Tsahal : le laser s’invite sur le champ de bataille

Source : Yochoua Klinski, INSS l’Institut d’études sur la sécurité nationale, 24/5/2022

Le laser est une source de lumière unique pour des utilisations nombreuses et variées dans un large éventail de puissances. L’avantage principal du laser est sa capacité à produire et à concentrer un faisceau lumineux énergétique sur une cible mobile, produisant un échauffement local de la cible, jusqu’à sa défaillance structurelle. De puissants systèmes d’armes à base de laser à haute puissance, combinés à des systèmes cinétiques et à une variété de systèmes optiques et électro-optiques appropriés, pourraient être utilisés pour frapper et neutraliser les menaces aériennes des ennemis d’Israël telles que : missiles, roquettes, obus de mortier, petites embarcations sans pilote, UAV (véhicules aériens sans pilote).

Aujourd’hui, celui qui possède des armes cinétiques (missiles obus, drones suicides, etc) est capable de faire beaucoup de dégâts, de perturber la vie normale et de semer la terreur. L’arme laser à haute puissance, s’avère une réponse adéquate pour se défendre contre ces menaces. L’importance des lasers pour la sécurité nationale d’Israël a été soulignée par le Premier ministre Naftali Bennett, dans un discours prononcé à la Conférence internationale de l’Institut d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv, tenue en février 2022 et dont voici un extrait.

« … Israël, consacrera plus de moyens pour le développement des systèmes de défense aérienne du 21 siècle, afin de créer un gap technologique écrasant par rapport à ses ennemis. Aujourd’hui, par exemple un terroriste qui se terre à Gaza tire une roquette vers Israël et ce tir lui coûte quelques centaines de dollars. Israël, en revanche, envoie pour abattre cette roquette, un missile ‘’dôme de fer’’ d’un coût de plusieurs dizaines de milliers de dollars. C’est un déséquilibre financier non acceptable. Cela permet au terroriste de tirer des centaines ou des milliers de roquettes, pour des montants dérisoires, alors qu’Israël est obligé de dépenser des millions de dollars, pour abattre la même quantité de roquettes. Ce déséquilibre n’est pas vivable. Nous avons décidé de ‘’casser ce déséquilibre’’ et ce sera réalisé d’ici quelques années. Dès cette année, l’armée d’Israël mettra en exploitation, d’abord à l’essai puis dans des conditions opérationnelles, un dispositif laser de défense anti aérienne. Ce moyen de défense, permettra, en quelques années, de construire autour d’Israël, une muraille de faisceaux laser, qui protégera le pays des menaces balistiques, de drones, d’obus d’artillerie, d’obus de mortier et autres. De cette façon, Israël privera ses ennemis de l’atout du déséquilibre financier. Ils gaspilleront d’énormes sommes d’argent, alors qu’Israël utilisera des sommes dérisoires par rapport aux dépenses de nos ennemis. En effet, chaque impulsion d’un faisceau laser destructeur, ne coûte que quelques dollars. De cette façon Israël inversera le déséquilibre financier à son avantage. Donc, ‘’l’anneau de feu’’ que l’Iran a construit autour d’Israël à coup de milliards de dollars, ne vaudra plus rien et sa menace s’écroulera.

Cette nouvelle génération de défense anti aérienne, sera accessible à nos amis ou alliés dans la région, car eux aussi sont sous la grave menace d’Iran et de ses proxys. Cette supériorité technique permettra à Israël de nouer de nouvelles alliances et renforcer sa position dans la région et dans le monde. Israël renforce sa supériorité technologique dans beaucoup de domaines : cyber, médecine, industrie pharmaceutique, lutte contre le réchauffement climatique et jusqu’à la lutte contre le COVID 19.

