POUR le racisme contre l’islamophobie : la CRI

CRI Chambii.jpgTout le monde se lève pour Danette. Personne pour arrêter Chambii ?

Le 2 novembre 2019, une scène ahurissante s’est déroulée devant les locaux de CNews, à Issy les Moulineaux. Abdelaziz Chambii, responsable de la CRI, coordination officiellement CONTRE le racisme et l’islamophobie, mais utilisant objectivement le premier pour inventer la seconde, ratiocinait sur une estrade devant un public clairsemé au masculin et voilé au féminin pluriel.

Qui est ce tribun de bas étage, pâle imitateur du père Le Pen, identique obsession antijuive en bandoulière, mais l’intelligence et la culture en moins ?

La biographie que lui consacre France-cul, pardon, la bien-pensance incarnée en France Culture, se résume à : « Fondateur de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie, Co-fondateur des éditions Tawhid, Membre des Indigènes de la République (France Culture). » C’est simple, c’est neutre et c’est clair : France Culture dissimule (à l’insu de son plein gré ?) la noirceur de cet individu fiché S et des organisations qu’il a fondées et qu’il dirige.

Le 27 novembre 2017, Chambii avait déjà débusqué les sionistes, alliés au président égyptien Abdel Fatah el-Sissi, derrière l’attaque de la mosquée de Bir al-Abeb. Il rejoignait en cela Hani Ramadan (le frère de l’autre), mais bon, deux hirondelles ne font pas le combattant…

Chambii 1.jpg

Source : Facebook

Chambii 2.jpg

Source : Facebook

Les deux copies d’écran ci-dessus proviennent de Conspiracy Watch (en V.F. : Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot), un site web français fondé en 2007 et soutenu, depuis 2017, par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

L’homme éructe, digresse, et hélas, édite

C’est grâce à la maison d’édition fondée par Chambii que « Hassan Iquioussen, le double populiste de Ramadan, est devenu la référence de milliers de jeunes musulmans français. Dans son abondante production, qui figure à côté de celle de Tariq Ramadan au catalogue de la maison d’éditions Tawhid et qui est diffusée dans toutes les librairies islamistes, deux cassettes diffèrent de l’ordinaire : ‘’La Palestine, histoire d’une injustice’’ et ‘’Irak, guerre et médias’’. Pour ‘’éclairer’’ le drame du Moyen-Orient, Iquioussen remonte à la Bible : ‘’Il y a eu beaucoup de prophètes chez les enfants d’Israël car ils oublient souvent. Ce sont des ingrats, un peuple qui a besoin d’être rappelé à l’ordre 24 h sur 24.’’ »

Cette citation provient de… L’Humanité, dont le parcours antisioniste a été, au moins une fois, parcouru d’un éclair de lucidité, au point de publier (certes, en 2004) un article de Marc Blachère intitulé : « Islamisme – Iquioussen ou la culture de la haine anti-juive (l’Humanité. Dans cet article, est analysé le substrat antisémite de l’antisionisme, diffusé par Iquioussen chez les musulmans de France, antisémitisme directement responsable de l’augmentation vertigineuse de la violence anti-juive du début des années 2000. Citations d’Iquioussen à l’appui : « Les textes aujourd’hui le prouvent. Les sionistes ont été de connivence avec Hitler. Il fallait pousser les juifs d’Allemagne, de France… à quitter l’Europe pour la Palestine. Pour les obliger, il fallait leur faire du mal. » Sans surprise, donc, l’explication de la source du sionisme à la sauce complotiste est suivie d’une apologie du « Hamas qui, avec sa branche armée, fait du bon boulot ». La conclusion d’un article de l’Huma datant de 2004 vaut d’être rappelée, quinze ans plus tard, quand les communistes, alliés objectifs des Indigents de la république, appellent plus ou moins ouvertement au meurtre des Juifs : « À quoi tient le silence de plomb sur le racisme, « l’antisémitisme des banlieues » et la culture de la haine que répandent Iquioussen et sa maison d’éditions et que couvre, pour le moins, l’UOIF ? »

L’incitation au meurtre, ça produit des meurtres

En 2014, dix ans après l’Huma, le Figaro avait pris la relève de l’inquiétude de Marc Blachère, au sujet de La Voie du musulman, un livre du cheikh algérien Abu Bakr al-Jazairi. Le prédicateur offrait à nos concitoyens « »des solutions conformes aux exigences du monde moderne ». Par exemple que « les musulmans doivent installer toutes sortes d’usines d’armement pour fabriquer tout genre d’armes en usage dans le monde ou toute invention nouvelle, même au détriment du bien-être de la nation ». Ou encore que « l’hérétique » est « passible de la peine de mort ». Deux pétitions, signées par plus de 18.000 personnes, ont demandé, en vain, au groupe de distribution, le « retrait de toute publication incitant à la violence religieuse » (le Figaro).»

