Danger ! Appropriation culturelle de la gastronomie !

Danger, vous avez dit « danger » ?

Certains êtres primaires voient dans l’ensauvagement de la société un danger. Ridicule ! Ce sont des Gaulois rances, que la richesse culturelle wesh wesh intimide et renvoie à leur médiocrité francophone.

La preuve qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter c’est qu’en 2021, pas plus de 686 actes antichrétiens ont eu lieu en France, alors que la somme astronomique de 171 faits d’islamophobie a été constatée (Ouest France). C’est là une disproportion criante qui devrait indigner les islamophiles : la christianophobie n’est que trois fois plus élevée, pour une population six fois plus importante. La justice voudrait que le taux d’actes anti-chrétiens soit au moins du double. Quant à l’antisémitisme, il a frappé 523 fois une population d’un peu moins d’un demi-million, mais quand on aime l’antisionisme, on ne compte pas et puis de toute façon, les Juifs, cépapareil.

Seule la créolisation est garante d’épanouissement et d’islamophobie zéro. C’est l’objectif auquel devrait tendre toute société, surtout celle qui habite les fantasmes mélenchonoïdes : pour les jeunes sportifs qui pratiquent la chasse aux juifs en coursant leurs victimes jusque sous les roues d’un tram (la Dépêche), le vrai danger, c’est celui de la stigmatisation.

La valeur médiatique n’attend pas le nombre des concernés

Après la cascade d’articles tout court et d’articles de lois visant à débarrasser 6 à 12 millions de musulmans (Convergences Migrations) de la phobie de 171 insultes ou tags par an, une autre catégorie crie misère : la LGBTQIA stratosphère. Les médias répercutent leur plainte au milluple.
La population totale des victimes potentielle est infinitésimale par rapport aux 67 millions de Français et le nombre de victimes avérées est nimbé d’une aura de mystère. Cela n’empêche pas l’assourdissant bruit médiatique qui entoure cette communauté ontologiquement souffrante et discriminée. Ce qu’elle subit va de la blague de mauvais goût, à l’emploi d’un pronom personnel inapproprié, en passant par un regard appuyé.

C’est pourquoi les habitants du Wokistan français ont un besoin urgent et croissant d’espaces

« de luttes contre les oppressions systémiques (racisme, classisme, LGBTQI-phobie, validisme, grossophobie, sexisme,…).(StayHappening) »

Ah ! Ce n’était pas « danger », c’était « manger » !

Eh oui ! Pour se prémunir contre tous les dangers qui les guettent, les LGBTetc organisent une Queerfood, qui est précisément cet espace de liberté, de bienveillance et de respect mérité par ceux… oups, celleux qui se définissent exclusivement par une différence, aussi ténue soit-elle.

Ainsi,

« Le domaine de la cuisine n’étant pas à l’abri des oppressions, il est important de réfléchir aux plats que l’on va proposer aux reflets d’un pays au passé colonial.
L’appropriation culturelle culinaire est une réalité et une vigilance particulière doit être portée quant à la manière dont nous nous approprions la cuisine des communautés minorisées. »

Le couscous est, paraît-il, le plat préféré des Français (TelUnChef). C’est bon ou c’est pas bon ? Pour les papilles, c’est miam miam, mais pour la victimitude c’est une naqba (catastrophe), car cela contredit le narratif catastrophiste et cela confirme les statistiques officielles.

Alors de quoi se plaint-on ?

De ne pas avoir assez de raisons de se plaindre ! LM

Liliane Messika, MABATIM.INFO

3 commentaires

  1. Les minorités, par essence minoritaires ont changé de statut en devenant “minorisèes”, par les oppresseurs systémiques blancs sans doute.
    CQFD pour les LGBTQI
    En tous cas il n’y a jamais de cervelle dans ces estaminet. e.s

    J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s