« Élie », de Bat Ye’or (roman)

Al-Kahira, 1914-1948
Bien aimés les souffrants

Après Moïse, premier volet d’une trilogie romanesque et historique, Bat Ye’or nous livre le second volume de cette saga où « raïas1 », juifs et chrétiens en terre d’islam, se voient une fois de plus, plongés dans la tourmente des persécutions exacerbées par la montée des nationalismes et la première guerre mondiale entraînant la chute de l’Empire ottoman. Le vingtième siècle s’ouvre à la fois sur l’espoir du progrès et de l’émancipation des minorités toujours confrontées à la barbarie la plus abjecte et, pour les Juifs, celui d’un retour à la terre promise.

Une histoire de fureur et de sang

Comme dans Moïse2, l’auteur nous plonge avec ses personnages, dans un monde bouleversé, complexe, où les vies de chacun sont imbriquées dans l’Histoire qui se déroule sous leurs yeux et va les mener à leur destin. Des familles se fissurent, des couples pourtant aimants vont connaître la tragédie. Des amitiés se défont… Car les évènements politiques exaltent les passions et imposent des engagements radicaux.

La scission se fait entre les générations : entre Behor (fils de Moïse) qui a acquis une situation et une réputation importantes de notable au Caire, et son fils Élie dont la jeunesse s’enflamme pour le retour du peuple juif sur la terre dont il fut chassé. Pour lui, l’émancipation des Juifs et leur retour en Israël pourront abolir leur condition de parias et faire d’eux des êtres libres. C’est pourquoi s’engage dans le sionisme, ce que son père réprouve. Habitués à plier l’échine, les anciens ne voient leur salut que dans la soumission et ils comptent sur les droits formels qu’ils ont acquis, grâce à l’Angleterre et la France qui les protègent, pour voir leur condition s’améliorer. Behor, voudrait que son fils s’intéresse au commerce, fasse fructifier son patrimoine et s’occupe davantage de sa jeune épouse Sarah.

En Palestine, ceux qui ne l’ont jamais quittée vivent sous le joug ottoman dans des conditions de misère effroyable.

L’empire ottoman n’est pas encore vaincu et n’autorise pas les Juifs à retourner en Palestine. De plus, les Chrétiens voient d’un très mauvais œil ce retour possible et veulent – par la voix du pape – faire de Jérusalem la ville Sainte qui sera une succursale du Vatican. Les Chrétiens choisissent dans leur majorité l’alliance avec les Arabes musulmans plutôt qu’avec les Juifs, alors même qu’ils sont, comme eux, traités en dhimmis.

Des personnages complexes

Les contradictions entre Juifs apparaissent aussi entre ceux qui vivent en Europe de l’Est et en Russie, les Ashkénazes et les Juifs orientaux. Les uns et les autres se connaissent peu. Les révolutionnaires ont rompu avec la tradition religieuse. Ils rêvent d’une Palestine où Juifs et arabes vivraient en paix dans une société socialiste égalitaire. Ils savent aussi qu’ils n’en ont pas fini avec les pogroms et le génocide des Arméniens, organisé par les Turcs, annonce la tragédie à venir des Juifs d’Europe.

Elles existent aussi au sein du couple que forment Élie et Sarah. Celle-ci s’ennuie et voudrait que son mari s’occupe d’elle, l’accompagne dans une vie mondaine à laquelle il ne s’intéresse pas, préoccupé qu’il est par l’obsession du sionisme, seule réponse, selon lui, à l’émancipation des Juifs.

Bat Ye’or décrit finement les incompréhensions, les désillusions qui peuvent s’instaurer dans les couples les plus unis. Elle nous plonge dans la tourmente d’une époque violente, ponctuée de bouleversements convulsifs où les proies sont toujours les mêmes : les peuples raïas ballottés comme des fétus de paille au gré des tempêtes.

Grâce à une plume fiévreuse et haletante, elle nous brosse le tableau hallucinant de la barbarie ottomane. Mais aussi celle des foules arabes, illettrées et lésées par un pouvoir qui n’offre rien.

Des personnages engagés dans l’histoire et qui seront transformés par les évènements.