Puis, en 2017, un colloque contre l’islamophobie avait été annulé à l’université Lumière Lyon 2, notamment à cause de la présence du sieur Chambii, fiché S. Le lièvre avait été levé par Laurent Bouvet, co-fondateur du Printemps Républicain, qui voyait dans cette manifestation un « colloque plein d’intervenants islamistes sous couvert académique (Twitter, alors que la Licra se contentait de la qualifier de « laïcophobe (Licra) ». Chambii fiché S ? Nul ne le nia, nul ne le nie : le site de sa CRI primale mentionne toujours le soupçon injustifié qui accablait le tendre pourfendeur de sionistes, fournisseur d’une liste de « bougnoules de service » à abattre : « Qui l’aurait cru ? Abdelaziz CHAAMBI inscrit depuis plusieurs mois, comme un vulgaire terroriste, sur le fameux fichier S, fichier administratif constitué par la DGSI regroupant les personnes soupçonnées ‘’d’atteinte à la Sûreté de l’État’’  (Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie) °».

Qu’est-ce qu’il dit, Chambii ?

Transcription d’extraits choisis de ses éructations du 2 novembre 2019.

« Je rends hommage aux mamans qui portent la foulard parce que c’est faire preuve d’un courage extraordinaire. Je vous admire, je demande à Allah de vous donner la force de continuer à résister parce que dans une société oppressive et raciste comme elle est en train de le devenir actuellement, il faut avoir un courage incroyable pour supporter les insultes, les regards de travers, les humiliations, l’exploitation politique et médiatique de votre situation. »

Les descendants d’immigrés arrivés avant 1960, qui représentent un bon quart de la population française d’aujourd’hui, Polonais, Juifs, Italiens, Portugais, Vietnamiens… ont tous subi des insultes, des regards de travers et des humiliations, qui ne les ont pas empêchés de se reconstruire et d’encourager leurs enfants à bien travailler en classe. Grâce à cela, aujourd’hui, rien ne distingue plus ces Français de branche de la troisième génération, qui sont médecins, avocats, entrepreneurs, syndicalistes ou comptables, des « Français de souche », si ce n’est que les premiers ont l’avantage d’être souvent bilingues.

Mais la différence entre eux et les générations arrivées avec la décolonisation, c’est bien « l’exploitation politique et médiatique de leur situation ». La sollicitude inconditionnelle dont ont fait preuve les médias vis-à-vis de la « minorité visible » et les précautions des politiques soucieux de se concilier le vote des « acteurs issus de l’immigration » ont fini, au bout de trois générations, à faire d’eux des créatures de verre et de satin, que le moindre « regard de travers » écorche au plus profond d’une âme ontologiquement victime.

« J’ai connu 1983 et la marche pour l’égalité et j’ai vu comment le PS et la poignée de sionistes nous l’ont joué à l’envers et ont dévitalisé notre lutte. Ils ont créé SOS Racisme et nous ont sorti les bougnoules de service pour venir parler en notre nom. »

SOS ! Ils viennent nous aider !

Autant l’objectif du PS mitterrandien était clair, lorsqu’il a choisi SOS Racisme comme outil qui mènerait, à partir de l’infime minorité représentée par le Front National de l’époque, à fabriquer de toutes pièces un ennemi public facile à vaincre lors d’élections, autant demande à être décodée l’expression « une poignée de sionistes ». Des sionistes créant un organisme destiné à défendre les musulmans ? Quel rapport avec le sionisme ? Qu’est-ce que cette création leur aurait apporté en tant que sionistes ? Bien sûr, des Juifs ont participé à la création de SOS Racisme. Des Juifs, pas des sionistes, surtout pas des sionistes : des Juifs humanistes et universalistes, qui ne se considéraient pas comme Juifs, pas comme Français, mais comme « citoyens du monde ». Les Juifs ont toujours été sur-représentés dans toutes les luttes contre la ségrégation, que ce soit le mouvement des droits civiques aux États-Unis ou celui contre l’apartheid en Afrique du sud. Cette empathie vis-à-vis des persécutés fait partie de l’ADN de nombre d’entre eux, notamment ceux qui ont porté SOS Racisme sur les fonts baptismaux (!). Elle fait aussi partie de l’ADN de certains exemplaires contemporains, fort pertinemment nommés « les alter-juifs » par Shmuel Trigano, qui cherchent l’annihilation pure et simple de leurs semblables au bénéfice d’une Palestine fantasmée comme parangon de toutes les vertus démocratiques. Les preuves pluriquotidiennes que Gaza, comme la Cisjordanie, sont en fait deux dictatures fascistes n’y changeront rien, aucun espace n’étant disponible dans le bloc de leurs certitudes, pour que le réel s’y introduise, même furtivement. Et justement, c’est là que, sans transition, après le clin d’œil anti-juif rhabillé en antisioniste, s’introduit Gaza dans le discours du Chambii en service commandé d’incitation au meurtre.

