Organisation de la Coopération Islamique. Son siège est situé à Djeddah. Sa superficie recouvre une grande partie de ce que fut l’Empire ottoman. Ses buts sont politiques et religieux. Elle regroupe 67 membres[1]. Son action est dominante dans les institutions internationales tels, l’ONU, le CDH, l’UNESCO ou la CPI, qu’elle contrôle grâce à l’influence qu’elle exerce sur les pays non alignés.

Vaincus militairement, les arabo-musulmans prennent leur revanche politiquement. Leur arme : le pétrole. Dès sa création, l’OCI, à travers l’OPEP, a exercé le chantage à l’embargo pétrolier sur les pays occidentaux. La plupart a cédé. L’économie mondiale s’en est trouvée bouleversée. La crise politique et énergétique d’octobre 1973 est à l’origine du dialogue euro-arabe. Le monde a été classé par l’OCI et l’OPEP en trois catégories : les pays ennemis, les neutres et les pays amis dont la France.

C’est sous de Gaulle que la politique étrangère est devenue un domaine réservé du président. Depuis, le Quai d’Orsay, responsable de la politique arabe de la France, les ministres et les chargés de mission ont toujours été férocement anti-israéliens et acteurs du développement de l’entrisme islamiste en Europe.

Sous de Gaulle, Maurice Couve de Murville ; sous Pompidou, Michel Jobert ; sous Giscard, Hervé de Charrette et Jean-François Poncet ; sous Mitterrand, Claude Cheysson, Roland Dumas et Hubert Védrine ; sous Chirac, Jean Sauvagnargues et Dominique de Villepin ; sous Hollande, Laurent Fabius, parmi bien d’autres.

Tous ont favorisé les valeurs islamistes défendues par les obscurantistes arabo-musulmans, au détriment des valeurs démocratiques des Lumières. Cette politique que Bat Ye’or, écrivain et historienne spécialiste de la dhimmitude, a appelé Eurabia, menace la démocratie, la laïcité, les chrétiens, les juifs et les musulmans démocrates qui sont les premières victimes.

Tous ont favorisé, par intérêt ou idéologie, la stratégie des sous-marins de l’OCI au premier rang desquels l’ISESCO[2]. Cela eut pour effets la mise en œuvre de mesures de coercition à l’égard d’Israël[3] pour qu’il cède aux revendications de l’OCI, et l’immigration massive arabo-musulmane en Europe.

Ce que l’on constate. C’est une suite de décisions qui permettent tout et son contraire, qui sans en avoir l’air encouragent la soumission.

L’université : l’Obs[4] a publié un article terrible de Mathieu Aron sur le degré de pénétration de l’islamisme dans nos universités via la mouvance décoloniale. Ce ne sont pas seulement des associations d’étudiants mais des professeurs d’université qui dirigent des thèses communautaristes avec des contenus racistes, un prosélytisme islamiste qui ne se cache plus avec des références explicites à Tariq Ramadan et aux Frères musulmans. A Sciences Po, en facs de Sociologie, à l’EHESS… Exemple : une thèse[5] favorable au « soft power islamique de complémentarité » de Yûsuf al-Qaradhâwî, prédicateur frère musulman, négationniste appelant au djihad, au meurtre des juifs. Il considère que les lois de la charia priment sur les droits humains et refuse de condamner l’excision. Il a été invité au congrès de l’UOIF, l’Union des Organisations Islamiques de France.

Le pacte « non contraignant » de Marrakech. Il proclame à chaque article : nous nous engageons. Selon certains pays qui le refusent, il ouvre grand les portes à l’immigration islamique. Pour d’autres qui l’adoptent, comme la France, il permet de la réguler, c’est une garantie de justice et d’égalité. Ce texte est suffisamment entortillé pour permettre toutes les interprétations.

La laïcité : Le projet de révision de la loi de 1905 qui, selon le ministre Castaner, la renforce en l’adaptant à l’Islam[6] (sic). Serait-il un spécialiste de l’oxymore ?

