L’affaire Mila : « Les dhimmis de la farce »

Mila a blasphémé contre le prophète Mahomet, en réponse à un tweet dans lequel un musulman invoquait la punition du prophète à l’égard des homosexuels. Cela a donné lieu à une série de menaces graves et attentatoires à sa vie.

Le procès de ceux qui ont proféré des menaces de mort à l’encontre de Mila a débouché sur des peines d’emprisonnement avec sursis. Rien de méchant, donc, si l’on considère la gravité des menaces faites à l’encontre de Mila qui est toujours sous protection policière ! S’il s’était agi du contraire : des menaces de mort contre des musulmans, on aurait vu le ban et l’arrière-ban des journalistes (aux ordres), se récrier comme un seul homme et la justice aurait puni sévèrement les auteurs de ce délit comme elle l’a fait avec « génération identitaire »1. La haine est à géométrie variable.

Une fois de plus, le gouvernement n’a pas joué son rôle et s’est comporté en dhimmi. Après l’odieuse décapitation de Samuel Paty, les beaux discours de Macron, la mise en scène soignée dans la cour de la Sorbonne pour lui rendre hommage, n’a pas eu d’impact sur les intolérants et les assassins. Et tous ceux qui dénoncent l’intolérance de l’islam (notamment dans l’enseignement et sans sortir les couteaux), continuent d’être punis.2

Le gouvernement aurait dû traiter l’affaire comme on traite un délit, donc en rappelant le droit :

en France, État souverain, le droit au blasphème est inaliénable

et, par voie de conséquence, il aurait dû punir sévèrement ceux qui appelaient au meurtre de Mila. Il s’est contenté de la mettre sous protection policière.

Après le procès, Mila s’est rendue à la Mosquée de Paris. Qui a organisé cette visite ? Richard Malka ? Était-ce vraiment nécessaire ? On pourrait penser que ce geste d’apaisement profiterait à Mila. Celle-ci s’est dite heureuse de cette visite. Elle a vu le côté « avenant et tolérant » de l’islam. Elle est même repartie avec un Coran rose ! (Les féministes vont-elles relever cet aspect sexiste ?)

On dit dans la presse que le Recteur Chems Eddine Hafiz a fait preuve de compréhension et d’affection (on notera du reste qu’il tutoie Mila comme si elle était une petite fille). Il fait un sermon :

« Il y a eu un moment un incident malheureux mais le fait qu’elle vienne ici est source d’espoir. La mosquée de Paris est un lieu ouvert à tout le monde. On veut lui montrer réellement ce qu’est l’islam. »

Précisons que « l’incident malheureux » ce sont des menaces de mort et que celles-ci n’ont jamais été condamnées par le Recteur au cours de cette visite !

En fait, cette visite à la mosquée laisse un profond malaise. L’intolérance de l’islam est effacée au profit d’une vision enchantée : une vision de tolérance et de pardon (comme chez les chrétiens). J’y vois une forme de manipulation que Mila ne peut comprendre – du moins je le pense, parce qu’elle est jeune et qu’elle ne connaît pas l’islam. Elle est accueillie avec sollicitude et elle espère ainsi en finir avec les menaces. (Ce que l’on peut comprendre !)

Ainsi s’effectue un déplacement qui masque le problème essentiel :

le blasphème est-il ou non légitime en France ?

Le gouvernement s’en lave les mains et est trop content de pouvoir compter sur la bienveillance du Recteur, bienveillance qu’il ne manquera pas de rappeler, à l’occasion, pour répéter que l’islam est une religion de paix d’amour et de tolérance. La preuve par Mila !

Sans le vouloir, Mila (et son mentor Richard Malka) ont créé une situation où ils sont, selon moi, les dhimmis de la farce. Qui est gagnant dans cette affaire ? Sûrement pas Mila.

Richard Malka a cherché l’apaisement – ce que l’on peut comprendre, mais jusqu’à un certain point – et il a conduit l’affaire sur le terrain de la dhimmitude. L’islam nous montre ici sa face acceptable, celle de la taqiya, celle à laquelle le Gouvernement fait semblant de croire.

Enfin, sur RCJ,3 on a pu entendre le Grand Rabbin Haim Korsia déclarer à propos de cette affaire :

« cette rencontre à la mosquée est une très belle chose. Je l’ai dit au Recteur de la Mosquée et à Richard Malka. La vente de Corans roses est montée en flèche ! Richard Malka m’a expliqué que depuis cette visite il n’y a plus de menace sur Mila. Se parler, se rencontrer c’est désamorcer les conflits. Le dialogue est essentiel. »

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette fin heureuse et l’avenir nous dira si Mila peut retrouver une vie normale, sans gardes du corps et avec la possibilité de reprendre une scolarité normale dans l’établissement de son choix, puisque jusqu’à maintenant elle ne pouvait quasiment pas sortir de chez elle et était obligée de suivre les cours avec le CNED4

Le Grand Rabbin qui a évoqué les cours sur la laïcité (car en France on ne sait plus ce que c’est), n’a pas dit un mot sur le droit au blasphème. À quoi aura servi cette visite à la Grande Mosquée ? Faire la promotion du Coran rose… Y a-t-il de quoi se réjouir ? Beau tour de passe-passe pour cette religion « de paix et de tolérance » où l’on peut lire dans la sourate 9.29 à propos des Juifs :

« Combattez ceux qui ne croient point en Allah ni au Dernier Jour, qui ne déclarent pas illicite ce qu’Allah et son Apôtre ont déclaré illicite, qui ne pratiquent pas la religion de Vérité, parmi ceux ayant reçu l’Écriture ! Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent la jizya… »

Si l’on résume l’affaire Mila,
c’est dhimmitude à tous les étages !