Ils représentent chacun les protagonistes de l’Histoire qui se joue en Égypte mais aussi au niveau mondial avec l’éclatement de la guerre de 14/18 et ses conséquences qui vont apporter des bouleversements décisifs partout dans le monde. C’est ainsi que les identités religieuses vont s’exacerber et détruire des amitiés de jeunesse qui semblaient indéfectibles. Plutôt que de s’unir aux Juifs dans la lutte contre un ennemi commun, les chrétiens vont s’allier aux musulmans, dans leur grande majorité.

Georges est l’ami Arménien d’Élie. Il est confronté à l’horreur du massacre fomenté par les Turcs qui procèdent à un véritable génocide contre les Chrétiens, juste avant la première guerre mondiale. L’auteur rappelle à juste titre que l’Allemagne a non seulement laissé commettre ce génocide mais l’a soutenu.

Karlskov est un militant sioniste communiste. Élie n’a pas son expérience politique et il veut apprendre de ce compagnon rencontré à Jérusalem mais le Russe n’a qu’une idée en tête : instaurer en Palestine une patrie où Juifs et Arabes se convertiront au socialisme pour une société fraternelle et égalitaire. « trop beau pour être vrai », apprend aussi de Karlskov le sort des Juifs d’Europe centrale et en Russie, lieux endémiques de pogroms et d’exactions.

Enfin Kémal, l’ami de jeunesse, est peut-être le personnage le plus complexe, car il est né d’une mère juive yéménite, Nourmahal, vendue très jeune sur un marché d’esclaves et prisonnière d’un harem pour le plaisir du Pacha…

Kemal, qui a hérité de son père, est très riche et jouit d’une position élevée de Pacha mais la quête de son identité le taraude.

Pourtant les évènements vont le conduire à choisir enfin sa destinée. Il tombe amoureux d’une jeune allemande qu’il épouse et dont le frère professe une aversion haineuse pour les Juifs. Déjà le « petit caporal » fait parler de lui et enflamme la volonté de revanche des Allemands. Cette aversion pour les Juifs s’amplifie du fait de la partition de la Palestine et de la création d’un foyer national Juif en 1917 avec la Déclaration Balfour.

Kemal se tourne vers la force et ses doutes, ses atermoiements vont trouver enfin leur solution :

« Au volant de sa décapotable, il traversa Ghezireh. Les palmiers se figeaient dans la chaleur blanche et torride… Kemal souriait, grisé par le vent tiède, la vitesse et le soudain vertige de sa puissance. Il se sentait heureux. Il avait trouvé sa voie, le but de son existence. Il n’était ni Turc, ni Égyptien, ni chrétien, ni juif, ni métis. Il était musulman. »

Ayant enfin trouvé son identité : la foi en l’islam, Kemal va rompre son amitié avec Élie qui devient l’ennemi sioniste.

La réalité charnelle de ces personnages, leurs contradictions et leurs oppositions vont s’entremêler à la trame politique du récit. Les enjeux qui s’intriquent dans les visées des puissances internationales, selon leurs intérêts du moment ou à long terme, finissent toujours par accabler les peuples. Les Juifs et les Chrétiens ont été libérés par les puissances occidentales : la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis qui ont levé les principaux verrous de leur assujettissement, il n’en reste pas moins que ces mêmes puissances manipulent ces minorités, selon leurs intérêts propres. Durant la guerre de 14/18 et dans l’entre-deux guerres, on est fasciné par l’attitude de l’Allemagne – qui se nazifie déjà et avance ses pions aux côtés des Arabes, notamment en Palestine, afin de barrer toute possibilité aux Juifs de construire leur État. La fascination mimétique des Allemands et des Musulmans ne peut s’expliquer que par l’attrait de la force brutale, la volonté hégémonique d’expansion territoriale et la soif totalitaire de régner sur le monde.

Notons aussi le rôle du Vatican qui, dans sa haine atavique du judaïsme va jouer la carte musulmane contre les Juifs. Ces rappels de l’Histoire sont essentiels.

Enfin, le livre pose la question fondamentale de l’engagement. Lorsque les évènements plongent les hommes dans la tourmente, survient la question de l’action et cette question, la pose implicitement à son père Behor :

« cette bibliothèque… C’était un îlot privilégié. A-t-on le droit de s’enfermer dans sa coquille à un moment si critique de son histoire ? Peut-on parler sereinement de philosophie devant les cadavres victimes de l’injustice ? »

Conclusion

Bat Ye’or nous livre avec Élie une saga romanesque, riche d’enseignement psychologique, politique, et historique. Cette œuvre parachève les nombreux essais qu’elle a écrits, fruits de recherches patientes, minutieuses et d’une grande portée historique comme « Le dhimmi 3» ou « Juifs et Chrétiens en terre d’islam » que l’on voit ici s’incarner grâce à des personnages de chair et de sang, d’amour et de larmes, mais aussi d’espoir.

