« Plouëc du Trieux ou Jérusalem les Pins ? » : mon cœur balance…

gare-plouec-3.jpgLa retraite, oui, mais où ça ?

Ces temps derniers, outre mes activités « sérieuses » j’ai nommé écrire des articles et comploter – comme m’en créditent les antisémites – pour dominer le monde – ouf ! Ça doit être fatigant et je n’ai pas les épaules d’Atlas ni le portefeuille de Crésus, donc je veux bien que quelqu’un d’autre le domine à ma place, pendant que j’irai aux 🍄 dont la saison approche ! – Je nourris un big fantasme de derrière les fagots : passer ma retraite en Bretagne. D’ailleurs t’as qu’à voir : tous les jours que D. fait je reçois sur ma boîte mail des tonnes d’annonces « correspondant à mes critères de recherche » des sites Se loger.com, Ouest France et autres Bien ici, dont le cœur qui clignote trois heures avant qu’on puisse ne serait-ce qu’apercevoir un coin du museau de granit d’un gîte où poser ses valises, m’agace prodigieusement… Qui c’est qui a fait ce site ? Il avait que ça à faire çuila que de contempler à perte de vue un cœur dessiné qui apparaît puis disparaît, systole, diastole, rafistole-moi ça illico, parce que moi en attendant je décolle de là !

Kerlouan nous voilà…pas !

Désinscription de Bien ici actée, j’ai plein de Gaëlle et Gaël qui me bombardent de mails de maisons typiques et ornées d’hortensias en veux-tu en voilà, toutes plus mignonnes les unes que les autres. Moi ma tasse de thé c’est Kerlouan, ses chaos de rochers sculptés par l’océan et les vents, et léchés par une mer d’azur translucide des Caraïbes à la fraîcheur près. Comme vous le savez, les budgets, le mien comme les vôtres, ne sont pas extensibles. Et qui plus est, moi, comme d’autres étourdis de ma sorte, je n’ai pas appris à conduire. Les deux mis côte à côte, si je me retrouve près de la côte, je suis loin des commerces et si j’ai les « commodités à pied », la plage me fait un pied de nez ! Car à Kerlouan, la plage est à 4, 5 kilomètres du bourg, donc à supposer que je tombe pile au milieu…deux kilomètres à pied ça use les souliers !

Et si je veux les deux à proximité, je perds les rochers artistiquement disposés et je me retrouve sur des plages plates comme des limandes juste agrémentées de quelques touffes de bloque-dunes ou de falaises d’ennui, comme à… Non, je vais encore me faire des ennemis : pas vraiment le moment…

Le résultat je vous le donne en mille : chaque nuit je rêve que je conduis sans permis par la grâce du Saint qui protège les non-détenteurs-de-permis-qui-conduisent-quand-même (NDDPQCQM pour les intimes), Saint Le Répètpas, et que tout roule pour moi sur des dizaines de kilomètres sans contrôle policier ni anicroche : je RÊVE QUE j’ai dit ! Les enfants ne le faites pas c’est puni par la loi !

Intermède

D’autre part – car il y a d’autres parts et d’autres à-côtés de tout ce remue-méninges, il n’y a pas que des gentils en Bretagne : à côté du colonel Guingoin, instit et résistant de choc aux côtés de De Gaulle, dès la première heure, il y a une engeance d’identitaires de la celtitude bien proches des aryanisants nazis – lire dans le Télégramme.fr l’article « 39-45. La dérive extrémiste du Parti national breton » et des autonomistes enragés mais dont tous ne sont pas des racistes pour autant. Ça aussi ça a tendance à m’arrêter, car j’ai interviewé une Juste des Nations formidable, qui m’a reçue et logée chez elle à Saint Brieuc (la baie aux algues vertes, hélas aujourd’hui), Madame Simone Chaye, une vraie grande dame qui a sauvé plus de 300 enfants juifs ! Et qui m’a dit en toutes lettres : « Les Français sont très antisémites. J’ai tout le temps peur que ça recommence et je répète à mes enfants – ses enfants ce sont les ex-enfants juifs qu’elle a sauvés et qui ont maintenant entre 70 et 80 ans – ‘’faites attention, ça peut revenir, soyez sur vos gardes !  Les gens font semblant par-devant mais par-derrière, c’est : ‘’ceux qui ont acheté la maison, là-bas, c’est des youpins ! ‘’ » Rien n’a changé ! C’est pas engageant ! Et pis la « filière bretonne » de sympathiques jihadistes islamistes qui se rajoute ces temps-ci, t’as entendu parler, non ? Ben oui… Peux pas dire le contraire… Et pour ceux qui m’ont déjà lue, le marché du Clos Saint Marc ou y en a t’il un de pareil dans toute la France ? Je vous le donne en mille ? Nulle part ! Même pas à Paris dont je connais bien la plupart des marchés, alors hein ! Et même pas à Antibes, Lyon, Marseille, et Cannes ! Donc…

La retraite : ENFIN l’âge de raison ?

