Le « droit au retour des Palestiniens », seul véritable tueur de la solution à deux États

Par Adi Schwartz et Einat Wilf*
Source : Forward, 30/7/2020

Il y a vingt ans, en juillet 2000, nous étions remplis d’espoir lorsque Ehud Barak, Premier ministre israélien et chef du parti travailliste, est parti à Camp David pour négocier un accord de paix final avec les Palestiniens. Après plus d’une décennie de percées historiques inimaginables auparavant – l’effondrement de l’Union soviétique, la chute du mur de Berlin, la fin de l’apartheid en Afrique du Sud et l’accord du vendredi saint en Irlande du Nord – nous pensions être arrivés au moment historique où la paix avec les Palestiniens pourrait enfin être à portée de main.

Barak a mis sur la table des négociations une proposition audacieuse qui aurait permis aux Palestiniens de disposer d’un État souverain indépendant dans presque toute la Cisjordanie et la bande de Gaza, sans qu’une seule implantation soit en vue, et d’une capitale à Jérusalem-Est, y compris les lieux saints. Et nous étions certains que les Palestiniens diraient oui. Après tout, pendant des décennies, on nous avait dit que la clé de la paix au Moyen-Orient était qu’Israël remette des terres – « des terres pour la paix » – et Barak venait d’accepter de remettre ces terres aux Palestiniens.

De plus, nous avons fait l’hypothèse simple que lorsqu’un peuple qui cherche à se gouverner dans son propre État se voit offrir la possibilité de le faire, il dit oui.

Nous avions tort.

Il n’y a pas eu de oui. Yasser Arafat, le leader de l’Organisation de libération de la Palestine, s’est retiré. Il s’est écarté de la proposition de Barak à Camp David, et il s’est écarté de la proposition du président Clinton qui a fixé les paramètres de la paix.

S’il ne s’était pas retiré, l’État de Palestine aurait célébré cette année vingt ans d’indépendance, dans sa capitale, Jérusalem.

Alors pourquoi Arafat s’est-il retiré ?

Pourquoi Arafat n’a-t-il pas dit un oui retentissant lorsqu’il a eu l’occasion de donner à son peuple la liberté et la dignité de l’indépendance politique ? Et pourquoi n’a-t-il fait face à aucune critique de la part de son peuple pour avoir agi ainsi ? Que voulaient réellement les Palestiniens si ce n’est un État indépendant en Cisjordanie et à Gaza avec sa capitale à Jérusalem-Est ?

La réponse crevait les yeux : il s’agissait du droit au retour.

La demande palestinienne primordiale, plus importante que la demande explicite d’un État, a toujours été le droit au retour, qui semble inoffensif – la demande de reconnaissance de millions de Palestiniens, descendants de ceux qui ont fui ou ont été expulsés lors de la guerre de 1948, comme possédant chacun un “droit” de s’installer à l’intérieur de l’État d’Israël. Ce droit, non consacré par le droit international, passe outre de manière cruciale à la souveraineté israélienne ; puisque le nombre de ces Palestiniens se situe entre cinq et neuf millions, et que la population juive d’Israël est d’environ sept millions, la signification d’une telle demande est la transformation d’Israël en un État arabe.

Et cette demande d’un droit collectif massif d’entrer en Israël a été inséparable des négociations plus larges du côté palestinien. Cela signifie que lorsque Arafat et Mahmoud Abbas, le chef de l’Autorité palestinienne, ont parlé de leur soutien à une solution à deux États, ils envisageaient en fait deux États arabes : un en Cisjordanie et à Gaza, et un autre pour remplacer Israël.

C’est la seule solution à deux États que les Palestiniens aient jamais acceptée. Il n’y a jamais eu de vision palestinienne de la paix où l’État souverain du peuple juif est autorisé à rester tel quel, car il n’y a jamais eu de vision palestinienne qui n’incluait pas le droit au retour pour des millions de Palestiniens.

C’est pourquoi Arafat s’est retiré en 2000. « La reconnaissance du droit au retour », a déclaré un mémo interne de l’OLP rédigé peu après le sommet de Camp David, « est une condition préalable à la clôture du conflit ». La même semaine, un magazine officiel de la faction d’Arafat au sein de l’OLP a écrit que le retour massif des réfugiés palestiniens en Israël « aiderait les Juifs à se débarrasser du sionisme raciste ».

« Je ne peux pas dire à quatre millions de [réfugiés] palestiniens que seuls cinq mille d’entre eux peuvent rentrer chez eux »

Huit ans plus tard, lorsque la secrétaire d’État Condoleezza Rice a esquissé les détails de la proposition de paix du Premier ministre israélien Ehud Olmert à Abbas en mai 2008, sa réponse éloquente, citée dans ses mémoires « No Higher Honor », était la suivante : « Je ne peux pas dire à quatre millions de [réfugiés] palestiniens que seuls cinq mille d’entre eux peuvent rentrer chez eux ».