Des jugements alambiqués concernant le voile, le blasphème et la charia : La Cour européenne des droits de l’homme – compétente sur 47 pays européens et dont les décisions sont juridiquement contraignantes pour les 28 États membres de l’Union européenne a apparemment légitimé le code islamique du blasphème dans le souci de « préserver la paix religieuse » en Europe[7]. Un arrêt de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) rendu le 19 décembre dernier pourrait, selon le juriste Grégor Puppinck ouvrir la porte à une application de la charia en marge du droit commun. « Jusqu’au 18 décembre, écrit-il, la Cour européenne des droits de l’homme estimait que la charia est, dans son principe même, incompatible avec les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme. Tel n’est plus le cas aujourd’hui : la Cour accepte maintenant son application en Europe à certaines conditions, malheureusement imprécises »[8] . Par ailleurs, la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU a condamné les lois françaises concernant le voile dans l’affaire Baby-Loup.

Pourquoi ces arrêts vont-ils toujours dans le même sens, celui d’une confirmation de la loi (concernant le voile islamique, le blasphème, la charia) mais avec une nouveauté : l’ouverture d’une brèche par des possibilités d’exception ? Parce que progressivement, la Déclaration Islamique des Droits de l’Homme prend le pas dans les institutions sur la Déclaration Universelle[9].

Qu’est-ce que l’ISESCO, quelle est sa stratégie[10] ?

L’Organisation Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO) est la branche culturelle de l’OCI (en Islam, la culture c’est la religion). Elle a rendu publics ses objectifs à travers deux documents explicites : le premier, la «Stratégie de l’Action Islamique Culturelle à l’extérieur du Monde islamique[11]» débuté en 1993 a été adopté en 2000; le second, la «Stratégie Culturelle pour le Monde islamique (ISESCO)», en 2004, la même année que le programme des « Ambassadeurs de l’ISESCO pour le dialogue entre les cultures et les civilisations ». Le rôle de ces ambassadeurs, leaders de l’action culturelle islamique est la diffusion des objectifs et la valorisation de la vision de l’ISESCO, dialogue à sens unique ? Ils sont présents en Europe, en Amérique et dans le sous-continent Indien.

La finalité de ces documents publiés est de réaliser la Oumma (la nation islamique) dans les pays islamiques et non-islamiques[12]. Les croyants sont rappelés à chaque moment de leur existence à leur identité et aux prescriptions du Coran[13]. Concernant les musulmans vivant dans les pays occidentaux, l’objectif est d’empêcher leur intégration par la création et la revendication de structures parallèles (mosquées, instituts islamiques, écoles, associations…)[14], sous l’autorité des pays qui les financent. Il s’agit de former et d’éduquer les populations musulmanes[15] particulièrement les jeunes à s’opposer aux valeurs occidentales[16] dont la laïcité[17]. La paix et le vivre ensemble ne pourront ainsi s’accomplir que dans le respect des règles du Coran[18].

Dans cette division stratégique du monde, le conflit de civilisations[19] qui s’annonce ressemble à s’y méprendre à celle du Dar al-Islam ou « domaine de la soumission à Dieu », là où s’applique la charia, et celle du Dar al-Harb, le « domaine de la guerre », les pays où l’Islam reste à apporter (Wikipedia).

Bat Ye’or a dénoncé ces réalités. Parce que ses analyses ont été reprises par certaines organisations classées à droite, comme Riposte Laïque, l’extrême gauche l’accuse, pour la dénigrer, de théorie du complot. C’est tout le contraire ! Ce qui caractérise une théorie du complot, c’est la tendance à attribuer tout événement dramatique à un complot ourdi en secret. La stratégie de l’ISESCO est publique, à la portée de tous. Rien n’est secret. Ceux qui accusent Bat Ye’or sont ceux veulent voir l’Europe s’islamiser et ceux qui refusent de voir l’évidence de l’épée de Damoclès sur la démocratie et la laïcité.