Qu’est-ce qu’il CRI, Chambii ?

« Une pensée sincère pour nos frères à Gaza, qui subissent un massacre depuis 12 ans. Hier encore, l’armée sioniste a fait des massacres. Elle est en train d’étouffer un peuple au su et au vu de tout le monde, et ces gens-là mettent en place une autre forme d’islamophobie. »

« Ces gens-là », les Juifs, font subir un massacre aux frères depuis 12 ans. Pourquoi 12 ans ? Parce que c’est en 2007 que le Hamas a pris le contrôle de Gaza par un coup d’état contre l’Autorité palestinienne, à l’époque déjà dirigée par Mahmoud Abbas, élu pour 4 ans en 2005 et toujours au pouvoir en 2019. La différence entre l’AP et le Hamas, c’est que la première est corrompue et utilise 100% de l’aide internationale à son profit, soit directement dans des demeures, voitures et vacances somptueuses, soit pour s’assurer la fidélité de ses apparatchiks, alors que le Hamas fait pareil, mais l’Iran lui verse des subsides pléthoriques. Attention : contrairement à l’UE, Téhéran impose des conditions : ces fonds doivent être exclusivement utilisés à la destruction de l’État juif. Comme le Hamas a peur de l’Iran, il obtempère et donne ainsi l’impression d’œuvrer partiellement pour la grandeur d’Allah. D’où ses actes héroïques consistant à envoyer des centaines de roquettes et missiles sur les civils israéliens. Les « massacres » pluriels évoqués par Chambii dans son homélie s’inscrivent dans cette stratégie-là.

Pourquoi se plaint-il des médias qui le servent ?

France 24, qui commence toujours par les conséquences avant de parler des causes, quand Israël est concerné, résume ainsi la séquence : 1) les conséquences des représailles, 2) les représailles elles-mêmes, 3) la cause ayant entraîné les représailles. Démonstration : « 1) L’aviation israélienne a multiplié dans la nuit du 1er au 2 novembre les frappes contre des sites présumés du Hamas dans la Bande de Gaza, faisant au moins un mort. 2) Cette opération militaire a été organisée en représailles des tirs de roquettes lancés depuis l’enclave palestinienne vers Israël. 3) Vendredi soir, après le début du shabbat, une dizaine de roquettes ont été envoyées en direction de la ville israélienne de Sdérot, limitrophe de la bande de Gaza (France24). »

Le Figaro précise également que « Les frappes, qui ont été entendues du nord au sud de la bande de Gaza selon l’équipe de l’AFP sur place, ont touché un site naval, un complexe militaire avec des « simulateurs antimissiles », des « infrastructures souterraines », une fabrique d’armes et un entrepôt d’après l’armée israélienne (le Figaro). » Le Hamas n’est pas une organisation caritative ? On nous aurait menti ?

À quels massacres pluriels Chambii se réfère-t-il pour stimuler les représailles des musulmans français contre leurs compatriotes juifs ? Aucun dans la réalité, mais qu’importe la réalité, quand l’imaginaire suffit. Qu’on se souvienne de 2012 et des commentaires de Mohammed Merah, tuant à bout portant Myriam Monsenego, âgée de 7 ans, en décrivant sa jouissance de tuer des enfants juifs en France, pour venger les massacres d’enfants palestiniens à Gaza (BNVCA ici et ici). Gaza, que les Juifs avaient évacué avant la naissance de la petite.