Et comme en 2000, Abbas n’a fait l’objet d’aucune critique pour avoir privé les Palestiniens d’un État, aucun éditorial n’a dit que c’était une grande opportunité qui aurait dû être saisie à deux mains, et aucune ONG n’a appelé les Palestiniens à abandonner leur fixation sur le retour.

Une chose qu’Abbas aurait pu dire à ces réfugiés palestiniens est que le vingtième siècle a vu de nombreux empires s’effondrer et des États-nations s’établir, souvent dans le cadre d’un processus sanglant et douloureux de division des terres et de tracé des frontières qui a causé la mort et le déplacement de dizaines de millions d’êtres humains. Beaucoup d’entre eux, tout comme les Palestiniens, voulaient retourner dans les endroits où ils avaient vécu auparavant. Mais seule la revendication palestinienne de se réinstaller à l’intérieur de l’État d’Israël a été acceptée et soutenue comme telle par la communauté internationale. Le fait est qu’il n’existe aucune autre population de réfugiés des années 40. Ils sont tous partis reconstruire leur vie dans les endroits où ils ont fui ou dans d’autres pays.

Le refus de la communauté internationale de s’engager dans ces simples vérités est révélateur. En 1947, le ministre britannique des affaires étrangères Ernst Bevin a résumé l’essence du conflit dans le territoire sous mandat britannique comme se résumant au fait que les Juifs veulent un État dans le pays, et que les Arabes veulent que les Juifs n’aient pas d’État dans le pays. Depuis, il n’a cessé de prouver qu’il avait raison. Plus que les Palestiniens voulaient un État pour eux-mêmes, ils veulent toujours que le peuple juif n’ait pas son propre État sur le territoire, quelles que soient les frontières.

Et tant que le prix à payer pour avoir un État arabe palestinien dans le pays allait être que le peuple juif aurait également son propre État dans le pays, la réponse allait être non, non et – pour citer Abu Mazen – « mille fois non ».

L’Organisation de libération de la Palestine a connu un changement à la fin des années 1980. L’effondrement de l’Union soviétique, patron militaire, diplomatique et économique de l’OLP pendant des décennies, a obligé l’organisation palestinienne à chercher des soutiens en Occident. Cela a obligé l’OLP à changer de ton, sans toutefois modifier sa position fondamentale : le rejet total de l’État d’Israël. L’époque de la rhétorique révolutionnaire violente est révolue ; la nécessité de résoudre le conflit par des moyens pacifiques est apparue.

Mais ce n’était que tactique et cela n’a encore rien fait pour mettre un bémol à la vision maximaliste de la domination arabe sur l’ensemble du territoire, qui se manifeste par la demande d’un « droit de retour », qui n’a jamais été retiré de la table et auquel l’objectif de deux États a toujours été subordonné.

Les « Palestine Papers »

Une autre preuve de la volonté des dirigeants palestiniens de sacrifier la solution des deux États au droit au retour est apparue en 2011, lorsque quelque 1700 documents originaux ont été divulgués par le bureau du négociateur palestinien en chef Saeb Erekat et publiés en ligne par Al Jazeera. Ces documents, connus sous le nom de « Palestine Papers », étaient des notes de service internes de l’AP et d’autres documents, qui documentent une décennie de négociations de paix avec Israël.

Les documents révèlent que les dirigeants palestiniens étaient si sérieux au sujet du « droit au retour » qu’ils n’étaient pas disposés à approuver des phrases et des formulations qui auraient pu le compromettre – y compris « deux États pour deux peuples », ce qui était considéré comme une menace à la réalisation de la demande de retour. Dans un mémorandum adressé à Saeb Erekat le 3 mai 2009, par exemple, l’équipe de négociation écrit : « La référence au droit des deux peuples à l’autodétermination dans deux États peut avoir un impact négatif sur les droits des réfugiés, à savoir le droit au retour… De plus, la reconnaissance du principe de deux États pour deux peuples comme solution au conflit israélo-palestinien confirme que l’OLP n’envisage plus l’autodétermination des Palestiniens sur le territoire de l’État d’Israël ».

Dans un autre mémorandum datant de novembre 2007, l’équipe de négociation palestinienne a expliqué que la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif « serait probablement traitée comme… une renonciation implicite au droit au retour » et « porterait atteinte aux droits légaux des réfugiés ».

Un autre document de juin 2008, qui fait des recommandations sur la question des réfugiés, note que la formulation « ‘deux États pour deux peuples’ n’implique aucun retour… en Israël ». Et un document de mai 2009 indique qu’en ce qui concerne les droits des réfugiés et la responsabilité d’Israël dans la création du problème des réfugiés palestiniens, « se référer à ‘’deux États pour deux peuples’’ comporte des risques similaires à ceux associés à la reconnaissance d’Israël comme l’État du peuple juif ».

Ces documents ne révèlent pas seulement des efforts visant à saper la solution des deux États ; ils révèlent que cela n’a jamais été une option.