Est-ce le début de la 3ème guerre mondiale ? La grande guerre sainte dont parle Boualem Sansal ?

Le 10 avril 1974, en arabe à la tribune de l’ONU, le président de la République Algérienne, Houari Boumediene, a averti : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire. » Menace ou prémonition ?

« Grâce à vos lois démocratiques, nous vous envahirons. Grâce à nos lois religieuses, nous vous dominerons ».

Cette phrase a t-elle été d’abord prononcée en 2002, à destination du monde européen, par le théologien Yûsuf al-Qaradhâwî, référence des Frères musulmans, ou par le président turc Erdogan à l’Archevêque de Smyrne qui l’a rapportée ? Lors de sa campagne pour la mairie d’Istanbul, ce même Erdogan a repris les propos du théoricien du nationalisme turc Zia Gokalp : « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats ». Menaces ou prémonitions ?

Mouammar Kadhafi déclarait dans le Figaro du 19 décembre 2006 : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman ! ».

Menace ou prémonition ?

Faut-il suivre le vieil adage romain « Si vis pacem para bellum », si tu veux la paix, prépare la guerre ou allumer des bougies et proclamer après chaque attentat : « Vous n’aurez pas ma haine » ? Il n’est pas question de haine ? Il faut écouter Razzak Abdelkader, Fakhri al Nashashibi qui y a laissé la vie, Bouallem Sansal, Kamel Daoud, Bassem Eid et tant d’autres musulmans qui nous mettent en garde.

« 2084 » : Est-ce un roman ou une prophétie ? Il reste peut-être 65 ans avant que nous soyons en Abistan. La plupart d’entre nous ne le verront pas, mais n’est-ce pas le moment de s’interroger et réagir pour l’avenir du monde que nous voulons léguer à nos enfants ? Les lanceurs d’alerte nous mettent devant ce choix terrible entre nos valeurs et le laxisme, entre la Résistance et la Soumission[20]. KF

