Prudence meurtrière – Petit journal

vieux prison corona.jpgA ! espoir avorté, inutiles sueurs !
A ! mon temps consommé en glaces et en pleurs.
Salaire de mon sang, et loyer de mes peines !
Théodore Agrippa d’Aubigné, L’Hécatombe à Diane

J’ai fait un cauchemar par ce doux mois d’avril, en apprenant que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, estimait qu’il fallait « limiter autant que possible les contacts des seniors » jusqu’à « la fin de l’année » (Bild, Le Figaro). L’hypothèse de faire monter les « vieux », au cocotier sécuritaire, jusqu’à la diffusion d’un vaccin espéré en décembre, est discutée dans les hautes sphères du patinage artistique et scientifique qui nous gouvernent.

Et si la jeune Europe veut ce que femme veut, on peut augurer qu’elle sera entendue. La claustration des aînés peut toujours faire penser à une mise en camp, généreusement inversée, pour qu’ils n’aillent pas sottement crever au milieu des déconfinés. Matignon charge donc Olivier Véran de « l’accompagnement du maintien du confinement pour les personnes âgées et les personnes présentant des maladies chroniques », instruction pondérée par le conseil de « s’appuyer sur une concertation avec les acteurs représentatifs du domaine concerné » jusqu’à la « mise en œuvre de la politique de tests » (Le Figaro, 17/04).

Un espoir demeure : L’Élysée, qui bien humainement tient à son électorat chenu, vient de s’en remettre à la « responsabilité individuelle de chacun » quant au confinement prolongé des seniors. Et Matignon de devoir ravaler sa couleuvre à peine éclose !

Rien de plus juste que ce revirement présidentiel : la vie ne cesse ni avec l’âge, ni avec les atteintes somato-psychiques, ni avec la différence des générations.

En effet, si la personne âgée est dans un EHPAD qui crie misère, elle n’aurait eu droit à aucune visite avant la fin de l’année. Si toutefois elle avait survécu jusque-là d’un manque de soins redoublé d’une privation de « contact » digne d’un pestiféré médiéval. Ses proches auraient à garder par devers eux la culpabilité d’un abandon forcé d’un être laissé en solitude face à la mort, ou d’un encore vivant au handicap majoré par l’épreuve. Dépressions et suicides ne manqueraient pas aux cortèges funèbres officiellement « déconfinés ».

Pardon d’avoir rappelé l’antienne du malheur des EHPAD devenu incontournable et toujours d’actualité. Et les autres « vieux » (dont je suis), qu’en serait-il pour eux si la parole présidentielle s’infléchissait sous la pression de son Conseil scientifique dominé par les 72 années du professeur Delfraissy, qui faisait plus qu’inciter à la prudence et à la responsabilité et se donnait en exemple ce samedi sur France 2 ? Porte ouverte alors à un zeste de « discrimination » savamment enveloppé, sans omettre éventuellement quelques références bibliques, comme sait si bien le faire Emmanuel Macron.

À ce que l’on peut entendre aujourd’hui de multiples sources, il n’est pas possible d’augurer de l’avenir, le covid-19 gardant son mystère. La seule certitude que l’on peut avoir c’est qu’à trop vouloir juguler l’épidémie on s’expose à jeter la vie avec l’eau du bain des intarissables sources administratives. La liberté des anciens, c’est aussi risquer de mourir pour vivre ce qu’il leur reste de temps et de plaisir.

Lorsque j’écrivais ces lignes, je n’avais pas encore assisté à l’interminable conférence d’Édouard Philippe le 19 avril. Un vide sidéral où chacun (et l’inclusif chacune) pouvait s’exercer à contempler les nébuleuses d’un déconfinement « progressif ».

Rien, bien entendu, n’était effleuré des multiples « clusters » pandémiques que sont les « Territoires perdus de la République », devenus aussi innommés qu’innommables pour ceux qui nous gouvernent. (Cécile Attal, MABATIM.INFO, 22/4/2020)

Pour avancer un peu, il aurait fallu cesser de « mettre en musique » la pénurie de masques (et de tests), et forcer leur production en France, comme l’ont fait les Allemands en temps voulu.