Enfin, la question que pose aussi ce livre est peut-être, en dernière instance, celle qui nous concerne aujourd’hui :

Qu’avons-nous appris dans nos livres d’histoire ? Avons-nous eu clairement connaissance de la barbarie imposée durant des siècles par les envahisseurs turcs et arabo-musulmans ? Les enlèvements d’hommes, de femmes et d’enfants européens sur leurs bateaux arraisonnés par les barbaresques, les marchés aux esclaves où ils se retrouvaient dispersés, vendus comme du bétail, les femmes dédiées aux harems des sultans et autres pachas, les vieillards massacrés. Les conditions avilissantes dans lesquelles vivaient les Juifs et les Chrétiens en terre d’islam. Ce n’est évidemment pas ce qu’on apprend aujourd’hui, ni au collège, ni au lycée. Du reste, la grande majorité des enseignants ignore cette tragédie historique. Elle est connue des seuls historiens travaillant sur ces questions mais nombre d’entre eux cherchent à atténuer, voire falsifier la réalité afin de ne pas « stigmatiser » les musulmans vivant sur notre sol.

Ce livre vient à point pour répercuter une histoire occultée et pour contredire les thèses falsifiées d’un « Islam des lumières » tolérant, ouvert qui aurait inventé les sciences et les arts avant même l’occident du Moyen Âge vivant encore dans les ténèbres de l’ignorance.

Nous entendons, de façon lancinante, les hommes politiques européens, condamner le gouvernement israélien coupable, forcément coupable de toutes les brimades et exactions contre le « peuple palestinien » qui n’a jamais existé, coupable d’apartheid ! Ce roman raconte une autre histoire. Le constat est simple à faire :

les Arabes palestiniens n’ont jamais accepté la fin de leur domination sur les autres peuples : Juifs et Chrétiens.

Ce refus est enkysté en eux, lié à la religion musulmane qui s’est autoproclamée la seule et la plus grande au monde. Leur « gloire » passée s’est imposée par la force brutale, la guerre, les pillages. Pour exister, il leur fallait des dhimmis, peuples autochtones qui devaient se convertir ou accepter la « protection » de leurs assaillants soumis à toutes les humiliations et à l’impôt…

Enfin, ce livre nous oblige à réfléchir sur « l’invasion » migratoire de notre pays par des migrants de religion musulmane. Ils sont ici pour rester, nous martèle l’OCI4 ! Et nos gouvernants ont signé sans trembler les accords de Marrakech en 2018, ouvrant la porte des sociétés occidentales à des peuples ayant pourtant acquis leur indépendance… Il suffit de lire les textes de l’ISESCO5 pour comprendre que nous assistons avec ce « laissez faire, laissez passer » à une invasion pure et simple, avec la complicité de nos gouvernants acquis au mondialisme et au multilatéralisme depuis déjà bien longtemps. Une reconquête est à l’œuvre qui se nourrit de nos lois démocratiques et de notre aveuglement. Un remplacement de population et de civilisation se prépare ! Les idiots utiles du vivre ensemble, ceux qui persistent à l’ignorer sont coupables. Si nous voulons garder notre pays, notre civilisation, notre langue, et s’il n’est pas déjà trop tard, nous devons lire ce roman qui sonne lugubrement comme une prémonition. ET

Évelyne Tschirhart, MABATIM.INFO


1 Les raïas : mot turc signifiant troupeau, indigènes non musulmans dans l’empire ottoman

2 Moïse – premier tome de cette saga.

3 Le dhimmi, profil de l’opprimé en Orient et en Afrique du Nord depuis la conquête arabe – Les provinciales 2017 ; Face au danger intégriste, juifs et chrétiens sous l’islam – Berg international Éditeurs 2005

4 OCI : organisation de la coopération islamique

5 L’ISESCO branche culturelle de l’OCI (Lire ici).

Un commentaire

  1. Bat yeor est une lumiere de notre époque.il faut aussi lire sa magnifique biographie qui retrace l histoire des juifs d egypte .

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s