Klod Frydman, MABATIM.INFO
Ingénieur retraité

[1] 56 états membres, 5 états observateurs, 7 communautés et organisations observateurs et la Palestine considérée comme un état. 69 membres.
[2] L’OCI travaille avec de nombreux autres organes qui vont dans le même sens dont : l’Union Interparlementaire Arabe (UIPA), la Ligue des États Arabes et sa branche culturelle l’Organisation Arabe pour l’Éducation, la Culture et les Sciences (ALECSO) ainsi que le Bureau arabe d’éducation pour les pays du Golfe (ABEGS). Parmi les nombreux partenaires de l’ALECSO, on trouve l’ISESCO, l’UNESCO, l’Organisation Internationale de la Francophonie et l’Institut du Monde Arabe.
[3] A commencer par le triple non de Khartoum de 1967, toujours renouvelé – non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël, non à la négociation avec Israël.
[4] Les « décoloniaux » à l’assaut des universités. Par Mathieu Aron, publié dans l’Obs le 30 novembre 2018.
[5] Yûsuf al-Qaradhâwî et la politique étrangère du Qatar : une diplomatie « religieuse » : 2003-2013 ? Thèse de Nabil Ennasri, soutenue le 20-11-2017 à Aix-Marseille ?
[6] Islam de France : l’exécutif prêt à revoir le droit des cultes. La Croix, Bernard Gorce , le 06/11/2018.
[7] Gatestone Institute, par Soeren Kern. Le 1er novembre 2018 : La Cour Européenne des Droits de l’Homme adopte la Définition du Blasphème de la Charia.
[8] Le FigaroVox, 26/12/2018Charia : ce que révèle la décision de la CEDH par Grégor Puppinck
[9] Voir les Déclarations Universelles des Droits de l’Homme, les observations sur les Déclarations Universelle et Islamique et leurs applications. Par Eric Drouet, Cazur, 2017.
[10] Cette partie a été rédigée avec Bat Ye’or, Yaël Frydman, Nadia Lamm et Evelyne Tschirhart dans le « Manifeste pour une France Républicaine libre, laïque et fraternelle ».
[11] Les citations qui suivent sont extraites de la « Stratégie de l’Action Islamique Culturelle à l’Extérieur du Monde Islamique » : (ISESCO) ; sur le sujet voir : « L’Islam à la conquête de l’Occident » de J.-C. Poisson. Ed. du Rocher, 2018.
[12] « Au niveau de la communauté tout entière, la stratégie vise la consolidation des éléments fondamentaux de sa spécificité aussi bien en ce qui concerne ses conceptions intellectuelles et doctrinaires que ses us et coutumes sociales et morales.» p.26.
Sur le sujet voir : « Détruire le fascisme islamique » de Zineb El Rhazoui. Ed. Ring, 2017.
[13]« La préservation de cette identité exige dès maintenant une éducation islamique appropriée et saine, des programmes judicieusement élaborés ayant pour objet la conscientisation, la culturation, l’orientation, la protection sociale, suivant la lettre et l’esprit de l’Islam.» p.14.
[14] « L’intérêt qu’accordent les pays arabo-islamiques à leurs ressortissants vivant en dehors du Monde islamique par la création d’établissements et de centres culturels, religieux et sociaux contribue à soutenir l’action culturelle islamique et à préserver les composantes de la réalité culturelle islamique en Occident.» p.31. Sur le sujet voir : « Gouverner au nom d’Allah » de Boualem Sansal. Ed. Folio, 2016.
[15] « La stratégie a pour objectif d’édifier la personnalité de l’être musulman » p.25.
[16] « Contribuer à garantir aux enfants des musulmans vivant en dehors du Monde islamique, une éducation équilibrée à la fois spirituelle et cognitive afin de les protéger de l’invasion culturelle et de l’aliénation intellectuelle exercée par l’hégémonie de certains systèmes éducatifs.» p.29.
[17] « L’enfant musulman qui vit et reçoit son éducation dans des sociétés laïques, peut facilement être influencé par les courants qui y circulent et les tendances positives qui s’y amplifient, d’autant plus que la vie scolaire, l’impact médiatique et ses relations avec le milieu favorisent sa réceptivité à ces opinions incompatibles avec l’Islam.» p.18. La laïcité sera abolie et le statut concordataire généralisé à toute la France. p.101. Sur le sujet voir : « Décomposition française » de Malika Sorel-Sutter. Ed. Pluriel, 2017.
[18] « (…) La stratégie de l’action culturelle islamique en Occident devait-elle répondre aux besoins et aux vœux de la jeunesse musulmane en ce qui concerne la consolidation de son identité pour la prémunir contre toute fusion dans le milieu ambiant et permettre de la sorte, à cette jeunesse, de conserver sa spécificité culturelle dans le cadre du droit à la différence.» p.18
[19] « Le principe de la différence des civilisations : appelle à prendre conscience des fondements de la paix civilisationnelle islamique, à la protection de l’identité de la civilisation du Musulman contre les méfaits des courants idéologiques, culturels et politiques qui sont incompatibles avec son identité civilisationnelle » p.9. « Les relations internationales et les luttes interétatiques seront axées dans les prochaines décennies sur la ‘’question culturelle’’, car la volonté d’imposer le modèle culturel unique et standard pour tous se heurtera aux cultures des autres peuples parmi lesquelles se trouve la culture islamique.» p.14.
Sur le sujet : « Une trahison française » de Waleed al-Husseini. Ed. Ring, 2017.
Klod Frydman.jpg[20] En arabe, soumission se dit Islam.

Un commentaire

  1. Merci Klod, pour cet aperçu très documenté très convaincant – perturbant et d’autant plus indispensable. Concernant la propension de l’Occident à nourrir ce serpent en son sein voir Le Schmock de Franz Olivier Giesbert, les dernières pages. Glaçant.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s