Les années à venir, seront déterminantes pour l’image d’Israël du futur. Il incombe au gouvernement et aux israéliens de préparer les bases du pays pour un saut disruptif vers l’avant, économique et sécuritaire. Nos ennemis s’occupent de la destruction de leurs pays, Israël construit et renforce le sien… »

Le laser en tant qu’arme présente un certain nombre d’avantages importants. Il permet une interception précise de la cible, un rythme soutenu des destructions, une logistique minimale et un faible coût d’exploitation par rapport aux intercepteurs balistiques ou munitions classiques. De plus, la puissance du laser peut être contrôlée en fonction du type de cible, sans qu’il soit nécessaire, comme pour des armes classiques, d’adapter les munitions en fonction de la cible (roquettes, obus anti personnels, obus perforant, obus à charge creuse, obus incendiaires). Les limites du fonctionnement du laser sont principalement environnementales : les nuages, la brume et la pluie, qui par absorption du rayonnement, peut altérer la puissance du rayon, ce qui peut obliger à prolonger l’exposition de la cible au rayon et donc un certain retard dans sa destruction.

On fait une distinction entre le laser pour les applications tactiques et le laser pour les applications stratégiques :

— Le laser tactique, nommé laser kW class, est utilisé pour détruire des roquettes à courte portée, des obus, des drones, voire des navires légers. La puissance requise est d’environ 100 à 150 kilowatts. La portée de ce faisceau laser est d’une dizaine de kilomètres. L’acquisition de la cible est de 30 millionièmes de seconde.

— Le laser stratégique nommé laser MW class est utilisé pour détruire les missiles à longue portée à des distances de centaines ou de milliers de kilomètres. La puissance requise est de 1 à 2 mégawatts. Ces lasers sont soit fixes, soit portés par moyens terrestres, aériens ou maritimes.

Lasers chimiques

Les développements des années 1970 et 1980 se sont concentrés sur de puissants lasers stratégiques – lasers de classe MW – pour neutraliser et détruire les missiles balistiques portant des ogives nucléaires. La source pour produire un rayonnement laser de cette puissance est chimique. Il s’agit de lasers basés sur un mélange de gaz, tels que l’hydrogène ou le deutérium, avec du fluor ou ses dérivés. La chaleur générée par la réaction chimique entre les atomes de fluor et les atomes d’hydrogène ou de deutérium, génère de puissants rayonnements infrarouges. Ces développements ont eu lieu principalement aux États-Unis, en Union soviétique, en Chine et au Royaume-Uni, et ils se sont considérablement accélérés après le discours « Star Wars » du président américain de l’époque, Ronald Reagan, le 23 mars 1983.

Le projet « Star Wars » a donné lieu au développement des lasers chimiques « Nautilus » et « Skyguard » avec la coopération d’Israël. Ces équipements étaient destinés à l’interception des missiles, des roquettes et des obus de mortiers. Dès 1996, ces lasers atteignaient une puissance jusqu’à 100 kW et étaient capables de détruire roquettes et obus à courte portée. Plus tard, on a mis au point des lasers chimiques basés sur une réaction entre l’oxygène et l’iode. Cette avancée a permis de créer des modèles transportables ou aéroportées, qui avaient la capacité de détruire des cibles lors d’essais sur le terrain. Parallèlement on a construit un laser d’une puissance de 1 à 2 MW, installé sur un avion Boeing 747. Lors des essais sur le terrain, ce laser a effectué deux interceptions réussies de missiles balistiques à une distance de 400 km. Toutefois en 2011, le projet a été abandonné à cause de son coût excessif et de ses performances insuffisantes.

Lasers à solide et lasers à fibre optique

Des lasers à solide et des lasers à fibre, ont principalement été mis en œuvre aux États-Unis, en Russie, en Allemagne et en Chine. Depuis la fin des années 1990, leur mise en œuvre s’est accélérée jusqu’aux années 2000-2010. Au cours de ces années, des systèmes laser à solide et laser à fibre optique ont été développés dans diverses configurations et combinaisons d’amplificateurs optiques, pour augmenter leur puissance. De plus, des progrès significatifs ont été réalisés dans le développement de lasers à diodes haute puissance.