On entend beaucoup parler ces jours-ci de la mort de la solution à deux États. Israël, nous dit-on, l’a tuée avec l’expansion des colonies. À moins que ce soient les États-Unis qui l’ont tuée en déplaçant l’ambassade à Jérusalem.

La vérité est que la solution des deux États n’a jamais été tuée – ni par Israël ni par les États-Unis – parce que dans la vision palestinienne, elle n’a jamais été envisagée.

Les Juifs et les Arabes ont le droit de vivre dans la liberté et la dignité, et de posséder le pouvoir politique nécessaire pour garantir leurs droits individuels et collectifs. Mais pour que cela se produise, le plus grand obstacle doit être reconnu dès maintenant et traité en priorité.

La demande d’une entrée massive des Palestiniens en Israël, à laquelle seul l’Occident se livre depuis des générations, devrait être rejetée. Tant que les Palestiniens rejetteront le droit égal du peuple juif au pouvoir politique et à l’autonomie dans n’importe quelle partie de la terre et chercheront à le défaire par le “retour”, aucune solution politique n’apportera la paix. EW&AS

Dr Einat Wilf et Adi Schwartz

* Le Dr Einat Wilf et Adi Schwartz sont les co-auteurs de « La guerre du retour : How Western Indulgence of the Palestinian Dream has Obstructted the Path to Peace », récemment publié par St. Martin’s Press.

Traduction et adaptation : mabatim.info (avec l’aide de DeepL)

7 commentaires

  1. On oublie souvent que face aux britanniques ,à la fin de la première guerre mondiale, les français ont encouragé une immigration d’arabes des pays sous domination française, afin de contrebalancer la domination anglaise mais les anglais n’ont pas fait de même, ils ont simplement empêché les juifs de fuir le nazisme en Europe.
    Lello

    J'aime

  2. dov kravi a bien sûr raison ! Quand HERTZL est arrivé dans ce pays , il restait les juifs rescapés des massacres ou de l’ exil suite aux nombreux envahisseurs , les derniers étant les Ottomans et bien sûr quelques milliers d’arabes ; les Kibboutz ont attirés des milliers d’arabes cherchant du travail et ils osent dire aujourd’hui que c’est eux les autochtones de cette TERRE …
    Si le Peuple juif veut négocier , il faut le faire avec la Jordanie ! les arabes veulent un Territoire de la Palestine occidentale ( ISRAEL ) eh bien vous demandez l’équivalent dans la Palestine Orientale , ( JORDANIE ) !!!!
    Territoire contre Territoire ou paix contre paix mais plus jamais territoire contre paix , accord jamais tenu !!!
    .

    J'aime

  3. Je me demande depuis toujours si le Peuple Juif sait que la Palestine Antique était juive, s’il sait qu’il y a eu un Traité , celui de SAN REMO qui a divisé cette Palestine en 2 ETATS , un arabe et un juif , devenus JORDANIE et ISRAEL ????
    Pourquoi cherchez vous encore à diviser les 25% que ce TRAITE a bien voulu laisser à ce Peuple Hébreu qui vivait là depuis plus de 3000 ans ???
    Vous cherchez une fois de plus à vous suicider , un 2ème Massada ???

    J'aime

  4. L’extraordinaire est que le débat en Israël se resume à  » pour ou contre deux états  » . Apparemment nous vivons toujours le rêve de » la paix maintenant »  » la paix des braves »  » territoires contre la paix » etc..
    Personne ne veut comprendre ou admettre ce simple fait que les dirigeants palestiniens ne veulent pas entendre parler d’un Israël.
    Bien sur cela été dit et répété chez nous , mais sans vraiment y croire .
    Et comme nous, l’Occident est tjrs persuadé que le rêve palo c’est un état, à côté d’Israël.
    Les indices de ce double jeu palo sont nombreux. Mais pour convaincre le monde Il faudra des preuves.

    Aimé par 1 personne

    • Des preuves, il y en a des palanquées. Personne de sensé ou de bonne foi ne peut les nier. Et pourtant…

      J'aime

  5. Merci a votre pays la France qui entretien depuis plus de 50 ans lé reve ( palestinien ) largement vehicule par vos medias.

    J'aime

  6. L’immigration de masse des Arabes à la fin du XIXe est le résultat du développement économique et de la modernisation suite à l’immigration juive. Les immigrants arabes sont venus à la recherche de moyens de subsistance.

    Cet effort juif pour revitaliser la terre a attiré une immigration tout aussi importante d’Arabes des régions voisines, attirés par les possibilités d’emploi et les conditions de vie plus saines, ainsi que par les soins médicaux prodigués par les nombreux médecins juifs. Il n’y a jamais eu aucune tentative de  se « débarrasser » des Arabes autochtones peu nombreux, ni d’empêcher les masses arabes de venir chercher la prospérité apportée par les Juifs.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s