L’isolement des Juifs américains

Source : Caroline B. Glick, Israel Hayom 1/11/2020

Les Juifs américains sont aujourd’hui plus isolés que jamais. Ils sont isolés au sein de leur camp politique qui ne se soucie pas d’eux, et ils sont isolés au sein du monde juif.

Sans connaître les résultats des élections présidentielles américaines, on peut déjà tirer certaines conclusions sans risque. Par exemple, on peut dire avec certitude qu’entre 70 et 80 % des Juifs américains ont voté pour le démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden.

À première vue, on aurait pu s’attendre à ce que les Juifs américains votent dans la même proportion, dans la direction exactement opposée. Après tout, de la Grande-Bretagne à la France en passant par l’Australie, au cours des dernières décennies, les communautés juives des démocraties avancées sont passées de la gauche à la droite.

Ce mouvement a eu lieu en réaction à la transformation de leurs foyers politiques traditionnels en terrain hostile. Depuis le début du XXe siècle, les partis de gauche ont toujours été plus favorables aux Juifs que les partis de droite. Mais depuis le début du 21e siècle, cette tendance historique s’est largement inversée. Les partis de gauche sont devenus de plus en plus hostiles aux Juifs et les partis de droite ont fait des efforts soutenus pour gagner le soutien des communautés juives. De Toulouse à Leeds, de Berlin à Melbourne, les Juifs ont lu la même carte politique et se sont tournés vers la droite.

En Amérique, la situation politique est comparable à celle des autres démocraties occidentales. D’un cycle électoral à l’autre, le pouvoir des forces progressistes hostiles à Israël et aux Juifs américains s’est accru au sein du parti démocrate. En revanche, le Parti républicain est devenu le parti le plus pro-israélien et pro-juif en dehors d’Israël que le monde ait jamais vu. Et pourtant, en contraste frappant avec leurs frères d’Angleterre et de Belgique, les Juifs américains ont fermement maintenu leur allégeance aux Démocrates et à la gauche politique.

Au cours des quatre dernières années, le contraste dans le comportement politique entre les Juifs américains et les Juifs d’autres démocraties occidentales est devenu de plus en plus notable. D’une part, Donald Trump est le président le plus pro-israélien et pro-juif de l’histoire des États-Unis. Trump a soutenu Israël presque sans condition. Il a combattu l’antisémitisme aux États-Unis plus efficacement que tout autre président et il l’a fait tout au long de sa présidence.

Pour leur part, les démocrates ont fait des pas de géant pour devenir la version américaine du parti travailliste dirigé par Jeremy Corbyn. Ce n’est pas simplement que les étoiles montantes du parti démocrate comme les congressistes Alexandria Ocasio Cortez et Ilhan Omar boycottent Israël. Elles le font avec le soutien total de la direction du parti. La sénatrice Kamala Harris, colistière de Biden, s’est rangée du côté d’Omar contre les Juifs américains qui avaient demandé au parti de censurer Omar après l’une de ses plus graves manifestations d’antisémitisme l’année dernière.

Harris a des liens étroits avec le Conseil national iranien-américain (NIAC), le lobby du régime iranien à Washington. Les dossiers de financement de la campagne de Biden à la veille de l’élection montrent que le NIAC est l’un de ses plus gros bailleurs de fonds pour la campagne. Harris a soutenu avec enthousiasme l’accord nucléaire avec l’Iran et a boycotté la conférence de l’AIPAC l’année dernière.

Au cours de ses 47 années de carrière politique, Biden est sans doute celui qui a le plus soutenu l’Iran dans la politique américaine, et ce depuis le plus longtemps. La première réaction de Biden aux attaques du 11 septembre a été de demander aux États-Unis de donner 200 millions de dollars à l’Iran.

Les juifs britanniques ont abandonné le Parti travailliste en masse et ont consacré leurs efforts collectifs à dénoncer et à combattre l’antisémitisme au sein du Parti travailliste après que Corbyn eut remporté la course à la direction en 2015. Quelque 90 % des Juifs britanniques ont voté pour les conservateurs lors des élections de l’année dernière. En contraste, les Juifs américains sont parmi les contempteurs les plus virulents et les plus expéditifs du président Trump.

Qu’est-ce qui explique le fossé béant entre les Juifs américains et les autres communautés juives occidentales, sans parler de celui qui sépare les Juifs américains des Juifs israéliens ?

Les Juifs américains donnent au Parti démocrate un blanc-seing pour les avoir abandonnés parce qu’ils ne veulent pas reconnaître qu’ils sont abandonnés. Malgré l’hostilité des progressistes envers eux, les Juifs veulent rester progressistes.