Dans le même temps, une percée significative s’est produite dans le développement de la fibre optique destinée à la génération de faisceaux laser, ainsi que de composants optiques supportant des hautes puissances électriques, et leurs dispositifs de refroidissement. Puis on a développé des systèmes optiques de concentration de faisceaux lumineux et de correction des distorsions atmosphériques. Contrairement aux lasers chimiques, les lasers à solides ou les lasers à fibre optique produisent de la haute puissance, en combinant plusieurs faisceaux plus faibles en un seul faisceau de grande puissance. La combinaison de faisceaux actuellement utilisée est le CBC (Coherent Beam Combining)

Le laser à fibre optique est plus avantageux par rapport au laser à solides : dissipation thermique efficace en raison de la grande surface d’élimination de la chaleur, augmentation considérable du rayonnement des faisceaux, en raison de la longueur de la fibre, consommation d’énergie 50 % inférieure, flexibilité d’emploi et de fonctionnement, compacité et donc adaptation sur supports mobiles, terrestres et aériens. Malgré une certaine faiblesse, notamment dans le domaine optique, cette technologie est considérée comme la plus prometteuse.

Les performances des différents systèmes (lasers à solides et lasers à fibre) sont aujourd’hui de 100 kilowatts, avec une efficacité moyenne de 30 %. En 2024 on espère atteindre une puissance jusqu’à 400 kilowatts, et une efficacité de 30 à 50 %. De puissants lasers solides, Laser Weapon System ou LaWS d’une puissance de 15 à 50 kilowatts, ont prouvé une capacité opérationnelle impressionnante lors d’essais sur le terrain, en d’interceptant des drones et navires sans pilote. Ils sont en service opérationnel depuis 2014 dans le golfe Persique sur l’USS Ponce et l’USS Portland. Ce laser a également intercepté un missile de croisière sur un polygone d’essai de White Sands, au Nouveau-Mexique.

Conclusion

Un faisceau laser haute puissance est un système d’arme technologiquement complexe, appartenant à une génération d’armes « à rayon directionnel à haute énergie ». Il présente de nombreux avantages en termes de coût réduit, de tir illimité, de logistique minimale, de vitesse de réponse infinie et capacité de frappe ponctuelle sur terre ou à haute altitude. Le système laser intégrera et complétera le système « Dôme de Fer », et fournira une protection optimale pour l’État d’Israël. EG

Édouard Gris, MABATIM.INFO
Traduction et adaptation

3 commentaires

  1. Les muzzs vont certainement dire qu’ils avaient déjà inventé le laser 🙂 halala…. quand donc vont-ils se rendre compte que la terre n’est pas plate.

    J’aime

  2. Israël n’ a pas attendu le Bennett pour développer les armes laser, c’est sous le gouvernement Nethanayou ,que le développement des armes laser a commencé.

    J’aime

  3. Ce laser, création militaire israélienne sera donné gratuitement aux Etats Unis (pour répondre a son chantage de couper l’aide militaire a Israël s’ils ne reçoivent pas l’invention) et vendu a l’Europe ….. Les Etats Unis le vendront a l’Arabie Saoudite, a l’Egypte et a la Jordanie car « Business is business »….. La France elle le vendra a l’Iran pour se montrer amicale envers le pays des Ayatollah et pour garder la sympathie des 17 millions d’arabes qui habitent l’hexagone avec ou sans nationalité française… Et c’est ainsi que le fameux laser en question se retrouvera un jour dans les mains du Hamas et du Hezbollah qui attaqueront les villes CIVILES d’Israël ….. Toute découverte militaire israélienne ne pourra être efficace que lorsqu’Israël considèrera le pognon après la sécurité véritable de ses habitants juifs au point de GARDER pour lui ces armes militaires de dernier cri sans jamais le refiler ni le vendre a qui que ce soit et même pas aux Etats Unis !!!

    J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s