Massacrer d’abord le vocabulaire

Les plus de 250 musulmans tués et les 8000 blessés depuis le début des manifestations en Irak il y a un mois[1] (le 1er octobre 2019), Abdelaziz Chambii n’en a que faire : un Palestinien tué, c’est DES massacres. Et 250 Irakiens ? C’est le silence. Tout le monde n’a pas le même mépris : le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, leur a exprimé son soutien et a dénoncé le rôle du régime iranien dans cette violence. « Nous sympathisons avec la manifestation du peuple irakien pour la liberté et la dignité. Nous condamnons leur répression et les meurtres dirigés par Qassem Suleimani et les Gardiens de la révolution iraniens. Le peuple irakien a une longue et glorieuse histoire. De nombreux Israéliens d’Irak se souviennent avec tendresse de leurs années de vie commune (Times of Israel). »

De quoi il se mêle, ce Juif ? Le combat, c’est Chambii qui le crée au CRI et les victimes, c’est ses disciples qu’il désigne. Point. « Nous, nous nous battons contre l’islamophobie en France. Mais l’islamophobie a d’autres visages, elle a le visage de Gaza. Parce que Gaza, c’est l’islam qui résiste, ce n’est pas l’islam qui se soumet, c’est l’islam qui se bat pour sa dignité, pour son identité, pour ses droits, pour la libération de sa terre, et ça on n’en veut pas, exactement comme en France, on veut pas des musulmans qui se battent, des musulmans qui défendent leurs droits et qui veulent le bien de leur société. » En France, on suit une ligne officielle qui ne démord pas de : 1) Le conflit israélo-palestinien est strictement territorial, 2) donc il n’est pas religieux et 3) tous en chœur : cela-n’a-rien-à-voir-avec-l’islam. Il a buggé ou il se lâche, Chambii ?

Mission : soumission

Islam signifie « soumission », mais soumission à Allah. Et soumission des non musulmans à Chambii. Gaza, c’est l’islam qui veut soumettre les Juifs : parfait. La France qui voudrait que les Français vivent en harmonie, quelles que soient leurs religions, c’est mal, parce que les infidèles doivent périr dans les pires douleurs, pendant que les musulmans jouissent des plaisirs les plus doux. Nul besoin de faire, il suffit d’être.

Chambii, qui veut le bien de LEUR société, s’adresse à ses semblables, calcifiés autour d’une identité fantasmée, surfant sur les sourates du Coran et les hadith les plus flatteurs pour leur soif de supériorité et leur manque d’appétit pour l’effort. « Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, Allah les fait entrer aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, car Allah fait certes ce qu’Il veut. » (sourate 22-14) « Certes Allah introduit ceux qui croient et font de bonnes œuvres aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Là, ils seront parés de bracelets d’or, et aussi de perles; et leurs vêtements y seront de soie. » (sourate 22-23). Quant aux autres, voici ce qui les attend : « Saisissez-le! Puis, mettez-lui un carcan; ensuite, brûlez-le dans la Fournaise; puis, liez-le avec une chaîne de soixante-dix coudées, car il ne croyait pas en Allah, le Très Grand. » (sourate 69-30 à 33) et aussi : « À ceux qui ne croient pas, on taillera des vêtements de feu, tandis que sur leurs têtes on versera de l’eau bouillante, qui fera fondre ce qui est dans leurs ventres de même que leurs peaux. Et il y aura pour eux des maillets de fer. Toutes les fois qu’ils voudront en sortir (pour échapper) à la détresse, on les y remettra et (on leur dira): « Goûtez au châtiment de la Fournaise ». » (sourate 22-de 19 à 22) (Islam.fr ici et ici).

Les infidèles n’ont rien à craindre de leurs compatriotes musulmans, qui vivent leur foi paisiblement au cœur de la laïcité française. Au contraire, ils doivent être prêts à les protéger, car ces citoyens sont des déviants par rapport à l’orthodoxie guerrière des Chambii et autres islamistes. Ils sont donc menacés des mêmes sanctions. L’apostasie, renoncement à l’islam, crime suprême, est passible de la peine de mort.