L’Académie de médecine vient aujourd’hui même de formuler l’absolue nécessité de généraliser cet équipement pour que le déconfinement n’aboutisse pas à une relance de l’épidémie.

Et que peut-on augurer de l’ouverture des écoles, incertaines garderies, sur laquelle s’échine probablement sans trop d’illusions Jean-Michel Blanquer. Déconfinés ou pas, les parents sont nombreux à protester, même la gauchisante FCPE, et nombre d’enseignants.

J’ai repris le terme consacré de « mise en musique », par le premier ministre, du souffle présidentiel. Encore faudrait-il que les musiciens puissent suivre ce rythme passablement dodécaphonique.

Preuve vient d’en être donnée ce 23 avril, lorsque Macron, sensible aux protestations, vient déclarer qu’il n’y aurait pas d’obligation de retour à l’école des élèves. Un « je vous ai compris » en contre-ut qui a dû surprendre Blanquer en plein effort acrobatique.

Tandis que le confinement serpente au gré des jours et des évocations de masques dont les fantômes hantent les aéroports, on entend par la voix de Jérôme Salomon qu’il n’y aurait pas d’immunité collective, à savoir que rien n’est acquis, masques ou pas, tests ou pas : c’est la guerre de cent ans.

Mais non, car notre Atlas (anciennement Jupiter) vient tout juste de prendre dans ses bras l’Europe, qui devenue Une par sa parole – malgré les diversités nationales (hou, le vilain mot) – mettrait sa force au service de tous, y compris l’Afrique. Si « L’Afrique noire est mal partie » (1962), selon René Dumont, c’est certainement l’Europe d’aujourd’hui qui l’est, victime de sa réglementation tentaculaire décourageant la moindre initiative de terrain.

Bon, je suspends un moment mon petit journal. Faut-il en vouloir à nos « responsables » d’ignorer le chinois, langue d’avenir, avec peut-être l’arabe ? Nos chauves-souris les plus prévoyantes ne se sont-elles pas mises, selon d’incertains éthologues, à apprendre le chinois !

Je pourrais savoir gré à Édouard Philippe des vertus somnifères de son discours du 28 avril, tant attendu. Il m’a permis de rattraper un cruel manque de sommeil nocturne. C’est toujours ça de pris sur un aléatoire déconfinement. Était-ce en rêve que j’ai entendu que les masques « alternatifs » seraient prochainement mis à la disposition du public et que si les gens n’en trouvaient pas, il leur était conseillé de s’en fabriquer eux-mêmes. Pas la peine d’apprendre le chinois, machine à coudre pour tous, et nous voilà fièrement indépendants de l’empire du milieu.

Comme nous n’avons pas fermé nos frontières, contrairement à bien d’autres pays européens – le virus, dixit Macron, n’en ayant pas – et comme par compensation, notre gouvernement de sages inaugure les frontières départementales. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Le plan de déconfinement étant révisable en fonction de nouvelles informations sur la pandémie, il peut être comparé aux prévisions météorologiques. Par exemple, quand Météo France annonce qu’il pleut en ce moment même, vous pouvez vous étonner du soleil qui illumine encore les fenêtres de votre chambre de confiné. Quant aux prévisions à 15 jours… aussi fiables que celles de nos experts gouvernementaux.

Fallait-il lire la carte du ciel pour parer à l’attentat qui, la veille du discours du premier ministre, mit sérieusement à mal deux motards de la police à Colombes ? Youssef T, qui fonça sur les policiers avec sa voiture, avait été impressionné, d’après ses dires, par un reportage sur Gaza : pas anti israélien, ni antisémite pour un rond, bien entendu. C’est ce qui l’aurait décidé à mourir en martyr pour imposer la charia à l’ensemble de la terre. Divine surprise, l’expertise psychiatrique a constaté l’absence d’abolition ou d’altération de son discernement. On peut espérer qu’elle ne soit pas suivie d’une seconde, puis d’une troisième expertise, comme ce fut le cas pour l’assassin de Sarah Halimi, afin de le soustraire à la justice pénale. En attendant les suites de l’attentat de Romans-sur-Isère commis par « ce frère » comme l’osent le proclamer une bande d’avocats.