Peu de temps après, Théo, jeune homme de 19 ans est assassiné de plusieurs coups de couteau, dans le petit magasin où il travaillait avec son co-équipier, qui lui, a été grièvement blessé. L’assassin est un Sénégalais dont le titre de séjour en France allait expirer en juillet. Le Figaro relate les faits dans la rubrique « Faits divers » ! L’article nous apprend que l’individu était un multirécidiviste. Mais personne ne s’interroge sur le fait qu’il était en possession d’un couteau… Tout ça pour une facture trop lourde selon lui !

Ce Théo – là n’a eu droit à aucune compassion, aucun mot de la part du Président Macron, lors de sa dernière allocution. Il est vrai qu’on ne peut être sur tous les fronts : celui de la Covid et du vaccin miracle qui doit sauver la France entière…

Comme le déplore à raison Gilles-William Goldnadel :

« Théo est mort dans le silence des « antiracistes sélectifs »

ET

Évelyne Tschirhart, MABATIM.INFO


1 Le juge des référés en Conseil d’État a refusé de suspendre, lundi 3 mai, la dissolution de Génération identitaire ; il a considéré que l’association d’extrême droite prônait bien « une idéologie incitant à la haine et à la violence envers les étrangers et la religion musulmane », et que sa dissolution, le 3 mars en conseil des ministres, était « proportionnée à la gravité des risques pour l’ordre et la sécurité publique ». Le Monde du 4 mai 2021, par Franck Johannès.

2 Voir à ce sujet l’affaire de cette directrice d’école démise de ses fonctions pour avoir tweeté : « Il est temps de mettre au pas les musulmans qui sont les premiers à insulter les Juifs. Les extrêmes de droite comme de gauche ne sont pas en reste. » (Causeur)

3 Émission sur RCJ du 15 /07/2021 : invité Haïm Korsia

4 CNED : Centre d’enseignement à distance.

6 commentaires

  1. Sourate 9:29 « ……Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent la jizya… » si ça n’est pas un comportement mafieux, ça y ressemble fort. On vous fout la paix si vous payez.

    J'aime

    • Non, la Dhimmitude (en arabe : ذمّي) est un terme historique du droit musulman qui désigne les sujets non musulmans d’un État sous gouvernance musulmane. Non, ce n’est pas Mafiieu – c’est pire !
      Au départ, le mafieux c’est d’abord dans l’Italie du Sud, les groupements de misérables, chassés de leurs terres, contraint à l’errance, devenant mendiants, brigands, rackettant puis louant leurs services pour survivrent.
      Après certes, la Mafia sicilienne c’est particulièrement bien adaptée au système du commerce américain, puis européen, etc.
      L’Église catholique a déjà bien avant, créer le système du racket face au regard du reste de la communauté chrétienne. Mais, elle avait simplement appliqué le régime des empereurs romains.
      Ceci dit quand on voit tout l’or des églises chrétiennes pompées sur les pauvres croyants !
      Ce qui est pire, c’est de créer dans un état une classe de sous-hommes. Au départ c’est très loin des principes du Coran ! C’est aussi très loin des principes catholiques, mais cela à exister !
      Et c’est aussi totalement contraire aux principes de l’acceuil dans une tribu juive. Malheureusement, il y a toujours eu des profiteurs, mêmes chez les juifs! Mais eux au moins avait une loi de l’esclavage qui n’était valable que 7 ans. Bien des esclaves romains et européens auraient aimer bénéficier du même système !
      Ce qui malgré tout, ne pardonne pas le système, il est seulement … moins « pire », c’est tout !
      La Dhimmitude c’est en fonction de la religion des peuples dit « du Livre » : leur donner des droits moindres dans la société ou des impôts supplémentaires, alors que le Coran même demande le respect des Gens du Livre au même titre que celui dles musulmans.
      On ne parle même pas du droit des autres !

      J'aime

  2. «….. On veut lui montrer réellement ce qu’est l’islam. » ça on le sait depuis 14 siècles, vol, rapines, décapitation….

    J'aime

  3. cette triste chronique pourrait s appeler « chronique du naufrage »
    mais contrairement au desir de Michel Onfray ; la civilisation française coule sans meme une once de panache ou d elegance .

    J'aime

Répondre à Laurence Brust Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s