Plat de résistance

« Zemmour, le (inaudible : sioniste ? virus ?) islamophobe, c’est la création, c’est un bâtard engendré par le mariage incestueux entre politique et médias. Ils ont fabriqué un monstre qui est un ogre, qui mange de la nourriture avariée et qui nous chie sur la gueule. Quand il mange de la viande franco-française, il nous chie des Caroline Fourest, des Bruckner, des Praud, des Zemmour, des Morano, des Rioufol, Clavreul, Bouvet, Odoul, Galzi… Et quand le monstre mange du couscous et de la harissa, il nous chie Zohra Bitan, Fadela Amara, Lydia Guirous, Majid Oukach, Zineb Rhazoui, Sifaoui, sans parler des Chalghoumi et (inaudible : Dinesh ?) »

Pendant la deuxième guerre mondiale, au moment où ils occupaient la France, les nazis avaient publié « l’affiche rouge », montrant 23 criminels étrangers (dont un tiers de juifs), membres de la FTP-Moi[2] condamnés pour faits de résistance, qui furent ensuite fusillés le 21 février 1944.

L’énumération de Chambii ressemble à cette affiche. Quel sort ce collabo des nazislamistes espère-t-il voir ses sbires faire subir aux résistants qu’il désigne à leur vindicte ? L’appel au meurtre est trop visible et patent pour être qualifié de subliminal, mais la justice attendra probablement que les homicides soient accomplis avant de prendre des mesures : la loi française s’applique avec rigueur contre les victimes et avec bienveillance vis-à-vis des agresseurs, quand ils peuvent se revendiquer de nationalité victimaire.

L’État de droit a juste celui de se taire

L’État de droit a, depuis 1983, succombé aux assauts des hordes victimaires, qui l’ont compris et s’en vantent : « Par exemple à Lyon, on était une centaine, deux ou trois fois moins que vous ici, et on a fait reculer la loi sur les nounous qui avait été votée au Sénat avec 94% des voix pour. On a occupé le siège du PS, on a rencontré le député, on a fait du bruit et on a dit : ‘’si cette loi n’est pas annulée, on va faire la h’ess[3]’’. La loi a été annulée (…) Donc il suffit d’une centaine de personnes déterminées pour frapper aux bonnes portes, celles des politiques, parce que c’est eux qui font la loi, qui décident de notre avenir. On ne doit pas les laisser faire. » Et pour ne pas laisser fonctionner la démocratie, il a une méthode, Chambii, qu’il explique et répète dans le détail, car il croit avoir inventé le clientélisme, dont il rêve d’être une bande à lui tout seul. Inventé ? Il l’a plutôt observé depuis 1983, à sa place privilégiée : « Exigez des organisations musulmanes, de chaque association, de chaque mosquée, de chaque intellectuel qui organise une manifestation, qu’il fasse présenter à l’entrée la carte électorale. C’est le minimum et ça donnera droit à une réduction. Au Bourget, on parle de 150.000 personnes. Imaginez 150.000 cartes d’électeurs ! Wallah et les politiques qui mangent dans notre main ! Amenez-moi 150.000 cartes électorales. On parle de communautarisme ? Les communautaristes, les vrais, c’est ceux qui organisent un diner, un tribunal dinatoire : « le repas de Crif (inaudible : de crotte ?) » et ils viennent tous faire allégeance. 23 ministres de la république y vont pour recevoir leurs ordres. »

Toujours finir un spectacle sur un gag

Chambii a suivi à la lettre cette règle des showmen américains. Son gag à lui est vraiment hénaurme : « Pourquoi les Français moyens ils gobent toutes les conneries qu’on leur balance à la télé ? Parce qu’ils ne connaissent pas l’islam. À vous de faire la pédagogie, d’expliquer ce qu’est l’islam : ni terrorisme, ni violence, ni radicalisation, l’islam c’est l’amour et la paix. »

Les bras vous en tombent ? Bah, c’est moins grave que de se faire couper la main ou lapider jusqu’à ce que mort s’en suive ! CA♦

stylo-plume attcCécile Attal, MABATIM.INFO

[1] https://www.ouest-france.fr/monde/irak/en-irak-un-mois-de-contestation-et-plus-de-250-morts-6587508
[2] FTP : Francs-Tireurs partisans et MOI : Main-d’œuvre Immigrée.
[3] H’ess (Argot) : crise, misère, galère, vient de l’arabe, hassd (« volonté de nuire »).

Un commentaire

  1. […] Là aussi, la seule mention du réel est passible de la mort médiatique : au motif que ce sont des données officielles, mentionner que « Depuis 2006, dans l’Union européenne, 16 personnes ont été assassinées parce que juives. 11 l’ont été en France. Toutes l’ont été par des musulmans (Fondation pour l’Innovation Politique) » peut vous faire licencier sans indemnité de toute entreprise médiatique et vous inscrire sur les listes d’ennemis à abattre lancées par les CRIeurs publics (Mabatim.info). […]

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s