Les Juifs progressistes qui ont remarqué la montée des forces antisémites dans leur parti, sont rassurés et reçoivent la permission de rester dans le parti de la part de dirigeants et de personnalités juives qui insistent sur le fait que, même si les choses ne sont pas parfaites, ou même bonnes dans leur propre camp, ils peuvent rester parce que Trump – bien que « gentil » avec Israël – est un crypto-nazi.

Les calomnies répétées et sans fondement de Jonathan Greenblatt, PDG de l’Anti-Defamation League, et de l’écrivain Bari Weiss, qui affirment que Trump a fait l’éloge des suprémacistes blancs lors des émeutes de Charlottesville en 2017 – alors même qu’il les a condamnés à trois reprises, pendant et immédiatement après les émeutes – ainsi que les allégations selon lesquelles Trump fait l’éloge des suprémacistes blancs et facilite ainsi leurs attaques contre les Juifs, permettent aux Juifs progressistes qui s’inquiètent de ce qui se passe dans leur parti de rester impassibles malgré leurs préoccupations.

La montée en flèche des taux d’assimilation parmi les Juifs américains indique que, toutes choses étant égales par ailleurs, la plupart des Juifs de la gauche politique cesseront de s’identifier comme Juifs d’ici une génération et demi. De même, la montée des Juifs américains antisionistes qui soutiennent l’anéantissement d’Israël en tant qu’État juif indique que dans les années à venir, très vraisemblablement, les Juifs américains joueront un rôle de premier plan dans la campagne démocrate/progressive contre Israël. À titre d’exemple, deux mois après qu’il a appelé à la destruction d’Israël dans une chronique du New York Times, le mois dernier, Peter Beinart, un juif américain antisioniste de premier plan, s’est vu accorder par ce journal une chronique régulière.

Comme l’indique leur soutien massif à Biden, indépendamment de ce que l’avenir leur réserve, les Juifs américains sont aujourd’hui plus isolés que jamais. Ils sont isolés au sein de leur camp politique qui ne se soucie pas d’eux, et ils sont isolés au sein du monde juif. CG

Caroline Glick

Adaptation Mabatim.info, avec l’aide de DeepL.com

4 commentaires

  1. Il n’y a que peu de choses à ajouter au magnifique billet de Caroline, si ce n’est de rappeler l’épisode du tragique massacre qui a eu lieu dans une synagogue de Pittsburgh en 2018.
    Après cette ignoble tuerie, tous les médias planétaires ont repris en choeur un refrain odieux :
    Ce qui est arrivé est la faute de TRUMP, qui depuis son élection, a multiplié les provocations et exprimé de la haine envers toutes les minorités, tout en créant de la division et de l’animosité entre les Américains.
    Nous avons vu avec tristesse des représentants de la synagogue martyre accuser TRUMP de ce qui était arrivé, et qui sont allés jusqu’à refuser sa présence parmi les endeuillés, avant d’ajouter, qu’ils continueraient à voter pour les fascistes « Démocrates ».
    Les « spécialistes » et les zélites à deux sous qui squattent les plateaux de télé furent unanimes :
    Tout est la faute de TRUMP, fauteur de troubles et de désordres parmi sa population.
    Personne n’a songé un seul instant à signaler que depuis son élection, TRUMP a été victime d’un lynchage quotidien, que tout ce qui trainait dans les fonds de poubelles était repris par les médias, et que le climat de guerre civile était entretenu par les fascistes « Démocrates » toujours non remis de la défaite d’Hillary, tandis que le calamiteux Obama était toujours à la manoeuvre des basses besognes qui ont conduit à la candidature de Joe le sénile qui s’est métamorphosé en jeune homme à la peau bronzée et bien lisse qui sautille joyeusement en arrivant sur scène, avant de jeter sa veste; finie sa campagne du fond de la cave.
    Il se shoote à quoi Joe le gâteux, l’homme de paille qui permettra à Harris d’être peut-être, la prochaine Présidente noire des Etats-Unis, en raison de son état de santé préoccupant.
    Le plan Obama fonctionnera peut-être pour lui permettre de réaliser un troisième mandat en sous main, et de finir la destruction de son pays qu’il déteste et qu’il veut conduire vers un socialisme destructeur.
    Le fascisme nouveau est arrivé…..

    J'aime

  2. Analyse juste mais combien affligeante. Les Juifs américains pensent qu’en « léchant » la main des loups parmi lesquels ils vivent ils ne seront mordus, ni dévorés ? Ils devraient penser qu’un jour ils seront peut-être heureux qu’ Israël existe pour pouvoir s’y réfugier.
    J’ai l’impression qu’en politique, nous faisons du rétropédalage et que la haine des Juifs a droit de cité , à nouveau, en Europe.

    J'aime

  3. Merci pour cette analyse, il est vrai qu’on ne comprend pas le vote d’une majorité de la communauté juive mais « l’Homme » est complexe. S’ils sont isolés peut-être ne doivent-ils s’en prendre qu’à eux-mêmes…

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s