Un virus plus délibérément meurtrier que le Covid-19. MN

rose-jaune marc nachtMarc Nacht, MABATIM.INFO

4 commentaires

  1. Comment les français et il y en a encore énormément, peuvent gober les vomissures débitées par la plupart des journaleux. heureusement qu’il y en a quelques uns, pas beaucoup, comme Yvan Rioufol et Zemmour pour nous éclairer sur la situation qui règne dans tous les territoires perdues de la république. Faut-il rire ou pleurer lorsque le lendemain du jour de l’an, on nous annonce à la télé, n’importe quelle chaîne « cette année il n’y a eu que 1050 voitures d’incendiées, c’est à dire 10 de moins que l’année précédente »

    J'aime

  2. Et dire que franceinfos (membre de la désinformation maladive qui a atteint tous les médias de france et de navarre), écrit sans rougir que le nombre de morts du cona a dépassé le nombre de tués Américains lors de la guerre du vietnam. Cette radio aurait plu ajouter que le nombre de morts du corona en france a dépassé le nombre de soldats tués lors de la guerre d’algérie. 30.000 soldats tués et au moins en étant sérieux et en comptant tous les morts en incluant ceux décédés en dehors des hôpitaux et des ehpad, c’est à dire au bas mot les 10.OOO non mentionnés, les décès par le corona, à ce jour, dépassent largement les soldats du contingent tués.

    J'aime

  3. Trump dit des betises et mene une politique gagnante , Macron a l air intelligent mais additionne les conneries a la vitesse de la lumiere …….finalement qu il doit etre bon d ‘etre gouverné par des cons !!!!

    J'aime

  4. Les pieds nickelés irresponsables qui nous gouvernent sous le commandement du Micron, ne savent plus quoi inventer pour cacher une réalité qu’ils tentent de dissimuler par tous les moyens.
    Ainsi, au lieu de nous communiquer le nombre de morts quotidien tués par le corona, tout est fait pour rendre la tâche compliquée à tous ceux qui cherchent à comprendre.
    Rien ne manque, mise en évidence du nombre de lits libérés, des guéris, des nouveaux hospitalisés, mais rien, pas un. mot sur le nombre excessif de morts quotidiens dans les hôpitaux français, ni sur les raisons de cette hécatombe, et le silence organisé autour du génocide des gens âgés confinés dans les EHPAD.
    Comme le cynisme et l’hypocrisie n’ont pas de limites, les torchonistes et les zexperts qui squattent les plateaux de télé, dénoncent d’une seule voix, la façon désastreuse dont TRUMP traite la pandémie, et vont jusqu’à comparer nos chiffres alarmants avec ceux des Américains, en oubliant qu’ils sont six fois plus nombreux que les Français, pour une fois capable de faire mieux dans le désastre.
    L’UE quant à elle, n’a trouvé rien d’autre à faire que de confier à son représentant pour les AE, Borell, le vieux con, pour s’en prendre une fois de plus, de façon très violente, à l’ennemi de toujours : Israël.
    Cette entité en voie d’implosion, incapable de la moindre solidarité avec ses membres, de s’unir contre la pandémie, continue à agir de façon désordonnée, et à dire tout et son contraire.
    A croire que la méthode du Micron a fait des émules parmi les porte-paroles des dégénérés de cette UE qui divague, n’agit pas, fait de la propagande, et nous prend pour des attardés mentaux.
    Pour quelles raisons le nombre de morts dans les hôpitaux français est-il si élevé et ne baisse pas, pendant que les EHPAD se vident quotidiennement des plus fragiles ?
    Ho les autistes ! Nous savons que vous n’écoutez pas, mais vous pouvez lire et répondre….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s