Ça a du mal. Pour moi en tous cas. L’autre jour je visitais une jolie maison rose saumoné a Brignogan-Plages, commodités et plage à pied ! Non loin de Kerlouan mais à pied pas tout près. Je me voyais déjà tirant la langue pour finir un article pour Mabatim dans son jardin fleuri, plus anglais que français, mes chats ronronnant au soleil. Làs ! La réception des diagnostics refroidit mon enthousiasme : il fallait mesurer l’empoussiérage de l’air tous les trois ans pour cause d’amiante probable dans les murs : tout le charme des années 50 ! Et quant à faire tout désamianter en établissant des devis : l’agent m’avait bien prévenue : les propriétaires, des Bretons, Toulousains d’adoption restaient « très attachés à leur maison » dont le prix, du coup, était surévalué, aimantés qu’ils restaient par leur amiantée !

« Tu vas quand même pas te fourrer dans ce guêpier ! » me dit ma chère maman de l’au-delà d’où elle veille, la pauvre, au grain pour moi ! Merci maman ! C’est toi qui as raison encore une fois. Du coup elle en profite : « Et tes courses, tu y as pensé ? Et le médecin ? Et le dentiste ? Et te distraire un peu en allant au cinéma ? Et tu connais quelqu’un en Bretagne ? Tu n’as pas peur d’être isolée ? » Bon, je rends les armes.

En fait non.

Non. Je n’ai que la Bretagne et tout particulièrement le Finistère Nord et tout particulièrement Kerlouan, dont le bourg est louan de la plage, en tête. Je casse la tête à tout le monde avec ça. Une obsession. Une pathologie. Une addiction. Du coup pour me sevrer, je frappe un grand coup et je me retrouve… à Plouëc du Trieux : là, si tu veux aller à pied aux plages, tu dois te prendre par la main. Voilà ! Te voilà une Plouquesse du Trieux ça te fera les pieds ! Ceci dit, comme dit Michel Drucker – c’est les vacances et c’est mon compatriote Juif-Roumain donc j’ai le droit – « si vous me lisez, habitants de Plouëc du Trieux, Plouëcois, Plouëcoises, ne m’en veuillez pas : c’est pour rire ! » Là au moins tu te retrouves pour le prix et l’absence remarquée d’amiante. L’Océan au loin, d’accord. Mais feu de bois dans la cheminée et ambiance bucolique assurés !

Oui, mais si c’est pour rester dans les terres, prends-toi un pied-à-terre près de Rouen ! « Bouh ! Non, moi veux Kerlouan ! – Bébé va jouer et laisse-nous en paix ! »

Des solutions tu demandes ? Crée un kibboutz en Bretagne tu te feras voiturer ; ou bien marie-toi avec un conducteur : mais je suis pas quelqu’un d’intéressé ! Apprends à conduire ! Y’a pas d’âge pour les braves ! Ouais…

Et c’est comme ça jour après jour. Non je ne veux pas joindre la plage et le bourg en vélo, même électrique parce qu’il y du vent à Kerlouan et que ça…me freine, tiens ! Et puis j’ai peur de la vitesse. Donc tu feras quoi ? Je sais pas moi ! On verra. En attendant les maisons je les mate sur internet je te dis pas comme. Et je sais que ça va se décanter… et que la solution sera trouvée… Un jour… Si, si, je t’assure ! Tout y sera : la maison sur une parcelle improbable en angle, comme ça, à la fois proche de la plage et du bourg de… tu ne dis pas le nom sinon je te tue !

Pour me changer les idées je suis partie me refaire une santé à Jérusalem les Pins… pardon je veux dire : Juan des mêmes arbres. C’est là où on passait nos vacances en famille quand j’étais petite. Ça permet de voir venir dans un sain climat de neutralité climatisée. L’âne de Buridan se repose au chaud. Et revoir ces Loubavitch qui me donnent des petites bougies chauffe-plats le vendredi pour réciter au-dessus de la flamme la bénédiction traditionnelle : « Barouh Ata Ado-nai Elohenou Meléh haolam Acher Kidechanou Bemitsvotav Vetsivanou Lehadlik Ner Chel Chabat Kodech[1] » ça me fait plaisir. Y a le Beth Habad et plein de Mac Do et de salons de thé casher, et des cours à la Schule[2] pour femmes et pour hommes tous les jours que D. fait. On me dit que le Machiah[3] va bientôt venir et, pour une toute petite ville comme Juan les Pins, il y a deux synagogues ! Que demande le peuple ? Qu’Il passe en premier par ici, tiens !

En tous cas, « Il » pourra pas dire qu’ils n’ont pas tout fait pour !

Affaire à suivre ! NL

lamnNadia Lamm, MABATIM.INFO

[1]     Prière d’allumage des bougies (NDLR)
[2]     École (NDLR)
[3]     Messie (NDLR)

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s